La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleyra Leina
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4531
Age : 25
Localisation : Llewanda
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ellana, La Moïra, Les Royaumes du Nord
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Les secrets   Dim 13 Mar 2011 - 17:22

Qu'est-ce encore que ce sujet... :P
Des questions que je me pose actuellement et dont j'aimerais entendre des avis extérieurs...

On me raconte beaucoup de secrets. Des petits, des gros, des amusants, des tristes, des futiles, des graves...
Des secrets, par définition, doivent le rester.
Mais devons-nous toujours les garder pour soi ?

On nous a souvent répété que si un camarade de classe se faisait battre, s'il se droguait, même si c'était un secret il fallait le dire, pour pouvoir l'aider. Que c'était pour son bien et qu'il ne fallait pas hésiter à trahir ce secret, et donc à trahir son amitié. Un secret ne devrait donc pas toujours être gardé si on suit ce raisonnement.

Moi j'ai envie d'aborder le sujet sur un autre angle.
Non révéler pour aider l'autre, mais révéler pour s'aider soi.
Je veux parler du fait de parler d'un secret qu'on nous a confié pour ne pas sombrer parce que trop lourd à porter seul.

Prenons juste les deux cas pour lesquels ça vaut.


Les secrets dits "graves"

Je pense aux maladies dont les gens ont du mal à parler par exemple. Des maladies dont ils nous confient la nature, contre lesquelles on ne peut rien pour eux. Juste s'inquiéter. Ces secrets qu'ils nous confient pour qu'on sache, par sincérité, parce qu'ils ont besoin d'en parler pour se sentir moins seuls. Mais lorsqu'ils les confient en tant que secrets à des gens qui leur sont proches, ils posent également un fardeau sur les épaules de ces gens.
C'est difficile pour celui qui a apprit ce secret de garder le fardeau pour lui tout seul et de ne pas le partager avec les autres parce qu'il s'inquiète, parce que c'est angoissant, et qu'il a aussi besoin de soutien pour résister à cette vague de crainte.
J'ai gardé un secret comme celui-ci pendant deux ans, secret qui m'a littéralement bouffée de l'intérieur et pour lequel j'ai craqué, explosé, fondue, prenez le mot que vous voulez, parce qu'en deux ans il a grossit, s'est amplifié, et même s'il n'était plus d'actualité, il avait laissé une traînée de peur et de mort dans son sillage.
Le seul moyen que j'ai eu de m'en "sortir", fut de laisser tout s'évacuer dans les oreilles d'une amie, avec des larmes, beaucoup de larmes. Depuis j'ai peur, peur de garder des secrets pareils pour moi toute seule, parce que je ne le peux pas. Je ne le peux plus.
Est-ce trahir les gens qu'on aime que de révéler ces secrets-là pour ne pas sombrer ?
Surtout que ces secret-là, c'est bien beau de les révéler à des gens qui ne connaissent pas le propriétaire du secret, mais on a besoin d'en parler avec ceux qui sont également proches de cette personne, pour ne pas être les seuls à s'inquiéter, pour avoir une épaule, un soutien, lorsqu'on craque psychologiquement.


Les secrets "tristes"
> Cela vaut aussi pour les secrets tristes. On apprend parfois des mauvaises nouvelles. Des secrets pas très reluisants sur des personnes qu'on aime et qui nous font mal. Doit-on les garder pour soi si ils nous font mal ? Ou peut-on les épancher pour soulager un peu notre peine ?
Serait-ce une trahison ?

--------------------------------------------------------------------

Ensuite je veux évoquer un autre point.
Est-ce trahir quelqu'un que d'évoquer un secret à demi-mot à un parfait inconnu pour cette personne, qui ne connaîtra jamais le nom, le visage de celui dont on parle ?
Parce que c'est parfois difficile de garder une grosse quantité d'information (parce que les secrets ça s'amoncelle) pour soi tout seul, et que le fait de les dire même que partiellement peut faire du bien lorsque la pression devient trop forte.
Et que parfois, révéler un secret à un parfait inconnu pour relâcher la pression permet de ne pas le faire en révélant un secret à une personne qui connait le propriétaire du secret.
Et évidemment, je parle des minis secrets sans réelle importance.



Voilà... J'aimerais vraiment connaître vos avis, surtout pour la première partie. J'en ai vraiment besoin en ce moment.




_________________

Eleyra,
Fille du Vent et de la Nuit
Esprit des Tempêtes

Artiste des Possibles
Ayant la chance d'avoir l'unique et la génialissime Elurían Aeglir comme aide de camp
Première conseillère et juge suprême de la SABIA
Designer en chef du mobilier haut de gamme chez Soriamh & Cie
Co-présidente de la LPDFB...
Secrétaire Réciproque et Démone Emissaire de Miaou Til' Plume
Revenir en haut Aller en bas
Nour
Aspirant à la Greffe
Aspirant à la Greffe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 734
Localisation : Sur le chemin de la Vie
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Bottero, Damasio, Tolkien...
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: Les secrets   Dim 13 Mar 2011 - 19:42

Pour la première partie, je dirais que lorsque les secrets deviennent trop lourds, il faut en parler pour ne pas sombrer. En parler, pour se libérer, pour se sentir mieux.

Pour les secrets dits graves, je pense que l'on doit réfléchir à la personne à qui le révéler pour ne pas avoir un mauvais retour ou alors le garder pour soi afin de ne pas charger les autres de choses auxquelles ils n'ont rien n'avoir.

Pour les secrets tristes, il faut aussi trouver la bonne personne qui saura comprendre mais qui saura aussi t'aider (je ne suis pas très claire mais je ne sais pas trop comment le dire).


Pour la deuxième partie, je pense que non.
Offrir un secret a demi-mot à un inconnu n'est pas trahir ses ami(e)s. Un inconnu, c'est quequ'un que tu as peu de chances de recroiser un jour, et puis à quoi ce secret lui servirait-il ?

Citation :
Et que parfois, révéler un secret à un parfait inconnu pour relâcher la
pression permet de ne pas le faire en révélant un secret à une personne
qui connait le propriétaire du secret.

Je suis complètement d'accord.


En espérant t'avoir répondue et aider.


Nourliana
Revenir en haut Aller en bas
Elurían Aeglir
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2991
Age : 26
Localisation : A proximité d'une excentrique hyperbole équilatère.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Je n'en ai lu aucun.
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Les secrets   Dim 13 Mar 2011 - 22:07

D'après ce que j'ai cru comprendre, c'est à ça
Eley' a écrit:
Est-ce trahir les gens qu'on aime que de révéler ces secrets-là pour ne pas sombrer ?
que tu aimerais que l'on réponde en priorité...


Dans le cas où on n'a pas demandé à recevoir cette confidence, donc dans le cas que tu évoques, parce que la personne cherche du soutien ou veut démontrer qu'elle nous fait confiance, on peut se retrouver (comme dans ton cas) victime collatérale de ce secret oppressant sans n'avoir rien demandé...
Alors pourquoi ne pas poursuivre cette "chaîne de la transmission" comme thérapie, pour se soulager de ce poids, en se confiant à son tour ?
Le problème serait alors que la troisième personne fasse de même, et et caetera. Mais si la personne choisie ne connaît pas la première personne (vous suivez là ? ), a priori, elle aura beaucoup moins de mal à supporter la chose, parce que ce ne sera jamais qu'un nom, l'ami d'un ami : après tout on entend, on voit chaque jour des scènes horribles et des individus au destin tragique, à la radio, à la télé, dans les journaux, sur internet...

Je ne crois pas que ce soit réellement une trahison.
Enfin tout dépend de ce que l'on entend par trahison.
Pour moi, dans une telle situation, trahir, c'est refuser d'écouter, rejeter sa confiance en n'acceptant pas d'entendre les confessions, et donc blesser directement un ami qui n'en a certainement pas besoin, voire même oublier ce secret, en le négligeant, en le cantonnant au fond de son esprit.
Pour respecter celui qui se confie, je crois qu'il faut entretenir le secret, le garder vivace, ne pas l'oublier,car il peut expliquer des choses et même permettre d'avancer, sans non plus bien entendu la garder en permanence en tête...

Alors bien sûr, si l'on crie sur les toits, si l'on raconte à tous ceux qui connaissent la personne quelque chose qu'elle leur a caché pour une raison x ou y, qu'il convient de respecter, quoique l'on en pense, là on trahira cette personne...
Néanmoins, si on se contente de se confier, parce que le poids d'une telle confidence devient trop élevé, à une tierce personne (ce qui rejoint ce que tu expliques dans la deuxième partie, je crois), que l'on connaît d'ailleurs (admettons que je te confie qu'une amie qui fait du basket avec moi, à l'autre bout de la France, est atteinte d'une maladie très grave, sans que je te dise son nom) et en qui on a confiance pour ne pas galvauder cette information, ni se moquer, avant d'atteindre un point où sous le coup d'une forte émotion on pourrait le répéter au premier venu, on ne trahit pas cette confiance...
Après l'idéal ce serait de s'expliquer directement avec la personne qui a confié le secret, pour lui faire part du problème, mais il y a des situations dans lesquelles ce n'est pas toujours possible...


Quelqu'un qui voulait embêter le monde a écrit:
Est-ce trahir les gens qu'on aime que de révéler ces secrets-là pour ne pas sombrer ?
Grosso modo je dirais donc non, mais bon, je ne crois pas qu'il y ait de règle générale et qu'il est préférable de voir au cas par cas...
Enfin, j'ai quand même l'impression, plus que vague, qu'une fois de plus, je n'ai répondu à rien
Au moins, j'aurai essayé...

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo"
JRR Tolkien
Aide de Camp de la grandissime Eleyra Leina
Coordinatrice et présidente honorifique de la SABIA

"N'ignorez pas l'enseignement de la voie pure d'un
fleuve de montagnes dévalant sur les roches."

Morihei Ueshiba


"At the end of a storm is a golden sky
And the sweet silver song of a lark."


Dare to click here ?
Or here ?
Revenir en haut Aller en bas
http://decachroniques.blogspot.fr/
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises
avatar

Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 27
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Les secrets   Lun 14 Mar 2011 - 13:44

C'est une question intéressante à laquelle je n'avais encore jamais réfléchi.
Oui, ça peut paraître bizarre mais si j'écoute les gens, que je les conseille ou les aides de mon mieux, je ne suis pas ce qu'on pourrait appeler un coffre à secrets. J'ai mes secrets, les miens, que peu de gens, voire personne, connaissent mais je garde peu ceux des autres. J'vais déjà m'expliquer sur ce fait.

Tous les jours, nous recevons une quantité absolument phénoménale d'informations sur une quantité non moins phénoménale de gens. Comment savoir alors ce qui est un secret et ce qui ne l'est pas, et quand bien même ce serait un secret, comment faire déjà pour ne pas le perdre dans la masse d'information et l'oublier ou oublier le fait que c'est un secret et ensuite, comment faire pour que ce secret n'apparaisse pas malencontreusement dans la quantité phénoménale d'information que nous transmettons tous les jours.
J'extrapole : Aujourd'hui, j'ai parlé à 20 personnes. Sur ces 20 personnes, une dizaine m'ont confié une information personnelle. Sur ces 10 personnes, 5 pensent m'avoir confié un secret, sur ces 5, une seule m'a expressément dit qu'il s'agissait d'un secret et que je ne devais pas le répéter.
Comment savoir quelles informations sont personnelles, et lesquelles sont des secrets (si ce n'est la dernière) ?
Il est déjà relativement difficile de faire le tri dans toutes ces informations : ce qui est utile, ce qu'il ne faut pas oublier, ce dont il ne faut pas parler, comment peut-on demander implicitement aux gens de garder un secret en sachant ça ? C'est déjà presque impossible.

Du coup, on a deux catégories de secrets : Les implicites et les explicites.
Pour moi, les secrets implicites ne sont pas à proprement parler des secrets, puisqu'il n'a pas été précisé clairement que cette information ne devait pas être divulguée. Donc, si je révèle un secret implicite, ce n'est pour moi pas une trahison puisque je ne suis pas informée de l'enjeu. Si cette personne en parle ainsi, et nous reproche ensuite de la trahir parce que l'information est revenue au détour d'une conversation, c'est elle qui s'est trahie. En confiant un secret à quelqu'un sans lui préciser que c'est un secret.

Ensuite, peut-on révéler un secret explicite, par exemple dans le cas de secrets graves, pour ce soulager, obtenir de l'aide ?
Je pense que cela dépend des personnes déjà, puisque nous n'avons pas la même vision des secrets, mais j'ajouterai que pour moi, le plus important c'est la communication avec le principal intéressé. On me confie un secret, mais ce secret me ronge, j'aimerais avoir de l'aide, un appui, la première personne que j'essaye de contacter c'est la personne concernée par le secret. " Ecoute, ce que tu m'as dit, ça me fait du mal, je me sens impuissante, j'aimerais en parler. " Si ça se trouve, cette personne en avait déjà parlé à une amie commune et vous pourrez donc parler de ça ensemble, sans que le secret ne s'échappe...
Sinon, avoir une discussion avec cette personne peut avoir un effet bénéfique qui réglerait le problème.
Dans le cas où cela ne fonctionne pas, que l'on ne peut pas communiquer avec la personne ou que celle ci refuse de parler avec nous, il y a un changement de statut du secret. J'entends par là que quelque chose qui affecte quelqu'un et qui ne veut en parler qu'à un cercle restreint de personnes est son secret ; mais, par la suite si le secret d'un autre nous affecte et que cet autre refuse de "partager" le secret, de discuter de son secret et du nôtre (puisqu'il nous affecte désormais), nous devenons porteur d'un secret : le secret de quelqu'un d'autre nous fait du mal et nous aimerions en parler.
C'est là que ce pose le problème puisque le secret n'engage pas que nous et que nous ne pouvons donc théoriquement pas décider seul de la personne à qui en parler. Dans ce genre de cas, je pense que dans la pratique, nous pouvons nous décharger du secret en parlant à une personne de confiance et en dévoilant le moins possible du secret de base...

De toute façon, je pense que ce genre de secrets explicites graves qui sont susceptibles d'affecter autant le porteur du secret que les personnes entendant le secret ne devraient pas être gardés dans la solitude. Dire un secret de ce genre, c'est chercher une épaule pour s'appuyer, mais c'est également partager une peine et l'on devrait toujours être ouvert à la discussion avec la personne qui partage notre peine.

C'est un peu compliqué à expliquer, et je pense compliqué à comprendre, mais comme je l'ai dit je n'avais encore jamais réfléchi sur la question... J'espère quand même avoir pu répondre à ta question...
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Hatchiko
Gardien de la Huitième Porte
Gardien de la Huitième Porte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2636
Age : 24
Localisation : L'Ailleurs.
Groupe : Membre de la Famille
Livre préféré : Zouck, certainement... Mais tant d'autres ! <3.
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Les secrets   Lun 14 Mar 2011 - 20:09

Bon, je prend des bouts dans le désordre, je reprend, je commente et j’vous dis ma pensée ! Alors, j’espère que vous arriverez a suivre. :)

Aziliz a écrit:
Du coup, on a deux catégories de secrets : Les implicites et les explicites.
Pour moi, les secrets implicites ne sont pas à proprement parler des secrets, puisqu'il n'a pas été précisé clairement que cette information ne devait pas être divulguée. Donc, si je révèle un secret implicite, ce n'est pour moi pas une trahison puisque je ne suis pas informée de l'enjeu. Si cette personne en parle ainsi, et nous reproche ensuite de la trahir parce que l'information est revenue au détour d'une conversation, c'est elle qui s'est trahie. En confiant un secret à quelqu'un sans lui préciser que c'est un secret.
Je suis d’accord pour tes deux catégories de secrets. Moins d’accord sur ce que tu dis sur les implicites. Quand quelque chose est implicite, pour moi et donc si tu arrives a le mettre dans cette catégorie, c’est qu’il est suffisamment important pour que tu comprennes que c’est un secret vis-à-vis de l’autre. Et donc, avant de le révéler, il faut demander à la personne a QUI tu peux en parler. ^^ Au moins autant qu’avec un implicite.
Quand je parle a quelqu’un d’un de mes problèmes, je sous entend que c’est un secret, mais ne le dis pas. Pour autant, je n’aimerai pas que toute la fac soit au courant ! :P Après, ça dépend de la personnalité des gens aussi ! J’n’ai pas l’habitude de confier mes secrets ou mes pensées, la personne le sait, alors même si je lui dis pas, elle doit se douter qu’elle ne doit pas parler ! Quand on parle sincèrement a quelqu’un –et confie implicitement un secret- la personne doit nous connaître suffisamment pour savoir.
Ou alors, crée une autre catégorie de secret « ceux dont on ne peut pas supposer devoir garder le secret » et encore. Pour moi, si quelqu’un me donne une info vraiment personnelle, qui sera alors un secret, j’évite de le répéter ou même d’en parler !

Aziliz a écrit:
Ensuite, peut-on révéler un secret explicite, par exemple dans le cas de secrets graves, pour ce soulager, obtenir de l'aide ?
Je pense que cela dépend des personnes déjà, puisque nous n'avons pas la même vision des secrets, mais j'ajouterai que pour moi, le plus important c'est la communication avec le principal intéressé. On me confie un secret, mais ce secret me ronge, j'aimerais avoir de l'aide, un appui, la première personne que j'essaye de contacter c'est la personne concernée par le secret. " Ecoute, ce que tu m'as dit, ça me fait du mal, je me sens impuissante, j'aimerais en parler. " Si ça se trouve, cette personne en avait déjà parlé à une amie commune et vous pourrez donc parler de ça ensemble, sans que le secret ne s'échappe...
Sinon, avoir une discussion avec cette personne peut avoir un effet bénéfique qui réglerait le problème.
Dans le cas où cela ne fonctionne pas, que l'on ne peut pas communiquer avec la personne ou que celle ci refuse de parler avec nous, il y a un changement de statut du secret. J'entends par là que quelque chose qui affecte quelqu'un et qui ne veut en parler qu'à un cercle restreint de personnes est son secret ; mais, par la suite si le secret d'un autre nous affecte et que cet autre refuse de "partager" le secret, de discuter de son secret et du nôtre (puisqu'il nous affecte désormais), nous devenons porteur d'un secret : le secret de quelqu'un d'autre nous fait du mal et nous aimerions en parler.
C'est là que ce pose le problème puisque le secret n'engage pas que nous et que nous ne pouvons donc théoriquement pas décider seul de la personne à qui en parler. Dans ce genre de cas, je pense que dans la pratique, nous pouvons nous décharger du secret en parlant à une personne de confiance et en dévoilant le moins possible du secret de base...

De toute façon, je pense que ce genre de secrets explicites graves qui sont susceptibles d'affecter autant le porteur du secret que les personnes entendant le secret ne devraient pas être gardés dans la solitude. Dire un secret de ce genre, c'est chercher une épaule pour s'appuyer, mais c'est également partager une peine et l'on devrait toujours être ouvert à la discussion avec la personne qui partage notre peine.
Je suis tout à fait d’accord avec toi, je pense que si on a un problème avec le fait de porter ce secret, soit parce qu’il est trop lourd pour nous, soit parce qu’il ne devrait pas en être un, il faut parler au principal intéressé. Mais… Le problème des secrets, c’est que la personne refuse souvent de les dire ! Oui, elle en a parlé a toi, mais qu’a toi. Et bon, déjà ca a pas été simple, donc… Le dire a plus de monde : Merci mais non merci !

Eleyra Leina a écrit:
Mais devons-nous toujours les garder pour soi ?
(..)
Moi j'ai envie d'aborder le sujet sur un autre angle.
Non révéler pour aider l'autre, mais révéler pour s'aider soit
.
(…)
Les secrets dits "graves"
(…)
Le seul moyen que j'ai eu de m'en "sortir", fut de laisser tout s'évacuer dans les oreilles d'une amie, avec des larmes, beaucoup de larmes. Depuis j'ai peur, peur de garder des secrets pareils pour moi toute seule, parce que je ne le peux pas. Je ne le peux plus.
Est-ce trahir les gens qu'on aime que de révéler ces secrets-là pour ne pas sombrer ?

Je pense qu’il y a quelque chose d’important a remarquer : Si la personne nous a confié son secret… C’est qu’elle le trouvait lourd, avait besoin de se décharger, pour ne pas sombrer, en un mot : Besoin de l’autre. Elle cherche un appui. Cet appui, on peut l’être au début, un moment, puis quand le secret nous ronge la nuit, nous empêche de dormir et ne nous lâche plus… On ne devient plus bon a l’aider, et, alors, la personne pourrait nous en vouloir a nous : Non pas d’avoir révélé son secret –puisqu’on est dans le cas ou on ne le fait pas- mais plutôt de ne plus être a la hauteur de la confiance accordé : « celui du besoin et de l’aide ». Car comme tu l’as dis : a un moment ou a un autre, c’est nous qui craquons.

Eleyra Leina a écrit:
Les secret-là, c'est bien beau de les révéler à des gens qui ne connaissent pas le propriétaire du secret, mais on a besoin d'en parler avec ceux qui sont également proches de cette personne, pour ne pas être les seuls à s'inquiéter, pour avoir une épaule, un soutien, lorsqu'on craque psychologiquement.
Je suis d’accord. De un, si on en parle a quelqu’un qui n’est pas a courant, ca nous décharge temporairement, mais alors, la personne s’inquiètera pour nous, et pas pour l’autre. Cela peut alors devenir un cercle vicieux. Et… Ca ne soulage que temporairement, voir pas du tout.

Elurían Aeglir a écrit:
Dans le cas où on n'a pas demandé à recevoir cette confidence, donc dans le cas que tu évoques, parce que la personne cherche du soutien ou veut démontrer qu'elle nous fait confiance, on peut se retrouver (comme dans ton cas) victime collatérale de ce secret oppressant sans n'avoir rien demandé...
Alors pourquoi ne pas poursuivre cette "chaîne de la transmission" comme thérapie, pour se soulager de ce poids, en se confiant à son tour ?
Le problème serait alors que la troisième personne fasse de même, et et caetera. Mais si la personne choisie ne connaît pas la première personne (vous suivez là ? ), a priori, elle aura beaucoup moins de mal à supporter la chose, parce que ce ne sera jamais qu'un nom, l'ami d'un ami : après tout on entend, on voit chaque jour des scènes horribles et des individus au destin tragique, à la radio, à la télé, dans les journaux, sur internet...

On peut avoir parfois besoin de quelqu’un « hors affaire », mais il ne pourra en aucun cas juger la « gravité ». Une personne proche de la personne « en danger » pourra bien mieux nous aider et nous conseillé, parce qu’elle connaît cette personne et pourra elle aussi l’aider.
Mais alors, on revient dans le cas qu’il faut demander à la personne concernée !
Mais alors, que faire en cas de refus ?

Très sincèrement ? Moi j’en parlerai. Au moins a une personne proche, a condition de la connaître très bien, de lui faire confiance, et d’être sûr qu’elle ne le criera pas sur les toîts.
Mais j’avoue que je chercherai plutôt a introduire la tierce personne dans le sujet. En l’invitant pour une sortie, et en lançant petit a petit le sujet, subtilement, pour en arriver au secret. Et donc trouver le moyen d’avoir une personne a qui en parler. Un conseillé de plus.
Mais ça nécessite que la personne à introduire soit digne de confiance selon la personne concernée.
(Jolie casse tête. XD)

Eleyra Leina a écrit:
Les secrets "tristes"
> Cela vaut aussi pour les secrets tristes. On apprend parfois des mauvaises nouvelles. Des secrets pas très reluisants sur des personnes qu'on aime et qui nous font mal. Doit-on les garder pour soi si ils nous font mal ? Ou peut-on les épancher pour soulager un peu notre peine ?
Serait-ce une trahison ?
Alors la, pour moi c’est encore différent. Si je considère que dans ce cas, c’est un fait : le secret triste pour lequel on ne peut rien. Si ce n’est pas un problème comme le garçon battu, la fille mal dans sa peau, mais plutôt une maladie chronique, ou là, il faut que la personne tienne le coup.
La, je me permettrai d’en parler à la personne la plus proche de MOI, cad ma meilleure amie. Parce qu’elle aussi a le droit de savoir ce qui m’arrive et pourquoi je suis triste. Si je joue la comédie pour les autres, pour elle, je n’ai pas de secret. Si dans le premier cas je lui dirai : « Je suis désolée, mais je ne peux pas en parler. » Dans celui-ci, je dirai tout. Parce que je ne met pas en danger la personne, que je m’éloigne du danger, et que je le dise ou pas a mon amie, ca ne changera rien. (Bon, toujours avec précautions. XD)

Pour moi, on a un devoir envers cette personne, pour la confiance qu’elle a en nous.
Mais on a aussi un devoir de confiance envers les gens qui nous aiment et son proche de nous. Ils ont le droit de savoir un minimum pourquoi on va mal.
(Il faut savoir que je suis pas du genre a m’épancher sur mes propres problèmes –sauf ces dernières années peut être, et encore – et que les personnes au courant seront toujours minimes. Mais si je dois leur confier un truc qui les bouffent, si je leur ai donné ma confiance, je les aime suffisamment pour PAS qu’ils soient bouffé eux aussi. Donc, dans le cas ou ils font les choses comme il faut, ca ne me gène pas qu’ils en parlent.)


Eleyra Leina a écrit:
Est-ce trahir quelqu'un que d'évoquer un secret à demi-mot à un parfait inconnu pour cette personne, qui ne connaîtra jamais le nom, le visage de celui dont on parle ?
Parce que c'est parfois difficile de garder une grosse quantité d'information (parce que les secrets ça s'amoncelle) pour soi tout seul, et que le fait de les dire même que partiellement peut faire du bien lorsque la pression devient trop forte.
Et que parfois, révéler un secret à un parfait inconnu pour relâcher la pression permet de ne pas le faire en révélant un secret à une personne qui connait le propriétaire du secret.
Et évidemment, je parle des minis secrets sans réelle importance.
Bah la… Tu peux te lâcher, mais faut vraiment sur que ce soit un inconnu. XD
Je n’ai vraiment pas de commentaires-la-dessus. Parce que ces inconnus-là sont durs a trouver. xD



BREF~
Revenir en haut Aller en bas
http://hatchik0.skyrock.com/
Izinkiël
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie
avatar

Masculin
Nombre de messages : 159
Age : 23
Localisation : Dans l'ombre de la Lune
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 20/01/2011

MessageSujet: Re: Les secrets   Lun 14 Mar 2011 - 22:28

Que dire de plus fasse à ce pavé !
Je vais vous exposer les points les plus important pour moi.

Un secret pour moi est juste un niveau de partage plus élevé que la confidence ou un ressentit. Pour moi un secret est une des forme les plus sincère que prendra la confiance. Le partage d'un secret important ne ce fais que si la personne à une confiance absolu en vous.
Bien sûr toutes les formes de secrets ne sont pas identiques. Pour ma part les secrets implicites et explicites ne me parles pas et ne me conviennent pas. Moi je vois les secrets sous deux formes différentes ( certains points ressembles aux implicites et explicites ). Avant de vous faire part de mon avis, je dirais juste;
Citation :
Un secret est fait pour être partagé et non dévoilé.
Surtout lorsqu'il est trop lourd pour soi seul.

Le 1er point; Les secrets imposés.
Les secrets imposés sont des secrets que nous confions ou recevons avec un grand risque de divulgation. Ce genre de secrets se divulgue plus fasse à un inconnu ou quelqu'un que nous connaissons mal. La majeur partie du temps cette personne ne connait absolument rien de la personne de qui on parle et n'a donc qu'une idée très large de la question. C'est un façon divulguer un secret sans trahir la personne qui nous fait confiance et de pouvoir décompresser fasse à ce fardeau.

Le 2ème point; Les secrets partagés.
Les secrets partagés sont les secrets que nous divulguons qu'aux personnes de confiances. Ces personnes savent qu'ils ne faut pas révéler ces secrets là soi par le fait qu'elles nous connaissent vraiment bien soi par le fait que nous le leurs stipulons expressément avant de le leurs révéler. Bien sûr lorsqu'une personne nous offre sont secret il est de notre devoir de l'accepter ou non mais ne lui dire pourquoi et ne pas la blesser. Ces secrets doivent être entretenu pour ne pas oublié, il faut en parler avec notre ami ( que nous soyons gardien du secret ou la personne qui l'a confié ) pour que de jour en jour ce secret ne devienne plus un fardeau.

J'aimerais abordé une autre catégorie de personne pouvant être placé dans les inconnus, connaissances tout comme les véritables amis ou familles d'on nous sommes sûr de leurs fidélité.
Je parle bien sûr de nous personnes présentes sur ce forum qui nous ouvrons aux autres, partageons nos peines, nos doutes, nos espérances. Bien que nous ne sommes pas tous digne d'une confiance sans modération ou juste simple nous restons ouvert et je pense, j'espère que tout le monde pense comme moi. Nous connaissons ces peines pour les avoir déjà vécus ( pour la plupart ) et nous savons ce que cela représente de porter un secret trop lourd pour soi. Nous sommes là Eleyra, sache que nous serons toujours là pour te soutenir comme tu as pu nous soutenir aussi.

Izi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les secrets   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les secrets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les secrets du catch - le livre
» [Points] Le livre des secrets de Michael Cox
» SOTR (Secrets of the Third Reich)
» [Morton, Kate] Le jardin des secrets
» Secrets de Ghawazee - Tarifs & Horaires 2008/2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Rapport aux autres-
Sauter vers: