La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hypersensibilité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eclipse
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie


Féminin
Nombre de messages : 163
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Le combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat. Et d'autres, beaucoup d'autres
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Hypersensibilité   Sam 13 Avr 2013 - 19:29

Je suis moi même hypersensible et l'ai ignoré longtemps, et quand je l'ai découvert, ça m'a d'abord fait du bien de me rendre compte que si je me sentais à part il y avait une raison, et ça m'a aussi permis de mieux m'accepter, et ça m'a donner des pistes pour 'améliorer les choses' (y'a pire que ma situation mais quand même ><) et tout, donc voilà. Ca m'étonnerait pas qu'il y ai pas mal d'hypersensibles sur le forum (de toute façon y'en a forcément, c'est de 15 à 20 % de la population!), donc si y'en a qui connaissent pas encore, je vous conseille de lire les articles suivants :

Résumés de "Des gens qui ont peur d'avoir peur" de Elaine N. Aron
Hypersensibilité : l'êtes-vous?
La force des hypersensibles
Hypersensibles heureux!
L’hypersensibilité, une personnalité étudiée

En résumé, les hypersensibles font preuve d'intuition, sont souvent plus créatif, on parle aussi qu'ils ont un 'sixième sens' plus développé, une plus grande empathie, ils se sentent souvent différents, à part, et passent aussi souvent pour des personnes timides ou asociales. En fait, ils réagissent d'avantage à un stimulis que les autres gens, par exemple certains (comme moi) ont du mal à supporter les bruits trop forts, ou encore la foule, et donc nous sommes plus facilement submergés par les émotions. On met aussi plus de temps à tout analyser, car on voit plus facilement les émotions des gens et on veut tout prendre en compte, on peut être lent pour prendre des décisions etc...

Alors, êtes vous hypersensible? Qu'en pensez-vous? Avez vous des questions, quelque chose à ajouter?
Revenir en haut Aller en bas
http://eclipse.eklablog.com/
Kadaji Izumo
Curieux
Curieux


Masculin
Nombre de messages : 89
Localisation : Yami-city
Groupe : Marchombre
Livre préféré : L'Art de la guerre.
Date d'inscription : 02/04/2013

MessageSujet: Re: Hypersensibilité   Dim 14 Avr 2013 - 0:09

Bonsoir.

L'écran aidant pas mal à éviter de trop en pâtir, je dois avouer mon côté Geek, particulièrement maladroit et associal, bavard et curieux... Dans tout ce que tu as cité plus haut, je dois dire qu'il y a deux ou trois points qui sont... trop développés chez moi. Du moins trop à mon goût. D'abord l'empathie, qui ne touche malheureusement pas que mon moral / mental, mais aussi le physique. Ca c'est lourd. Très lourd. Je ne supporte ni la foule, ni le bruit, ni le vent... D'un point de vue social, ca restreint pas mal le champ d'action. Pour ce qui est de l'emotif, c'est ce que j'ai longtemps chercher à supprimer, sans réel succès, je dois dire. C'est pourtant pas faute d'avoir essayé. En ce qui concerne l'imagination, je pense que je dois en avoir un peu (Bon OK, trop). Je ne mentionnerai pas l'intuition, c'est beaucoup trop personnel et subjectif, mais je te suis sur ce point. Pour ce qui est de l'analyse, Eclipse, c'est une question d'entrainement.

L'hypersensibilité n'est ni un don, ni un fléau. S'en servir comme d'une source d'informations, si l'on ne veut pas que ca finisse par nous ronger, est quelque chose d'assez positif. Ne pas totalement chercher à passer outre, ni se focaliser uniquement sur ca.

Je pense donc l'être, au moins un peu.
Kasuo pourra le confirmer quand il aura quelques minutes à lui.

Bonne nuitée,

Kadaji.
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises


Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 26
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Hypersensibilité   Dim 14 Avr 2013 - 0:53

J'avoue que je n'ai pas lu tous les articles, juste un, en fait, mais je tenais à répondre.

Je ne sais pas si je suis hypersensible ou non. J'aurai tendance à dire "plutot oui" mais je n'ai aucune certitude parce que si je me reconnais énormément parfois, il a d'autres parties ou je ne me reconnais pas du tout.
Le bruit m'insupporte et me dérange très facilement. J'ai énormément de mal à comprendre quelqu'un qui parle s'il y a de la musique ou du bruit de fond, ou meme quand quelqu'un dautre parle plus loin. Je suis loin d'etre sourde, j'entends très très bien (au point où j'entends la radio dans la voiture de ma mère quand elle rentre avant que le chien ne la perçoive) mais je ne peux pas me concentrer sur deux sons à la fois, les deux se mélangent et je m'énerve très vite. J'ai aussi beaucoup de peine à supporter les volumes élevés, je hurle quand j'entends la TV ou la radio trop fort tellement ça me fait mal et, sauf si j'apprécie vraiment le groupe qui joue, j'ai tendance à fuir les concerts. Dans tous les cas, j'abuse des boules quies quand j'y vais et malgré ça, pendant deux jours j'ai des acouphènes.
Je suis horrible quand j'ai faim, je vacille, je ne peux plus me concentrer, bref, je fais que de la merde quand mon estomac est vide xD
Coté créatif, j'écris depuis toute petite et je ne peux pas m'en passer, qu'il s'agisse de créer une histoire (je me raconte très très souvent des histoires, meme à voix basse le soir, dans ma tete ou à voix haute) ou d'aligner des mots meme sans but. J'aime bien créer, meme si ce n'est pas toujours une réussite, j'aime bien parler, chanter, me concentrer sur des sensations ou des sentiments, j'adore me laisser submerger par mes émotions, ... Je pense aussi avoir pas mal d'empathie.

En revanche, je montre très mal mes émotions, particulièrement "négatives" et en présences des autres. Ceux qui m'ont vu pleurer se comptent sur un dé cent et ceux qui m'ont vu pleurer pour une douleur psychologique se comptent sur les doigts d'une main. (Oui, j'ai eu beaucoup à pleurer physiquement, deux entorses aux genoux et une chute de 6 mètres ça laisse beaucoup de témoins). J'ai meme tendance à sourire quand on m'annonce une nouvelle qui devrait me faire pleurer...
Quand à percevoir les gens, je le fait très bien à posteriori. Je veux dire par là que sur le moment, je ne m'encombre pas de formalisation, je ne me dis pas "celui là à l'air content de me voir mais il a l'air triste, ...". Par contre, quand quelqu'un me demande "que penses-tu de moi ? qu'ai je à améliorer ?" ou quand on me demande de parler de quelqu'un d'autre, j'arrive souvent à leur dire de façon assez précise (et uniquement intuitive, parfois avec presque rien) comment j'identifie leurs problèmes ou ce qui à mon sens pourrait leur manquer. Je sais dire "j'ai l'impression que tu manques de confiance en toi et que tu essayes de devenir celui que les autres veulent que tu sois, tu n'es pas à l'aise dans ce role et tu te déprécies parce que tu échoues à le faire alors que les autres sauront tout au tant si ce n'est plus t'apprécier pour ce que tu as vraiment dedans" mais quand on me demande sur le coup "tu penses quoi de bidule" si bidule en question est face à moi, là, sur l'instant, sans reflexion, je ne serai capable que de dire "je l'aime bien", "je ne sais pas" ou "je ne la sens pas trop". C'est bizarre et en meme temps pas : je suis souvent dans l'instant, je profite de ce(ceux) qui m'entoure et j'analyse après. Sur le coup, je ne suis que sensation et je manque donc de mots et de recul pour dire les choses comme je les ressens.
J'aurai aussi tendance à dire que je suis une associale sociale en manque de sociabilité. Je m'explique : j'ai énormément de peine avec les contacts physiques, je n'ose tout simplement pas, je ne sais pas le faire. Enfin, disons qu'actuellement, j'apprends, il y a des gens avec qui c'est plus facile que d'autres, mais j'essaye de me montrer plus caline car le seul obstacle qu'il y a entre moi et ce contact physique avec les autres, c'est la peur de ne pas etre "comme il faut". J'ai de la peine avec les contacts physiques donc, pourtant, je suis très fréquemment en manque de calin. J'ai juste de la peine à m'abandonner dans les bras de quelqu'un, et pourtant, j'adore quand ces moments se produisent.
De meme que j'ai énormément besoin de contact, tout simplement. Je ne peux pas me passer de mes amis, de parler à des gens (virtuellement ou non, meme en pensée), et je me sens dépérir quand je suis loin d'eux, le Bonheur me submerge quand je suis près d'eux... Pourtant, je suis une timide (qui se soigne) et j'ai très souvent peur de la réaction des gens. Oui, j'ai peur de beaucoup de choses, et du noir aussi, parce qu'il y a trop de fantasmes (prendre ça au sens de reves, cauchemars, créatures, trucs étranges, commando d'élite parachuté de mon imaginaire, ..) qui habitent mon obscurité. J'ai besoin d'exister pour les gens, de savoir s'ils m'aiment ou s'ils aiment ce que je fais, j'ai un puissant besoin de reconnaissance... Et pourtant, j'ai extremement peur de leur jugement, de ce qu'ils pourraient penser, de faire un pas de travers, ...
Sur le fond, je suis associale : je ne sais pas me sociabiliser comme ça à un groupe lambda, je dois me forcer, je suis mal vue dans la plupart des groupes aléatoirement formés (les classes, les colonies de vacances, les groupes adressés à tous le monde (genre "comment creer une entreprise, comment rédiger un CV, comment s'intégrer dans le monde professionnel") ou dans les groupes de travail). Je n'arrive pas à me fondre dans le groupe : j'ai trop besoin de reconnaissance pour me cacher ni a en etre le leader : j'ai trop peur et je suis trop maladroite. Ce qui fait que je ne fait ni partie des suiveurs, ni des leaders et que donc, je fous un peu le bazar dans leur hierarchie ^^"
Pourtant, je ne supporte pas le manque de contact, au point d'avoir une floppée d'amis imaginaires, de me raconter des histoires avec des gens plus ou moins vrais dedans, allant meme jusqu'à les écrire. Dans ma solitude, j'ai meme frolé (et de près) le dédoublement de personnalité et/ou la schizophrénie dans le sens "bonjour, on est plusieurs dans ma tete" ou "bienvenue chez moi j'entends des voix" (Oui, je ne suis pas psy et je ne sais pas exactement ou commence la schizophrénie et ou commence le dédoublement de personnalité).
Et à coté de tout ça, j'imagine etre suffisamment sociable pour avoir réussi à m'intégrer avec succès dans deux groupes passablement impressionnants et avoir a priori réussi à le faire avec sociabilité. Je dis aussi que je suis sociable, de ce point de vue, car le nombre de mes Amis pourraient se compter sur... euh... Sur le nombre de perles de roccailles dans un magasin de loisirs créatifs ! Bien sur, certains sont plus ou moins proches mais meme ceux que je n'ai vu qu'une ou deux fois, je les Aime quand meme et je les porte dans mon coeur et je n'envisagerai jamais de les exclure ou de ne pas les penser en tant qu'Amis.

BRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAYYYYYYYFFFFFF

Après cet énooooOOOooorme racontage de vie (mais nom de Dieu que ça fait du bien), je voudrais quand meme réagir sur ce sujet. Déjà, merci beaucoup à toi de l'avoir ouvert parce que j'en sais plus sur moi ce soir qu'hier et que c'est toujours bon à prendre.
Je pense que tous les hypersensibles le sont à leur manière et ont un monde qui leur est propre. Tout le monde, y compris les personnes insensibles ou peu sensibles, possède un monde intérieur. Celui ci est construit par nos sensations, notre imaginaire et notre mémoire. Certains rationnalisent meme leurs souvenirs en les rangeant dans ce monde, en créant des sortes de bureaux d'archives intérieurs et c'est assez impressionnant. Bref, ce monde déborde toujours un peu à l'extérieur et nous permet par la Lumière qu'il dégage à la fois de ressentir les mondes intérieurs des personnes que l'on cotoie et à la fois d'etre vus par eux. Certains ont un très très vaste monde intérieur, si bien qu'il est impossible à contenir et qu'il déborde énormément : ces personnes sont transparentes pour quiconque a assez de Lumière pour l'éclairer. Certains en ont un tout petit, réducteur et secret, qui déborde peu mais est tout de meme là. Certains ont peu de Lumière, parce qu'ils n'y croient pas ou simplement parce qu'ils sont trop centrés sur autre chose et d'autres ont beaucoup beaucoup de Lumière. On peut cumuler un grand monde et une grande Lumière aussi bien que mélanger un petit monde avec une grande lumière et vis-versa. A mon avis, les personnes ayant un petit monde et une petite Lumière sont les gens pragmatiques : ils ne croient que ce qu'ils voient, ils se fient plus à des preuves matérielles qu'à leur intuition, ce qui fatalement réduit leur Lumière, et ils ont de la peine à peupler leur monde intérieur puisque le monde perceptible par leurs sens (le monde réel en quelque sorte) leur suffit. Et pour ne pas etre vide, le monde s'adapte.
Les personnes cumulant grand monde et grandes Lumières sont pour moi les hypersensibles. Ils sentent énormément de choses et en faisant confiance à leur intuition, ils l'augmentent, cela va de pair avec ce que j'appelle la Lumière et comme ils ont beaucoup de choses en dedans, il faut un grand monde pour tout accueillir.

Le problème principal des hypersensibles et, à mon avis, la raison de leur associabilité, n'est pas tant leur état mais la façon dont ils utilisent leurs facultés. Je m'explique. Pour moi, la Lumière, ou l'intuition, l'empathie, tout ça, est toujours à double sens : je perçois plus de choses mais je fais percevoir plus de choses à l'autre. C'est pour cela que j'affectionne le terme de Lumière. Imaginons qu'il fasse nuit, je dispose d'une de ces petites lampes porte clé qui éclairent à peine le trou de la serrure. Je ne vois pas grand chose, en retour, les éventuelles personnes autour de moi distinguent peu de moi. Admettons que je troque ma loupiotte pour un projecteur : je verrai super loin, mais en échange, les autres me voient aussi de très loin.
Donc si un hypersensible est capable de percevoir les sentiments, sensations, émotions de quelqu'un, il doit aussi etre capable de faire transiter un message, une émotion, quelque chose. Si j'éclaire l'autre, il me voit forcément.
Ce que je veux dire par là, c'est qu'étant hypersensible, on reçoit énormément de stimuli. Mais on crée aussi beaucoup. La question est donc, pourquoi ne pas créer des émotions, des sensations, bref, des stimulis en retour de ceux que l'on reçoit ?

Je vais prendre un exemple très parlant. J'ignore si Pierre était ou non hypersensible, là n'est pas la question, mais il Brillait indéniablement. Quand je l'ai rencontré, je me sentais mis à nue mais ce n'était pas dérangeant. J'avais l'impression qu'il utilisait sa Lumière, pas seulement pour voir mon monde intérieur, mais aussi pour me faire passer un message, un message qui pourrait ressembler à "toi aussi, tu peux Briller".

Aujourd'hui, j'ai pris conscience d'énormément de choses. Avec le temps, j'ai appris à accepter ce que je recevait, appris à donner et aussi appris à choisir ce que je donne, à orienter, quelque part, ma Lumière. C'est aussi à mon avis pour cela que le contact me fait moins peur qu'avant : non seulement j'ai pris confiance en mon monde intérieur et en ma Lumière, je sais qu'aucun des deux n'est honteux ou à blamer, mais en plus j'ai appris que cela pouvait servir aux autres, que cela devait servir aux autres. J'ai la sensation que le role de personnes qui ressentent aussi bien ce que les autres vivent, qui ont cette facilité de comprendre l'humain, n'est pas simplement d'écouter les gens ou de ressentir leurs sensations mais aussi leur donner la capacité d'avancer, de passer par dessus, de mieux accepter leurs sensations par exemple.

C'est un peu confus encore pour moi, mais je pense sincèrement qu'il existe toutes sortes de gens pour une bonne raison, qu'on a tous une place particulière dans le schéma qui fait que le monde tourne, pas toujours très rond, pas toujours très vite, mais qu'il tourne. Les hypersensibles perçoivent ce mouvement, et plutot que juste le sentir, c'est à eux de leur donner l'impulsion juste, la direction à adopter. Cela parait énorme et erreintant comme tache, ça ne l'est pas. Il ne s'agit pas la de politique, de trouver des solutions, ou quoi que ce soit d'autres, mais d'agir selon son coeur.
Le moteur du monde ne fonctionne ni à l'essence, ni aux belles paroles, ni à la sueur de notre front. Le moteur du monde c'est l'Amour. Les hypersensibles en débordent, et s'ils en manquent, ils le perçoivent aussi chez les autres et ont le pouvoir de le leur montrer.

On ne devrait pas cacher sa propre Lumière. On nous apprends depuis tout jeune à se faire tout petit, à ne pas attirer l'attention, à ne pas Briller. Il n'y a pourtant rien d'honteux à cela, Briller ne fera pas de vous quelqu'un de meilleur que les autres et cela n'écrasera pas ceux qui vous entoure. Au contraire, accepter de briller c'est donner le droit à l'autre d'allumer sa Lumière.




Edit : Posté en meme temps que Kadaji, je ne modifie rien.
Pour te répondre, je dirai juste que pour moi, il ne s'agit pas d'un don, pas d'un fléau. C'est une part de nous qu'il faut accepter pour avancer. Tu as peut-etre trop d'empathie, tu es peut-etre trop émotif mais je ne crois pas que l'ignorer ou réduire ces sens au silence ne soit une solution. Il ne faut pas toujours suivre le chemin que les autres tracent pour nous, mais créer le sien.
Comme ça, sur deux trois messages que j'ai croisé de ta plume, je dirai que tu te fixes peut-etre des objectifs intenables. J'ai l'impression que tu voudrais etre un masque de neutralité, ne pas laisser passer tes émotions ou tes ressentis et pouvoir les garder pour toi. Tu n'es peut-etre pas fait pour cela. [après, je m'avance peut-etre un peu beaucoup, hein ^^"mais c'est ce que j'ai ressenti sur les messages que jai lu de toi]
J'ai lu un jour une petite histoire toute mignone qui parlait d'une petite fée, si je me souviens bien. Elle avait pour role de garder tous les secrets et elle ne les révélait jamais, bien sur. Elle écoutait patiemment tout ce que les gens avaient à lui confier et rien ne ressortait jamais de sa bouche. Seulement voila, les gens ont beaucoup de secrets à confier, et c'était trop pour la petite fée. Elle se sentait sur le point de briser les secrets et pour ne pas faillir à sa tache, elle trouva une idée. Elle prit un bocal, grand, haut, volumineux. Elle le souleva et glissa dans l'ouverture tout les secrets qu'elle avait en tete. Tout y passa, la petite fille amoureuse, le petit garçon qui voulait etre clown, les secrets de fabrications du pain de Mme Tartine, les confession d'une sorcière qui en fait manquait juste un peu de compagnie, tout, tout, tout. Tous les secrets étaient maintenant dans le bocal. La petite fée se sentait légère, à nouveau elle meme et prete à remplir sa mission, et le bocal, pour autant qu'on le sache, n'a jamais rien répété.
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Bise
Petit Petit
Petit Petit


Masculin
Nombre de messages : 225
Age : 22
Localisation : Auprès des nuages, avec une étoile filante.
Groupe : Petit
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 13/03/2012

MessageSujet: Re: Hypersensibilité   Lun 27 Mai 2013 - 0:48

Damned, si les notifications mail marchaient, j'aurais vu plus tôt ce sujet !

Je n'ai pas lu les articles que tu as posté, Eclipse, tout simplement parce que je n'aime pas que du pseudo rationnel vienne me dire ce que je sais déjà en me connaissant moi-même.

Oui, je suis hypersensible, et c'est une grande partie de ma personnalité.
Il y a un peu moins de 2 ans j'ai fait une dépression (c'est pas un scoop, je crois en avoir déjà parlé ici) et l’élément déclencheur ainsi que les éléments de fond étaient liés à mon hypersensibilité.
De même, pendant toute mon année de Terminale, je n'ai jamais pu m'intégrer correctement, d'un côté parce que quelqu'un qui fait une dépression n'est jamais très sympa à côtoyer, de l'autre parce que je me suis aperçu à quel point les gens de ma classe ne vivaient pas dans le même monde que moi.
Ou alors, en même temps que je me suis rendu compte de mon hypersensibilité, j'ai vu le monde autrement.

Aujourd'hui, maintenant que je me connais "mieux", je suis vraiment asocial, et je le vis plutôt bien. Je me suis rendu compte qu'en s'investissant trop, je souffrais trop. Alors cette année, avec ma classe différente, je n'ai pas de vrais amis, ce ne sont que des camarades : je sais que si je m’investis trop, je souffrirai d'autant plus, donc, maintenant que je sais que je suis hypersensible, je me "restreins".
Cela ne m'empêche pas d'avoir de très bons amis ni d'Aimer, mais depuis que je sais que je suis hypersensible, je peux prévenir ces moments de souffrance, prendre plus de recul.

Parce que ce sont de véritables moments de souffrance. Quelque chose de tout bête, qui arrive à tout le monde, je le prends de manière trop brutale.
Un exemple récent est de se brouiller avec quelqu'un. Ça arrive à tout le monde et, avec le recul, je me dis que c'est normal, que les gens changent. Pourtant, l'année dernière, quand j'étais en Terminale et que je me suis brouillé avec presque toute ma classe, je le prenais de plein fouet. Récemment, je me suis brouillé avec des gens de ma classe : c'est dur, mais, puisque je ne suis pas socialement autant impliqué, je souffre moins.

Je dirais (ou plutôt ma psy disait ) que quelqu'un d'hypersensible n'a pas ce bouclier pour contenir les agressions. Je dirais même plus que cette barrière est absente tant pour recevoir que pour émettre. J'Aime trop, j'en suis conscient...

Alors aujourd'hui, malgré tout, je vis bien mon hypersensibilité. Je m'implique plus lentement d'un point de vue social, mais cela me permet de cerner les gens, de les connaître, et je tisse ainsi une relation plus forte avec moins de personnes.
Mais, et c'est un gros problème, dès que je suis impliqué dans quelque chose, l'échec reste une souffrance : que ce soit dans mes études (je ne passe mon concours que l'année prochaine, mais vu mon niveau d'implication, si je ne l'ai pas je sens que je vais avoir particulièrement du mal à l'accepter) ou dans mes relations sociales (un ami est décédé en juin 2012, aujourd'hui, presqu'un an plus tard, je suis parfois pris d'une immense tristesse).

Mais je suis fier de mon hypersensibilité et pour rien au monde je ne voudrais qu'on me l'enlève. C'est une partie de moi, c'est que qui fait que je m'intéresse bien plus au côté humain des choses, au bien-être des autres. Cela m'a permis, également, de mieux me connaître et de m'accepter ainsi.

Et puis, par dessus tout, mon hypersensibilité me permet de me dire que j'existe, que je sors de cette masse dans laquelle j'aurais l'impression de me noyer si je n'étais pas différent.
Revenir en haut Aller en bas
http://4h04.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hypersensibilité   Aujourd'hui à 9:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Hypersensibilité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'hypersensibilité
» Hypersensibilité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Connais-toi toi-même-
Sauter vers: