La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La véracité des notions communément acquises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soyael
Fils du Vent
Fils du Vent


Masculin
Nombre de messages : 610
Age : 20
Localisation : Là où on ne m'attends pas, là où je serais accepté et où je continuerais mon apprentissage.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : J'ai encore tant à découvrir que je ne sais pas. Mais là comme ça le pacte des marchombres. Et d'autres.
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: La véracité des notions communément acquises   Lun 16 Avr 2012 - 14:05

Alors oui, je sais qu'on en a beaucoup parlé, mais je sais pas si y'a un sujet qui parle vraiment de ça ici. Donc voilà.

La justice, la bienséance, le bien, le mal (pour reprendre les classiques), la Culpabilité, les Obligations...
Tout autant de notions qui semblent ancrées et immuables dans nos esprits.
Et pourtant, dans ma tête, j'aime pas les ancres. Du coup, je pose ici carrément une question sur la remise en question, de tout.

La culpabilité, les "ça se fait pas", la justice, et tout ça... Est-ce qu'on en a vraiment notre propre notion? Ou est-ce qu'on est vraiment et totalement mené à la baguette? Ca nous semble évident, le pourquoi de la culpabilité, etc. Mais est-ce que ça l'est vraiment?

Surement qu'en fait, ce sujet a du être posté. Je suis désolé ^^
Mais... Des pistes de réflexion, les gens?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie


Féminin
Nombre de messages : 228
Age : 18
Localisation : Là où mes rêves me portent.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, Harry Potter, Le Livre du Voyage (Bernard Werber), La Quête d'Ewilan, Les Mondes D'Ewilan, Orgueil et Préjugés, Antigone et Médée (Corneille), La Horde du Contrevent, La Zone du Dehors.
Date d'inscription : 03/12/2011

MessageSujet: Re: La véracité des notions communément acquises   Lun 16 Avr 2012 - 18:08

Je pense que ça nous semble totalement évident parce que depuis notre plus jeune âge, on nous montre ce qui est "bien" ou "mal", on nous répète à l'infini qu'il ne faut pas être méchant avec les autres, qu'il faut dire pardon quand on a tort, on nous dis même quand on a tort!

Avec les supers-héros et les dessins animés, on a la Justice, celle qui punit les méchants et sauve les gentils. Du coup, ça rentre comme une vérité générale et on ne remet plus en cause.

Tout remettre en question c'est comme...découvrir que le monde n'existe pas, que tu es entrain de rêver, une perte brutale de tous repères. Depuis tout petit, tu a été élevé dans l'optique qu'il faut faire le bien, être gentil...Dans les film et les livres, les méchants sont laids et les gentils beau. Tu imagines: le Pacte des Raïs avec les gentils guerriers cochons qui se battent contre les vilains Marchombres?
Alors, si le bien n'est pas le bien et que le mal n'est pas le mal que faut-il faire??? Ce que tu veux? Plus facile à dire qu'à faire. Tu vois une petite vielle dans la rue en train de se faire racketter, qu'est-ce que tu va faire? L'aider. Parce que tu as été élevé comme ça. Tu arriverais à passer ton chemin sans rien dire? Sans y prêter attention?
Revenir en haut Aller en bas
Nour
Aspirant à la Greffe
Aspirant à la Greffe


Féminin
Nombre de messages : 733
Localisation : Sur le chemin de la Vie
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Bottero, Damasio, Tolkien...
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: La véracité des notions communément acquises   Mar 17 Avr 2012 - 12:44

ça nous semble évident, parce que nos parents nous l'ont appris comme ça. Ils nous ont éduqué à l'aide de ses notions pour nous permettre d'avoir au final notre vision du monde. Mais il n'y a pas qu'eux qui l'ont fait, nos lectures, l'école, nos loisirs, tout ça créée ces notions.
Mais savent-ils eux-même ce que sont vraiment ces notions ?


Soya a écrit:
La justice, la bienséance, le bien, le mal (pour reprendre les classiques), la Culpabilité, les Obligations...
Tout autant de notions qui semblent ancrées et immuables dans nos esprits.

Ces ancres ne sont pas forcément immuables, ça dépend de toi, de ta vision du monde, de comment tu veux envisager ce monde et ta vie.
Quelque chose peut paraître mal pour quelqu'un mais cette même chose pour toi ne sera pas forcément mal. Ces notions sont à nuancer et je pense à prendre des pincettes.


Rachel a écrit:
Tout remettre en question c'est comme... découvrir que le monde n'existe pas, que tu es en train de rêver, une perte brutale de tous repères.

Comme si tu redevenais un petit enfant.
Mais tout remettre en question ce n'est pas forcément une mauvaise idée. Surtout que ces notions sont très abstraites même si ce sont elles en partie qui font ce que l'on est.


Rachel a écrit:
Alors, si le bien n'est pas le bien et que le mal n'est pas le mal que faut-il faire??? Ce que tu veux? Plus facile à dire qu'à faire. Tu vois une petite vielle dans la rue en train de se faire racketter, qu'est-ce que tu va faire? L'aider. Parce que tu as été élevé comme ça. Tu arriverais à passer ton chemin sans rien dire? Sans y prêter attention?

Totalement d'accord


Bon j'ai pas l'impression d'avoir apporté grand chose et d'avoir tout répété sous différentes formes mais tant pis. =)
Revenir en haut Aller en bas
Battling
Aspirant
Aspirant


Masculin
Nombre de messages : 230
Age : 28
Localisation : Au milieu d'un tas de livres
Groupe : Armure
Livre préféré : En Attendant Godot
Date d'inscription : 27/03/2012

MessageSujet: Re: La véracité des notions communément acquises   Mar 17 Avr 2012 - 23:39

Sans vouloir jouer les méchants de service, peut être qu'à trop envisager les choses sous l'angle moral (est ce bien ou mal?), on oublie les bases fondamentales de toute loi, qu'elle soit écrite (code civil etc.) ou tacite (bienséance, politesse), c'est à dire permettre une vie paisible en communauté sans que personne ne bouffe l'autre.

En théorie, ces notions n'ont pas pour but l'achèvement du Bien, la lutte contre le mal, mais de permettre une certaine équité, laquelle passe évidemment par la défense du faible contre le fort. Cet apprentissage, il passe par l'école (les cours d'éducations civique, s'ils existent encore), mais aussi par les parents, et plus rarement, par le châtiment suite à un délit. Ces règles sont par essence absolues, s'appliquent à tous, la plupart du temps, et ne pas s'y conformer c'est prendre le risque de sanctions non pas motivées par une quelconque vindicte, mais dans un souci de justice objective. Ca c'est en théorie, bien sûr.

De l'autre côté, nous avons les règles de conduite dites tacites: bienséance, politesse, codes vestimentaires etc. Ces règles, au contraire, ne sont pas écrites dans le marbre, mais dépendent du contexte. On se fera mal voir en société si on va en mini jupe/décolleté aguicheur à un enterrement, mais en soi rien ne nous l'interdit. Au final, le but est le même, respecter la règle du jeu pour pouvoir vivre ensemble.

Cela dit, est il fondamentalement idiot / anti social de remettre en cause les règles établies? Pas facile déjà d'en venir à ce questionnement, parce qu'il est à double tranchant: remettre en cause l'ordre établi, c'est Che Guevara contre Anders Breijvik, le sentiment d'un combat noble et juste d'un coté (droit dans ses bottes!), et la possibilité de se fourvoyer gravement de l'autre. De même, choisir de se conformer, ca peut être aussi signifier se fondre dans le moule, devenir un citoyen respectable, sociable, ou bien être complice par sa passivité de lois iniques, comme ca s'est déjà vu durant des périodes peu glorieuses (comme l'Occupation, où la délation était encouragée par le gouvernement).

Alors au final, la question qui se pose réellement, ce n'est pas tant "faut il remettre en question l'ordre établi?", que "les valeurs morales qui me servent de repères sont elles en adéquations avec les règles qu'il me faut suivre?", et "si ce n'est pas le cas, sont ce mes valeurs ou les règles qui sont à remettre en cause?".

Pour terminer avec la question, je voulais revenir sur l'exemple donné de la petite vieille rackettée. A mon sens, ce qui donne une signification à nos actes (secourir une personne en danger, dans ce cas là), ce sont avant tout nos intentions. Si on se place du point de vue moral, ca n'a pas le même sens de venir en aide à quelqu'un du fait de la pression sociale, du regard d'autrui, ou par un véritable altruisme. Interrogeons nous avant tout sur nos motivations avant de partir en quête du Bien, et surtout, quels que soient nos actes et nos convictions il nous faut les assumer, pour le meilleur comme pour le pire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La véracité des notions communément acquises   Aujourd'hui à 5:29

Revenir en haut Aller en bas
 
La véracité des notions communément acquises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La véracité des notions communément acquises
» Tōma ou plus communément appeler Ikaros !
» Toile synthétique (communément appelé Polytoile) pour Aquarelle - où et que choisir ?
» Recherche modèles désespérément...
» [ SOFT] Complément pour Facebook pour chatter en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: La Vie et ses Concepts :: Les concepts opposés ou absolus-
Sauter vers: