La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Féminine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Eclipse
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 167
Age : 22
Localisation : Dans mon hamac
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Le combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat. Et d'autres, beaucoup d'autres
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Féminine   Jeu 11 Oct 2012 - 23:07

Je ne suis pas sûr que ce topic soit au bon endroit mais bon.

Je dois être en mode racontage de life (non non, le thème de ce topic n'est pas un "problème" personnel comme mon dernier), mais j'vais commencer par un exemple me concernant : l'autre jour, je suis allée à mon premier mariage. J'ai mis une robe, des bijoux et tout, et c'est tellement rare que je mette une robe (je ne me suis pas maquillée par contre, faut pas rêver) que ma mère a dit à la mariée un truc du style "T'a vu, elle (moi) s'est déguisée en fille pour toi!"

Oui, c'est vrai, je ne suis pas féminine. Petite, je traînais avec des garçons. Aujourd'hui, j'aime pas les robes et les jupes, ni tout ce qui colle à la peau (collant ça peut aller, mais leggins et surtout ces jeans qui serrent la cheville, je peux pas, mais après ce sont des goûts personnels), tout un tas de fringues, pour le haut aussi, que je n'aime pas. Ma cousine m'offre souvent des hauts mignons, avec de la dentelle, des couleurs roses, sauf que, c'est peut-être mignon sur les autres, mais moi j'aime juste pas ça. Ne comptez pas non plus sur moi pour passer des heures à la salle de bain, je me coiffe juste ce qu'il faut, éventuellement je me fais une queue de cheval, et mon expérience pour les cheveux se résume à ça (ah non, j'ai essayé plusieurs fois de me faire des tresses aussi mais j'ai encore des progrès à faire). Quant au maquillage, eh bien, je suis d'une ignorance crasse, j'ai du vouloir m'amuser à me maquiller petite, mais maintenant, ça ne m'intéresse absolument pas, au contraire, j'aurais tendance à fuir cela, d'autant que je trouve que plusieurs de mes amies sont plus jolies sans maquillage qu'avec! Je n'aime pas non plus ces sacs à mains qu'on doit plier la mains pour les tenir, et je n'ai jamais essayé des chaussures avec des talons vraiment hauts, je porte rarement des ballerines, bref, côté fringues, je porte plutôt des trucs qui font garçon plus que fille.

Mais ce n'est pas tout. En tant que fille (femme, peut-être pas encore), je suis également tenue de m'épiler les jambes et les aisselles. Les aisselles, je peux comprendre, ça sent plus avec les poils, mais les jambes? Pourquoi un homme a-t-il le droit de les laisser comme elles sont et nous, sous prétexte de notre sexe, on doit absolument nous les épiler? Chaque fille à qui j'en ai parlé a parut plus ou moins choquée à l'idée (et à la vue) que je ne m'épilais pas les jambes, mais pourquoi c'est important à ce point? Je ne suis quand même pas la seule à ne pas le faire et à ne pas avoir envie de le faire? Si je n'ai pas envie, je ne vois pas pourquoi je devrais le faire, sous prétexte que la grande majorité des filles le font.

D'abord, je voulais parler de ça. De cette histoire d'épilation des jambes. Mais pas que.

Je vais peut-être dire une bêtise, un truc choquant, ne le prenez mal en aucun cas, mais pour moi, s'habiller pour être mignonne chez les filles, me donne l'impression de femme-objet. Je ne sais pas d'où me sort cette idée, elle est récente il me semble, mais j'ai cette sensation. On se fait belle pour séduire, les hommes, eux, s'habillent comme ils veulent, détente (au lycée en tout cas). Est-ce que c'est sexisme cette façon de voir l'habillage selon vous?

Concernant le maquillage, c'est différent. Il paraît qu'il y a de plus en plus de mecs qui se maquillent. Ce qui ne me donne pas plus envie de m'y mettre d'ailleurs, même si homme et femme se maquillaient pareil, mais du tout, ça dérive un peu. En fait, je voulais parler d'être féminine, de comment ça pourrait se voir d'un point de vue féministe, mais c'est assez large, alors j'ai essayé de développé sur des points que j'avais en tête. J'espère que vous avez compris et que vous saurez m'apporter votre lumière (ce dont je ne doute pas )
Revenir en haut Aller en bas
http://eclipse.eklablog.com/
Elurían Aeglir
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2991
Age : 26
Localisation : A proximité d'une excentrique hyperbole équilatère.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Je n'en ai lu aucun.
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Féminine   Jeu 11 Oct 2012 - 23:19

Marie, Marie !
Si tu passes par là, tu sais maintenant que tu as un deuxième but dans la vie : voir Eclipse en jupe.
Ok, ce n'est pas très original par rapport à ton premier, mais quand même...




Bref, je n'ai pas le temps d'élaborer une savante réponse, mais je suis complètement (je ne vais pas dire complètement en fait, parce que je ne voudrais pas dire de bêtises et qu'il est possible que certains détails m'aient échappée, mais très largement alors) d'accord avec toi, on peut dire que ton racontage de vie pourrait être le mien...

Et si on peut m'expliquer, je veux bien aussi

_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo"
JRR Tolkien
Aide de Camp de la grandissime Eleyra Leina
Coordinatrice et présidente honorifique de la SABIA

"N'ignorez pas l'enseignement de la voie pure d'un
fleuve de montagnes dévalant sur les roches."

Morihei Ueshiba


"At the end of a storm is a golden sky
And the sweet silver song of a lark."


Dare to click here ?
Or here ?
Revenir en haut Aller en bas
http://decachroniques.blogspot.fr/
Lilimace
Membre de l'équipage
Membre de l'équipage
avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Age : 19
Localisation : Dans une bulle de savon.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : La cité des livres qui rêvent ; Le dernier elfe ; Alice in the wonderland ; Tobbie Lolness.
Date d'inscription : 03/03/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Ven 12 Oct 2012 - 23:42

Bonsoir ! =)

Pour ma part, je ne pense pas que la féminité s'assimile au fait de plaire aux hommes. Du moins, pas exclusivement.
Je m'explique. Je ne suis pas très féminine non plus, ou du moins pas pin-up comme j'en vois à longueur de journée, je n'ai pas de talons, pas de décolletés, je hais les jupes, je mets peu de robes. A part ça, je m'habille "en fille". J'aime porter des petits hauts tout mignons, me faire des tresses. Et je m'épile ^^
Mais ce n'est pas "pour plaire". Du moins, pas aux autres. Je le fais pour me plaire à moi. Les matins, quand je m'habille, que je choisis quelles chaussures je vais mettre, quand je me regarde dans le miroir pour voir si mes cheveux sont toujours coiffés, c'est pour moi. Parce qu'avec ça, je me sens bien. Je me trouve jolie, et ça me suffit comme ça. Si je m'épile, c'est parce que je n'aime pas mes jambes avec des poils. C'est un avis tout à fait personnel. Personne, aucun gars, aucune fille, ni ma mère, ni ma meilleure amie, ni mon prof de maths ne peut choisir à ma place, personne ne m'influence. C'est un choix. Parce que c'est comme ça que je me sens bien dans mes baskets, et que je n'ai pas envie de maigrir, ou de grossir, ou de grandir, ou de fumer.

Après je suis d'accord, ça donne souvent cette impression pour certaines filles ^^ Enfin voilà, j'espère vous avoir un peu répondu :)
Revenir en haut Aller en bas
Elhea
Archer émérite
Archer émérite
avatar

Féminin
Nombre de messages : 599
Age : 22
Localisation : Dans les branches d'un arbre près de l'Oeil d'Otolep.
Groupe : Faëlle
Livre préféré : Le pacte des Marchombres, La Horde du Contrevent
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Sam 13 Oct 2012 - 0:33

Petite réponse rapide, parce qu'il est tard et que je n'ai pas des tonnes de trucs à dire


Ta description de tout ce que tu ne fais pas et ne porte pas est quand même très axée sur un certain type de "féminité". Ca peut correspondre à celles qu'on nomme affectueusement "poufs", et pour le coup très femme-marchandise...
Moi je ne porte pas de vêtements qui collent à la peau (sarouels powaaa !), je n'ai pas de sac à main, je ne me maquille que très peu et très rarement, je ne porte pas de rose ni de vêtements/accessoires de marque... Et pourtant, je pense qu'on peut affirmer que je suis "féminine". Sans être une marchandise.

Comme dit Lili la Limace ( ), l'important c'est avant tout de se plaire à soi-même. Moi, je me plais en sarouel, en robe ou en jupe, en vêtements colorés. Ça ne plait pas forcément aux autres, je ne le fais pas pour me "vendre". (Non, me faire accoster par des arabes divers et variés c'est pas mon trip, je vous jure.)


Être soi-même, c'est surtout ça qui importe. Et comme ça quand tu plais à quelqu'un, tu sais que ce n'est pas juste à cause de ton grand décolleté ou de ta jupe un peu courte Parce qu'après tout, on veut tous plaire, on aime tous être aimé(e)... mais être aimé(e) pour ce qu'on est vraiment.
Alors si tu n'es pas très féminine, ben tant pis, les gens n'ont qu'à t'aimer comme tu es. Et si tu l'étais, ce serait pareil.


Eclipse a écrit:
les hommes, eux, s'habillent comme ils veulent, détente (au lycée en tout cas)
Chez les hommes aussi il y en a qui veulent plaire, "avoir la classe", il y a ceux qui ne jurent que par Nike ou Adidas, etc.
Bon, l'idée de vouloir plaire est un peu moins répandue. Mais elle existe aussi. Et celle de vouloir se plaire, idem. Même si c'est vrai qu'on les juge moins, en règle générale.
Et il y en a même qui s'épilent les jambes.

Ah, cette histoire d'épilation... Etant blonde, j'avoue un peu négliger mes jambes aussi, parce que osef de toute façon ça se voit pas.
En tous cas, tu n'es pas la seule à ne pas t'épiler, c'est sûr. Et si je n'avais qu'un avis personnel à donner, je dirais que l'épilation des jambes je m'en fous. Mais les aisselles beaucoup moins x)



Histoire de conclure sur un truc constructif, je dirais que être féminine, c'est avant tout se sentir femme.
Peu importent l'apparence physique, les vêtements, les accessoires, le maquillage. La féminité s'exprime plutôt dans une attitude, une façon d'être. (je dis "une", c'est totalement indéfini, je ne dis pas qu'il y a qu'une seule façon d'être féminine hein, c'est différent pour chacune)
Revenir en haut Aller en bas
Nour
Aspirant à la Greffe
Aspirant à la Greffe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 734
Localisation : Sur le chemin de la Vie
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Bottero, Damasio, Tolkien...
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Sam 13 Oct 2012 - 11:48

Tiens, tiens c'est intéressant ici =)


Bon alors, je suis un peu comme Lili. J'aime me sentir des bien dans mes baskets mais à ma façon avec de la couleurs, des robes, des jupes parce que les jeans j'aime pas beaucoup. De même le maquillage, je déteste ça même pour aller à des mariage ou ce genre de chose. Ma mère et ma soeur sont carrément obligées de m'enfermer de force dans la salle de bain pour que je les laisse faire tant je déteste ça. Pareil pour les coiffures, je ne veux pas en entendre parler à la maison et pourtant elles ne sont pas en manque d'essayer loin de là.
D'ailleurs, un jour, je leur ais posé la question de cet acharnement : Pourquoi être comme ça alors que je me sens bien comme je suis ? Elles m'ont répondu que cela faisait parti de la norme, du fait d'être comme tout le monde. Faire tout ceci, c'est être "normal".

Mais plaire aux hommes non merci, ça ne m'intéresse pas, bien au contraire même. Car souvent qui dit plaire, dit aussi avoir des remarques désagréables ou des sifflements,.


Sinon par rapport à ce que dit Ehlea
Elhea a écrit:
je dirais que être féminine, c'est avant tout se sentir femme.
Peu importent l'apparence physique, les vêtements, les accessoires, le maquillage. La féminité s'exprime plutôt dans une attitude, une façon d'être.

Je suis entièrement d'accord. Se sentir féminine ne veut pas forcément dire le paraître.
Par rapport aux "poufs" je suis aussi plus pour dire que ce sont elles les femmes-objets, elles veulent sans cesse plaire pour s'assurer une "place". Tout ce tralala de bien s'habiller, de se maquiller, de s'épiler même pour ceux ou celles qui n'en sont pas [des poufs], ça y fait aussi vraiment penser à des gens-objets, des gens codifiés par notre société parce qu'en faite c'est ça qui "nous" pousse à être comme ça.



Bon voilà, ça part dans tout les sens ^^"

Revenir en haut Aller en bas
Me Myself and I
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74
Localisation : Sur fauteuil, à l'intérieur de ma vieille maison elle même située loin, loin, dans la campagne française.
Groupe : Petit
Livre préféré : Edgar Allan Poe, Jane Austen, Lovecraft et... Pierre Bottero (surprenant, n'est ce pas?)
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Sam 13 Oct 2012 - 15:36

Mince alors, et moi qui aujourd’hui porte une jupe courte et un pull un peu décolleté ! Et le pire, c'est que je vais probablement récidiver !
Mais ouff, mon médecin vient de me confirmer que je ne suis pas une pouf ou une femme objet. Quel soulagement !

Plus sérieusement, je ne reviendrai pas sur ce qui a été dit concernant la féminité, Elhea l'a bien exprimer ... Ce n'est pas une une robe moulante qui rend une quelqu'un plus féminine. J'ai testé sur mon frère et il est resté homme. Dommage ...

Citation :
Par rapport aux "poufs" je suis aussi plus pour dire que ce sont elles les femmes-objets, elles veulent sans cesse plaire pour s'assurer une "place". Tout ce tralala de bien s'habiller, de se maquiller, de s'épiler même pour ceux ou celles qui n'en sont pas [des poufs], ça y fait aussi vraiment penser à des gens-objets, des gens codifiés par notre société parce qu'en faite c'est ça qui "nous" pousse à être comme ça.

Ça par contre, ça me dérange un peu plus.
Donc, si je comprend bien, toutes les filles qui se baladent avec un pot de peinture sur la figure sont des poufs ? Celles qui passent chaque matin une heure à sélectionner leurs vêtement sont toujours des femmes objets ? Celles qui traquent le moindre poile façon Moby Dick et torture leurs cheveux le font donc surement pour plaire ? Quant aux femmes qui cumulent les trois, elles sont sans conteste artificiels, sans originalité et parfaitement intégrée dans notre société.

J’exagère bien sur ce que tu as dit, Nour. Mais c'est pour montrer que, c'est justement en affirmant que tout les gens qui vénèrent et pratiquent tout ce "tralala" comme tu dis, le font tous pour la même raison (plaire), que tu les codifies, que tu les étiquettes et les rangent dans un tiroir.
Une femme qui se fait belle, qui peut être se fait "un peu trop" belle, se verra comme une femme très féminine, pas comme une pouf. Pas au début en tout cas. Lorsque certaines personne commenceront à la regarder différemment, les hommes comme de la bouffe et les femmes comme une p*te, sa vision sur elle même changera. C'est dans le regard des gens qu'elle deviendra une femme objet.
Qui ici n'a jamais déduit d'une fille qu'elle était superficielle parce que son mascara violet criait sur son fond de teint orange vif ?
C'est tenace, les préjugés ...

Après, il est vrai que je ne suis pas là mieux placée pour juger de ça, j'ai longtemps cru qu'un recourbe cil et un lisseur étaient des armes de torture. Mais j'ai pu observer que, dans mon entourage, les filles en jupes talons et celles en saroual étaient d'accord pour dire la nouvelle, avec son mini pull rose et son yeux peinturlurée, était une pouffiasse stupide, et ce, sans jamais lui avoir parlé ...

Je me permet donc de vous poser deux questions:
* Qu'est ce que selon vous une femme féminine ?
* Qu'est ce que selon vous une femme-objet, une pouf ?

Piouff, j'espère avoir été claire.
Revenir en haut Aller en bas
Tarja
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants
avatar

Féminin
Nombre de messages : 361
Age : 20
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : L'envol, Zouck, Le seigneur des anneaux, Alain Damasio, Les Eveilleurs, Vango, tous les livres de Pierre Bottero
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Sam 13 Oct 2012 - 18:59

Je vais te rassurer Yourself, même si tu t'habille féminine j'ai jamais envisagé un seul instant de te mettre dans la case "pouf"

Moi non plus vous ne me verrez jamais en robe ou jupe (sauf cas exceptionnel!), je ne me maquille pas, ne me fais pas de coiffure spéciale. La question de l'épilation j'avais déjà fais un débat la dessus et quand j'avais dit que au fond c'était juste les canons de notre société qui exigeait que l'on s'épile les réaction ont été vives. Les autres filles trouvaient horrible l'idée de ne pas s'épiler (bon pour les aisselles je suis d'accord). Mais au fond qu'est-ce qui fais qu'une fille avec des poils c'est moche?
Ce qui est étrange c'est que même en disant ça moi aussi je trouve ça moche mais avec du recul je me demande pourquoi?


Je ne saurais pas vraiment définir ce qu'est être féminine, pourquoi certaine filles le sont et d'autres non? Est-ce seulement une question d'apparence? Et dans la façon d'être qu'est-ce qui permet de dire qu'on est féminine?

Donc je passe direct à la question 2: pour moi une pouf c'est une façon de s'habiller mais aussi une façon d'être. C'est les filles qui se maquillent excessivement, portent des vêtement moulant et très décolleté et des talons haut à 13 ans, mais c'est surtout celles qui te regardes de haut parce que tu portes un jean large et des baskets.
Mais c'est vrai qu'on a un peu trop tendance à coller des étiquettes sur les gens sans les connaitre. Mais tout est dans la mesure, une fille qui se maquille ce n'est pas dérangeant mais il ne faut pas non plus en mettre trois tonnes! Des petits talons OK mais ceux de 10 cm à 13ans c'est n'importe quoi! C'est ces filles qui n'ont pour but que de plaire et de paraitre "mûres" qui sont des femmes-objets.
Revenir en haut Aller en bas
Nour
Aspirant à la Greffe
Aspirant à la Greffe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 734
Localisation : Sur le chemin de la Vie
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Bottero, Damasio, Tolkien...
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Sam 13 Oct 2012 - 20:06

Yourself a écrit:

Citation:
Par rapport aux "poufs" je suis aussi plus pour dire que ce sont elles les femmes-objets, elles veulent sans cesse plaire pour s'assurer une "place". Tout ce tralala de bien s'habiller, de se maquiller, de s'épiler même pour ceux ou celles qui n'en sont pas [des poufs], ça y fait aussi vraiment penser à des gens-objets, des gens codifiés par notre société parce qu'en faite c'est ça qui "nous" pousse à être comme ça.


Ça par contre, ça me dérange un peu plus.
Donc, si je comprend bien, toutes les filles qui se baladent avec un pot de peinture sur la figure sont des poufs ? Celles qui passent chaque matin une heure à sélectionner leurs vêtement sont toujours des femmes objets ? Celles qui traquent le moindre poile façon Moby Dick et torture leurs cheveux le font donc surement pour plaire ? Quant aux femmes qui cumulent les trois, elles sont sans conteste artificiels, sans originalité et parfaitement intégrée dans notre société.


Ok j'y suis allée peut-être un peu fort mais loin de moi l'idée de généraliser ce que j'ai écrit. Quand je parle des filles comme ça, je pense plus à des gens plus comme disait Tarja de treize ans, et selon mon avis jusqu'à ce que je vois tout les jours au lycée.
Certes cela paraît vraiment étiqueté mais ça ne l'est pas du moins de mon point de vue. Veuillez excuser cette maladresse d'expression



Pour la suite je repasserais plus tard
Revenir en haut Aller en bas
Lieska
Fils de la Citadelle
Fils de la Citadelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 233
Age : 20
Localisation : Sur la route avec ma guitare
Groupe : Frontalière
Livre préféré : La horde du contrevent (A.Damasio) , le pacte des marchombres , Tolkien...
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 14 Oct 2012 - 11:31

Le terme " féminin" désigne ici une manière d'être et de penser. Pourquoi ces jeunes filles pensent comme ça ? parce que la société et donc la masse de notre siècle, on décidé que maintenant , une fille ça se maquille dès 12 ans , ça se fringue à la mode , avec des vêtements laissant apparaître les formes et des talons hauts. Les gens dirons que c'est le progrès de la liberté de la femme , que maintenant , une femme est libre de montrer ses formes...N'est ce pas plutôt signe d'esclavage ? de culte de la personnalité ?
Exemple : une adolescente ordinaire arrive avec un haut de forme , ses amis et camarades se moquent d'elle , trouve cela absurde et affreux. Une star , puis peu à peu , toutes les stars ( ici , je parle des stars "qui vendent avec leur c** ") portent des hauts de forme , ça devient donc la mode , toute les filles en achètent , de toute les couleurs , mais attention , il faut que ce soit de la marque ! Et ça devient un signe de féminité.
La mode est un esclavage alors , pourquoi la suivre ? Rapport à la féminité ?
Si la mode était d'inverser les rôles hommes/femmes , les filles se fringueraient en mec et ça serait normal.

je crois que je suis pas tellement le sujet mais je continue :

Scientifiquement
Tu es une fille parce que tu es née avec les chromosomes XX
Alors pourquoi tant de différences pour un simple chromosome ?
parce que là , ça devient de la sociologie:

Sociologiquement :

Tu es un fille et depuis ta naissance , on te mets dans la tête que tu dois aimer les poupées , jouer avec des filles , jouer à la dînette ...
Si tu étais un garçon , tu aurais du jouer au tracteur et au chevalier ...

Pourquoi ? Pour forger ton rôle dans la société , celui de femme qui fait la cuisine et qui s'occupe des gosses quand le mari part au chantier.


Maintenant , je ne sais pas quel age tu as mais j'imagine que tu es dans l'adolescence , période difficile à ce niveau là , on se pose des questions , pourquoi j'aime pas les trucs de filles ? Parce que tu n'es pas dans cette prison de "je suis une fille car je fais comme toute les filles".



ces filles se croient "féminines " parce qu'elles font comme les filles.


Pour moi , la féminité est quelque chose de plus profond , de plus intense , de moins palpable. C'est une force dégagée et non affichée. "on ne naît pas femme , on le devient " Certes , mais pas avec les habits...


Bref , je crois que j'ai trop dis de trucs bizarres là...pour ma part , je ne suis pas féminine du tout ( bon ok , je me lisse les cheveux , j'avoue) Mais la majorité de mes tee-shirts sont des tailles mecs , je mets des jeans pas trop slim , j'ai une seule paire de chaussure et elles sont plates , je ne me suis jamais maquillée , je joue de la basse (instru longtemps dit "Virile"). Mais je ne me sens pas du tout "garçon manqué " parce que chez les gars , la prison de la mode est la même ! Non , on va appeler ça un style neutre ...


Revenir en haut Aller en bas
Me Myself and I
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 74
Localisation : Sur fauteuil, à l'intérieur de ma vieille maison elle même située loin, loin, dans la campagne française.
Groupe : Petit
Livre préféré : Edgar Allan Poe, Jane Austen, Lovecraft et... Pierre Bottero (surprenant, n'est ce pas?)
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 14 Oct 2012 - 12:46

Tarja, tu es la première personne qui, de toute ma vie, affirmes que je suis féminine.
Ba oui, le fait est que je n'aime pas les bijoux, les fringues me laissent totalement indifférente (ceux que je porte m'ont pratiquement toutes été données, c'est dire), je ne comprend pas l'utilité des crèmes de beauté ou des régimes, en faite je ne cherche jamais vraiment à être belle. Par contre, porter deux ou trois centimètre de talon me permet de ne pas avoir à lever les yeux pour regarder quelqu'un, un coup de crayon permet de changer de tête lorsque la mienne devient lassante ect ...

Pour ce qui est des poufs, j'ai toujours voulu comprendre ce qui poussait certaines filles (voir même des gamines) a vouloir toujours être plus artificielle. Je suis d'accord avec ce que tu dis, chez des filles de 12 ans c'est vraiment n'importe quoi !Mais pour trouver une solution, il faut d'abord comprendre.
Du coup, je me suis dit que c'était peut être pour avoir du contrôle sur leur corps, qui change vite et par forcement comme elles le voudraient. Sculpter par elles même leurs apparence, c'est peut être pour certaines le seul moyen qu'elles ont trouvé pour reprendre le contrôle ...
En tout cas,c'est ce que j'ai pensé à 13 ans en voyant mes camarades porter une telle couche de maquillage qu'on ne les reconnaissait pas. Mais je n'ai pas encore poussé ma réflexion plus loin depuis, je vais donc m'arrêter là. Et vous, qu'est ce que voue en pensez ? (Si ça continue, va falloir créer un autres sujet )

T'inquiète pas Nour, je ne te visais pas plus toi que certaines de mes connaissances ... Y'a pas de mal !

Ceci fait, j'aimerai bien Lieska que tu approfondisses la première partie de ton message, celle sur les vêtement. J'avoue ne mettre intéresser à ce thème, tout simplement parce que, même s'il m'arrive de trouver tel ou tel T-Shirt jolie, c'est toujours resté pour moi des bouts de tissus devant surtout rester pratique et utile ...

Sinon pour :
Spoiler:
 
antier.
De ce coté je trouves que tu exagères, de nos jours l'éducation à tout de même beaucoup changer !
Je ne me rappelle pas qu'on m'ait dit un jour, dans mon enfance, d'arrêter de jouer aux petites voitures de la gadoue pour coiffer une barbie ... Cette époque, sauf exception, est plutôt révolue !
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises
avatar

Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 27
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 14 Oct 2012 - 15:48

Ah la féminité...

Il y a tant à dire que je ne sais par où commencer. Tout d'abord pour moi la féminité, ce n'est pas une "ligne de conduite" ou un "état" mais plutôt une façon d'être et de penser. Par exemple, prenons une fille qui ne s'habille que comme un garçon, parce qu'elle se trouve jolie comme ça, ou qui fais attention à certains détails parce qu'elle se sent mieux comme ça (le détail pouvant être du maquillage, une coiffure, mais aussi une couleur de chaussettes, une façon de lacer ses baskets ou autre) pour moi, cette fille est féminine...
En fait, pour moi, être féminine c'est être en accord avec son corps de femme tout simplement. L'accepter tel qu'il est, avancer avec lui, de la façon qui nous sied le mieux. Ainsi, une fille peut-être féminine en portant des trucs franchement moches et bouseux pour aller faire une promenade dans la boue et grimper aux arbres. Tant qu'elle ne le fait pas à contrecoeur ou en se disant "oui, mais une fille ne devrait pas faire ça".

Chez les garçons, cette masculinité fonctionne sur le même principe : être à l'aise avec son corps d'homme. Et s'il aime porter des robes tout en étant fier d'être un homme, et bah, cela ne change pas sa masculinité, seulement notre façon de la percevoir.

La féminité (ou la masculinité) est donc totalement indépendante des critères de modes, des vêtements que l'on porte et des choses que l'on fait. Après, il y a différents degrés d'acceptation de son corps, qui évoluent avec le temps, l'humeur, etc...

Par exemple, il y a des jours où je me sens très bien en étant pas épilée, pas belle, et pour ainsi dire pas sortable selon les critères de la plupart des gens, et des jours où j'ai envie de m'épiler, de me faire jolie et de pousser un peu sur les vêtements pour faire ressortir ce côté "féminin" (parce que moi je suis adepte des jupes et des robes, mais aussi des corsets etc xD) mais le but, quand je choisis mes vêtements, n'est pas d'être féminine ou non mais d'être jolie, différente, attirante, ...
Chacun vit différemment avec son corps et on a tous un corps différents, la féminité ne se voit donc pas "au corps" (parce qu'il y a des poitrines généreuses et d'autres très minces, une pilosité monstrueuse ou discrète, etc)mais à la façon dont on habite son corps.

Du coup, qu'est ce qu'une femme objet ou une pouf ?
Les deux, pour moi, sont très différentes.
La pouf, c'est celle qui exagère, qui est trop ceci, trop cela, qui mets trop de fond de teint, rit trop fort et porte des trucs trop courts ou trop moulants... A opposer évidemment à celle qui n'est pas assez présente, pas assez visible, pas assez différente, ... celle qui se fond dans la masse. Pourtant, ces deux types de personnes font à mon avis plus ou moins face au même problème : elle ne savent pas trop comment habiter leur corps. Les unes vont le modifier à outrance et les autres le cacher à outrance, mais dans les deux cas, aucune n'est au fond à l'aise avec celui ci. Pour cela, il faut du temps et de l'expérience... On n'est jamais une pouf irrécupérable ;)
La femme objet pour moi c'est différent de la pouf parce que ce n'est pas un "je ne sais pas comment habiter mon corps" mais "je ne suis pas à l'aise avec le fait d'être une femme" à opposer, celle là, avec le vrai garçon manqué. Celle qui ne voulait pas être une fille, qui dit que les filles c'est nul etc. En gros, nous avons là deux personnes qui ne se reconnaissent pas en tant que femmes à l'intérieur (et qui n'ont pas seulement du mal avec l'extérieur), soit parce qu'elles s'arrêtent a ce que sont "la majorité des femmes" (des guillemets parce qu'on généralise à outrance dans ce genre de cas, et l'on ne s'en rend pas compte) soit parce qu'elles pensent qu'être une femme c'est faire ceci ou cela et qu'elles voudraient être autre chose (pas forcément un homme, même si ça arrive). Du coup, là où le garçon manqué va adopter les attitudes du sexe opposé, la femme objet va pousser à l'extrême les "défauts" féminins. Vive l'esprit de contradiction hein, mais comme elles ne se reconnaissent pas en tant que femmes, elles se persuadent ainsi que les femmes sont nulles et destinées à subir. Avec le temps, les femmes objets soit vont se rebiffer totalement, soit sombrer dans leur cercle vicieux...

Evidemment, tous les comportements ont été exagérés, mais je pense que nous sommes toutes passées près d'une de ces phases, voire de plusieurs. Ona peut-être été poufs quand on a voulu essayer de s'habiller avec des froufrous pour plaire aux copines ou garçon manqué quand on a commencé la lutte alors qu'on déteste ça, ...

Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Hamiel
Curieux
Curieux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 24
Localisation : Sur l'Océan de mes Pensées.
Groupe : Machombre
Livre préféré : Ceux de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 19/08/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 14 Oct 2012 - 20:34

Je n'ai pas tout lus, mais ce topic m'intéresse. Et je vais faire comme chaque fois le plus bref possible.

La féminité, le concept de poufs etc... N'a rien à faire ici. Tu es qui tu es, tu t'habille comme tu le souhaite. La façon dont vont te voir les gens en révèlent beaucoup plus sur eux que sur toi. Tu n'a pas à te soucier de ce qu'ils disent, ou de l'apparence qu'ils voudraient t'imposer. Tu es libre tu as le choix. Même si beaucoup s'alignent sur les standards de la société il n'y a aucun mal à faire en sorte de te sentir bien.

Exemple personnel : A l'enterrement d'un de mes grand-père, j'étais habillé d'un pull à capuche de couleurs blanche et rouge, et d'un panta-court blanc et basket sale. J'ai eu le droit à de drôle de regards tout simplement car je ne portais pas la chemise et le pantalon noir standards. Et même à des reproches la plupart silencieux de la part de plusieurs personnes proches ou non. Les rares qui se sont risqué à s'exprimer à voix hautes se sont fatigués pour rien. Je n'étais pas la pour les écouter et ils ne l'ont pas compris.
Revenir en haut Aller en bas
Cib
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 28
Localisation : Généralement entre le bout de mes pieds et les racines de ma tignasse. Parfois ailleurs.
Groupe : Bâtisseurs
Livre préféré : L'âge de diamant, H2G2, La Horde du Contrevent, Neverwhere
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Lun 15 Oct 2012 - 23:54

Oh oui, super sujet !
Complexe aussi, et pas évident à aborder. Bravo d'en avoir eu le courage.
(Et comme tout a été plus ou moins dit il me semble, je risque de pas faire beaucoup avancer le sujet mais ça se tente)

Contrairement aux premières réponses, je m'épile uniquement pour avoir socialement la paix. Parce que comme tu le dis très justement, nous sommes tenues de le faire, et il me semble moins pénible de lâcher un peu de mon orgueil militant que de subir des regards réprobateurs sur mes gambettes. Pas le courage de mener ce front là.

Le sujet plus global de la féminité est déjà beaucoup plus flou pour moi.
Je me sens féminine, parce que je me sens femme, en accord avec mon adn et mon corps.

Bizarrement, je n'ai pas l'impression d'une contradiction à me définir comme garçon manqué, par mes goûts, mes loisirs principaux, mes amitiés, mon (non-)style vestimentaire au quotidien. Ça a déjà été dit mais peut-être différemment, la féminité relèverait du rapport à soi, la pouffe-attitude (et de la même façon, le côté garçon manqué) serait plutôt un rapport aux autres, ce qu'on veut montrer, un sentiment d'appartenance à tel ou tel groupe.

Aziliz a écrit:
Celle qui ne voulait pas être une fille, qui dit que les filles c'est nul etc. [... ]
Elles s'arrêtent a ce que sont "la majorité des femmes" [...] elles pensent qu'être une femme c'est faire ceci ou cela et qu'elles voudraient être autre chose (pas forcément un homme, même si ça arrive). Du coup, [...] le garçon manqué va adopter les attitudes du sexe opposé
Je ne garde que tes propos concernant les garçons manqués, Aziliz.
Plutôt d'accord avec ce que tu dis, mais je voudrais d'abord mettre le doigt sur un détail qui me paraît intéressant : tu utilises au départ le terme "fille". Il me semble assez révélateur, d'ailleurs on dit "garçon" mais pas "homme manqué".
Voilà, je me sens femme, pas fille. Et je crois qu'en refusant cette image, je refuse d'abord le fait que la société m'infantilise et me renvoie à une position de soumission. Je veux être femme, de science, d'affaire, de lettre ou au foyer peu importe, tant qu'on me traite comme une adulte.
Euh, je crois que j'ai dérivé.
Je suis garçon manqué par réaction à l'image que je me fais du rôle que la société me demande d'avoir. Mh, on le refait : la société pose des normes, plus ou moins explicites, en interprétant ces normes au filtre de ma perception je crée ma théorie de "la femme parfaite selon la société", ce modèle ne me convient pas, je boude et je vais roter de la bière avec mes copains testostéronés.

Après, le concept de femme-objet me laisse un peu perplexe. J'ai l'impression de ne pas avoir la même définition que tout le monde.
En regardant bêtement les mots, on peut opposer femme-objet et femme-sujet. L'objet subit et le sujet agit, ça me semble clair. Du coup, la pouffe caricaturale, peinturlurée, moulée et tellement agicheuse que c'en est agressif, difficile de la substituer à une chaise. Le clown n'est pas un objet mes amis ! (Roh ça suffit, c'est mal de juger). Tout ce que je veux dire c'est qu'à mes yeux, s'habiller pour plaire ne nous destitue pas de nos capacités décisionnelles.
En revanche, faire exprès de ne pas s'habiller court ou trop se maquiller pour éviter les ennuis / remarques d'un compagnon jaloux / regards dégueulasses, c'est s'objetiser, car accepter que l'avis de quelqu'un d'autre influence directement notre comportement. Si je me mets en jean c'est par confort, pas par pudeur.

Je peux prendre plaisir à mettre une jolie robe de temps en temps, pas uniquement pour me trouver belle mais aussi pour me sentir attirante dans les yeux des gens. C'est une action narcissique. C'est pas pour faire plaisir aux gens, mais pour me faire plaisir à travers les regards. C'est à dire que j'accorde de l'importance à l'avis de l'extérieur, je donne une légitimité aux jugements. Certes, mais aux jugements sur mon apparence ("belle/moche"), pas sur ce que ça pourrait vouloir dire de mon comportement ("fille respectable/salope"). Quelle que soit ma tenue c'est moi qui ai choisi de la porter, donc je ne suis pas une femme-objet.

J'arrive pas à exprimer le reste de ce qui me vient en tête, à part qu'il me semble important de chercher avant tout à se sentir en accord avec son look, qu'il soit travaillé ou pas, et qu'on a sûrement pas à se justifier de la profondeur d'un décolleté ni d'un pelage sur quelque partie du corps (tant qu'il est soyeux ^^)
Ce qui compte c'est la diversité.

[Edit : Je tiens à remercier Choup qui a résumé et clarifié ci-dessous à peu près tout ce que je voulais dire sans arriver à mettre des mots dessus.
Ainsi que ma maman pour son soutien, mon producteur, et Planchette mon caniche de Prusse orientale.]


Dernière édition par Cib le Mar 16 Oct 2012 - 1:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Choup
Tisseur du Réel
Tisseur du Réel
avatar

Féminin
Nombre de messages : 465
Age : 24
Localisation : Paris
Groupe : Dessinatrice
Livre préféré : les livres de Pierre Bottero, La Horde du Contrevent d'Alain Damasio, La condition humaine de Malraux, Orgueil et préjugés de Jane Austen, les Chroniques de San Fransisco d'Armistead Maupin.
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Féminine   Mar 16 Oct 2012 - 0:40

J'avais commencé à répondre il y a quelques jours et puis, pas le temps de développer, j'ai du laisser mon brouillon de post en plan. Je reprends tout, sachant que je n'ai pas eu le courage de relire tous vos posts.

Cib, je suis d'accord avec tout ce que tu dis (comme ça c'est fait ^^)

(Samedi, quand j'ai commencé à écrire ce message, j'étais une grosse flemmasse en jogging, t-shirt et sweat à capuche tout chaud, mais était-ce un acte de rébellion contre la dictature de la beauté ou juste la manifestation de mon état larvaire du week-end ? Telle est la question )

Je ne pense pas que l'on puisse réduire la féminité à une affaire de fringues et de maquillage, c'est avant tout un état d'esprit. On se sent féminine ou pas, ça peut varier selon les jours et les personnes, selon notre humeur et la façon dont on se perçoit. Les filles qui se maquillent et portent des talons ne sont pas nécessairement des poufs et celles qui ne jurent que par les pantalons et les baskets ne sont pas non plus des garçons manqués ou des camionneuses. D'ailleurs, qui a dit que l'on ne pouvait pas être féminine en jean et baskets ? Pourquoi associer la féminité à celle qui nous est imposée par les magazines ? Je le répète : je trouve ça extrêmement réducteur.

Quand j'étais trop petite pour choisir mes vêtements, ma mère jouait un peu à la poupée avec moi, elle m'achetait des jolies robes et des tenues toutes mignonnes. Et puis un jour, vers mes trois ou quatre ans, il parait que je lui ai dit le plus simplement du monde "mais c'est pas toi qui passes toute la journée dedans" parlant des vêtements et enclenchant ainsi une looooongue période de jogging-baskets qui a duré jusqu'au milieu du collège à peu près (avec des variations et un passage au combo jean-converse). Je peux donc dire que j'ai été un garçon manqué pendant au moins toute ma primaire. Je détestais ce que j'appelais les vêtements qui faisaient "trop fille" (oui, oui, c'était un argument) et il était hors de question pour moi de porter une jupe ou une robe.
Tout ça pour dire qu'aujourd'hui je me sens plus féminine que jamais (même en jogging, oui), les jupes et robes sont assez rares en dehors des soirées et je suis toujours allergique au rose et aux froufrous mais ce n'est pas vraiment ça qui compte. Ce qui compte c'est le regard que je porte sur moi-même, c'est la manière dont je me perçois et me positionne dans la société.
Alors bien sûr, je ne nie absolument pas le pouvoir des normes qui imposent une certaine idée de la féminité (le cas de l'épilation est le plus flagrant je trouve : on ne peut tout simplement pas être objective sur les raisons qui nous poussent à nous infliger cette torture, l'image d'un corps féminin sans poils est tellement ancrée dans la société et dans nos esprits qu'il est impossible de faire la part des choses entre ce que l'on fait pour nous et ce que l'on fait parce que c'est normal).

Ce qui me gène un peu dans vos propos (je généralise parce que je n'ai pas le temps de faire du cas par cas), c'est que vous semblez vous positionner dans l'extrême inverse de ces filles trop maquillées et que du coup le danger est grand de faire des généralités et de tomber dans la caricature. Moi-même je ne me suis pas maquillée pendant très longtemps, vers la fin du lycée la pression se faisait clairement sentir, je ne le nie pas.

En fait, ce que je voulais dire, mais je crois que cela a déjà été exprimé, c'est que l'important c'est quand même de se sentir bien et de faire ses propres choix. Il est très difficile de se soustraire aux normes implicites ou pas mais ne pas le faire n'est pas pour autant une marque de faiblesse tant que ça reste un choix.
(Oui, je m'embrouille, oui, je vous laisse ça tel quel, oui, je suis méchante)

Bonne nuit
Revenir en haut Aller en bas
Eclipse
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 167
Age : 22
Localisation : Dans mon hamac
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Le combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat. Et d'autres, beaucoup d'autres
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: Féminine   Mar 16 Oct 2012 - 15:52

(HS : chaque fois que je regarde un topic où j'ai posté/que j'ai commencé, je me demande pourquoi j'ai mis cet avatar et pourquoi je l'ai toujours pas changé, et c'est pas vraiment HS parce que cet avatar est dans les tons roses et rouges et qu'il est beau mais renvoi une image de beauté et de douceur qui ne me convient pas, parce que l'avatar est sensé me représenter et que je n'ai pas vraiment envie de donner cette 'image' de moi. Bref, on va s'arrêter là xD)

Waouh, toutes ces réponses! *o*

En fait, je crois que si je devais résumer, je dirais que je suis d'accord avec Choup xD C'est pas la première fois que des membres du forum réussissent à dire ce que j'ai du mal à expliquer, même si je pense que je n'avais pas exactement le même point de vue en postant ce message et que cette discussion et tous ces avis m'ont aidée à me faire une meilleure idée sur le sujet et à y voir plus clair sur ma propre position.

C'est vrai, l'épilation, le maquillage, le rose, les robes, l'idée de la poupée pour les filles et des jeux de guerre ou de construction pour les garçons (je parle de jouets pour enfants là), tout ça est tenace dans la société pour caractérisé les filles, et comme Choup et d'autres, j'ai tendance à fuir ça parce que ça me met dans un moule dans lequel je sais ne pas rentrer, et dans lequel ne j'ai absolument pas envie de rentrer. Ceci dit, l'idée de femme objet a tout de même diminué dans la société je trouve (et surtout comparé à d'autres pays u__u ), et ce n'est pas parce qu'on s'épile pour X raison que l'on entre totalement dans le moule.

Je suis toujours peu enthousiasmée par les robes et les talons et le maquillage, d'un autre côté, je pense que la raison qui m'en tiens éloignée n'est pas bonne. Enfin la principale. La première chose que je pense quand ma copine me propose de me maquiller, c'est que ça fait trop fille. C'est seulement après que vienne des arguments plus pertinents, comme le fait que je n'en ai pas envie même sans cette connotation négative tout simplement parce que ça me ferait un visage horrible parce que je me touche souvent la tête (j'me frotte le visage avec mes mains par exemple le matin, imaginez ce que ça donnerait si j'avais du mascara xD), donc ça implique de faire gaffe à ce maquillage, et j'en ai pas envie. Pour l'épilation, j'ai tout simplement pas envie de me casser le cul et d'avoir mal chaque fois que mes poils repousse, je trouve mes jambes très bien comme ça (sinon autant s'épiler les bras aussi tant qu'on y est). Bon par contre, je ferais peut-être un épilation du maillot brésilien, parce que c'est vrai que ça fait moche, mais ça risque de faire mal aussi, on verra, et pis c'est pas le sujet

Bref, je sais pas trop ce que je voulais dire, je crois que tout (enfin beaucoup en tout cas) a été dit, je voulais juste remercier tous le monde d'avoir poster Ca fait un moment que je voulais le dire mais je savais jamais quoi écrire et je me sentais pas de poster un simple "Merci pour vos réponses" xD
Revenir en haut Aller en bas
http://eclipse.eklablog.com/
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 25
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Féminine   Mar 16 Oct 2012 - 20:22

Bon, alors moi j'ai lu ce sujet hier soir (nuit), mais il était tard et j'étais trop fatiguée pour assembler mes pensées en quelque chose de constructif . Je me rattrape maintenant, d'autant plus que la question est vraiment intéressante.

Je suis assez d'accord pour ramener la question à une interrogation beaucoup plus vaste : être féminine, c'est être femme, oui... mais qu'est-ce qu'être femme ?

Il y a, bien sûr, les caractéristiques physiques. Mais on retombe assez vite dans le débat sur l'importance dans nos manières d'être de l'inné et de l'acquis : les femmes ont-elles des comportements, des caractéristiques inhérent(e)s à leur sexe ? Ou ne s'agit-il que de comportements sociaux acquis par l'expérience et l'éducation ?

J'avoue que je ne saurais pas trop m'avancer sur ce sujet. J'ai envie de dire que certaines caractéristiques, certains "traits de caractère" me semblent irrémédiablement féminins : l'intuition, la douceur, la compréhension et toutes ces choses que l'on peut lier à l'amour maternel, ou inconditionnel. Mais en poussant un tout petit peu la réflexion, ces idées ne sont-elles pas liées aux représentations collectives que l'on se fait de "la femme" ? Sur la base de la religion chrétienne qui constitue, quoi qu'on en dise, notre socle culturel, et qui met à l'honneur la figure de Marie ?

En tout cas, s'il y a bien une chose dont je suis sûre, et que vous avez déjà dite plusieurs fois, c'est que la représentation de la féminité et des traits féminins est quelque chose de très culturel. Ce sont des comportements acquis, dictés par la société et les normes sociales. D'ailleurs, "être femme" est une notion qui a énormément évolué au cours des siècles ! Il y a encore 100 ans, jamais une femme n'aurait pu porter de pantalon et être féminine. Aujourd'hui, une femme d'affaires en tailleur + pantalon fait fantasmer plus d'un homme.

Il me semble qu'aujourd'hui, la situation n'est plus aussi claire qu'il y a encore 50 ans. Il y a encore un demi-siècle, la société était extrêmement normée, codifiée, encadrée par les institutions : l'école nous apprenait les règles du jeu ; les hôpitaux nous remettaient sur pieds pour nous renvoyer dans la partie et gardaient les cas aliénés ; les prisons mettaient hors-jeu les éléments nuisibles qui ne respectaient pas les règles.
Aujourd'hui, comme l'écrit Zygmunt Bauman, sociologue polonais, dans un bon nombre de ses thèses, notre société est devenue "liquide" , i.e. ses codes et ses normes se dissolvent petit à petit. Il n'existe plus UNE manière d'agir convenable, les chemins sont multiples, on tolère beaucoup plus l'altérité, la marginalité. Dans ce contexte, il est beaucoup plus facile d'être désorienté, de ne pas trouver de repères et de se perdre, d'autant plus que nous sommes une des premières générations à vivre ce changement. Selon Bauman, la seule règle qui encadre la société actuelle, c'est "reste dedans". Par quelque manière que ce soit : les possibles sont nombreux.

Bref, si je vous raconte tout ça, c'est parce qu'il me semble que l'image de la féminité, elle aussi, s'est démultipliée en même temps que tombaient la plupart des institutions et des normes sociales fédératrices.
Attention, je ne dis pas que les normes n'existent plus : elles existent et existeront toujours ; seulement aujourd'hui, elles s'appliquent moins à une nation qu'à des groupes socio-culturels plus restreints et variés.

Ceci étant posé, je crois donc pouvoir affirmer qu'il n'existe pas UNE, mais DES féminités. Et là, je suis assez d'accord avec Azi pour dire que la féminité, c'est d'abord se sentir femme - et le Vivre.
Chacun va définir des attributs différents à la femme. Certaines filles auront besoin de mettre en avant leurs particularités physiques. D'autres seront plus cérébrales, ou davantage dans la psychologie, dans des attitudes, des manières d'être. On va aussi braconner dans toutes ces représentations dont on nous abreuve : les images, la publicité, les icônes... On y pioche plus ou moins, on se choisit des "modèles" différents, mais on se construit toujours avec et par rapport aux autres ; il est donc normal, à un moment ou à un autre, de chercher à prendre exemple. Si Elhea s'habille le plus souvent avec des saourels, par exemple, c'est sûrement qu'elle y associe un système de valeurs auxquelles elle s'identifie ; et que son image de la femme correspond à ces valeurs. Idem pour une fille que l'on pourrait qualifier de "pouf" : son système de représentations est juste différent du nôtre.

Quant à la question de savoir si un système vaut mieux qu'un autre, euh... c'est un terrain glissant sur lequel je ne m'aventurerai pas xD !

Je ne sais pas si j'ai vraiment apporté quelque chose de plus au débat, mais pour la peine, je vais finir sur une note triviale : moi, je m'épile les jambes parce que j'aime bien quand c'est tout doux !


_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Bise
Petit Petit
Petit Petit
avatar

Masculin
Nombre de messages : 225
Age : 23
Localisation : Auprès des nuages, avec une étoile filante.
Groupe : Petit
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 13/03/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 28 Oct 2012 - 22:44

Aethera a écrit:
J'avoue que je ne saurais pas trop m'avancer sur ce sujet. J'ai envie de dire que certaines caractéristiques, certains "traits de caractère" me semblent irrémédiablement féminins : l'intuition, la douceur, la compréhension et toutes ces choses que l'on peut lier à l'amour maternel, ou inconditionnel. Mais en poussant un tout petit peu la réflexion, ces idées ne sont-elles pas liées aux représentations collectives que l'on se fait de "la femme" ? Sur la base de la religion chrétienne qui constitue, quoi qu'on en dise, notre socle culturel, et qui met à l'honneur la figure de Marie ?

Excuse-moi, Aethera, mais ton propos me choque... De quoi parles-tu quand tu dis « traits de caractères » ? Si on prend l'exemple opposé, lorsqu'un un homme fait preuve de plus de douceurs que la norme, ce n'est plus réellement un homme ? Et si une mère ne fait pas preuve d'amour maternel, ce n'est pas une femme (ce cas de figure existe bel et bien) ? Non, on ne peut pas lier exclusivement ces traits de caractère à une femme (ou homme) et uniquement une femme (ou homme). D'ailleurs, comme tu le dis, ce sont des traits de caractère, c'est-à-dire qu'on peut très bien ne pas les développer tout en restant femme (ou, par opposition, homme).


Pour en revenir au sujet...
Je fréquente plus de femmes que de homme (je dis « femmes » et « hommes » et non « filles » ou « garçons », mais en fait, vers mon âge, la différence tiens au sens qu'on donne et à la frontière poreuse entre l'adolescence et le monde adulte). Pourquoi ? Premièrement parce que dans mes études il y a plus de femmes que d'hommes, ce qui fait que les liens sociaux sont, dès lors, indubitablement conditionnés. Deuxièmement, étant d'une sensibilité que je qualifierais de plus importante que la moyenne des autres personnes du même sexe que moi, je ne me reconnais pas dans les attitudes de la majorité des hommes. Les bières, le foot, les « check » pour se dire bonjour ne sont absolument pas pour moi (je caricature).

Cela peut paraître paradoxal par rapport à ce que je disais que les traits de caractère. En fait pas réellement : si je fréquente plus souvent des femmes, est-ce que je perds pour avant ma masculinité ? Assurément non, et on peut appliquer le raisonnement pour la féminité.

Si la majorité des femmes ou hommes ont un certain type de comportement représentant la féminité ou la masculinité, c'est parce que la société a adopté ce comportement. Ne pas l'adopter nous-mêmes ne nous exclu pas d'être homme ou femme.

Je suis avant tout ce que je veux être. Je ne veux pas être un homme qui fume, boit, se met de l'anti-transpirant et a un cancer à 40 ans. Mais c'est mon choix, j'aurais peut-être fait un autre choix si j'avais eu une éducation différente et je respecte ceux qui n'ont pas le même choix que moi. Inversement, je comprends tout à fait une femme qui ne veut pas se maquiller, porter des talons, s'épiler, etc. Ce ne sont que des choix et ce n'est pas important que les autres nous étiquette d'une certaine manière autre que celle qu'on se donne. On vit avec les autres mais pas grâce aux autres. Comme on vit avec les autres, si nos proches nous considèrent comme nous pensons être, alors il n'y a pas de problème.

Pour revenir à ton premier post, Eclipse, si ta mère ne te considère pas fille, tant pis. Je suis certain que tes amis, peu importe leur sexe, te voient comme tu te considères. Reste l'étape d'être certain.

Il restera une dernière étape : on ne peut parfois pas faire ce que l'on veut. Si t'épiler t'embête plus que tout et que tu ne veux pas le faire aujourd'hui, si porter un tailleur est désagréable, tu ne pourras y déroger le jour d'un entretien d'embauche. En attendant, je pense que tes vrais amis se fichent que tu ne dois pas épilée.

Revenir en haut Aller en bas
http://4h04.fr/
Cib
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 28
Localisation : Généralement entre le bout de mes pieds et les racines de ma tignasse. Parfois ailleurs.
Groupe : Bâtisseurs
Livre préféré : L'âge de diamant, H2G2, La Horde du Contrevent, Neverwhere
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 27 Jan 2013 - 22:36

Ce soir dans mes flux RSS, ceci.
Du coup je déterre ce sujet (un bien grand mot peut-être, il n'a que quelques mois)

Le féminisme c'est bon, mangez-en !

Edit : La suite de ceci, cela, avec encore plus exactement ce que je pense mais tellement mieux dit
Revenir en haut Aller en bas
Tiger Mia
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 23
Localisation : En lorraine
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le pacte des marchombres et Tara Duncan
Date d'inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 28 Avr 2013 - 18:15

J'aimerais de nouveau déterrer ce sujet.

Tout d'abord, je fais parler de mon expérience personnelle. En effet, au départ, je n'étais pas très féminine. Je ne pensais jamais plaire aux hommes. Je détestais prendre soin de moi, passer des heures dans la salle de bain (ça je déteste toujours x)).
Puis un jour, j'ai commencé à prendre soin de moi, à me maquiller, à changer. Je devenais un peu plus féminine.
De plus j'étais souvent en jean (même sarouel une fois). Sauf que je me rendais compte que les garçons ne me regardaient pas. Je me trouvais moche, etc.
Je me suis donc mise aux jupes, robes.
Pourquoi suis-je une pouf ? Je vous rassure, non.

Pour vous dire, que selon moi, chacun son style vestimentaire. Mais surtout la féminité passe par le caractère. Imaginez une fille bien habillée, maquillée, avec des talons, etc. Sauf que cette fille insulte, prononce des mots grossiers. Sera-t-elle considérée comme féminine ? Je ne pense pas.

Pour conclure donc, que la féminité est un état d'esprit avant de passer par les vêtements.

Bien à vous
TiMi
Revenir en haut Aller en bas
Chechilia
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 294
Age : 19
Localisation : Quelque part dans la nuit, là où le vent souffle.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Alain Damasio, Andrée Chedid, Timothée de Fombelle, Erik L'Homme, Patrick Rothfuss, Antoine de Saint-Exupéry, Christian Bobin.
Date d'inscription : 04/12/2011

MessageSujet: Re: Féminine   Lun 29 Avr 2013 - 12:05

Je voudrais juste réagir sur plusieurs phrases qui m'ont faite tiquer, Mia :

Tu veux dire que pour toi, si on n'est féminine c'est uniquement à travers le regard des hommes et pour leur plaire, et que pour cela il faut passer des heures dans la salle de bain à se préparer et il faut être bien habillée/maquillée/porter des talons (et des robes/jupes) ?

Parce que si c'est le cas, je ne suis absolument pas d'accord

N'est-il pas possible d'être féminine en tenue de sport par exemple ?

Je pense aussi que la féminité est avant tout un état d'esprit, et que chacun l'interprète différemment (oui je sais ça a déjà été dit x) ). Une femme pourra paraître féminine aux yeux de certains et pas à d'autres, ou penser qu'elle ne l'est absolument pas alors que beaucoup lui diront que oui.

Bref, je pense que je n'ai rien apporté mais je voulais quand même répondre à Mia


Dernière édition par Chechilia le Dim 5 Mai 2013 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tiger Mia
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 23
Localisation : En lorraine
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le pacte des marchombres et Tara Duncan
Date d'inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Féminine   Lun 29 Avr 2013 - 12:15

Non j'ai dit qu'il faut quand même prendre soin de soi et que c'est surtout l'état d'esprit ^^
Revenir en haut Aller en bas
Nell.
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 20
Localisation : Entre deux pages de livres
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ceux de Pierre Bottero, de Timothée de Fombelle, de Robin Hobb, et tant d’autres.
Date d'inscription : 13/08/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 5 Mai 2013 - 15:16

Je trouve ce sujet très intéressant, surtout que moi non plus je ne me sens pas vraiment féminine, alors je le relance un peu.

J’ai longtemps été qualifiée de « garçon manqué », petite je jouais à la bagarre et pas à la poupée, j’ai les cheveux courts, je ne me maquille que forcée, toutes mes chaussures sont plates, je ne porte que très rarement des jupes ou des robes, mon pull préféré est un vieux sweat dans lequel je pourrais rentrer trois fois, je ne m’épile pas les jambes.
Tout ça pour dire que moi et la féminité, ça fait deux.

Je fuis le moule dans lequel la société voudrait nous mettre, l’équation femme = féminine = talons + corps épilé + maquillage. Je voudrais juste être moi-même.
Pourtant je sais que je ne parviens pas à échapper à la norme. J’aimerais bien, des fois, pouvoir prétendre ne pas être sensible à ces volontés d’être acceptée socialement en rentrant dans le moule, en étant féminine, mais ce serait mentir. Au fond, je sais que je n’échappe pas au désir de plaire, et que parfois, quand je vois mes amies récolter des sourires, j’aimerais moi aussi être attirante comme elles.
Je ne me fiche pas de mon apparence et je soigne mon physique. Mais quand je fais ça, ce n’est pas seulement pour moi, c’est aussi pour le regard des autres. Par exemple, pour répondre à une norme très répandue, je m’épile les aisselles. Pas tout le temps, uniquement avant d’aller à la piscine ou de me balader en débardeur, vraiment en prévision du regard des autres. Ce n’est pas pour moi que je le fais : je ne trouve pas ça sale (certes avoir une forêt vierge sous les bras pourrait être dérangeant, mais deux-trois centimètres de poils ne retiennent pas la transpiration). Je m’épile pour les autres, parce qu’eux trouvent ça sale, et que je ne veux pas être rejetée, que je veux tenter d’être belle et féminine, de ne pas déplaire.

Mais je m’écarte du sujet. Etre féminine, qu’est-ce que c’est pour moi ? Répondre aux critères auxquels s’attend la société quand on lui dit « femme ». Autrement dit, une notion qui varie énormément selon les cultures. Ici et maintenant, je dirais être élégante, bien habillée, voire sexy, je ne sais pas trop. Mais aussi, et surtout, avoir des qualités comme la douceur, la gentillesse, le calme, qui font qu’une personne puisse être féminine même dans un jogging boueux, parce que cette personnalité transparait dans son attitude.
Il y a également une dimension que vous avez beaucoup évoquée : l’état d’esprit. Le fait de se sentir femme. Je ne sais pas trop ce que vous avez voulu dire par là (peut-on se sentir homme quand on est une fille ? ), mais moi quand on me dit ça, je pense : se sentir bien dans son corps, être soi et que ça nous plaise. Dans ce cas là, je me sens un peu plus féminine, dans le sens où j’accepte plutôt bien mon corps de futur-femme, mais je ne sais pas si c’est à ça que vous pensez en disant « état d’esprit féminin ».

Autre-chose : parmi vous certains affirment qu’une fille cherche à être féminine pour son propre plaisir, et non pas, comme d’autres le pensent, pour plaire aux autres, aux hommes. Pour moi, si une fille n’est pas féminine uniquement pour plaire aux hommes, il y a quand même un peu de ça. Je m’explique : quand on veut plaire, on cherche à être féminine, parce qu’une femme féminine, belle, est pour nous ce que recherchent les hommes en majorité. Cela dit, j’ai zéro expérience sur le sujet, alors je ne sais pas du tout si ce que je raconte à un sens. Vous en pensez-quoi ?

En espérant avoir apporté quelque chose,
Revenir en haut Aller en bas
Cib
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 28
Localisation : Généralement entre le bout de mes pieds et les racines de ma tignasse. Parfois ailleurs.
Groupe : Bâtisseurs
Livre préféré : L'âge de diamant, H2G2, La Horde du Contrevent, Neverwhere
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Dim 5 Mai 2013 - 20:34

Citation :
moi et la féminité, ça fait deux

J'ai l'impression qu'on est tellement, tellement nombreuses à le dire ou l'avoir dit. Assez nombreuses pour avoir le devoir de se réapproprier le mot, en recréer une définition et enfin se donner une légitimité dans notre genre.
Quelle proportion de la population féminine est réellement féminine selon la définition commune ? Exit les vieilles, les moches, celles qui n'auront jamais d'enfants, les lesbiennes, celles qui se maquillent pas, les pas gentilles, les pas délicates, les pas polies, les pas chiantes, les pas jalouses, les poilues, les grosses (c'est à dire au-delà du 36, à entendre certains), les maigres, celles qui n'ont pas de poitrine, les complexées, les trop sportives, les trop intellos, les trop carriéristes, celles qui payent le resto, celles qui couchent le premier soir. Ça fait un paquet de monde.

Alors zut, tant qu'on se sent en accord avec son corps de femme (je dis pas "tant qu'on aime son corps", attention), on EST féminine. J'ai souvent l'impression d'avoir un comportement typiquement masculin, mais en fait j'ai juste une manière d'être qui fait partie de l'éventail des comportements humains. Et pareil, quand je me désole d'avoir des loisirs vus comme féminins, c'est un peu pourri, parce que je n'ai pas à m'empêcher de faire ce que j'aime sous prétexte que c'est cliché.

J'aime les soirées entre potes au bar, dire des grossièretés, être libre de draguer qui je veux, faire le premier pas et risquer de me prendre des râteaux (enfin ça j'aime pas trop, mais bon), avoir l'esprit pratique et être utile quand il s'agit de bricolage, de déménagements ou de questions techniques, et ça fait de moi une personne.
J'aime cuisiner, coudre, être gentille avec les gens, porter des décolletés, avoir un lieu de vie propre et rangé, avoir la peau douce et ça fait toujours de moi une personne.
Je me sens bien avec mes gènes XX, et c'est ça, et uniquement ça, qui fait de moi une femme.
Revenir en haut Aller en bas
Nell.
Curieux
Curieux
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 20
Localisation : Entre deux pages de livres
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ceux de Pierre Bottero, de Timothée de Fombelle, de Robin Hobb, et tant d’autres.
Date d'inscription : 13/08/2012

MessageSujet: Re: Féminine   Lun 6 Mai 2013 - 20:04

Je ne suis pas vraiment d’accord avec ta définition de la féminité, Cib.
Si j’ai bien compris ce que tu veux dire, pour toi, n’importe quelle femme qui est en accord avec son corps de femme est féminine. Personnellement, j’ai beau être en paix avec mes chromosomes XX, je ne me sens pas féminine.
Je ne sais pas si j’explique bien ce que je veux dire alors je vais faire une comparaison. On connait tous un homme qu’on ne trouve pas forcément très viril. Cela ne signifie pas qu’il n’est pas un homme à part entière, non, juste qu’il n’entre pas dans la définition que notre société d’aujourd’hui donne au mot « viril ». Pour moi, chez les femmes, c’est pareil. On peut se sentir femme sans se trouver féminine.
Et après, je ne vois pas en quoi c’est un problème. Il n’y a aucune nécessité à être féminine ou non, pour moi c’est juste un fait, on l’est ou on ne l’est pas, inutile de vouloir du mot « féminine » qu’il s’adapte à toutes les femmes, qu’importe.
Revenir en haut Aller en bas
Cib
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 28
Localisation : Généralement entre le bout de mes pieds et les racines de ma tignasse. Parfois ailleurs.
Groupe : Bâtisseurs
Livre préféré : L'âge de diamant, H2G2, La Horde du Contrevent, Neverwhere
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Féminine   Mer 8 Mai 2013 - 17:28

Je sais que ce n'est pas l'idée commune. Et j'avoue que ce n'est pas non plus un réflexe pour moi de penser comme ça. Mais je le déplore, vraiment, et j'essaye de changer ma vision de choses.

J'ai du mal à croire qu'on ne pense pas qu'être féminine soit nécessaire, vu les baffes morales que se prennent celles qui sortent du moule. Tu dis toi-même que tu t'épiles pour ne pas être rejetée.
Deux solutions à ça : on arrête les injonctions à la féminité, ou on change le sens de ce mot (tant qu'à faire, je prendrais bien un peu des deux)

Parce que mine de rien, on (la société, mais aussi les individus) a intégré que la norme, pour une femme, c'était d'être féminine (avec ta définition), et pour un homme, d'être viril. Les autres sont des ratés. On les tolère, mais c'est "pas naturel", c'est pas des "vrai(e)s femmes/hommes". Qui n'a jamais ressenti de la pitié ou un peu de mépris pour ces personnes qui ne font pas "ce qu'il faut" pour rentrer dans la norme physique et/ou comportementale ?
Mon geste pour arrêter de participer à ça, c'est de reconsidérer la notion de féminité.
D'ailleurs, si on revient aux bases,
le Larousse a écrit:
Féminité :
Ensemble des caractères anatomiques et physiologiques propres à la femme.
Ensemble des traits psychologiques considérés comme féminins.
Physiologiquement, on a des poils, c'est pas spécialement anti-féminin. Au niveau purement corporel, les seules particularités qu'on a c'est l'appareil reproducteur et la possibilité d'allaiter (il y a eu des cas d'hommes se mettant à produire du lait, mais là n'est pas le sujet). Le reste (la taille, la musculature, tout ça) c'est une moyenne, les cas inverses sont loin d'être exceptionnels.
Pareil pour le côté psychologique : le dico dit bien "considérés comme féminins", et il me semble qu'on se rejoint sur le fait que la féminité, c'est culturel. Et la culture, ça évolue. Je veux participer à cette évolution, parce qu'il me paraît anormal, injuste et malsain qu'on range les genres dans des cases différentes sous un prétexte de complémentarité.

Bon, je pourrais dire encore des tonnes de trucs mais ça partirait dans tous les sens. J'espère avoir à peu près expliqué ma vision des choses.

Ah si tiens, un dernier détail : un morceau de ta dernière phrase Nell. :
Citation :
inutile de vouloir du mot « féminine » qu’il s’adapte à toutes les femmes
c'est quand même super bizarre, quand tu prends un peu de distance oO

Des bises à tou(te)s
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Féminine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Féminine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Y a-t-il une écriture féminine?
» Représentation féminine
» La bourgeoise dans la presse féminine
» Projet Statue Manga féminine/A l'aide!!
» La WWE renfloue la division féminine.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Rapport aux autres-
Sauter vers: