La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Changer le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Changer le monde   Ven 9 Déc 2011 - 16:40

Bonjour à tous !

N'ayant pas trop de chemin particulier à suivre en ce moment, je me suis dis : pourquoi ne pas changer le monde ?
D'accord. Mais comment ?

Revenir en haut Aller en bas
Feurico
Curieux
Curieux


Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 19
Localisation : Quelque part dans l'imagination....
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le pacte des Marchombres.
Date d'inscription : 21/10/2011

MessageSujet: Re: Changer le monde   Ven 9 Déc 2011 - 17:37

Coucou ^^

Bonne question Mais tu pourrai préciser ta question ? Je veux dire, tu veux changer le monde, mais qui dans le monde ? La terre ? les gens ? les pays ? Tu veut que la terre soit carrer ? Que tout le monde soit heureux ?

Et puis, Pourquoi veut tu le changer ?

Revenir en haut Aller en bas
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Changer le monde   Ven 9 Déc 2011 - 18:26

Désolé si ma question n'était pas clair.
Quand je dis changer le monde, c'est principalement les personnes. Mais aussi la pauvreté. La guerre. C'est éradiquer les vices - une autre question d'ailleurs : quels sont pour vous les vices de ce mondes ? Ou plutôt, qu'y aurait-il à changer dans ce monde ?
Que tout le monde soit heureux, c'est une utopie. Mais l'on peut toujours tendre vers, faire en sorte que.
Et puis, pourquoi voudrais-je le changer ? Parce qu'il ne me convient pas, autant qu'il, je pense, ne convient pas non plus à certains d'entre vous.

Au plaisir. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Rachel
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie


Féminin
Nombre de messages : 228
Age : 18
Localisation : Là où mes rêves me portent.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, Harry Potter, Le Livre du Voyage (Bernard Werber), La Quête d'Ewilan, Les Mondes D'Ewilan, Orgueil et Préjugés, Antigone et Médée (Corneille), La Horde du Contrevent, La Zone du Dehors.
Date d'inscription : 03/12/2011

MessageSujet: Re: Changer le monde   Ven 9 Déc 2011 - 18:42

Quand je lis ton dernier message, une chanson de Keny Arcana me viens à l'esprit:
"Car changer le monde commence par se changer soi-même."
Et si c'était ça, la réponse à tes question?
Si chacun travaillait pour donner le meilleur de soi-même aux autres, le monde n'en serait-il pas déjà amélioré?
Qu'en pense tu?
Revenir en haut Aller en bas
Chechilia
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre


Féminin
Nombre de messages : 294
Age : 18
Localisation : Quelque part dans la nuit, là où le vent souffle.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Alain Damasio, Andrée Chedid, Timothée de Fombelle, Erik L'Homme, Patrick Rothfuss, Antoine de Saint-Exupéry, Christian Bobin.
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Changer le monde   Ven 9 Déc 2011 - 19:40

Pour le sujet même, j'y réfléchi encore.
Mais j'aimerais réagir à la réponse de Rachel :
Certes, si chacun faisait un effort, le monde irait mieux (je suppose).
Mais que faire pour que le monde change, nous, rien que nous?
Parce que je suis presque sûre que certains ne feront aucun effort. Pas envie, pas le courage, ils se disent que ça ne sert à rien...

(et puis d'abord, c'est Keny Arkana )
Revenir en haut Aller en bas
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Changer le monde   Dim 11 Déc 2011 - 15:58

Rachel, je pense que c'est bien trop simple de penser ainsi.
L'idée n'est pas mauvaise, non, mais sa réalisation utopique. Tel que la fait remarquer Chechilia, il est certain que tout le monde n'appliquera pas cette philosophie de changer pour un monde meilleur. Sinon, pourquoi ne pas l'avoir déjà fait ? ;)
Mais au fait, le monde vaut-il la peine d'être changé ? Je m'explique, ne vous inquiétez pas.
Certains membres parlent de rêves d'évasion, de leur souhait de partir, d'abandonner ce système qui ne leur convient pas. D'autres se demandent pourquoi le fuir et déclarent "qu'il faut rester et combattre".
Et vous, qu'en pensez-vous ?

Pour résumer les questions qui se posent ici - parce que ça commence à devenir la bazar :
Faut-il changer le monde ? Qu'y aurait-il à y changer ? Comment ?

Au plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin


Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 24
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Changer le monde   Lun 12 Déc 2011 - 15:06

Fuh fuh.

Je n'ai pas le temps de développer une réponse digne de ce nom, mais j'aimerais juste balancer une petite idée :

L'opposition "Partir et fuir" // "Rester et combattre" me semble un peu trop simpliste.

Rester et combattre ? Bien, mais comment ? Tu veux combattre le système en restant dans le système ? Utiliser les armes démocratiques ? Je crois que ça fait un bail que les Puissants n'entendent même plus les foules qui manifestent. Alors, utiliser la violence, tenter des coups d'Etat ? Le meilleur moyen pour te faire tuer, ou pour salir à jamais ton image politique. Dans un régime "démocratique" comme le nôtre, le premier acte de violence passera pour un retour à la barbarie, une "anti-démocratie" qui te fera perdre toute crédibilité. L'information est ainsi faite pour formater les bien-pensants.

M'est avis que tant qu'on restera DANS le système, qu'on y sera mêlés en profondeur (genre, on est salariés, on habite un petit pav' dans une bourgade, on paye les impôts, l'assurance, la mutuelle, on touche les allocations familiales et nos enfants sont scolarisés), on ne pourra pas faire changer le monde. Parce qu'on a aucune crédibilité, parce qu'on profite du système autant que les autres. Parce qu'on est assistés par cet Etat, par ce système sur lequel on crache.

Pour moi, le véritable combat, c'est justement la fuite. Aménager un espace qui soit le plus lavé des contrats sociaux. Quitte à cultiver ses propres champs et à élever ses propres poules pour ne pas avoir à faire toutes ses courses au supermarché. Quitte à faire l'école à la maison pour que l'éducation de ses enfants ne dépende pas du Ministère de l'Education Nationale. Quitte à n'avoir pas beaucoup d'argent pour ne pas payer d'impôts, prendre le risque de se couvrir le moins possible pour être également le plus indépendant possible. Dans une mesure du "raisonnable" qui reste à redéfinir.

Mon combat, ce serait le combat par l'exemple. Et cet exemple, c'est la fuite. Montrer qu'il existe des alternatives. Que c'est un choix de Vie que l'on paye sans doute au prix d'un certain confort et d'une sécurité apaisante ; mais qui nous offre l'aventure, la liberté des marges. Les embruns du risque dans le visage. Le sel de la Vie. Montrer que l'on peut vivre en-dehors de l'assistanat étatique. Même mieux : que c'est en-dehors de cet assistanat que se trouve la Vie.

J'espère un jour avoir le courage de sauter le pas. De me dire : ça y est, j'y vais. J'me tire. Salut chez vous ! Mais je sais que cette fuite ne sera en aucun cas un acte égoïste, ni une sorte d'instinct de survie. Ce sera une fuite réfléchie, pensée, intuitée aussin sans aucun doute, mais qui aura pour but de montrer l'exemple, de rester ouverte sur les autres. Hors de question de dire Fuck the world, j'me casse et j'emmerde tout le monde. La fuite, je la conçois comme dans la Zone du Dehors : une Volution et non une volution, l'idée de construire autre chose, avec un matériau nouveau, et pas simplement de reprendre les même pierres pour rebâtir sur les ruines du système quelque chose qui s'y apparentera forcément puisqu'il en sera le descendant.

Les gens auront le choix. Le choix de rester dans le système, avec tous ses avantages, son confort et sa sécurité, puisqu'il convient somme toute à pas mal de monde. Les autres, les paumés, ceux qui ne se sentent pas à leur place, ceux qui aspirent à autre chose, je veux pouvoir leur montrer que cet autre chose est possible.

Voilà. C'est pas très argumenté, ni très concret, mais faut pas que j'entre dans les détails maintenant parce que sinon je vais exploser mon emploi du temps . Juste vous conseiller, encore et encore, de lire la Zone du Dehors d'Alain Damasio. Parce que c'est édifiant. Dans le même style, il y a aussi Chroniques d'un Rêve Enclavé, d'Ayerdhal. Moins positif mais tout aussi formateur. Et puis, aussi, la nouvelle de Serge Lehman intitulée Nulle Part à Liverion, qui est tout simplement une pure merveille.

J'espère que le débat aura l'occasion de se développer dans ce topic !

Comme dirait Yal : "Si le monde ne te convient pas, tu n'as qu'à le changer."


_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Moustikos
Explorateur Haïnouk
Explorateur Haïnouk


Masculin
Nombre de messages : 774
Age : 24
Localisation : Mon monde, aussi particulier et vaste soit-il... Ou bien tout simplement Lyon. ;)
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : Les Tentacules du mal, L'épée de vérité, Waylander, Ellana, L'Envol, La Prophétie...
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: Changer le monde   Mar 20 Déc 2011 - 23:09

"Changer le monde commence par se changer soi-même."

Cette phrase n'est pas fausse - certes très simpliste si on s'arrête à son point.

Changer le monde, ce serait quoi ? Changer les mentalités, changer les usages, les fonctions et règles économiques, la manière de gouverner (si gouverner est encore d'usage), changer les manières d'aimer, comment communiquer entre hommes, avec la nature, ce qui ferait même l'essence du l'estime ou du respect ?

Le commencement serait naturellement que ceux qui sont à l'intérieur du système prenne conscience dans quel engrenage ils sont situés, depuis leur naissance jusqu'à leur dernier souffle en date. De cette prise de conscience découlerait soit l'acceptation, soit le refus, soit l'immensité d'aplats les séparant.
Les prises de conscience, on en demandera jamais assez, vu la léthargie globale de la plupart des personnes vivant en société. Il y en aura toujours qui tombera des nuages, ceux que les centrales nucléaires et autres industries de masse auront eux-mêmes engendré. Mais je pense que d'une manière générale, la naïveté est une chose passée.

Pourquoi ?

Parce que tout le monde est parfaitement au fait que tout le monde (ou presque) se fait entuber par les multitudes de charges que l'Etat peut demander de plus en plus : du salarié de la classe moyenne qui doit payer plein pot toutes ses taxes/paiements/accès et ne recevoir aucunes aides, au mec qui arrive à dénicher un boulot mais qui n'a tout simplement plus rien au bout pour se payer un logement et qui doit se contraindre à vivre à la rue, et en passant évidemment par ceux que le système a exclu purement et simplement et cherche à humainement les détruire derrière leur dessein.

Alors dans ce cas pourquoi il ne se passe rien ? Parce que la contrainte fait peur...

C'est un pari immense que de choisir de se battre contre le système, comme dans l'exemple que Laure a expliqué.
Il y a des choix cruciaux à faire, axé notamment sur la sécurité, le cheval de bataille du gouvernement actuel, face à cet objectif de vouloir tout maîtriser quitte à déshumaniser l'homme jusqu'à le réduire à sa condition de réceptacle. Cela passe par les téléphones portables qui se développent de plus en plus et intègrent des technologies que l'on comprend de moins en moins, et dont les effets pervers sont quant à eux exponentiels. On pourrait parler de géolocalisation, de système de paiement, de puce RFID, et en élargissant, on cherchera même à contrôler le temps, la conversation, les idées et en les poussant à l'extrême.
On endort les consciences, à grand renfort de communication abusive, de désinformation, de fausses habitudes, de promesses mortes-nées.

Il y a eu des tentatives de changement, des gens qui gueulent parce qu'ils n'en peuvent plus, et il y en aura encore coûte que coûte. Je veux juste dire que de l'autre côté, il n'y a plus d'é-coute. Pour prendre notre exemple, Mr Sarkozy lui-même l'a dit : concernant l'augmentation de l'âge des retraites et des mois de manifestation dans tout le pays l'année dernière (ou il y a deux ans je ne sais plus), il a fait la sourde oreille. Mais totalement. Il avait son plan stratégique économiquement (qu'il nous a brillamment ressorti lors de son apparition d'octobre en super-héros qui va déjouer les plans de la méchante Mme Crise), et il ne voulait en aucun cas s'en sortir. Quitte à en avoir rien à foutre du reste.

L'économie passe avant tout, puisque c'est elle qui est devenue reine, imposant aux pays leur manière de fonctionner, d'éduquer les peuples, et fait qu'aujourd'hui le monde entier est interdépendant et qu'il nous est impossible de sortir du système sans entraîner tout ce beau monde dans la merde. Et si ce scénario arrive, ce sera la prochaine guerre mondiale.
Tout le monde se retrouve coincé, pris entre ce qu'ils doivent tant à Mr X et ce qu'ils attendent désespérément de Mr Y.

Que faire dans un monde où l'enjeu d'une suite de chiffres est supérieur à celui de 6 milliards d'être humains ?

...

Changer le monde dans sa globalité elle-même n'est pas une mince affaire... (je vous en apprends des choses, hein? x) mais ça me fait du bien d'y écrire - et peut-être que ça permettra de poser un peu plus clairement le cadre actuel) et le révolutionner en profondeur serait de mettre en branle et de tout revoir l'économie mondiale.

...

Alors il y a des gens qui se battent, pour un tas de différentes raisons, mais parce qu'eux non plus ne sont pas satisfaits, et qui désespèrent de plus en plus de voir que cela fait de moins en moins d'effet aux autres. Ce sont par exemple les hackers "cyber-terroristes" des Anonymous, ce sont des auteurs de SF, qui n'hésitent pas à user de leurs imaginaires pour nous faire passer un putain de message.

Il y a aussi des gens qui essaient, qui tentent la politique. Qui partent avec des vraies et bonnes intentions. Mais il m'est malheureusement avis que la politique gouvernementale est aujourd'hui quelque chose de complétement pourri de par son essence-même, et que même en partant avec des merveilleuses idées, ces personnes se retrouvent bridés, assommés par les lobbys et par le jeu des relations dont elles se voient obligées de lier et d'entretenir.
Plus tu montes haut... Plus tu as besoin d'être pourri. Et cela peut commencer par le simple fait d'être maire...


Alors il y la désobéissance civile. Comme celle que promouvait Thoreau aux Etats Unis.
De montrer qu'il y autre chose de possible, des alternatives.
De se battre pour que l'homme ait la possibilité de choisir.

Il y a l'art de la parole, l'art de débattre et d'avoir envie d'exposer ses idées et de les assumer.

Il y a l'art de ne pas avoir envie de se la fermer et de se dire à quoi bon de vivre dans ces conditions.

Il y a cette tendance générale, cette espèce de flemme et de désengagement qui plane, de ne plus avoir envie de travailler. De travailler pour travailler, simplement pour gagner de l'argent et de pouvoir acheter ce dont le système t'a programmé pour acheter. De travailler dans quelque chose que l'on aura pas choisi, avec des horaires à la con, tout ça pour te laisser vidé de toutes forces, avec pour seule perspective de larver et de te la faire fermer.
Je remarque que de plus en plus de personnes se tournent vers l'art, le littéraire, vers tout l'informel qui était beaucoup de moins de cours dans les grandes années précédentes parce que nous n'étions pas dans la même société, ni la même configuration économique.
Avant, le mot "avenir" avait un sens "professionnellement parlant". Il s'agissait de faire carrière, de bien choisir, et que ce sera une constante acquise, certaine. Il n'y avait pas ce flou mondiale, ces échéances au noms de piles AAA et ces gros titres alarmants qu'affichent les journaux quasi-quotidiennement.

Maintenant que l'on sait que les retraites sont inexistantes, que l'on devra bosser jusqu'à en crever, les intérêts se concentrent ailleurs. Et que quitte à bosser dur, autant que ce soit dans ce qu'on aime. Et qu'on dise au diable les carrières math sup/math spé/prépa à gogo et titres d'Ingénieur savamment achetés à 40000€ (5 * 8000€/an).


"On voulait pas bosser et pas participer au budget de ces bombes qu'on n'avait pas demandé..."

Même si j'adore cette chanson des Blerots de RAVEL, je ne peux m'empêcher d'émettre un bémol. C'est qu'aujourd'hui se taire, ce n'est pas synonyme de ne plus se faire exploiter. Au contraire...

Au bout d'un moment dans une relation, si celle-ci devient tellement dense et complexe que les deux partenaires ne savent même où ils en sont, et que pour ne pas aider ils n'arrivent plus à s'entendre, il y a nécessairement rupture.

Espérons simplement que cette rupture ne se fera pas dans le sang.






[ Je suis pas trop déprimant? ]

Je voulais juste essayer de dégrossir, et de mettre des mots sur des gênes qui peuvent devenir naturelles tellement elles deviennent omniprésentes.

Et il ne faut pas hésiter à proposer. Proposer, proposer, apercevoir des pistes, et s'y engager. Simplement pour l'aventure, ou pour faire vraiment bouger les choses. En éternel suiveur et Pilier que je suis, je suis beau parleur d'énoncer ces choses...

Mais... Et si je ne pouvait pas m'en empêcher?

PS : Lisez Deleuze.
Revenir en haut Aller en bas
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin


Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 24
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Changer le monde   Mer 21 Déc 2011 - 1:36

Je n'ai pas grand-chose à dire après le post de Thibaut (qui a dressé un constat plus qu'il n'a proposé de solutions, mais qui reste très juste, je trouve).

Je voulais juste partager ce site avec vous. Je ne sais pas si vous connaissez Etienne Chouard : c'est un professeur de droit et d'économie qui s'était rendu célèbre en 2005 lors du référendum pour ou contre la Consitution Européenne, en se faisant un fervent défenseur du NON. Le site vers lequel renvoie mon lien regroupe les 4 vidéos d'un entretien passionnant : il y est question de novlangue, de culture, de vraie démocratie, de vol monétaire et de fin d'Etat Providence. Etienne Chouard explique tout ça très calmement et de manière extrêmement simple : tout nous semble limpide, et en même temps ça donne carrément à réfléchir.

Les vidéos font entre 10 et 30 minutes. Je vous invite vraiment très très très fortement à les regarder, on y gagne un regard acéré sur notre époque et en plus il propose une alternative qui me semble très intéressante - j'aurais plaisir à en parler avec vous =) .

Soyons des virus !!

_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Changer le monde   Mer 21 Déc 2011 - 9:48

Merci. Ça soulage de se dire que l'on n'est pas toujours seul.
Je souhaitais juste revenir sur un de tes propos Moustik'. Bien qu'on s'écarte un peu du sujet, ça m'intéresse beaucoup parce que je vis ça quotidiennement avec l'école.

Moustikos a écrit:
[...] tout ça pour te laisser vidé de toutes forces, avec pour seule perspective de larver et de te la faire fermer.

Comment lutteriez-vous contre ça ?

Sinon, merci pour le site Aethera. J'irai faire un tour à l'occasion.
En ce qui me concerne, je vous suggère Petit cours d'autodéfense intellectuel de Normand Baillargeon.

Au plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Miaou Til' Plume
Gardien d'Ilfasidrel
Gardien d'Ilfasidrel


Féminin
Nombre de messages : 1309
Age : 22
Localisation : Entre-deux.
Groupe : Dessinatrice
Livre préféré : Aucune idée. Il y en a trop x).
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Re: Changer le monde   Mer 21 Déc 2011 - 12:09

Bonjour tout le monde !
Tout d'abord, j'adore ce sujet...

Ensuite, je viens simplement poser une question, parce que je suis en train de regarder les vidéos d'Etienne Chouard : j'en suis à peu près au milieu de la deuxième et je ne comprends pas bien ce qu'il veut dire avec la novlangue... les guillemets inversés, pourquoi exactement ? quels mots signaler comme ça, les mots un peu ambigus ? pourquoi démocratie ? et qu'est-ce qu'il veut dire avec le mot "projet" qu'il faudrait diaboliser ?
Et sinon, merci Homonyme pour le lien, c'est super intéressant =D.

Oh, et au sujet de la première vidéo, la liberté d'expression. Qu'est-ce que c'est, en fait, la culture politique ? les chansons engagées etc. ?
Et puis en fait, ce qu'il veut, c'est pouvoir avoir même des néo-nazis, mais pas fermés, avec qui on pourrait débattre (donc sans se fermer non plus) ?
Revenir en haut Aller en bas
http://friskayublunariah.skyrock.com
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin


Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 24
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Changer le monde   Sam 24 Déc 2011 - 1:06

Homonyme, il est tard et je sais pas si mes idées vont s'agencer convenablement, mais j'avais quand même envie de te répondre ;) .

Alors, la novlangue, faut savoir que ça vient d'un bouquin de George Orwell intitulé 1984, et qui parle des sociétés de contrôle. Dans ce roman, le Parti (il n'y a qu'un seul parti politique, le Parti - c'est donc une dictature déguisée) tente de mettre en place un nouveau langage : la novlangue, qui devrait remplacer peu à peu l'ancienne langue courante. Or, cette novlangue tend à appauvrir considérablement les potentialités du langage, et à dessein : comme disait Sartre, "le mot, c'est la chose", et lorsqu'on ne peut plus la nommer, il devient beaucoup plus difficile de la fixer, de la saisir, et de se l'approprier. Dans le roman d'Orwell, le mot "liberté" est désormais considéré comme une injure, et tend à disparaître totalement. Tous les mots à propension subversive sont peu à peu évincés ; les gammes d'adjectifs sont considérablement appauvries, réduites à des oppositions sommaires (bon/inbon par exemple, et point barre). L'idée sous-jacente est d'appauvrir la pensée, ou de mieux la contrôler.

L'idée développée par Chouard est dans la même veine, parce que la novlangue n'est plus seulement une fiction : les mots que nous employons, le "politiquement correct", tout ça sont des termes qu'on a vidé de leur sens premier pour les charger d'autre chose. Je prend un exemple tout bête : "vidéo-surveillance", ça fait très système totalitaire, pas vrai ? On se dit "rah, on est fliqués, où est notre liberté, on est sous surveillance constante". Et bien rassurez-vous chers amis, car par décret ministériel, désormais tous les communiqués officiels doivent abandonner le terme de "vidéo-surveillance" pour parler de "vidéo-protection". Tout de suite, ça passe mieux : l'Etat se place comme le grand frère du peuple (tiens, en anglais, comment on dit Grand Frère ?), il agit pour son bien, pour garantir sa sécurité, pour l'intérêt général. Ca endort les esprits belliqueux. Pas tous, mais une grande partie. Le langage qu'on nous sert nous formate l'esprit, parce qu'il puise dans l'inconscient collectif, cherche les termes "positifs" qui feront accepter les pires hérésies.
C'est exactement ce que dénonce Chouard : aujourd'hui, nous ne vivons PAS dans une démocratie ; une oligarchie tout au plus. Et nos politiques en sont conscients. Mais le terme de "démocratie" est lui aussi fondamentalement positif, il sonne révolutionnaire, humaniste - la parole au peuple, vous vous rendez compte !? Alors ça les arrange bien de ne pas démentir. Parce que du coup, grâce à cette charge positive qui nous est ancrée dans les neurones depuis des générations, on se bat pour le conserver, notre système politique, on est persuadés que c'est le meilleur possible. LA démocratie... Tu imagines, faire tomber une démocratie ? Y'a que les dictateurs qui font ça.

Sauf quand la "démocratie" n'en est pas une. Tout comme le "suffrage universel".

Et donc, l'idée de Chouard, c'est de baliser ces mots que l'on sait dévoyés, pervertis. Ces mots qui veulent nous mentir. Pour attirer l'attention sur eux, pour que les lecteurs se disent "tiens, c'est quoi ce mot", qu'ils le prennent isolément, et qu'ils puissent mieux comprendre là où se trouve le piège. Donc l'idée, c'était de signaler ces mots-piégés par des guillemets à l'envers, un système de signe particulier, fait exprès pour attirer l'attention. Perso, je ne l'ai pas attendu pour mettre régulièrement des guillemets à "démocratie"...

Quant au mot "projet", il dénonce une fois de plus l'usage d'un mot positif pour désigner quelque chose qui en soi ne l'est pas. J'veux dire, un projet, c'est quelque chose de positif à la base, ça veut dire qu'on a des idées d'avenir, qu'on veut aller de l'avant. Dans son sens premier. Mais là encore, ce mot est en train d'être dévoyé : on l'utilise désormais dans le langage managérial pour remplacer le terme de "hiérarchie", qui lui est devenu trop négatif (parce qu'on supporte moins les schémas pyramidaux aujourd'hui qu'il y a vingt ans). Et donc, le mot projet, qui à la base est censé être foncièrement positif, désigne aujourd'hui des choses impliquant des rapports de force, de la concurrence, etc. Seulement, on l'accepte beaucoup mieux comme ça, parce que le mot qui le désigne annonce quelque chose de positif et endort notre esprit critique. D'où l'intérêt que porte Etienne Chouard aux abus de langage, parce que des mots "piégés", y'en a beaucoup plus qu'on ne le pense et on gagnerait tous à partir en cure de désintox ^^ .


(Je commence à fatiguer, ça va peut-être devenir un peu plus brouillon x') .)

La culture politique... Oui, je crois que c'est de l'art engagé qu'il veut parler. Il déplore que certains artistes aient contribué à réduire l'art à l'art. L'art pour l'art, sans autre intérêt ni but que lui-même. Parce que son discours, c'est qu'il faut éveiller les consciences politiques des jeunes (et des moins jeunes) si on ne veut pas se faire entuber et élire des nouveaux Hitler. Et que le meilleur moyen pour éveiller ces consciences, c'est ce qu'il appelle la "vraie" culture : la culture engagée, celle qui fait réfléchir, pas seulement celle qui se contente de "faire joli". C'est exactement le discours que l'on retrouve, par exemple, chez Alain Damasio : pour lui, une oeuvre d'art se doit de transmettre un message.

C'est un point de vue ;) . Mais je crois que ce qu'ils condamnent vraiment, ce sont les tentatives de réduire l'art à la seule production de beauté, de l'isoler de la politique ; parce que les Pouvoirs savent à quel point l'art engagé peut être subversif. Et de ce côté, je ne peux qu'être d'accord ^^ .

Et pour ta dernière question, et bien, je crois que oui, c'est ça =) . Après tout, dans ce que le Front National reproche au gouvernement actuel, il y a un fond de vérité - même partiel -, pas vrai ? Ce que souhaite Chouard, c'est abandonner l'idée de partis politiques. Parce qu'il y a, potentiellement, des leçons à tirer de chacun, et que c'est débile de diaboliser l'un ou l'autre, de le rejeter en bloc sans même écouter et réfléchir sur ce qu'il a à dire. L'autre idée directrice (que je trouve très forte et très belle, et qui a déjà fait ses preuves au sein des JMs), c'est que les conflits, quels qu'ils soient, gagnent toujours à être mis en lumière. On a toujours énormément à gagner à poser les choses sans essayer d'occulter ce qui fâche, à écouter tout le monde, même ceux qu'on n'a pas envie d'entendre, pour x ou y raison. Parce qu'en contrepartie, on peut ensuite parler à son tour et être écouté, même par ceux qui ne veulent pas nous entendre, nous. Dans une attitude d'ouverture mutuelle. Sans partir du principe qu'on a raison et les autres tort, mais plutôt que c'est tous ensemble qu'on peut réellement avancer.

Evidemment, c'est utopiste dans une société telle que la nôtre. Mais Chouard n'est pas défaitiste, je pense que tu l'auras compris en regardant la suite des vidéos. Et puis il est bourré d'idées et d'initiatives super intéressantes !

Bref, c'est un post très brouillon et très peu développé, mais je suis vraiment crevée et faut que j'aille dormir . N'hésitez pas à pointer les trucs qui vous chiffonnent !



Laure.

_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Szyra Nahim
Chevaucheur de Brume
Chevaucheur de Brume


Féminin
Nombre de messages : 1699
Age : 26
Localisation : Gwendalavir
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Changer le monde   Sam 24 Déc 2011 - 8:44


Me voilà en train de répondre à un sujet de réflexion à 7h du mat' le matin de Noël ! XD
Il y a des choses comme ça... Faut dire que le sujet s'y prête pour un come-back. Il fait juste une page et en plus, il m'intéresse plutôt intensément ces derniers temps =)


Laure est partie sur l'opposition "Partir et fuir" // "Rester et combattre". C'est en d'autres termes, la question que je me posais avec Esio la semaine dernière. Je partais de ce qui reste ancré en moi comme un "idéal" marchombre. Vous savez, le marchombre là, celui qui vit tout seul dans la nature, bosse un peu comme il veut pour gagner un peu d'argent. Ah oui, mais y a Jilano aussi, celui qui nous donne à repenser cette idée simpliste du marchombre, et Ellana à sa suite. Esio me faisait remarquer que si Jilano s'impliquait dans les affaires de l'Empire c'était surtout dans le but de protéger l'Harmonie.

De tout ça, je dirais donc qu'entre l'"idéal" marchombre et le premier post de Laure, oui, il est possible de "fuir" et de combattre en montrant des choix de vie alternatif. Il y en a déjà plein des gens qui font ça. Plein est relatif bien sûr. Mais je veux dire, ce ne sont pas forcément des ermites qui n'ont plus de contacts avec le monde. Bon après, dans les personnes qui font ça, il peut y avoir des philosophies de vie très différentes à la base de leur choix et donc tout n'est sans doute pas à imiter. Mais cela reste possible. Même si ce n'est pas simple et que ça demande un minimum de courage comme tu le disais Laure.


Aethera a écrit:


Les gens auront le choix. Le choix de rester dans le système, avec tous ses avantages, son confort et sa sécurité, puisqu'il convient somme toute à pas mal de monde. Les autres, les paumés, ceux qui ne se sentent pas à leur place, ceux qui aspirent à autre chose, je veux pouvoir leur montrer que cet autre chose est possible.


Dis comme ça, tout va bien, chacun fait ce qu'il veut. Et savoir si on se change soi-même ou pas n'a pas tellement de sens vu comme ça. On se change dans une certaine mesure et on change aussi le monde dans une certaine mesure.

Moustikos a écrit:


Changer le monde, ce serait quoi ? Changer les mentalités, changer les usages, les fonctions et règles économiques, la manière de gouverner (si gouverner est encore d'usage), changer les manières d'aimer, comment communiquer entre hommes, avec la nature, ce qui ferait même l'essence du l'estime ou du respect ? [...]

Les prises de conscience, on en demandera jamais assez, vu la léthargie globale de la plupart des personnes vivant en société. [...]

Changer le monde dans sa globalité elle-même n'est pas une mince affaire... (je vous en apprends des choses, hein? x) mais ça me fait du bien d'y écrire - et peut-être que ça permettra de poser un peu plus clairement le cadre actuel) et le révolutionner en profondeur serait de mettre en branle et de tout revoir l'économie mondiale.


Dans ces morceaux de post de Moustik que j'ai gardé, je me suis concentrée sur la première question "Changer le monde, ce serait quoi ?" Tu nous donnes plusieurs possibilités, toutes envisageables, et puis tu en restes plutôt à ce qu'on appelle le "Système" et changer le monde se résume à la fin à changer l'économie mondiale même si ce n'est sans doute pas ce que tu penses. Je simplifie ce que tu as écris mais c'est un peu ce qui ressort de ton post.

Alors moi, finalement je trouve ça encore jouable XD Parce que j'ai trouvé un truc encore plus difficile à changer : l'humanité. En fait, j'aimerais qu'on puisse réellement parler d'Humanité quand on parle des hommes de cette planète. Mais s'il y a quelques Hommes, il y a surtout beaucoup d'hommes et peut-être même des espèces encore pires... Je pense bien sûr aux génocides, je pense aux expériences qui sont faites qui révèlent le potentiel de l'homme à torturer son prochain, je pense aux guerres, je pense aux hommes qui n'hésitent pas à abattre toute personne se trouvant entre eux et leur réussite. Il y a des tas d'exemples qui montrent la noirceur dont l'homme peut faire preuve. D'accord la pauvreté c'est aussi terrible, mais il y a des gens qui savent être heureux tout en étant pauvre. Alors on peut souhaiter changer plein de choses différentes pour changer le monde, mais si déjà on pouvait faire en sorte que l'homme évolue positivement... Je n'ai pas de solution non plus... Déjà parce que je ne fais qu'évoquer un iceberg et donc qu'il faudrait vachement plus décortiquer le problème.


(Je vais essayer de trouver le temps d'écouter toutes ces vidéos Laure, ça a l'air vraiment passionnant !)



Et JOYEUX NOËL A TOUS !


Revenir en haut Aller en bas
http://phoenixjewel.skyrock.com
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises


Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 26
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Changer le monde   Sam 7 Jan 2012 - 19:55

D'abord, une petite vidéo à partager :
Suicide Social

Parce que pour moi, elle énumère plus ou moins tout ce qu'on pourrait avoir envie de changer. Parce qu'elle me parle tout simplement et parce qu'elle a, à mon avis, beaucoup à voir avec le sujet.

Changer le Monde, c'est un sujet très vaste. On pourrait changer la nature, ce serait changer le Monde, on pourrait changer le système, ce serait changer le Monde, on pourrait changer de point de vue, ce serait quelque part changer le monde aussi.

Pour moi, changer le monde, ça commence par Soi, par se changer, intimement. Par prendre conscience de ce qu'est vraiment le monde. Je pense aux américains qui ne savent pas d'où vient le lait, mais je pense aussi à n'importe qui qui ne sait pas d'où vient ce qu'il consomme et utilise tous les jours. Je pense à ces gens qui ne savent pas non plus ce qu'est le monde, parce qu'ils n'en connaissent que ce que l'on veut bien leur montrer.
Nous sommes tous des ignorants.

Pour moi changer le monde, ça commencerai par ça. Apprendre ce qu'est le monde, avant de le changer. Le problème de l'homme, c'est qu'il a trop souvent changé le monde sans savoir vraiment ce que c'était. Comme si on donnait des antibiotiques à la Terre avant de savoir ce qu'elle avait et si elle était vraiment malade.
Je ne dis pas qu'il faut savoir tout sur tout, mais qu'il faut apprendre à être attentif à ce qui nous entoure. Savoir sortir un peu de ce confort, qui se voulait à la base une aide, et qui finalement se retrouve être un poids. Cela peut être plein de choses : savoir planter des choux, savoir reconnaître les arbres, savoir si une eau est potable ou non, savoir comment c'est fait un oignon, ...
Pourtant, aujourd'hui, on sait réparer des satellites, on sait créer des logiciels informatiques, créer des voitures surpuissantes, mais peu de gens savent observer et comprendre la nature.

Pour moi c'est la première chose à changer, et pour ça, y'a pas trente six solutions, il faut Nous apprendre ces choses, pour pouvoir les transmettre.

Mais pour moi, ce n'est qu'un pas, ce qu'il faut changer, plus profondément, c'est ce que l'homme à fait de l'homme. L'homme, c'est une bête relativement débrouillarde et créatrice, qui s'il n'est pas spécialement super intelligent, sait quand même se servir de ses neurones et de ses mains pour fabriquer des choses qui lui facilite la vie. Le problème de l'homme est là, il est tellement obnubilé par son intelligence et sa capacité à se faciliter la vie qu'il ne fait plus que ça.

Je ne dis pas qu'il faut revenir en arrière, mais arrêter, juste, d'être perfectionniste au point de vouloir faciliter les choses qui facilitent les choses qui facilitent ...
D'accord, on a des tracteurs qui labourent nos champs, c'est bien pratique, on a des voitures pour aller loin, c'est pratique aussi, mais est ce qu'on est foncièrement obligé de travailler pour créer des engins qui avancent tout seul (Segway et cie), des robots qui passent l'aspirateurs, des trucs pour nous remplacer à tout et n'importe quoi alors que l'on sait très bien que faire certaines choses nous procure du plaisir ?

Oui, l'homme est bête au point de se faciliter les choses qui lui procurent du plaisir. J'suis d'accord que le tracteur, comme la voiture, comme l'ordinateur ou la calculette sont de bonnes inventions (quoi que c'est relatif) mais que penser des tapis roulants pour faire votre jogging ? Ou des plats tout prêts ? Ou des instruments qui jouent eux même de la musique ?
Alors oui, la société est un peu en cause, bien sûr (d'ailleurs, la société, c'est pas le truc censé faciliter les contacts entre les êtres humains ?) seulement, à force de simplifier on complique, et à force de vouloir simplifier on se tue à la tâche. Bah oui, si on aimait pas tant les meubles confort et design, on pourrait se passer de beaucoup d'heures de travail, d'ailleurs, c'est pareil pour beaucoup de choses. On consomme parce qu'on pense que ça va nous faciliter la vie, pour consommer faut travailler, et plus on travaille, moins on a de temps et donc plus il faut consommer pour se faciliter la vie.

Pourtant, et on le sait très bien, on pourrait vivre beaucoup mieux avec moins. Exemple : travailler moins, mais prendre 2h par jour maximum pour planter ses propres fruits et légumes. Travailler moins mais prendre du temps pour s'occuper de ses enfants. Travailler moins, mais prendre du temps pour pratiquer un loisir, du sport, et autres.

J'ai récemment fait un constat, c'est que je peux me passer du 75% de ce que je possède, et que fatalement, cette portion d'objet m'a coûté des sous, sous qui m'ont pris du temps pour être gagnés, temps qui m'a manqué pour le passer à autre chose comme faire du sport, lire ou voir des amis.
Ces 75% ne sont pas forcément les même pour tout le monde, moi il s'agit de mes habits (pour vous donner une idée, j'ai 2 sacs type ikéa qui débordent de fringues à donner), la majorité de mes meubles (genre j'ai deux tables, cherchez l'erreur), une partie de mon électroménager (vous pouvez me dire à quoi sert l'espèce d'écran toujours sale que la plupart des gens ont dans leur salon ?) des objets de déco (faut croire que les gens nous offrent que des ramasse poussières, qu'en plus, on les garde, et qu'on y prends goût et même qu'on en achète !) et même quelques livres et DVD (ouaip, y'en a je sais même pas comment ça se fait que je les ai xD) Bref, tout ça pour dire que ça peut être n'importe quoi et que ça encombre vraiment. Et le pire c'est que plus on a de l'espace, plus on l'encombre !
On finit par en avoir tellement qu'on a plus de relation aux objets qu'avec nos proches.

Et on peut très bien s'en passer.
O_o se passer de mes superbes habits ? Et de ma TV ? Et... Et de ma déco et de mes livres ? Bah oui. Un exemple tout bête que certains reconnaîtrons : prenez une grande maison, mettez y tout pleins d'amis, allez y avec le strict nécessaire, et observez le résultat. L'objet dont les français ont le plus besoin, c'est leur portable (téléphone donc) et leur montre (ou juste le portable, si comme moi, vous l'utilisez aussi comme montre) Résultat, j'ai utilisé 5 fois mon portable sur une semaine. 2 fois pour mettre le réveil et 3 fois pour voir un nouveau message. En moyenne je l'utilise, allez... 30 fois par jour, et je suis gentille. Alors oui, d'autres ne se sont pas autant passé de leur portable, mais est ce que pour autant ce qu'ils n'avaient pas emmené leur à manqué ? Je ne pense pas (à part pour ceux qui avaient oublié quelque chose x) )

C'est peut être pas grand chose, mais si quelques personnes changent leur rapport au monde et aux choses, ça montrera aux autres que Oui, c'est Possible. Ca changera peut être pas le monde pour le 90% des gens, c'est clair, mais si la Vie peut être plus douce pour Nous et si on peut faire en sorte que 10% des gens se sentent plus en accord avec le Monde, est ce que ça ne vaut pas le coup d'essayer ? Et puis même si ça change rien, est ce qu'on aurait été plus heureux de ne rien tenter ?

Pour moi, Changer le Monde, c'est pas changer tout le monde, c'est pas la Révolution, c'est pas l'Apocalypse, Changer le Monde, c'est prendre une courbe, et prendre le risque, d'éclairer autour de soi, s'il existe tout près de nous, des gens qui ne désirent pas le même Virage.
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Changer le monde   Dim 8 Jan 2012 - 9:37

Aziliz a écrit:
Pour moi, Changer le Monde, c'est pas changer tout le monde, c'est pas la Révolution, c'est pas l'Apocalypse, Changer le Monde, c'est prendre une courbe, et prendre le risque, d'éclairer autour de soi, s'il existe tout près de nous, des gens qui ne désirent pas le même Virage.
Je suis d'accord avec toi lorsque tu affirmes qu'il faut "éclairer autour de soi", montrer l'exemple - c'est ça ou me trompé-je ?
Mais, tout d'abord, comment être certain que cet exemple est véritablement vertueux ? Il l'est pour nous, mais l'est-il pour le Monde ? Peut-on se permettre d'influencer les autres en se basant sur ses propres principes ? C'est un peu la même question que j'avais posée aux putatifs maîtres marchombres. N'est-ce pas risqué de diriger les idées de quelqu'un vers les nôtres sous prétexte qu'on les pense justes ?
Bon, bien sûr, "éclairer autour de soi" n'a aucun rapport avec la coercition, mais comment être sûr de diffuser une lumière véritablement saine ?
Bon, ça c'était la question du "peut-on". Maintenant, si l'on a la "permission", est-il possible de le faire ? Je m'explique.
Il existe aujourd'hui - et peut-être depuis toujours, je l'ignore - une sorte de modèle, des codes qui font que tu es comme tout le monde et donc "normal". Portables, Facebook, soirées... Si tu n'intègres pas ce modèle, tu perds une grande partie de ta crédibilité. Donc en TRÈS gros, si tu n'es pas "mauvais", tu ne peux pas - ou difficilement - "diriger" les autres vers le "bon".
En outre, même si on parvenait à gagner de la crédibilité devant la masse, la foule, peut-on aisément imaginer que quelqu'un quitterait le confort de la normalité, deviendrait "anormal" pour se rapprocher d'une Terre dont il s'en fout pas mal ?

Désolé de terminer aussi abruptement, mais j'arrive plus à écrire.

Au plaisir !

Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises


Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 26
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Changer le monde   Dim 8 Jan 2012 - 10:40

Tout d'abord, je pense qu'il n'y a aucun mal à "montrer l'exemple". Au final, ça revient juste à agir comme bon nous semble sans nous cacher. Ce que je veux dire c'est que nous montrons constamment l'exemple, et même à notre insu. Lorsque l'on se promène dans la rue, on ne se dit pas toujours qu'on marche, qu'on est habillé, ou qu'on fait ce qu'on fait pour montrer l'exemple. Pourtant, certaines personnes, sans y être attentives, vont prendre ces choses en compte sans forcément le savoir et en tirer un "jugement" : "Qu'il est ringard !" "Je pensais pas que c'était possible de..." "Trop fashion, faudra que je m'y mette" "Deg, comment on peux sortir comme ça ?"
Jugement qui plus tard influencera plus ou moins certains choix.

Je prends mon exemple : Mes collègues de travail parlent d'huiles essentielles, on me demande par la suite comment on soigne quelque chose, et résultat, je me mets à l'aroma et à la phytothérapie.

Après bien sûr, on peut "rayonner" de nos choix et donc donner plus ou moins envie aux autres de nous suivre. C'est ce que j'appelle "éclairer autour de soi". Il s'agit juste d'Aimer ce que l'on est, ce que l'on devient et Croire que les Choix que nous faisons sont Justes, en parler éventuellement autour de soi, débattre, discuter, avancer. Ceux qui sont intéressés pourront se dire "tiens c'est bien ça, mais je le vois plus comme ça" et ceux que ça n'intéresse pas dire "non, c'est pas mon truc". L'important c'est de ne pas obliger. Même si on est convaincu que notre mode de vie est le meilleur, il ne faut pas l'imposer. Quelque chose d'imposé perds systématiquement ce côté volontaire et donc ne donne pas envie d'être fait ou suivit. (A votre avis, pourquoi les livres qu'on nous oblige à lire à l'école nous déplaisent le plus souvent ?)
Et contrairement à ce qu'on pense, ça ne sépare pas les gens. Ma meilleure amie est du genre achats compulsifs, dépensière et consommatrice, je lui en parle, de temps en temps, mais c'est à elle de faire un choix, pas à moi et je respecte sa décision.

Donc, pour moi, il n'est pas question de dispenser ou non une Lumière saine (cela dépend du point de vue, j'suis sûre que les grandes entreprises trouveraient ma Lumière très malsaine) mais d'ouvrir le dialogue. On n'impose pas, on propose juste. Cela à l'avantage de laisser le choix à nos interlocuteurs mais aussi de pointer les faiblesses de notre raisonnement. Puisque ceux qui ne sont pas d'accord exposerons à leur tour leur point de vue et donc montrerons ce qui leur manque dans notre système, ce qui est potentiellement nos failles.

Quand à la question de la norme, je pense que la plupart des êtres humains tendent à s'en extraire à différentes échelles. Pour moi, il y a plusieurs normes, c'est un peu comme une échelle.
La norme la plus ancrée en nous, c'est le modèle social : Ecole, Formation, Travail. Meilleur est ton travail, meilleure sera ta Vie. (et la norme qui en découle, plus t'as d'argent, plus t'es cool)
Viens ensuite la norme Familiale : Couple hétéro + enfants
Ensuite la norme vestimentaire : la Mode
Ensuite la norme du langage et là, ça dépend des milieux
etc

Concernant le langage et la mode, c'est relativement facile de s'en extraire puisqu'il s'agit là d'un domaine très vaste. Par exemple si je ne parle pas en sms les gens ne m'en voudront pas trop, j'suis une noob mais j'ai quand même un portable. Si je ne m'habille pas pareil, idem, puisque c'est peut être une autre mode. Dans tous les cas, c'est facile de résister aux quolibets puisque ce sont en général des choses que l'on assume avec le temps assez vite et que l'on peut défendre : non, je mettrai pas de slim, ça me tiendrait pas trois jours qu'il serait déchiré. Non, j'parle pas en sms, j'arrive déjà pas à me comprendre en toutes lettres.
Ca devient plus dur avec les niveaux familiaux et sociaux puisque c'est à la fois intégré dans les moeurs mais aussi dans les lois. C'est comme ça, un couple homosexuel ne peut pas se marier ni adopter d'enfants partout. On n'a pas le droit de ne pas aller à l'école et personne n'embauche quelqu'un qui n'a pas un minimum de formation.
C'est là que pour s'en dédouaner il faut créer un système alternatif, un autre statut pour les couples homosexuels, une école qui fonctionne différemment des autres, ... Le problème c'est qu'il faut soit changer de pays, soit rester en accord avec les lois. Et c'est aussi là que l'exemple qu'on donne nous sert puisque plus on a de gens qui nous soutiennent, plus on a de poids face a la norme et que donc plus il est possible de créer l'alternative.

Quand à ta dernière question, je suis d'accord que dit comme ça, personne n'aurait envie de changer, mais si on avance les dangers de notre mode de vie actuel et les avantages de notre idéal, ça fait tout de suite plus envie.

C'est comme un compromis, d'accord c'est finit les armoires qui débordent, les fauteuils en cuir, les grandes berlines mais c'est aussi fini la surpollution, la puberté précoce, les X maladies que l'on attrape à cause de ce qu'on rajoute dans ce qu'on mange pour les aromatiser, les conserver ou empêcher les animaux de les manger, c'est aussi fini le travail à 35heures par semaines derrière un ordinateur, c'est fini les 500 papiers à remplir par mois, ...
En échange, on a des fruits et légumes produits de nos mains (et donc on sait plus ou moins avec quoi dedans), une maison a la campagne pas trop polluée, un choix plus vaste de travail (bah oui, dans le monde actuel, 1 tiers des travailleurs travaillent sur ordinateur, je trouve pas ça très varié x) )plus de temps libre (même si moins de revenus) une école plus en accord avec nos intérêts et plus proche des parents et enfants (bah oui, personnellement j'ai toujours trouvé bizarre que les enfants passaient autant de temps à l'école pour apprendre des choses aussi peu variées) la possibilité d'élever soi même ses enfants, ...

(J'ai donné ce qui me venait par la tête)

Pour moi, c'est pas un mauvais choix de confort que de vouloir vivre dans un monde où on consomme très peu, c'est un autre type de confort. Chacun choisit ce qu'il veut, mais moi je brade volontiers ma maison tout entière si on me promet une vie ou je pourrais passer énormément de temps avec mes amis sans me soucier de l'heure, même si pour ça je dois dormir par terre et vivre dans une tente.
Actuellement, c'est un peu le choix entre finir seul et riche ou finir pauvre mais entouré...
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Solituda
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre


Masculin
Nombre de messages : 329
Localisation : Je pourrais vous répondre que je viens du ventre de ma mère, de l'endroit où j'habite, des ex forums sur lesquels j'étais. Tant de lieu, tant d'endroits parcourus. Je viens d'une musique, The pianist. Je viens du tréfonds de ses notes, de ses sentiments, de sa douleur. Je viens de cette Solitude.
Livre préféré : The Unbeliever. Vous ne devez surement pas connaître. Mais je vous le déconseille. Tout en vous le conseillant.
Date d'inscription : 10/10/2010

MessageSujet: Re: Changer le monde   Dim 8 Jan 2012 - 11:01

S'lut!

Changer le Monde, ce n'est pas impossible, c'est juste long à faire.

Nous, on peut le changer. Il faut certes travailler sur Soi ce serait le bon début mais il faut faire mieux.
Combattre est inutile. Hitler a voulu changer le monde par la violence et a échoué. Il y a toujours plus fort que celui qui utilise la force. Il faut oui, se changer Soi avant le monde, il faut oui, illuminer par notre exemple pour changer ce monde.

Mais il faut faire plus que cela. Il faut donner envie, pas seulement vendre une aperçue du bonheur et d'un monde meilleur, mais le créer.
Nous, Marchombre si j'ose dire, on peut le changer. Après tout si PB nous as offert ce rêve, n'est-ce pas pour qu'on l'offre à notre tour aux autres?
Nous, Marchombre, si on fait envie aux autres, si on donne envie aux autres, comme ceux du livre nous ont donné envie de faire comme eux, les gens vont faire comme Nous. Si on fait du bien, ils feront du bien. Etc.
J'ai malheureusement pas le temps de développer, mais je n'ai qu'une chose à dire.

Parler c'est bien! Agir, c'est mieux!

Pouvons nous changer le monde? Le voulons-nous? *sourire moqueur*

A bientôt! En espérant avoir plus de temps la prochaine fois!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Changer le monde   Aujourd'hui à 14:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Changer le monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Changer le monde
» Les Marchombres modernes : entre rêve et réalité?
» [Vicki Myron] Les neuf vies de Dewey
» Regard ^
» Ce que vous aimeriez changer dans le monde du catch

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Le Monde et les Energies :: Nous et la société-
Sauter vers: