La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cécile Caldin
Candidat à l'Ahn-Ju
Candidat à l'Ahn-Ju
avatar

Féminin
Nombre de messages : 420
Age : 22
Localisation : Dans les profondeurs de l'océan, tout près du lointain
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres ; tout ce que Pierre a pu écrire ; Vango ; la Horde du Contrevent ; et tant d'autres
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Ven 18 Déc 2009 - 19:03

Mara, ce que tu dis est vraiment très intéressant. Pourquoi ? Parce que je ressens la même chose que toi, à savoir que les gens ont oublié la Liberté. Nous sommes, effectivement, obligés de porter un masque (du moins, moi) parce que les gens qui nous entourent ne comprendraient pas pourquoi je suis comme ci ou comme ça ... J'ai tenté l'expérience : j'ai essayé de leur expliquer que je pensais différemment d'eux, que je voyais les choses, la Vie avec un autre oeil, que je l'abordais de manière autre que la leur. La seule choses qu'ils ont su me répondre, et je cite mot à mot ce qu'ils ont dit, c'est "J'comprends pas ce que tu veux dire". Bon, en même temps, je n'ai peut-être pas été très explicite car m'exprimer au sujet de ma Voie, parler de cela m'est très difficile étant donné que je ressens les choses avec grande pudeur. Et puis l'habitude de se cacher fait que l'on ne sait plus quoi dire ...
Et il est vrai que tout cela me mène à une certaine solitude car PERSONNE, exceptés vous tous, ne comprend. De plus, et j'en viens à mon enfance, mes parents ont eu beaucoup de mal à comprendre que je n'avançais pas sur le même chemin. Ils ont toujours été à mon écoute mais j'ai senti très longtemps comme un bouchon qui m'empêchait de sortir de la bouteille et de m'envoler. Maintenant, ça va mieux. Je crois que cela était dû au fait que ma mère a vite peur... Pas envie que je m'en aille. Du mal à ingurgiter que je grandisse si vite.
Donc, tout cela pour dire qu'il est vraiment très très dur d'avancer que ce soit dans notre environnement familial ou notre environnement plus éloigné comme avec ses potes etc. J'ai encore fait l'expérience Mercredi et hier que la liberté d'expression et la faculté d'écoute, de prise en compte de l'avis des autres sont devenues choses rares dans notre société. Mon expérience c'est que je me suis brouillée avec les filles de mon équipe de basket Mercredi parce qu'elles n'ont pas voulues m'écouter (je les ai quand même poussées à bout, je sais et j'ai eu tort), donc on se fait la tête et elles me détestent et le lendemain on m'a traitée de raciste au bahut alors que je débattais avec des potes sur un fait de société (certes, c'était juste pour m'embêter mais c'est pas drôle).
Voilà. Mettre un masque. Avancer tant bien que mal. C'est dur mais c'est possible.

Bon ! Je vais arrêter là, hein ?!

Si vous voulez d'autres exemples... Même si c'est dur pour moi d'en parler... Je crois qu'il fait que je réussisse un jour à le dire ...
Bisous à tous
Revenir en haut Aller en bas
http://www.4h04.fr
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 24
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Sam 19 Déc 2009 - 15:32

Mara a écrit:
je suis tout à fait d'accord pour dire que les liens ne sont pas forcément des chaînes. Et heureusement ! D'ailleurs, quand Isaya a commencé à arpenter la Voie de l'Amour, les autres Marchombres ont cru qu'elle s'était éloignée de la Voie des Marchombres.
Ils n'avaient pas compris que les liens ne sont pas forcément des chaînes, mais que, lorsque nous nous engageons à nous lier avec qqun, ces liens deviennent des plumes qui nous permettent de voler plus haut.

Absolument d'accord là-dessus. Le terme de chaînes était mal choisi, ou en tout cas trop généraliste. Je ne l'utilisais d'ailleurs pas pour parler des liens qui unissent les individus, mais plutôt des institutions auxquelles nous sommes... enchaînés. Les assurances, etc.

Mara a écrit:
Tous les plus grands dictateurs ont compris que c’est en la jeunesse que réside le futur. Il suffit de regarder les jeunesses hitlériennes ou les Komsomols (jeunesses communistes de Staline), endoctrinés dès leur plus jeune âge. Mais nous ne sommes pas dans une dictature, et heureusement ! Je prends juste des exemples extrêmes…

Pas si extrêmes que ça... Frost va encore dire que le LipDub de l'UMP m'a traumatisée - je dirais plutôt éveillée - mais aujourd'hui, on a bien les Jeunesses Populaires de l'UMP...


Mara a écrit:
Joshua Bell, l'un des plus connus violonistes du monde, a joué incognito pendant une heure dans un métro new-yorkais, pour une étude américaine. Cet artiste avait donné un concert le jour précédent, qui s'était vendu à 100 dollars la place.
Il a joué pendant une heure, les plus connues pièces de Bach.
Les gens ne le regardaient même pas. Ils continuaient leur chemin, sans se soucier de celui qui jouait.
Les seuls qui se sont arrêtés, étaient des enfants. Enfants qui d'ailleurs, se faisaient disputer et traîner par leur parents pour continuer leur chemin.
En tout, pendant une heure, 8 personnes se sont arrêtées, certains seulement pendant quelques secondes. Personne n'a applaudi le musicien.
et tous les enfants, sans exception, se faisaient traîner par leurs parents s'ils s'arrêtaient ne serait-ce que quelques secondes.

Zelie nous avait fait partager cette étude dans un topic des Discussions, je crois... Mais ça illustre bien les propos.


Erkenseil parlait de la mort de la Liberté au nom de la sécurité. Ô combien je suis d'accord ! Ne fais pas ça, ne fais pas ci, c'est trop dangereux...
Tenez, hier, j'ai vu Avatar. Les mercenaires justifient leur attaque contre les indigènes au nom de leur sécurité. Mais leur "attaque préventive" tourne vite à l'extermination massive...
Autre exemple dans le concret : les caméras de vidéo-surveillance dans les rues, au nom de la sécurité. Sécurité qui empiète largement sur la Liberté...

_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Mentai
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie
avatar

Masculin
Nombre de messages : 96
Age : 24
Localisation : Dans l'Outre-Monde, non loin d'Yggdrasil
Groupe : Marchombre éthéré
Livre préféré : Aucun, j'aime lire.
Date d'inscription : 02/11/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Dim 20 Déc 2009 - 2:54

Bon, alors j'ai plusieurs choses à dire :

1-Remiel, pourquoi il a fallu que tu fasse un post aussi bien en semaine ?

2- Vous ne pensez donc jamais à ceux qui on des problèmes au niveau oculaire? C'est extra pénible de lire des posts ( ne te sens pas visé Erky ) qui n'en finisse pas, j'ai même du recommencer la lecture, car je ne comprenais plus ...

3- Je suis pas d'accord avec tout ce que vous avez dit :

Aethera, tu dis :

"nous ne pourrons jamais être les Marchombres de Gwendalavir parce que tout simplement nous n'avons pas le même Système. Cette liberté d'action totale, cette absence de comptes à rendre, ce n'est pas encore possible ici. "

(J'aime pas les spoilers désolé)

Mais les Alaviriens, Gwendalavir, est dirigé par un Empereur. Un empire, ce n'est pas la liberté à mon avis, néanmoins, l'époque médieval-fantastique de Gwendalavir fait rêver, liberté. Alors que dans un Empire, on à pas le choix si on est dans la masse, après, justement, il faut essayer d'en sortir... Par le biais notamment de ce que vous avez dit plus haut.

Et puis, j'ai l'impression que vous distinguez un certain type de personne, ceux qui ne réfléchissent pas par eux même, ne sont pas libre, ou encore payent, mangent, dorment, payent, etc . Et pourtant, tous ont des rêves, sortent des masses, ils peuvent nous voir comme on les voient.. bref, j'espère avoir été clair dans l'expression de mon idée.
Par exemple, mon père adorait sa liberté, par dessus tout, il a même quitté la France, bref, après il a rencontré ma mère, ils m'ont eut et il s'est enfermé dans une vie de citoyen, il ne fait plus rien comme avant, tout le monde change, en fonction d'un contexte, mon père que je trouvais "vide" ( désolé papa ), était en faite profond et complexe, mais il a juste tout enfouit. Donc, il je pense que tout le monde a une flamme de liberté à éveiller en sois, il faut juste du temps, même si il faut que la flamme ne dure qu'un temps, malgré qu'il serait bon qu'elle dure toujours.

Désolé, j'ai posté inutilement.
Revenir en haut Aller en bas
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme
avatar

Masculin
Nombre de messages : 707
Age : 23
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Jeu 31 Déc 2009 - 14:10

Eh bien, je constate que le sujet à bien avancé en mon absence ! Une fois de plus merci de contribuer à répondre à cette question qui me parait aujourd'hui plus qu' existentielle, mais capitale.
Capitale, non seulement pour moi, pour me trouver un chemin, une Voie nouvelle, pour m'aider à sortir du Trou dans lequel je suis embourbé depuis trop longtemps.
Mais également et encore plus pour l'avenir, pour tous le monde, pour le Monde. Avec un grand "M". Parce que même si on ne peut pas le changer radicalement du jour au lendemain, on peut planter la graine qui poussera et qui donnera un arbre nouveau, qui dispensera son ombre ( bienfaitrice je l'espère ) sur une marge plus importante de personnes.

Bien, passé le petit cri d'utopie, je m'en vais ajouter ma brique ( et mon ciment ) au sujet.
Je ne reprendrais pas tout ce qui as été dit ; il y a tellement d'idées ! Je vais simplement exposer mon point de vue et mes réflexions sur le propos. Donc, désolé d'avance si certains points ont étés déjà expliqués et si je les redis veuillez m'en excuser d'avance

Tout d'abord, devons-nous penser que la liberté implique quelques obligations au sens souple du terme?
Je m'explique : par "obligation" au sens dur j'entends quelque chose de définit, d'imposé sans possibilité de recul quelconque.
Mais par obligation au sens souple, j'entends les points essentiels afin de respecter cette notion de liberté, qui sont plus ou moins définis certes, mais qui sont néanmoins "libres" suivant la perception de chacun, car c'est ce qu'induit cette notion de liberté, la racine du mot "libre".
Donc, obligation au sens souple. De par ces obligations, si on prend à une grande échelle, on a la refonte complète du système qui se prête à tout sauf à être libre. Cette refonte on ne peut pas la faire de notre bord, pour des raisons simples qu'impose le système ( majorité non acquise pour la plupart, milieux politiques non "infiltrés", ect ).
Mais bref, passons sur cette parenthèse explicative...
En revanche, nous pouvons commencer par nous-même, et plus largement par les gens qui partagent un même mode de pensée, et nous entraider à avancer sur cette Voie.

Entraide. Un mot qui se rapporte tout à fait à la liberté, celle d'être aidé, ou de choisir de ne pas l'être. Un mot de plus à rajouter à la définition du marchombre moderne, selon moi, car la solitude ( du moins morale ) est aujourd'hui la pire ennemie de l'homme dans la société actuelle. Un mot oublié par la plupart des Moutons de Panurge englobés par la société individualiste à l'extrême qui nous est, une fois encore ( j'ai l'impression de me répéter ) imposée de force plus que de gré. Car sous les dehors d'une démocratie qui se veut juste et "équitable", il y a un détournement évident de l'idéologie des révolutionnaires de 89 ( même si je n'approuve pas l'idée d'une révolution violente ). Peut-on réellement imposer un tel mode de fonctionnement, même si il se veut le meilleur possible? N'est-ce pas la encore une atteinte de plus à la liberté que d'imposer un système?
Attention, je ne parle pas d'anarchie ou quoi que ce soit d'autre de "système bordélique" comme dirait mon grand-père, mais seulement, malgré ce système qui échoue dans son utilisation, en existera-t-il jamais un qui soit juste?

Mais il est évident qu'il faut sortir de ça. De tout ça.
Changement.
Une autre notion, qui je crois a été largement évoquée auparavant. Mais cette fois, j'aimerais évoquer un film qui m'as troublé, et comme l'impression est encore toute fraiche je vais exposer ici mes réflexions à propose de ce chef-d'œuvre, en mon sens .
Au début, je n'était pas très entrain à aller voir ce film. Gros coup de pub, me disais-je. Et puis, après tout, pourquoi pas, en 3D ça peut être sympa.
Gros choc.
Si je m'attendais à ça !
Petite trame rapide de l'histoire : des soldats sont envoyés avec des chercheurs en une mission "scientifique et diplomatique" sur la planète Pandora, planète ou vivent les Na'vi, autochtones extraterrestres qui vivent dans le respect de la nature et dans la spiritualité de la planète. Dans ce film, le héros qui se nomme Jack Sulli, est un marines qui as perdu l'usage des ses jambes lors d'une guerre. Il va devenir pilote d'un Avatar, créature créé biologiquement et chimiquement à partir d'un modèle de Na'vi . A travers cet Avatar, il va explorer un monde et une idéologie nouvelle pour lui et va finir par embrasser leur cause contre les lubies des militaires ou les accords commerciaux des dirigeants du projet.
Au premier abord, ce film est extraordinairement éblouissant de beauté, surtout qu'avec le 3D on a l'impression d'être immergé dans ce monde parallèle .
Mais je m'égare, veuillez m'en excuser ( je veux pas que vous pensiez que je fait la promo gratuite du film, même si vu que je le prenne pour exemple sa va forcément transparaitre de cette façon, mais bon ).
Mais après réflexion, se film fait peur. Très peur. Quand on se rend compte que finalement les facettes de l'humain qui sont somme toute exposées en majorité dans ce film, on en retiens trois : La volonté de changement, la cupidité, et la folie. J'ai tremblé quand je me suis aperçu que le commercial en chemise noire et aux airs suffisants représentait l'économie dévastatrice dans tout sa sombre splendeur, et que le colonel fou-de-guerre et assoiffé de combats représentait la folie des hommes, de ce qu'ils sont en trains de devenir pour la plupart, et à quel point c'en est effrayant.
Heureusement, il y a aussi l'espoir apporté par le héros du film. Au début infirme, il va pouvoir renaitre à travers un nouveau corps afin de changer de destin, de renverser un ordre établit. C'est l'image qui est intéressante la dessus, l'idée de renaitre, l'idée qu'il est possible de changer. Malgré les obstacles dressés par le système.
Autre part effrayante du film, c'est celle qui m'as fait haïr les humains dans ce film. La destruction de la nature, au profit de quelques part d'actions juteuses qui profiteront au final à quelques actionnaires mal intentionnées. Je me suis laissé dire que, finalement, les Na'vi pourraient représenter les tribus indigènes de notre monde, et les envahisseurs humains sont le reflet de la société d'aujourd'hui. Alors, on prend conscience que nous allons droit dans le mur. Que ce film de science fiction peut se révéler tout à fait plausible, dans une moindre mesure, mais néanmoins possible à notre échelle. On prend conscience également que changer est possible, que renaitre est essentiel. Pour être libre, il faut renouer avec les liens que nous avons perdu au fil du temps. Non pas de revenir à l'age de pierre, mais de se réconcilier avec la nature qui nous à fait naitre, de faire comprendre aux gens que finalement l'écologie est bien plus qu'une mode, qu'un courant quelconque du 21ème siècle, ou même encore d'une trousse de secours pour la planète qui se meurt, mais SURTOUT d'un point essentiel de la liberté qui se traduit par l'harmonie, l'entraide et le changement.
Prendre conscience aussi que les Jack Sulli d'aujourd'hui, ça peut être nous. Que nous pourrions entamer, plutôt qu'une révolution, une renaissance. Et alors peut-être que les gens comprendront que nous ne sommes pas fous ou bizarres, mais plutôt humains dans le bon sens du terme...

Voilà, maintenant que j'ai finit, j'ai l'impression d'avoir fait du hors sujet, mais bon on verra bien les réactions

Sinon, au plaisir de creuser dans cette Voie-ci avec vous
Revenir en haut Aller en bas
Mara
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 77
Age : 21
Localisation : Là où ma Voie me mène. La où je mène ma Voie.
Groupe : Marchombre !
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, Harry Potter, A la Croisée des Mondes
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Lun 4 Jan 2010 - 14:50

contente que le sujet avance...


petite remarque inutile...
Aethera a écrit:

Mara a écrit:
Tous les plus grands dictateurs ont compris que c’est en la jeunesse que réside le futur. Il suffit de regarder les jeunesses hitlériennes ou les Komsomols (jeunesses communistes de Staline), endoctrinés dès leur plus jeune âge. Mais nous ne sommes pas dans une dictature, et heureusement ! Je prends juste des exemples extrêmes…

Pas si extrêmes que ça... Frost va encore dire que le LipDub de l'UMP m'a traumatisée - je dirais plutôt éveillée - mais aujourd'hui, on a bien les Jeunesses Populaires de l'UMP...

ça existe ??? beurk...


Mentai a écrit:
Mais les Alaviriens, Gwendalavir, est dirigé par un Empereur. Un empire, ce n'est pas la liberté à mon avis, néanmoins, l'époque médieval-fantastique de Gwendalavir fait rêver, liberté. Alors que dans un Empire, on à pas le choix si on est dans la masse, après, justement, il faut essayer d'en sortir... Par le biais notamment de ce que vous avez dit plus haut.

le fait que Gwendalavir soit dirigé par un empereur m'a toujours beaucoup étonné... pour moi un empire signifie un peu le contraire de la Liberté... Mais bon, si l'empereur ets juste et se soucie de son peuple...bref, j'ai pas trop d'idées la dessus, à part de dire, comme mentai, que la période médiévale fait rêver.
Mais après, justement, le fait que Gwendalavir soit un empire, ne pourrait-il pas nous montrer qu'être libre ne dépend pas forcément du système ? parce que les Marchombres existent bien dans un système qu'on considère anti-démocratique...

sinon j'ai une question qui me trotte dans la tête depuis un bon bout de temps...
elle est peut-être un peu hors sujet, mais je la trouve importante pour définir la discussion..

Pourquoi est-on marchombre ? ou plutot : Qu'est ce qui fait la différence entre un marchombre et un frontalier, par exemple, ou toute autre personne qui se considère libre ?
pour moi, un Marchombre est une personne libre, mais si ce n'est que ça, il y aurait pas mal de gens qui seraient marchombres... rafi, ewilan, paut-être, edwin, bref

quelle est la question qu'on se pose ?
Celle de la possibilité d'être Marchombre dans notre societé, ou celle d'être, tout simplement, libre ?

j'ai lu les commentaires de pierre bottero sur ellana, l'envol. il y a une phrase dont je me rappelle :
Citation :
« J’aimerais tant être un(e) marchombre ! »
Cette phrase que pour mon plus grand bonheur
j’entends souvent dans la bouche de mes jeunes
lecteurs ou que je lis dans les courriers qu’ils
m’adressent. Ne nous leurrons pas, ce n’est pas
à la tenue de cuir, au poignard ni même à la souplesse
ou à l’art du combat qu’ils aspirent mais à
un doux rêve, deux mots qu’ils lient sans se douter
qu’ils font ainsi exploser les fondements de
l’anarchisme : la liberté et un maître ! Se considéreraient-
ils comme des prisonniers sans guide,
nos enfants ? Des détenus sans horizon ?


Personnellement je pense qu'être marchombre, un vrai marchombre, est impossible. Tout simplement parce que nous ne sommes pas à Gwendalavir, que nous n'avons pas de guilde, et que les lois de notre monde nous interdisent de faire ce dont nous avons envie, et que le meutre de salvarode par exemple, serait puni par la loi...

après, être libre, oui, enfin peut-être... ( ) mais je crois que ça, tout le monde l'a compris. qu'on ne peut pas être un "vrai" marchombre, au sens de la tenue de cuir et du poignard..
Mais Pierre Bottero dit lui-même, qu'au sens de Marchombre, nous pensons plutôt à la Liberté..

Dans ce qu'il écrit , il met aussi en avant une chose que nous n'avons pas vraiment : un maître.
Même si les livres de ce magnifique auteur sont nos maîtres et nos guides, et que nous nous entraidons pour avancer sur la Voie... nous n'avons pas de vrai Maître.
donc être marchombres...enfin bref. (je sais, je suis pessimiste aujourd'hui! )
mais je pense aussi, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui sont sur ce forum et espèrent la vraie liberté ne sont pas des petits naïfs qui pensent sincèrement qu'ils vont changer de monde et qui m'énervent au plus haut point...

bref, je m'embrouille, je crois que je vais arrêter là... **va se pendre***

ps : ah la la ! personne n'aurait une recette pour ne pas s'embrouiller dans ce qu'on dit, please ??
Revenir en haut Aller en bas
Elii'
Ami de la falaise
Ami de la falaise
avatar

Nombre de messages : 868
Age : 21
Localisation : La jungle des poneyciraptors
Groupe : Faëlle
Livre préféré : La Promesse de l'aube
Date d'inscription : 27/03/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Mar 5 Jan 2010 - 18:43

Go, je réponds ! Je n'ai pas lu le débat jusqu'à la fin, j'ai peur de ne pas avoir le temps de répondre, sinon...

Comme je ne fonctionne pas par citations de vos messages, je vais faire comme ça vient, ça sera un gros fouillis, et je vous laisse déchiffrer.

Déjà... Vous évoquez la société. La société, encore la société. Elle est une entrave, certes. Mais il faut nuancer... La société, nous en faisons partie ! Et puis, je pense que nous nous idéalisons trop. Pour ne vexer personne, je vais prendre ma petite personne comme exemple. Je peux très bien tout nier, tout renier, avec comme principe le fait que je suis différente, que voilà, JE SUIS MARCHOMBRE, oui, c'est un fait, alors je méprise tout. Mais ce n'est pas comme ça. Peut-être que la société exclut la différence, mais d'une certaine manière, la différence s'exclut elle-même. Regardez, par exemple, les personnes d'origine maghrebine, qui vivent dans les "banlieues", ou dans des HLM. A force, c'est devenu un cliché, vous les imaginez comme moi, tous ces jeunes qui "zonent" devant des immeubles... Mais à force d'être exclus, ou de se penser exclus, ils s'excluent eux-même.
Je vais vous dire, la question de Remiel, en toute sincérité, je ne peux pas y répondre. Simplement car il me faudrait une certitude, que je n'ai pas :
Suis-je ou non Marchombre ?
C'est une question que je me pose depuis longtemps, et je n'y ai pas de réponse. J'essaie d'arpenter une Voie, cette Voie à laquelle nous aspirons tous, mais est-ce que je ne me leurre pas ?

Et puis finalement, je vais prendre une citation, que quelqu'un a peut-être déjà relevée :

Citation :
mais la plupart des gens d'aujourd'hui ne sont ni du côté du Chaos ni de celui de l'Harmonie.
Je dirais même que c'est pire : ce sont des moutons.
Qui aujourd'hui se pose encore des questions du style de celles sur ce forum ?
Bien sur, vous allez me dire : nous.
C'est justement pour ça que je parlais de l'espoir qu'il reste !
Je suis... Comme ça :
Pour toi, la liberté, notre manière de penser n'existe... Qu'ici ?
Mais il y a tant de monde, ailleurs, tant de gens qui voient les choses différemment !
Ouverture.

A force de vouloir rejeter cette société, nous finissons par nous enfermer. Car il n'y a pas d'autre moyen, n'est-ce pas ? Si. Il y a celle de partir, loin, très loin, et de ne pas rentrer dans les villes, de me tenir éloignée des autres hommes. Mais cela aussi, serait poser des barrières, et la liberté n'est pas uniquement solitude.

Comme Erkenseil, il me semble qu'il faut que la Voie que nous suivions soit... Parallèle.

Les Marchombres Alaviriens ne rejettent pas leur société, car contrairement à ce qu'on peut penser, ils en ont une, eux aussi ! Différente de la nôtre, certes, mais qui, elle aussi, pose certaines barrières.

Et puis, la société nous opresse physiquement, peut-être. Mais je peux penser ce que je veux, sans aucune contrainte, à partir du moment où je décide de ne pas me laisser enfermer, à partir du moment où je choisis de prendre en compte les réflexions des autres, tout en construisant les miennes, et uniquement les miennes. Les barrières interviennent au moment où, par exemple, je décide de parler. Là, comme quelqu'un l'a déjà expliqué, on a dû "interdire". Simplement parce que si on laisse la "liberté absolue" ( encore que ce soit une belle Utopie... ), on se marche sur les pieds.

...

Je vois rien à rajouter
Je réfléchis, et je reposte.
Revenir en haut Aller en bas
http://lundinn.tumblr.com
Mara
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 77
Age : 21
Localisation : Là où ma Voie me mène. La où je mène ma Voie.
Groupe : Marchombre !
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, Harry Potter, A la Croisée des Mondes
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Mar 5 Jan 2010 - 19:10

Elii' a écrit:
Citation :
Citation:
mais la plupart des gens d'aujourd'hui ne sont ni du côté du Chaos ni de celui de l'Harmonie.
Je dirais même que c'est pire : ce sont des moutons.
Qui aujourd'hui se pose encore des questions du style de celles sur ce forum ?
Bien sur, vous allez me dire : nous.
C'est justement pour ça que je parlais de l'espoir qu'il reste !

Je suis... Comme ça :
Pour toi, la liberté, notre manière de penser n'existe... Qu'ici ?
Mais il y a tant de monde, ailleurs, tant de gens qui voient les choses différemment !
Ouverture.

Hmm d'accord, je dois avouer que j'ai été excessive, Mais : je n'ai pas dit que ça n'existait qu'ici . Et je ne suis pas mégalo non plus, il y a énormément d'autres gens qui ont un point de vue magnifique, qui s'approche de ce que nous disons, des gens de paix, avec des principes formidables et que j'admire vraiment; je parlais juste de ceux qui qualifient ces pensées de "marchombres" parce que Gandhi ou tout autre n'a pas dû avoir de connaissances sur ce que veut dire "Marchombre" et tout de même ce qu'il a dit et fait est...vraiment très admirable (c'est mon avis...)

Bref, j'ai dit tout ça, seulement pour dire que je trouve les débats sur ce forum particuliers, ce qui ne veut pas dire que ceux qui ne sont pas sur le forum peuvent penser de cette manière.... C'estjuste que, personnellement, je ne connais pas grand monde qui pense comme nous ou qui a ce genre de débats, en dehors du forum;ce qui ne veut pas dire que ça n'existe pas ! nuance... je parlais juste des gens normaux (et par là j'entends "dans la norme" donc la majorité) qui, malheureusement pensent plus à leur marque de fringues qu'à autre chose...

Moi aussi je me pose la question : suis-je ou non marchombre ? et je ne peux pas vraiment y répondre, à part si je suis cette voix au fond de moi qui me dit que c'est à moi de le choisir...

et (je me cite moi-même, mince ! ) je crois que j'ai montré mes doutes dans ce message :

Citation :
Pourquoi est-on marchombre ? ou plutot : Qu'est ce qui fait la différence entre un marchombre et un frontalier, par exemple, ou toute autre personne qui se considère libre ?
pour moi, un Marchombre est une personne libre, mais si ce n'est que ça, il y aurait pas mal de gens qui seraient marchombres... rafi, ewilan, paut-être, edwin, bref

quelle est la question qu'on se pose ?
Celle de la possibilité d'être Marchombre dans notre societé, ou celle d'être, tout simplement, libre ?

Et oui, tu as raison, nous sommes aussi la societé, mais, à ma connaissance, nous ne sommes pas la majorité, et je suis vraiment d'accord pour ne pas faire comme l'exclusion des banlieues.... (petit flood je peux pas m'en empêcher... la chanson de grand corps malade "je viens de là" montre tout à fait ce qu'a dit Elii' ---allez voir les paroles, personnellement j'adooooore ! )

Bref, je ne sais pas non plus si on n'ets pas un peu prétentieux (je parle de moi !!!) en disant que nous sommes marchombres, mais en tout cas, on parle pour nous, et on n'a jamais dit qu'on était "plus" marchombre qu'untel ou untel. on parle pour nous, la seule comparaison qu'il vaille la peine de faire, c'est bien celle avec nous-même..

re_bref (héhé désolée, c'est un de mes tocs ! ) en tout cas, je veux juste dire que je n'ai pas pensé à ça en écrivant mon message, et que je n'aimerai pas qu'on me prenne pour une mégalo sans raison, je suis désolée si je n'ai pas assez pesé mes mots, mais voilà : verba volant, scripta manent
(même si avec internet ce n'est plus aussi vrai )
Revenir en haut Aller en bas
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme
avatar

Masculin
Nombre de messages : 707
Age : 23
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Sam 9 Jan 2010 - 15:36

Pour rajouter par dessus ce qu'as dit Mara, en rapport avec le post d' Elii' :


Citation :
Déjà... Vous évoquez la société. La société, encore la société. Elle est une entrave, certes. Mais il faut nuancer... La société, nous en faisons partie ! Et puis, je pense que nous nous idéalisons trop. Pour ne vexer personne, je vais prendre ma petite personne comme exemple. Je peux très bien tout nier, tout renier, avec comme principe le fait que je suis différente, que voilà, JE SUIS MARCHOMBRE, oui, c'est un fait, alors je méprise tout. Mais ce n'est pas comme ça. Peut-être que la société exclut la différence, mais d'une certaine manière, la différence s'exclut elle-même.

Effectivement, nous en faisons partie ( de la société ). et nous en sommes conscient ; c'est pourquoi nous voulons trouver des solutions peut-être pour nous en détacher d'une certaine manière, tout en sachant que finalement, l'homme n'étant pas fait pour vivre reclus de ses semblables, nous feront toujours partie intégrante du monde qui nous entoure ( et malheureusement, que sa plaise ou non à certains ).
Nous n'idéalisons pas non plus, du moins pas de trop je pense ; il est certes question d'idéologie, mais...d'idéalisation ?? Idéaliser le fait que nous allons pouvoir créer avec nos petites mains un monde nouveau en l'espace d'une semaine et nous prendre pour des dieux? ( pour schématiser très excessivement ). Nous idéalisons le fait qu'un jour, à force de petites pierres, nous pourront construire un rempart qui protégera nos idées peu répandues et reconnus par ce système "entravant". Non, changer le monde ne relève pas d'une forcément de l'utopie ! De la folie peut-être, mais les fous ne sont-ils pas ceux qui ont fait évoluer l'humanité, d'une manière ou d'une autre? Si Montesquieu et ses comparses n'avaient pas existé, y' aurait-il eu révolution? D'autres exemples du "côté obscur de la force" pourraient être cités, mais je n'en parlerais pas ici...Quoiqu'il en soit, les "fou" ont fait avancer la société générale de manière considérable.

Quand je dis changer le monde, je ne veux pas forcer les gens à adopter cette ligne de conduite. Mais il serait temps que certains comprennent que la vie ne consiste pas à acheter des fringues et aller manger au mac'do. Sa c'est la société fabriquée, la société artificielle à l'extrême, celle qui transforme une certaine majorité de personnes en moutons de Panurge, et cela nous ne pouvons le nier.

"Seuls quelques fou s'opposent aux courants déchainés ; ceux qui arrivent sur la berge sont ceux que l'histoire retiendra".

Je ne sais plus qui m'as dit ça un jour, mais j'ai cette phrase en tête...

Voilà, un poste juste pour relever certains points.

Sinon Elii', si ce n'est déjà fait, je t'encourage à lire l'ensemble des post, sa pourrait t'être intéressant et utile pour mieux comprendre les réflexions de certains
Revenir en haut Aller en bas
Szyra Nahim
Chevaucheur de Brume
Chevaucheur de Brume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1699
Age : 27
Localisation : Gwendalavir
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Ven 15 Jan 2010 - 12:30

Ma réflexion s’appuie sur vos diverses réponses. Il n’y a pas vraiment de liens entre les paragraphes… au cas où vous chercheriez… =)

Sur la question du marchombre et du système dans lequel il vit, je pense que outre la fascination que peut exercer un monde médiéval, le fait que ce soit un Empire peut peut-être signifier une certaine absence de liberté pour le peuple en général, encore que, au Moyen-âge, les monarques n’exerçaient pas un pouvoir se rapprochant d’une dictature totalitaire. Le plus contraignant pour les gens, surtout pour les serfs, c’était d’appartenir à un seigneur or, nous n’en savons pas assez sur Gwendalavir, mais nous n’avons jamais lu qu’il y avait des gens aussi destitués que ça. Mais ce qui est sûr c’est qu’un système moyenâgeux ne permet pas de ficher tout le monde, on ne peut pas contrôler chaque personne, ses déplacements et tout ça. Mara a dit très justement que le meurtre de Salvarode serait puni aujourd’hui, encore que… Ellana pourrait facilement se justifier par le fait que c’était de la légitime défense. Ce n’était pas un meurtre en fait. Salvarode voulait la tuer. Bon d’accord, elle l’a achevé dans le dos mais ça n’enlève rien aux intentions premières de cet être abject. Donc voilà, ce n’est pas tant le fait que ce soit un Empire mais surtout le fait que ça se passe au Moyen-âge qui lui donne cette latitude de mouvement, cette liberté. Essayez de disparaître dans la nature aujourd’hui !


La sécurité ou le péril d’aujourd’hui… amusant comme formulation. Ce serait la recherche extrême de la sécurité qui constituerait le plus grand danger que connaisse l’homme aujourd’hui. Surtout que si nous y réfléchissons bien, c’est ce que nous promettent les différents gouvernements alors qu’ils ne se gênent pas par ailleurs de ne pas agir pour l’environnement, d’envoyer des soldats dans des guerres considérées « justes ». Breffons. La sécurité c’est de l’idéologie pour démagogue de base. Breffons une deuxième fois, vous l’avez déjà bien dit, je n’apporte ici rien de plus.


Erkenseil a écrit :
« Pour illustrer le propos, je reprendrais l'idée de Laure des ouvertures (à la nature, aux autres, au monde...etc.).
Certes je m'ouvre, je m'offre à l'arbre dans cet exemple, et je prend le risque d'avoir mal si il lui arrive malheur un jour. En l'aimant (Cf le post de Laure ) je prend le risque de le perdre, mais c'est là le prix à toute chose.

Avoir une chose et demeurer libre, c'est prendre le risque de la perdre. Toujours. Seuls ceux qui n'ont rien ne perdent rien.

Alors forcément, on peut perdre gros. Mais c'est là l'essence de ces liens qui nous rendent plus libre. On peut les perdre, perdre une aide précieuse. Mais perdre une aide précieuse ne signifie pas choir. Ça signifie juste avancer moins vite (pour continuer sur la métaphore sous-jacente de l'escalade) et encore que ce que l'on aura gagné avec cet hypothétique défunt lien ne pourra jamais nous être enlevé. »

C’est la réponse à la question d’Ellana. Vous ne trouvez pas ? Personne n’a réagi à ce sujet. Et pourtant… C’est vrai que cela s’applique exactement à notre situation vis-à-vis de Pierre. Il y aurait en effet un sacré problème si par sa mort Pierre nous avait retiré nos ailes avant même qu’elles ne se déploient.


Pour revenir à l’ami qui « passe au dessus de notre propre volonté » pour reprendre l’expression d’Erkenseil (vous croyez que si on raccourcit son pseudo il fera des messages moins long ? =) je plaisante, on s’ennuierait s’ils étaient plus courts), on peut approuver ce modèle de l’ami auquel nous avons accordé notre confiance. Mais distinguons bien les choses. Ou nous voulons aider un ami et nous saurons le respecter parce que nous savons que nous avons sa confiance. Ou un ami veut nous aider et là, très sincèrement, n’importe qui peut croire qu’il a votre confiance et en fait non. Je suis sûre que vous n’aimeriez pas les mauvaises surprises. Bref, pas facile de mettre la confiance comme critère. C’est un bon critère mais comment savoir si elle est vraiment là ?


La société ne peut pas accepter en effet que des individus soient parfaitement libres en son sein. Elle a besoin de tout contrôler. Tout est payant sur Terre, si nous choisissons de nous installer à un endroit il y aura toujours quelqu’un pour venir nous demander des comptes. Parce que nous existons nous avons comme qui dirait un devoir de remplir le contrat social même si nous n’avons jamais signé pour en être bénéficiaire. Je veux dire par là que la société nous dit assurer notre confort, sécurité, etc. C’est vrai que sans aucune police, n’importe qui tuerait son prochain sans impunité. Mais faut-il pour autant retirer à tout individu sa liberté ? A cause de ce devoir, nous devons payer des impôts, remplir des tas de paperasses, payer pour notre logement, ne pas faire de camping sauvage ( ;) ). Bref, nous sommes limités de partout par des choses insignifiantes prises séparément mais dont la somme est étouffante ! Un marchombre serait l’individu incontrôlable de la société, donc forcément l’individu à mâter par tous les moyens… s’il révèle sa présence… Alors soyons clair, nous payerons nos impôts, nous ferons comme tout le monde mais il ne faut pas que cela nous étouffe. Les enfants ne sont pas enchaînés en effet. Mais ce ne sont pas eux qui bossent pour ramener l’argent qui les nourrira. Penser au plus beau cadeau de l’enfance : l’insouciance. Même nous, nous commençons à être happés par ce monde adulte contraignant. Chaque fois que je me dégage d’un emploi du temps, que je fais quelque chose d’imprévu, je suis deux fois plus heureuse, juste parce que les contraintes disparaissent un moment.

Pour Mentai : oui, nous faisons une distinction entre deux types de gens. Je ne crois pas que nous disions que les « moutons » soient irrécupérables mais ils ont besoin que nous leur montrions le chemin. Que nous leur disions qu’il est encore possible de vivre autrement. Après il y a des gens qui sont très bien, pas forcément marchombres et qui ne sont pas fait pour ce type de vie, mais ça ne veut pas dire qu’ils ne valent rien.

Remiel a écrit :
« Pour être libre, il faut renouer avec les liens que nous avons perdu au fil du temps. Non pas de revenir à l'age de pierre, mais de se réconcilier avec la nature qui nous à fait naitre, de faire comprendre aux gens que finalement l'écologie est bien plus qu'une mode, qu'un courant quelconque du 21ème siècle, ou même encore d'une trousse de secours pour la planète qui se meurt, mais SURTOUT d'un point essentiel de la liberté qui se traduit par l'harmonie, l'entraide et le changement. »

Tellement d’accord avec toi. Ce qui me fait surtout peur avec la société d’aujourd’hui c’est qu’un jour nous n’ayons même plus la possibilité de profiter d’une forêt, de la nature. Je crois que ce serait « a real nightmare ». Ca me vient en anglais, je ne sais pas pourquoi mais cette idée me révulse. En tout cas si je puis me permettre de faire de la « pub » à mon tour, lis La Prophétie des Andes de James Redfield. Ce n’est pas Erkenseil qui va me contredire je pense. Si ? =)


Il me reste à traiter la question de Mara : « Pourquoi est-on marchombre ? ou plutot : Qu'est ce qui fait la différence entre un marchombre et un frontalier, par exemple, ou toute autre personne qui se considère libre ? »

Un marchombre est libre en pensée, par ses paroles et ses gestes. Mais il fait partie d’une guilde dans le monde de Gwendalavir, pour nous nous pourrions dire une COMmunauté, non ? Je nous assimile pas forcément entièrement à des marchombres mais disons que du moins nous y tendons. Reprenons le modèle alavirien pour le moment qui est plus simple pour donner un schéma général. La Guilde conserve aussi une tradition, elle assure une formation de qualité. N’importe quel marchombre ne peut devenir maître. La Guilde s’occupe des êtres qui se revendiquent marchombres pour tracer une ligne de démarcation bien nette entre la liberté respectueuse de la vie des autres et la liberté égoïste des mercenaires. Alors que les individus vont et viennent, l’esprit de la Guilde reste. Je pense que cela peut évoluer bien sûr mais dans le respect des bases de la Voie. Les marchombres ont donc certaines obligations envers la Guilde parce qu’ils expriment leur liberté d’une certaine manière. Par là, nous pouvons les différencier d’autres êtres libres.

Alors notre question, je crois, concerne surtout la liberté marchombre. Pas celle de l’être mythique vêtu de noir, qui se bat avec l’agilité et la grâce d’un félin mais au moins un individu indépendant, capable de défendre sa liberté. Nous n’avons pas l’intention de devenir les marchombres de Gwendalavir. Nous n’avons pas la même société. Mais si nous n’avons pas du guilde, nous nous avons-nous pour modérer les écarts de chacun par la discussion. Nos lois nous interdisent un tas de choses, mais j’ose croire que nous pouvons faire avec (comme les marchombres font avec celles de Gwendalavir !). Et pour la question du maître… ce sera plus difficile sans maître, certes, mais il y a des tas de livres qui ne demandent qu’à être ouverts pour nous apporter une parcelle d’enseignement, notre cœur à être exploré, la nature à être écoutée. Apprenons par nous-mêmes. Le premier maître avait pour maître lui-même. Non ? Au moins, nous nous avons une route d’indiquée, nous n’avons plus qu’à la baliser.
Revenir en haut Aller en bas
http://phoenixjewel.skyrock.com
Szyra Nahim
Chevaucheur de Brume
Chevaucheur de Brume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1699
Age : 27
Localisation : Gwendalavir
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Ven 26 Fév 2010 - 11:07

Au vu de la place de ce sujet dans la liste, nous n'appellerons pas ça un double-post injustifié, du moins, je l'espère.
Je reposte pour répondre à un message de Mentai dans le livre d'or. Je ne me souviens plus de sa critique exacte mais ça concernait le fait de se considérer comme des guides. Est-ce à ces extraits que tu faisais allusion ?

Szyra Nahim a écrit:

Et pour ce qui est de changer notre société, je suis d'accord avec Laure. Ce ne sera pas nous. Ou du moins... pas directement. Mais en changeant les gens qui nous sont proches en leur montrant le chemin, ils feront de même avec leurs autres proches et quand le monde sera prêt, alors la société pourra peut-être se transformer. Mais inutile aujourd'hui d'imposer un meilleur mode de vie. Les gens ne comprendraient pas. Ils auraient peur et crieraient au loup sans raison.


Bon je vais quand même essayer de revenir à la question initiale... ni renoncement, ni rébellion. Simplement savoir s'adapter au milieu tout en connaissant la frontière entre ce qu'on veut nous imposer et ce que nous avons choisi. Faire semblant de suivre les grandes lois, pour conserver sa liberté. Mais pour autant ne pas se laisser dicter sa conduite par les gens que vous cotoyez car si nous voulons vraiment montrer le chemin, il faut se montrer tels que nous sommes. Non, je ne me contredis pas. Je fais juste une disctinction entre : les lois à suivre pour éviter la justice et les opinions des gens à démonter pour leur montrer à quel point ils se trompent.


J'aurais bien aimé alors que tu en parles dans le sujet, au lieu d'en faire mention ailleurs, qu'on puisse en discuter ;)

Je maintiens mon point de vue. Parce que pour moi, ce n'est pas s'autoproclamer guide ce que je décris. C'est suivre un modèle de vie que nous jugeons bon et par là peut-être montrer l'exemple si les autres le jugent bon aussi. Je ne dirai jamais à personne de faire comme moi parce que moi je sais ce qui est bon pour eux. C'est faux. Je ne suis pas Gandhi, je ne suis pas le Dalaï Lama et même eux ne demandaient certainement pas aux gens de les prendre pour guides même s'ils apparaissent comme des guides. Notre inconnu nous a gentiment rappelé que nos actes avaient des conséquences sur les autres. Nous sommes responsables. Alors mieux vaut avoir le meilleur comportement possible, sans pour autant dire aux autres de le suivre coûte que coûte. Parce que nous faisons tous des erreurs. Et que tout n'est pas à prendre. Je m'embrouille, je suis désolée. Mais je ne vois pas le mal à donner le meilleur de soi pour que les autres aient envie de faire pareil.
Revenir en haut Aller en bas
http://phoenixjewel.skyrock.com
Belluna
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8
Localisation : Au milieu des Rêves et des Etoiles
Groupe : Faëlle
Livre préféré : Les livres de Pierre Bottero, Erin Hunter, Christopher Paolini, Jean-Louis Fetjaine...
Date d'inscription : 06/11/2010

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Sam 6 Nov 2010 - 21:33

Bonjour !
Ce sujet m'intéresse particulièrement et je vais vous exposer mon point de vue =)

Pour moi, vivre Marchombre dépend de quel point de vue on se place : parle-t-on de la vie que vivent Ellana, Salim et les autre à sauver le monde tous les 2 jours, ou parle-t-on de l'état d'esprit Marchombre ?
Je ne crois pas que ces deux points de vue sont pareils !

Nous sommes dans le monde d'Ewilan, pas dans celui d'Ellana ! Et même si Salim en est originaire, il ne peut vivre ces aventures irréelles qu'en Gwendalavir, surtout que rappelons-le, l'art du dessin et le pas sur le côté n'existent pas dans notre monde !

Cependant, qui peut vraiment nous empêcher de sauver le monde ou d'être libre ?
Il ne faut pas s'enfermer dans l'état d'esprit si fermé de notre société ou bien toutes ces notions véhiculées par les livres de Pierre Bottero n'auront servit à rien ! Avez-vous réfléchi au vrai sens de la société Marchombre ?

Réfléchissez bien : êtes-vous vraiment prêts à vous laisser enfermer dans l'idée que l'était d'esprit qui vous plaît n'existe que dans un livre ?
Alors lisez cela, et dites moi ce que vous en pensez, et si j'ai tord !

J'ai lu dans certains posts (excusez moi, par manque de temps je n'ai pas tout lu, mais je remédierai à cela demain) que la société dans laquelle nous vivons nous empêchait d'être libre (l'école, le travaille, les impôts, la prison etc etc)... Mais avez-vous bien lu les Ellana pour dire ça ? Souvenez vous : la dernière escalade d'immeuble d'Ellana avant la fin de ses 3 premières années d'apprentissage en compagnie de Jilano, elle les a faites enchaînée. Et durant son ascension, elle a su comprendre que ces chaînes ne l'entravaient pas, mais qu'elles lui donnaient leur liberté !
Souvenez vous Sartre qui dit « Jamais nous n'avons été plus libres que sous l'occupation allemande. » ! Réfléchissez un peu à ce que cela veut dire !

Bon, je n'en dirait pas plus avant d'avoir lu toutes les réponses au complet !
Je n'ai mis que des pistes, mais je vous dirait que la philosophie Marchombre me sert chaque jour et réussit souvent à m'apaiser quand je suis trop énervée ^^


[je signalerai que je n'ai pas besoin d'être internée et je ne suis pas folle !]
Je n'ai pas le temps de relire mon post car je dois partir travailler un peu ! A bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Teyris

avatar

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 26
Localisation : Sur les routes
Date d'inscription : 31/10/2010

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Sam 6 Nov 2010 - 22:29

Pourquoi rechercher la magie d'un autre monde ou la désirer alors que, tout autour de nous et même au fond de nous même il existe des choses tous plus magiques les unes que les autres. Rien que le fait que la vie puisse être présente et se développer est un miracle. Le fait de se parler, de se comprendre. D'Ecrire et de lire !!! On est à des centaines de kilomètres de distances et simplement en écrivant des mots les uns derrières les autres il m'est possible de vous faire vibrer, pleurer, rire et j'en passe. Réalisez concrètement à quel point c'est un truc de ... FOU , l'écriture, le langage. Dans d'autres mesures on peut aussi s'extasier devant les émotions, les sensations, les sens. Le fait de bouger son corps aussi ( ne vous êtes vous jamais extasié devant votre Main ? Sans blague ... OUVERTURE , essayer de réaliser, si ce n'est pas déjà fait, ce qu'est une main, ce que représente le fait de pouvoir la bouger selon notre volonté, ce qu'on peut faire avec vis à vis du monde extérieur, ce qu'on peut ressentir, bref quoi !!! )

Et même physiquement, on voie les Marchombre comme des être avec des capacités hors du commun ? Ouvrez vous à toutes les pratiques qui existe dans ce monde, les experts en escalades, les surfeurs, les gymnastes, les maitres en art martial, les pratiquants de l'Art du déplacement etc etc , je n'ai qu'une chose à dire : il suffi d'ouvrir les yeux et ... Notre Âme .

Au plaisir les amis, tout est merveilleux pour qui sait voir, entendre ... ressentir . Et, par rapport à notre mode de vie actuel , tout n'est qu'une histoire de choix et d'actes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.teyriis.skyblog.com
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme
avatar

Masculin
Nombre de messages : 707
Age : 23
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Dim 7 Nov 2010 - 0:21

Tout d'abord, je tiens à rappeler -sans pour autant piquer le travail des modos- de bien lire le sujet avant de poster. Surtout des débats comme ceux-ci qui ma foi sont très fournis ^^

Réponse à Belluna.

Citation :
Cependant, qui peut vraiment nous empêcher de sauver le monde ou d'être libre ?
Il ne faut pas s'enfermer dans l'état d'esprit si fermé de notre société ou bien toutes ces notions véhiculées par les livres de Pierre Bottero n'auront servit à rien ! Avez-vous réfléchi au vrai sens de la société Marchombre ?

Ce post me semble bien virulent, aussi vais-je y répondre. Désolé si l'intention n'était pas de tenir des propos tels que je les ai ressentis ^^

Tout d'abord, je ne pense pas qu'il ait été dit qu'on s'enfermait dans cet état d'esprit. Au contraire, l'idée principale était l'affranchissement de toutes ces limites, comment s'en affranchir, jusqu'à quel point, y'a-t-il dans le fond une place pour ceux qui ne rentrent pas dans le moule... Etc. Je t'engage à lire la totalité du débat pour te faire une opinion et répondre à ces points essentiels ici ;) Ensuite, il est vrai que ce livre nous a apporté beaucoup de notions. Un peu comme lire Sartre par exemple, puisque tu le cites ; sauf qu'ici, la philosophie de fond est présentée sous forme de roman fantastique. Et la philosophie Marchombre étant directement en rapport avec le personnage fictif d'Ellana -sans Ellana, pas de Marchombres et pas de Philosophie Marchombre- , on pouvait à la base se demander jusqu'à quel point cette philosophie était elle aussi fictive ( à prendre ici en compte toute la dimension fantastique du Marchombre ). Et à la base, un livre fantastique sers à véhiculer du rêve. Je pense qu'il serait absurde de considérer ces ouvrages comme de simples livres de philosophie.

Ensuite, il me semble que comme le sujet parle de la société Marchombre, une réflexion a du être menée sur le sujet, à moins que ma mémoire soit particulièrement... Sélective, ou distraite.

Citation :
Réfléchissez bien : êtes-vous vraiment prêts à vous laisser enfermer dans l'idée que l'état d'esprit qui vous plaît n'existe que dans un livre ?


Voilà une question qui me plait mieux. Mais les réponses ont déjà étés données au fil du débat... Je te souhaite une bonne lecture ;)

Citation :
J'ai lu dans certains posts (excusez moi, par manque de temps je n'ai pas tout lu, mais je remédierai à cela demain) que la société dans laquelle nous vivons nous empêchait d'être libre (l'école, le travaille, les impôts, la prison etc etc)... Mais avez-vous bien lu les Ellana pour dire ça ? Souvenez vous : la dernière escalade d'immeuble d'Ellana avant la fin de ses 3 premières années d'apprentissage en compagnie de Jilano, elle les a faites enchaînée. Et durant son ascension, elle a su comprendre que ces chaînes ne l'entravaient pas, mais qu'elles lui donnaient leur liberté !
Souvenez vous Sartre qui dit « Jamais nous n'avons été plus libres que sous l'occupation allemande. » ! Réfléchissez un peu à ce que cela veut dire !


Effectivement, on peut rapporter les chaines aux entraves de la société. Et la liberté dont tu parles est une liberté toute relative, avec la volonté comme principe absolu de la liberté. On est certes libre de choisir, dans l'exemple de l'Occupation, de refuser à un soldat SS armé de montrer ses papiers d'identité. C'est vrai après tout, nous sommes libres. Seulement, il faut être capable d'assumer les conséquences de ce choix ; car même si l'on a été libre sur le moment ( en refusant l'ordre du soldat, appliquant ainsi le principe de la liberté par la volonté ), il faut s'attendre à subir les conséquences de ce choix. Ces conséquences sont variables, et peuvent amener à restreindre notre liberté ; dans mon exemple, on peut perdre peut-être plus que ça ( sa vie, par exemple... ).

Serais-tu capable d'assumer un tel choix ?

Il en allait de même pour Ellana. Et Ellana étant dans une situation improbable, dans un cadre fantastique, et qui plus est, étant elle-même un personnage improbable dans notre monde, elle s'en sors avec ses chaines.

Je pense donc que l'exemple que tu cites est à prendre avec un certain recul.

Et une fois de plus, je te renvoie à tout le débat ;)

Et ne t'inquiètes pas, personne ici ne se permettra de te comparer à une folle. Ou même d'insinuer telle chose.


Et rien à redire pour ton post, Tey'. Un message très poétique ;)


Au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Lasarya
Invité
avatar


MessageSujet: ....   Ven 19 Nov 2010 - 17:59

SAns faire moitié aussi long que vous tous je pense juste que être marchombre comme ellana ou jilano peut être possible dans Gwendalavir pas ailleur. Nous pouvons cependant être nous réfléchir agir par nous même mais trop de problèmes comme l'argent l'emploi ou simplement le respect de toutes les lois nous empèchent d'agir. Cela dit un Marchombre est avant tout lui même et poursuit son idéal et rien ne peut l'en empècher. disont donc que nous avons en plus des contraintes que les marchombres de gwendalavir ne connaissent pas.Une autre forme de Marchombres des temps modernes....
....


EDIT Eleyra : Sujet déplacé dans celui auquel tu voulais surement répondre...
Comme le dit Ridz, pour Répondre à un sujet il faut cliquer sur Répondre...
Revenir en haut Aller en bas
Ridz
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 362
Age : 26
Localisation : Sur mon ptit tabouret rose à pois verts de 2 cm de diamètre (les pois, pas le tabouret).
Groupe : Marchombre, mais avec une dérivée Cherry timbrée hystérique, à mes heures !
Livre préféré : Un des deux premiers tomes du Pacte, parce qu'il y a Jilano, les livres de Pierre en général, et la série de l'Assassin Royal (Robin Hobb)
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Ven 19 Nov 2010 - 18:20

Bon avant tout, si un modo ne passe pas avant que tu ne reviennes poster un message, je vais "jouer les modos" pour éviter d'avantages de topics de ce genre, vu qu'il s'agit d'incompréhension du forum ^^

Donc le bouton "nouveau" créée un nouveau topic (une nouvelle discussion, un sujet...) et le bouton "répondre" permet de rédiger un message à la suite du topic en cours, confusion qui arrive chez ceux qui ne connaissent pas encore trop les forums.

Ensuite comme j'ai vu ton topic de présentation et un autre post du même genre qu'ici mais rédigé en violet, j'ajouterais qu'il faudrait que tu lises ça pour faire ta présentation convenablement, parce que tu n'as absolument rien mis là... ôO
(et le violet sur fond bleu est absolument illisible).
Revenir en haut Aller en bas
http://ridz-cherry.blogspot.com/
Solituda
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 331
Localisation : Je pourrais vous répondre que je viens du ventre de ma mère, de l'endroit où j'habite, des ex forums sur lesquels j'étais. Tant de lieu, tant d'endroits parcourus. Je viens d'une musique, The pianist. Je viens du tréfonds de ses notes, de ses sentiments, de sa douleur. Je viens de cette Solitude.
Livre préféré : The Unbeliever. Vous ne devez surement pas connaître. Mais je vous le déconseille. Tout en vous le conseillant.
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Sam 20 Nov 2010 - 12:30

Citation :
"Donc, de nos jours, la société de biens matériels consommables nous impose à des choix, à marcher sur des voies fermées et rigides, qui ne nous correspondent pas forcément. Nous ne sommes pas des moutons de Panurge, mais c'est en cela que le monde "moderne" aimerait nous transformer, contre notre gré.
Mais malgré tout, si on n'as pas un certain degré d'adaptation, on ne peut survivre, et c'est l'échec total."

Premièrement, je tiens à m'excuser de pas avoir tout lu les posts avant ^^".
Secondement, il y en avait pas tout à l'heure, mais j'ai fais je sais pas quoi, et ça m'a tout effacé. Et JE CRISE.

Bref (J'écris tout ça pour la deuxième fois x')), ce que tu dis, nous rapporte à un certain sujet de dissertation: "Sommes-nous formaté par la culture?"

Tu marches. Pourquoi? Parce que tu as vu tes semblables marcher, et a pris exemple sur eux.
Tu parles. Pourquoi? Parce que on t'a transmit un langage.
Quand tu vas au toilette, tu t'essuies les fesses après avoir fait ton affaire. Pourquoi? Parce qu'on t'a appris à faire ça. (Et parce que sinon t'es crade. x')).
Tout ce que tu fais, tes gouts, etc, on te l'a donné. La société, la culture plus précisément t'a formaté. Au final, qu'as-tu de propre à toi? Si demain tu vois un mec qui se promène nu dans la rue, tu vas te dire, "il est malade". Mais pourquoi le serait-il? Simplement, parce que la culture impose de mettre des vêtements, et il ne le fait pas.

Mais cette culture, qui te formate, et te "crée" comme tout les autres humains te donnes aussi quelque chose qui te permets de sortir de ce formatage.
La réflexion. La réflexion te permets d'aller au dessus de tout ça, de tout ce formatage, afin de penser par toi même. De comprendre et de voir où tu es influencé.

Citation :
Est-ce que la survie implique un renoncement de nous-même quelque part, ou bien peut on "changer le monde" grâce à nos idéaux de Voie et d'Harmonie ?

Le monde est comme il est. On peut essayer de le changer. Mais au final, l'homme a du bon et du mauvais en lui. C'est l'équilibre. Il y aura toujours quelque chose de mal.
Renoncer à Soi? Jamais. Surtout pas. Mais le Marchombre a une capacité assez... utile.
Tu te rappelles l'épisode de la rivière? Ou Ellana doit la traverser? Bah c'est la même chose. Si elle veut imposer sa force d'humaine contre la rivière, elle sera balayé. Mais si elle se met à jouer avec, si elle s'adapte à la rivière, la comprend, alors elle avance.
On doit faire pareille. S'adapter, tout en n'oubliant pas qui on est. Se couler dans la société, et jouer avec. Le Guerrier se bat. Le Faible renonce. Le Marchombre s'adapte.

Voilà un certain point de Vue. Au plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Mer 10 Aoû 2011 - 11:47

j'ai quelques grains a rajouter , mais je pense que tout se que j'avais a dire a déjà été dit de façon "parfaites " ^^ de plus je n'ai pas lu tout les posts et je date de quelques jours donc je m'excuse auprès de tous
alors...
citation:
"Pour qu'elle ait enfin cette Liberté, je la lui ai imposée, ce qui veut donc dire le contraire de la Liberté
Je crois que j'ai mal agi. la fin ne justifie pas les moyens....."(Mara)

je ne pense pas que ce que tu as fait est mal Mara , tu ne lui a pas imposée cette liberté ,mais tu la plûtot guidée ton amie vers cette liberté , te tu le lui a enseigné pas imposée ,libre a elle de l'accepter ou la refuser .



Et puis je préfére porter un masque et qu'on me laisse tranquille, surtout dans mes pensées, le seul endroit où je peux être libre.(jilian)
je suis comme toi ...

en bref pour ne pas faire long pour rien,vu que je suis d'accord avec beaucoup d'entre vous je pense tout simplement que nous devons continuer à avancer unie sur nos voies .Le peu que j'ai parcouru m'a particlièrement émue .

ici je send mon âme s'exprimer comme elle ne la jamais fait ,ici les chaînes de la société tombent .
merci aux admins et ceux qui contribuent à ce forum .

il faut se battre comme tout marchombre .

**rêve devenu realité
harmonie et paix en soie
marchombre d'ici.**








Revenir en haut Aller en bas
Siam Celyane
Curieux
Curieux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 20
Age : 28
Localisation : Saint-Dié des Vosges (88, proche de Nancy, Strasbourg)
Groupe : Marchombre
Date d'inscription : 12/03/2012

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Mar 13 Mar 2012 - 12:55

Je n'ai pas encore fini la première page et j'en jubile déjà. Sujet fort intéressant.

J'en lis beaucoup qui ont dis "J'ai l'impression d'être HS", alors que moi j'ai l'impression que vos arguments sont d'une pertinence étonnante, surtout quand je vois l'age de certains, j’hallucine totalement.

Bref je vais prendre le temps de finir de tout lire avant de m'engager plus loin, mais si ce sujet est "mort", chose que je n'ai même pas encore vérifié (à voir, la date du dernier message), j'ai l'ambition de le déterrer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Layramis
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 174
Age : 19
Localisation : Quelque par entre Le Royaume Raïs, les archipels Alines, le pays faël et la mer des Brumes...ça me semble assez précis !
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ellana, évidement... sinon je dirais la Reine Soleil (Christian Jacq), Harry Potter et tous les autres chefs d'oeuvres de Pierre Bottero
Date d'inscription : 24/08/2013

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Dim 3 Nov 2013 - 23:21

Alors, par avance je suis désolé si je répète quelqu"un mais j'ai dû arrêter ma lecture vers le début de la page 2 pour des questions de temps   

Vous avez l'air a peu près tous d'accord sr le fait que notre société nous cloisonne, nous met dans des cases, nous impose une façon de vivre, de penser, de parler.
Dans le fond je suis du même avis sur le fait que notre monde tel qu'il est aujourd'hui est incomparable avec Gwendalavir, mais je trouve que cette différence est assez exagérée, et que les problèmes de "communautarisme" (au sens péjoratif : qui met les gens dans des cases) sont tout aussi présent en Gwendalavir, voir plus !

  -> dans le pacte des marchombres : Jilano dit à Ellana le jour de leur rencontre : "je t'offre une chose que les hommes ont depuis longtemps oublié, je t'offre la liberté." (je n'ai pas le livre sous la main, sorry si ce n'est pas ça la phrase exacte) Ainsi, Jilano insinuerait que les Alaviriens (Marchombres et Mercenaires exclus) sont eux-mêmes victimes de leur société.
 
  -> dans la quête d'Ewilan : Lorsque Ewilan se rend compte que la majorité de ses amis ne pourront plus la suivre car "là n'est pas leur place". Ainsi ils n'ont pas le droit de continuer l'aventure parce qu'ils "ne sont pas dans la bonne case" : Maniel est un simple soldat qui doit obéir à ses supérieurs par exemple. De plus, le fait qu'Ewilan tombe de l'armoire à cette annonce sous-entendrait qu'il y a bien plus de "liberté" chez nous.

Donc, cette société ne serait, certes, pas la meilleure pour l'apprentissage de la voie, mais elle offrira bientôt des possibilités qu'il n'y aurait pas en Gwendalavir : Imaginez un marchombre en apesanteur ! Une gestuelle marchombre sur la Lune, ce ne serait pas trop la classe ?

Je finirais en revenant sur les pensées d'Ellana au moment où elle gravit une montagne, enchaînée, à la toute fin de sa formation:
"Sommes-nous toujours marchombre que nous soyons jeune ou vieux ? en pleine forme ou blessé ? De simple chaîne peuvent-elles retirer au marchombre son statut de marchombre ?" (je n'ai toujours pas le livre sous la main  )

Cette phrase, selon moi, nous montre que l'on peu tout aussi bien arpenter la voie dans les années 70 que sous le IIIème Reich...

   Voilà ce n'est pas aussi fournit que d'autres post mais je vais essayer de m’améliorer, d'ailleurs moi aussi j'aimerais déterrer ce topic très intéressant ^-^
Revenir en haut Aller en bas
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme
avatar

Masculin
Nombre de messages : 707
Age : 23
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Jeu 17 Avr 2014 - 11:02

Allez-y, faites donc, déterrez ! Si tout le monde faisait ça, peut-être que le forum retrouverait son lustre d'antan.

Pour ma part, je vais relire ce qui a été dit ( j'avais oublié que c'était moi qui avait lancé le sujet ).
Mais quatre ans plus tard, la question que j'aurais posé serait : "Peut-on rester nous-mêmes en avançant dans la société ?"

Avec ma bénédiction, chers forumeux ; je suis en tout cas agréablement surpris de trouver des gens qui sont encore là pour échanger sur cette question qui a toujours été chère à mon coeur.

Des bisous.

  
Revenir en haut Aller en bas
Ellie Tombétoile
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Localisation : Ailleurs, peut-être au large sur un beau violier, ou quelque part perdue sur une route qui n'en finit pas, frôle l'horizon
Groupe : Frontalière
Livre préféré : Bottero, Vargas, Connoly, Robin Hobb, La Nuit des Temps de Barjave
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   Mer 7 Mai 2014 - 20:13

Bien envie de rouvrir ce sujet. Juste pour la question de Remiel. "Peut-on rester nous-mêmes en avançant dans la société ?"

D'abord, je tiens à dire que je réponds à cette question en ma qualité de jeune lycéenne un peu naïve qui n'y connaît au final pas grand chose à la vie, donc ma réponse ne sera sûrement pas totalement juste, ni complète. Mais bon, je me lance et vous laisse juge.

J'aurais tendance à répondre oui. Bien sûr, notre société, comme toutes sociétés d'ailleurs, comporte des règles, nécessaires pour un minimum d'ordre, mais ne supprime pas entièrement notre liberté pour autant. Enfin, comme quelqu'un l'a dit plus haut, personne ne nous oblige vraiment à faire quoique ce soit, l'exemple de l'école était très juste à mon avis. Pour moi, on est toujours libre de nos choix, influencés par des tas de paramètres, c'est vrai, mais au final toujours libres dans le choix final. Et à mes yeux, c'est ça, la liberté, savoir accepter les chaînes que l'on porte tous, et vivre avec malgré tout. Mais je m'écarte je crois.

Je pense que quelques soient les choix, les décisions qu'on ait à prendre donc, rien ne peut changer ce que nous sommes. C'est peut-être une vision un peu facile de la chose. Mais je pense que rien ne nous formate, rien ne nous oblige à rentrer dans telle ou telle case, se conformer à tel ou tel groupe de personne, surtout pas la société. Je pense que la seule chose qui puisse nous enfermer, nous empêcher d'être nous-mêmes, c'est justement nous-mêmes. Nous sommes le seuls à pouvoir décider de nous priver de notre liberté.

J'ai l'impression d'avoir fait un peu de hors sujet, et de ne pas avoir réussi à exprimer tout ce que je voulais. Enfin, j'attends vos réactions, pour éclairer un peu mon esprit de toute évidence un peu brouillon et embrumé ce soir ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?
» Réserve de marche, entre théorie et réalité
» LE CHOIX D'UNE VIE (Tome 1) ENTRE REVE ET REALITE d'Astrid Lafleur
» Morok
» Entre rêve et réalité. [Aldercy et Drew o/]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Autour de la Voie :: La Voie dans nos Vies-
Sauter vers: