La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ecrire, inventer .. puis subir la crise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pencho
Initié
Initié
avatar

Nombre de messages : 200
Localisation : Sur de grandes plaines blanches
Groupe : Chevalier Jedi
Livre préféré : Bilbo le Hobbit
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Mar 18 Oct 2011 - 22:00



Ce n'est pas un vraiment une question ni un témoignage .. Bah, je sais pas quel nom mettre sur ce que je vais écrire précisément, alors je vais déjà le faire *ça serait pas mal* et je verrais ensuite.

Avoir des capacités, c'est super, c'est génial. J'aime utiliser les quelques capacités de danse que j'ai, affinée mes capacités d'aïkido ou de réflexion. Mais que ce passe t il au juste lorsque l'on perd nos capacités ? Ces choses aux quelles nous tenons plus que tout, qui font maintenant parti de nous et les perdre, c'est ce sentir pas finit. Il m'est arrivé de perdre un collier très précieux à mes yeux pendant plusieurs semaines, je ne pourrais dire que c'était "horrible", mais j'y pensais souvent, trop peut être, et cela me rendait triste. Mais ça au moins, j'ai pu le retrouver.

Nous avons des hauts et des bas dans tous les domaines, et on dit souvent " persévère, ça reviendra alors ! ". Et si la persévérance ne suffisait pas ? L'espoir fait vivre, certes, mais c'est aussi un moyen de tomber de haut parfois.

Entrons enfin dans le sujet, je m'égare. J'écris, depuis que je suis petite, beaucoup de chose différente toujours tournant autour d'un univers fantastique, médiévale ou bien futuriste, essayant de faire de mon mieux, passant des heures à retravailler un simple passage. Ca me plaisait, j'aimais ça.. oh oui, tellement ! Tellement que je ne passais pas un jour sans écrire un minimum, sans songer (depuis environ 4ans) à l'histoire sur laquelle toutes mes attentions étaient dirigées quand je parlais d'écriture. C'était une deuxième passion avec le théâtre. Ecrire. J'ai commencée à écrire, un jour, comme ça. J'ai pris un stylo et j'ai juste.. Ecrit. Alors, un autre jour, vais je arrêter d'écrire, tout simplement ? Ce jour est il arrivé ? Cela fait presque un an que j'écris de moins en moins, chose incroyablement perturbante par moment. Aujourd'hui cela fait tout simplement 3 mois que je n'ai plus écrit une ligne concrète. Parfois une ligne arrive et ce meurt avant même d'être terminé. Le problème de la page blanche. " Ca reviendra, ne t'en fait pas ! " .. " Ce n'est qu'un passage ".. Peut être bien, mais au bout d'un an, ces phrases me semble bien lointaine. Ma principale histoire a été la première touché, puis petit à petit les autres, puis au final tous mes écrits. Aujourd'hui, j'arrive en cours d'histoire, je regarde ma dernière copie. Je suis heureuse d'apprendre que même pour une synthèse d'histoire, je ressens maintenant du mal à l'écriture. Ne plus savoir comment écrire, on en vient à ce demander " mais .. c'est comme ça qu'on fait une phrase ? " Bien sur que c'est comme ça ! Mais quand cela passe sous votre main c'est plus l'écriture d'un gobelin qui ce test à l'anglais qu'autre chose.

Petite, l'histoire de Rimbaud me fascinait, lui écrivit tant avant d'arrêter subitement. Je ne fais aucune comparaison avec lui, il a écrit des choses incroyables de son côté (c'était bien lui qui a écrit jusque 20 ans ? Kunfu panda me met un doute ..)

Une page blanche. Jolie page blanche.

Douter d'une capacité, elle diminue, encore et encore. Puis, la peur que ce trouble touche les autres capacités, tout faire pour que cela n'arrive pas mais, à cause de cette "peur", le voir tout de même arriver.

Il n'y a plus qu'un seul lieu qui me fait dire à chaque fois "Oh réveille toi, c'est bon, le théâtre va bien !". Le reste du temps, je suis ailleurs.

Revenir en haut Aller en bas
http://delothya.frenchboard.com/
Pezynj
Membre ouvert au don
Membre ouvert au don
avatar

Masculin
Nombre de messages : 353
Age : 26
Localisation : Quelque part sur Phlemsay, entre la Chaîne de Kyrtz et le Mont Subian, perdu dans les méandres amoureux de ses rêves oubliés ...
Groupe : Scholiaste
Livre préféré : L'Autre
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Mar 18 Oct 2011 - 22:36

Je comprends ce que tu ressens .. J'y suis passé aussi par le fameux syndrome de la page blanche.
Aussi étrange que cela puisse paraître, la meilleure solution c'est .... d'écrire.
Bah oui. Les premières phrases sont difficiles et font mal à écrire, mais c'est par le mal qu'on lutte contre le mal, faut pas oublier ça.
Ce qui manque en fait, c'est l'inspiration, pas vrai ? Et bien justement on en a parlé à mon Atelier d'Ecriture Créative il y a quelques heures, et Baudelaire avait des mots très juste à ce sujet : le cerveau c'est un muscle, ne pas le faire travailler ça le rend obsolète. Bien sûr il arrive qu'il ne marche plus pendant un petit moment. Mais les muscles, pour guérir, on les fait travailler nan ? Baudelaire donc disait que l'inspiration, c'est comme le sommeil, la faim, etc ... Tu sais maîtriser ta faim en mangeant à heures fixes. Tu sais maîtriser ton sommeil en dormant à heures fixes. Tu sauras donc maîtriser ton inspiration en la travaillant à heures fixes =)
Moralité : le meilleur moyen de lutter contre la page blanche, c'est de le faire régulièrement, et j'te promet que ça reviendra ;)
Courage =)
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises
avatar

Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 27
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Mar 18 Oct 2011 - 22:39

Je ne vais pas te sortir des "ça ira" ou "persévère", je prends juste le temps de poster ce message pour te faire part de mon expérience.
J'écris, depuis toute petite, des bouts d'histoires, des phrases sans queue ni tête, et après 10 années de duel avec l'écriture, j'avais enfin un projet, un vrai. Il est tombé, lui en a succédé un autre, puis un autre, mais aucun n'a abouti. Ils sont tous tombés à l'eau me laissant seule face à une page blanche. Je les ai abandonné, je n'arrivais plus à continuer. Petit à petit, j'ai cessé d'écrire autre chose que mon journal intime, mes devoirs de français et des messages sur des forums.
Et puis, je me suis dit "Non, je veux écrire" et je suis repartie sur tout autre chose. Mais plutôt que de m'acharner à écrire quand ça ne venait pas, j'ai appris à laisser venir, à laisser l'histoire grandir en moi jusqu'à ce qu'elle déborde. Et cette histoire, je lui ai donné une fin. Un point final en quelque sorte, qui ne vaut que sur le papier. Mais cette histoire est désormais un projet presque fini (bien sûr, reste la correction) et c'est cette histoire qui me permet de croire que, même si aujourd'hui, cela fait 3 mois que je n'ai rien écrit, je peux toujours écrire, j'attends juste que l'histoire grandisse, grandisse encore jusqu'à me dépasser...

Mais ça, je ne l'ai pas appris toute seule...

C'est Lui qui me l'a dit
Je te laisse découvrir ses mots, ou les redécouvrir.

Personnellement, c'est la sixième règle qui m'a marqué. Mais je pense qu'elles sont toutes bonnes à prendre.

Quoi qu'il arrive, garde Courage. =)
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Pencho
Initié
Initié
avatar

Nombre de messages : 200
Localisation : Sur de grandes plaines blanches
Groupe : Chevalier Jedi
Livre préféré : Bilbo le Hobbit
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Mar 18 Oct 2011 - 23:33


Merci à vous deux ^^

Je ne perd pas courage, loin de là .. Mais disons que lorsque pendant un an (environ >.<) vous appliquez cette phrase "le mieux c'est d'écrire" et que rien n'avance, on aimerait avoir un autre moyen. Parce que non, justement ce n'est pas l'inspiration qui manque, c'est un point du problème et j'ai pas du assez développer dans mon petit message. Au contraire, l'imagination est là, mais écrire une chose qui vous dégoûte, même pour dire d'essayer d'écrire malgré tout, d'écrire pour retrouver le moyen d'écrire. L'inspiration est là, elle n'est pas partie, ou alors très peut.

Mon histoire principale, celle que j'écris .. j'ai des idées, beaucoup, des tonnes qui s'accumulent dans un cahier et qui ne demande qu'à être exploité. J'ai déjà été un ou deux mois sans rien écrire mais là oui, c'était un problème d'inspiration. J'ai finit par la retrouver, et tout est reparti. Là je ne peux pas dire que c'est un problème d'imagination malheureusement j'ai envie de dire. Ce n'est pas que j'écris des phrases sans sens *vive l'absurde*, ce n'est pas un problème d'inspiration ou d'idée pour les personnages [..etc.], c'est vraiment l'idée d'écrire en elle même qui se bloque. C'est étrange à dire comme ça, mais écrire petit à petit est devenu une véritable épreuve et satan seul sait (parce que "dieu seul sait" c'est trop banal \o) a quel point j'ai fait la même chose que tu as dites Pez, que j'ai parfois arrêté en me disant "bon aller, un peu de sérieux, laisse la chose venir d'elle même" comme tu disais Aziliz. Oui, ma manière d'écrire ne me plais plus vraiment, mais tout ce travail. Pendant le grande vacance, j'ai tentée de travailler un texte. Pendant trois semaines, tous les jours, en m'interdisant d'abandonner. J'ai bien un résultat, mais en voyant les phrases ou autre, j'ai envie de dire que c'est sûrement pire que le texte de base.

Je sens bien que j'ai du mal à expliquer tout cela. Mais le problème d'écrire est devenu si important en moi que, comme je le disais, j'en viens à avoir du mal à écrire. Une interrogation aujourd'hui (et non je ne suis pas stressée comme personne :p), je l'ai recopiée 3 fois à cause des phrases qui partaient en vrille sous mon stylo, la dernière faite a des mots français .. ouais. Des phrases .. ouais. Mais sinon, les phrases en elle même sont ce que je faisais y'a un certain nombre d'année niveau écriture.

Je m'exprime mal encore là, je n'arrive pas à dire ce que je voudrais dire, mais ça ce voit moins *m'nfin je crois*

Alors hum .. je vais arrêter le tire ici.

Bonne nuit


Dernière édition par Pencho le Mer 19 Oct 2011 - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://delothya.frenchboard.com/
Maati
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74
Age : 19
Localisation : Dans ma bulle.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : "L'élégance du Hérisson", Muriel Barbéry. Que je vous invite à lire.
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Mer 19 Oct 2011 - 21:25

Je pense que l'envie d'écrire est, ou n'est pas. Et que quand elle n'est pas, il ne sert d’insister et de se forcer à écrire. Il vaut mieux attendre que l'inspiration revienne.
Il y a un an et demi, je crois, j'avais commencé à écrire une histoire (toute bête, une espèce de fanfic sur Ewilan). J'avais écrit une dizaine de pages, et puis, un beau jour, plus rien. Le trou noir. Plus aucune inspiration, plus la moindre envie d'écrire. J'ai donc mis mon cahier de côté et pendant près d'un an, je n'y ai plus retouché. Et puis, il y a quelques mois, en revenant des vacances d'été, je me suis remise à écrire, comme ça. Je me sentais bien, en paix, et l'inspiration est revenue. Pendant une semaine, je n'ai fait quasiment que ça: écrire.
Et puis, est arrivée la Rentrée, et je n'ai plus le temps ni l'envie d'écrire. Je sais bien que l'inspiration reviendra un jour, mais j'ignore quand, et je ne cherche pas à le deviner.

Ce que je veux dire, c'est que ton inspiration reviendra. je veux dire, tu as moins de temps maintenant que quand tu étais petit(e). Un jour, tranquillement, les mots te reviendront à l'esprit et tu sauras écrire.
Enfin, c'est comme ça que ça s'est passé pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/touhou-pictures/
Pencho
Initié
Initié
avatar

Nombre de messages : 200
Localisation : Sur de grandes plaines blanches
Groupe : Chevalier Jedi
Livre préféré : Bilbo le Hobbit
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Mer 19 Oct 2011 - 23:16

Je suis heureuse de la parole que tu apporte Maati, je ne regrette qu'une chose : que tu n'ais pas réellement pris le temps de lire ce que j'avais écrit.

" L'inspiration est là, elle n'est pas partie, ou alors très peut. "
" ce n'est pas un problème d'inspiration ou d'idée pour les personnages "

J'ai tentée d'expliquer que ce n'était pas un problème d'inspiration, ça je l'ai. Je ne suis pas désespéré ni rien, mais je me posais certaine question déjà sur le pourquoi je bloque, et sur la suite. Mais ce n'est pas un problème d'inspiration. Définitivement pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://delothya.frenchboard.com/
Maati
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74
Age : 19
Localisation : Dans ma bulle.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : "L'élégance du Hérisson", Muriel Barbéry. Que je vous invite à lire.
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Dim 23 Oct 2011 - 9:31

Je vais probablement te paraître insistante, voir carrément lourde, mais... peut-être que tu te trompes? Peut être que ton problème est réellement un manque d'inspiration?

Parce que sinon, je ne vois pas d'autre reponses (bon, après, je ne prétends pas détenir la vérité universelle, peut être que qeulqu'un trouvera quel est le problème)

Et puis, après tout, que savons nous de l'inspiration? Pour moi, c'est ce que l'on a pas quand on n'arrive pas à écrire. Je trouve que ça ressemble fichtrement à ton cas.

Et même si ce n'est pas vraiment un manque d'inspiration qui t'empêche d'écrire, je pense qu'il y a au moins une partie de ton problème qui y est lié.

Bonne journée à tous
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/touhou-pictures/
Kamin'Alma
Curieux
Curieux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur le souffle des quatre saisons, Espérant en silence une cinquième, Hélant au vent cette même question, Où serai-je si tu m’aime ?
Groupe : Marchombre
Livre préféré : ceux de Mr.Bottero, la série de T.Goodkind L'épée de vérité, Wuthering Heights d'E. Bronte, les Dumas
Date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Dim 23 Oct 2011 - 15:17

Je ne peux pas dire "je vois ce que tu vis" en disant "j'ai vécu la même chose et le vivrai encore". L'approche de l'Ecriture pour chacun est totalement différente, on peut y apposer le même ordre d'idées, de pensées, d'émotions et de sentiments que l'on regroupe en catégorie (dans certains site d'écriture par exemple) mais cela n'empêche pas ce fondement en Ecriture, on n'en a pas la même définition, la même approche, la même sensibilité. Ce que je dis est aussi très caricatural.
Pour ma part, "Ecrire" c'est apposer un bout de soi sur du papier... jusque là rien de très original, mais "écrire" c'est aussi savoir manier les mots, les agencer, trouver son style, s'essayer à d'autres... apprendre, se former ...

Alors je ne peux pas te dire une recette, je ne peux pas te donner une explication de ce blocage... je ne suis pas dans tes pensées, dans ce que tu vis à présent, dans ce que tu projette demain, dans un an, dans dix, dans tes rêves... Personnellement je ne pense pas que cela puisse être un problème d'inspiration, je peux écrire sur n'importe quel sujet sans avoir d'Inspiration, je peux écrire sur un sujet qui fera référence à tout un panel d'idées (souvent préconçues et stéréotypées)... mais Ecrire, c'est au delà du fait d'être Inspiré, c'est un respect de soi même, et d'un monde entier recouvert de pages, d'encre qui ont su révolutionner notre approche de l'Ecriture. Lorsque l'on me demande si j'aime lire, quels sont mes auteurs préférés... et puis lorsque l'on me demande pourquoi ceux là et pas d'autres... je réponds parfois, parce qu'ils ont su me toucher par leur manière d'Ecrire. Et je les respecte d'autant plus. Ils ont pris des Mots et se sont approchés de mon âme. Et c'est avec cette approche que j'écris, j'essaye de prendre conscience des mots que j'emploie, des mots qui seront lus... ce n'est pas le tout d'écrire pour plaire, d'écrire pour procurer une émotion ou une réaction, cela est assez simple car on sait tous quels sujets peuvent être touchant... mais lorsque je m’intéresse à transmettre ce qui touche mon essence, ce qu'il y a de plus profond en moi, parfois par respect, par distance, je repose mon crayon et je laisse la page blanche. J'ai beau avoir cette envie tenace d'écrire, j'ai beau avoir cette Inspiration, je n'écris pas, je bloque...

Même si j'ai essayé d'expliquer pourquoi je bloque, je n'ai sûrement pas réussi à vous dire la dimension qui s'y cache... sûrement parce que j'ai une approche différente de l'Ecriture par rapport à vous.

Alors peut être que oui, peut être que non...

Tu as dis ceci: " Au contraire, l'imagination est là, mais écrire une chose qui vous dégoûte, même pour dire d'essayer d'écrire malgré tout, d'écrire pour retrouver le moyen d'écrire."

et tu dis plus loin: "c'est vraiment l'idée d'écrire en elle même qui se bloque".

Je ne sais pas s'il y a un parallèle à faire, je ne sais pas sur quel type de texte tu bloque, sur quelle histoire... mais l'impression que tu me laisse et d'avoir envie d'écrire, sans pour autant lier cette envie avec une ferme conviction... c'est peut être ce mot "dégoût" qui me fais dire cela, il y a des choses à extérioriser autrement que par l'écris avant de pouvoir le poser sur une page.

Maati, je ne suis pas tout à fait d'accord lorsque tu dis "Je sais bien que l'inspiration reviendra un jour, mais j'ignore quand, et je ne cherche pas à le deviner. "
Ne pas chercher, c'est ne pas trouver. Je sais bien qu'écrire n'est pas forcément rationnel, on a cette envie soudaine qui surgit car un évènement, une situation ou je ne sais quoi a redonné un second souffle à notre plume. Mais comment entretenir une vraie relation avec l'Ecriture si l'on ne cherche pas à sonder cette voie... on risque simplement de survoler tout un monde sans prendre conscience de ce qu'il peut apporter. L'Inspiration est une composante de l'écriture, il y a tant d'autres à découvrir...


Je ne sais pas si j'ai réussi à être clair, les mots sonnent différemment chez chacun, avant de voir des critiques, des conseils ou autres... il est bien même d'essayer de comprendre la personne, sa pensée, avant d'apposer un quelconque jugement. C'est pour cela que je ne peux qu'apporter mon point de vue sur mon Ecriture et non sur la votre.

En espérant tout de même te voir t'épanouir à nouveau grâce aux mots.

Kamin'Alma
Revenir en haut Aller en bas
Maati
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74
Age : 19
Localisation : Dans ma bulle.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : "L'élégance du Hérisson", Muriel Barbéry. Que je vous invite à lire.
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Dim 23 Oct 2011 - 16:05

Citation :
Maati, je ne suis pas tout à fait d'accord lorsque tu dis "Je sais bien que l'inspiration reviendra un jour, mais j'ignore quand, et je ne cherche pas à le deviner. "
Ne pas chercher, c'est ne pas trouver. Je sais bien qu'écrire n'est pas forcément rationnel, on a cette envie soudaine qui surgit car un évènement, une situation ou je ne sais quoi a redonné un second souffle à notre plume. Mais comment entretenir une vraie relation avec l'Ecriture si l'on ne cherche pas à sonder cette voie... on risque simplement de survoler tout un monde sans prendre conscience de ce qu'il peut apporter. L'Inspiration est une composante de l'écriture, il y a tant d'autres à découvrir...

Je vois que l'on a une approche totalement différente de l'écriture...
J'ai l'impression que ta façon de voir les choses est plus comme... comme si écrire devait être une capacité à travailler pour l'améliorer (ou du moins, c'est ce que je comprends dans ce que tu as dit). Je ne ressens pas du tout ça, lorsque j'écris pour moi même, c'est parce que j'ai un envie de me confier (d'ailleurs, je n'écris quasiment que des choses tristes.) Ca peut être brouillon, voir carrément bordélique, je m'en fiche. Les textes que j'écrivent m'apportent la paix, et c'est tout ce que je leur demande. Je ne cherche pas forcement à les embellir pour que ce soit plus agréable à lire et mieux formulé.
C'est donc pour cela que je ne me force pas à écrire et que j'attends que l'inspiration revienne d'elle même

Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/touhou-pictures/
Kamin'Alma
Curieux
Curieux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 26
Localisation : Sur le souffle des quatre saisons, Espérant en silence une cinquième, Hélant au vent cette même question, Où serai-je si tu m’aime ?
Groupe : Marchombre
Livre préféré : ceux de Mr.Bottero, la série de T.Goodkind L'épée de vérité, Wuthering Heights d'E. Bronte, les Dumas
Date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Dim 23 Oct 2011 - 16:48

Je comprends que tu puisse lire de cette façon ce que j'ai dis au-dessus. Mais je ne parle pas de "capacité à travailler" je parle de "sonder"... c'était une réaction à ta phrase que j'ai citée, lorsque tu dis "je ne cherche pas à le deviner". Tout n'est qu'interprétation je te rassure, et comme tu l'as dis on a une approche différente, il n'en existe pas de "meilleure" ni de plus "professionnelle" ou autre, j'insiste dessus.

Je ne suis peut être pas assez clair sur certains points. Je n'essaye pas de m'améliorer, j'essaye de découvrir ce que j'aime faire. Et cela peut impliquer le fait d'évoluer dans sa manière d'écrire. Si je relis ce que j'écrivais à 12 ans et maintenant... oui je peux dire que j'ai changé, que je me suis amélioré... les émotions étaient là, bien sur, ce que j'avais envie de vider aussi et cela devait être sûrement suffisant pour l'époque. Mais maintenant, j'ai grandi, ma façon de percevoir le monde aussi, la profondeur de tout ce qui m'entoure ne peut être expliqué si facilement, je cherche simplement à m'approcher plus du coeur des émotions que je vis, en creusant aussi dans la profondeur de l'écriture... cela peut paraître compliqué, mes textes n'en demeurent pas moins très simples. La simplicité est reine de beauté.

Il n'y a pas d'âge pour écrire, mais cela n'enlève pas le fait qu'on grandit, que la maturité n'est pas innée et l'expérience non plus. Avancer dans l'écriture pour moi permet de mieux extérioriser ce que je ressens, car ce sera plus fidèle. Maintenant je le vois ainsi, hier était différent, demain le sera tout autant.
Le seul danger est de se dire, qu'on sait ce qu'est d'écrire... le fait d'apprendre n'est pas un mal en soit, ni le travail... c'est ce qu'on y place derrière qui change la donne.
Si je peux te rassurer, j'ai une grande paix lorsque j'ai fini un texte ou un poème. D'autant plus si je me suis donné corps et âme entièrement...
Je ne cherche pas à embellir, ni à mieux formuler... j'écris ce que mon âme ressent.


Si tu relis bien, notre approche n'est pas si lointaine qu'il n'en parait... pas si loin du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Pencho
Initié
Initié
avatar

Nombre de messages : 200
Localisation : Sur de grandes plaines blanches
Groupe : Chevalier Jedi
Livre préféré : Bilbo le Hobbit
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   Dim 23 Oct 2011 - 19:36



Et bien merci à vous deux (au passage, bienvenu Kamin'Alma !).

Citation :
mais Ecrire, c'est au delà du fait d'être Inspiré, c'est un respect de soi même, et d'un monde entier recouvert de pages, d'encre qui ont su révolutionner notre approche de l'Ecriture.

Je suis d'accord avec toi. Bien sur qu'il faut l'inspiration, mais l'inspiration seule ne va pas aller bien loin. Traverser les âges en écrivant, c'est aussi une recherche continuelle de soit par l'écriture, une recherche de notre propre style, de notre propre manière de manier les mots qui changent, parfois du tout au tout, en peu de temps.

C'est pour l'Ecriture avec un grand E tout simplement, voilà de quoi je parle. Pour ce qui est du "dégoût", je me suis quelque peu mal exprimée. C'est .. C'est avoir envi d'écrire, d'écrire pour essayer d'écrire, écrire pour nous juste nous, écrire pour tout le monde, écrire pour le plaisir. Mais c'est l'assemblage des mots que l'on forme qui nous "dégoute" en quelque sorte. Je ne suis pas personne à trouver ce que je fais parfais, loin de là, je trouve toujours que ce que je peux produire (qu'importe le domaine) et loin de me satisfaire. Quand je m'implique vraiment dans un truc, j'ai tendance à être perfectionniste, un peu trop même. Pourtant j'écrivais avec ça avant, avec ce moteur qui me poussait à relire, à retravaillé, encore et encore, et j'aimais bien dans le fond, sinon je n'aurais touché à aucun de mes écrits après leur rédaction. Là ça n'a rien avoir. L'écriture change, beaucoup, souvent, et malgré tout, quand j'écris maintenant, j'ai l'impression d'être revenu des années au pars avant dans ma manière de le faire. Et cela ne me convient pas du tout. J'ai bien essayée "d'écrire pour retrouver ceci ou cela" comme vous dites, mais voilà. Ce n'est pas l'inspiration le problème, c'est l'écriture en elle même. Et quand vous n'arrivez pas, même après des heures de travail dessus, à sortir de ce style d'écriture, ça vous lasse, vous déçoit .. vous dégoûte en quelque sorte.

T'écrire pour te confier Maati ? Peut être cela aussi, je n'écris (personnellement) pas pour me confier. J'écris des choses incroyablement joyeuse quand je suis triste, très triste quand je suis joyeuse. Mais l'idée de me confier dans mes textes, je n'aime pas cela. En partant de ce principe là, tu as peut être cru que c'était l'imagination qui bloquer, mais non. L'imagination j'en ai, j'ai des histoires sans suite avec des pages entière de cahier d'idée pour la suite, tout ce que tu veux. Mais pourquoi les écrire quand votre écriture vous fait défaut ? Alors, s'il te plait .." Crois moi " ? Oui, crois moi quand je te dis que ce n'est pas un manque d'inspiration.

Parfois j'ai des envies plus forte que d'autre d'écrire, alors je me lance ! Et puis, en voyant ce que cela donne, tout s'arrête à nouveau.. Des envies provoqués justement par les idées qui se poussent et bousculent dans ma tête. Avoir tant d'idée sans pouvoir les retranscrire, c'est frustrant, et pas vraiment, donc un manque d'inspiration.

Tu l'auras compris je pense Maati, moi je passe par ce stade d'embellir les choses, des meilleurs formulations .. etc. Même s'il y a un fond de chose personnel ou autre, un texte que j'écris et qui me plais a 99% de chance de ne plus me plaire la semaine suivante, pour cela que je travaille l'écriture du texte, je ne me satisfait pas de ce que j'écris de base. Ce qui ne m'a pas empêcher de finir des histoires ^ ^ Mais le travailler, c'est pour essayer, pour ma pars, de toucher avec plus de justesse la chose que je veux faire passer. "Cette chose là" et pas autre chose. Essayer d'être au plus près possible du vrai car, comme l'a dit Kamin'Alma " j'ai grandi, ma façon de percevoir le monde aussi, la profondeur de tout ce qui m'entoure ne peut être expliqué si facilement, je cherche simplement à m'approcher plus du coeur des émotions (que je vis), en creusant aussi dans la profondeur de l'écriture"
Revenir en haut Aller en bas
http://delothya.frenchboard.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecrire, inventer .. puis subir la crise.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecrire, inventer .. puis subir la crise.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecrire, inventer .. puis subir la crise.
» Saïf a eu une crise cardiaque
» Ecrire puis découper avec la caméo
» comment ecrire?
» Signes avant coureur d'une crise cardiaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Nos capacités-
Sauter vers: