La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rêves d'ailleurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Juju
Membre du Conseil - Modo
Membre du Conseil - Modo


Féminin
Nombre de messages : 471
Age : 17
Groupe : Thül
Livre préféré : Aurélien; L. Aragon
Date d'inscription : 03/03/2012

MessageSujet: Rêves d'ailleurs.   Jeu 27 Juin 2013 - 17:29

J'avais ça comme sujet de rédac au Brevet, en réflexion. Evidemment, j'ai choisis l'autre, parce que celui là demandait plus ample réflexion qu'une pauvre heure, et que c'était casse geule, mais... je voulais vous en faire part:

Le monde d'aujourd'hui laisse-t-il encore une place à un ailleurs qui fasse rêver?

J'vous pose donc cette question. J'y répondrai, promis, mais après.

_________________
"C'est en nous qu'il faut nous taire."

-Louis Aragon; Le Fou d'Elsa.




"Pimpanicaille,
Le roi des papillons,
Se taillant la barbe,
Se coupa le menton."







"48: Je n'ai pas peur. J'ai seulement le vertige. Il me faut réduire la distance entre l'ennemi et moi. L'affronter horizontalement."

"96: Tu ne peux pas te relire mais tu peux signer."


-René Char; Feuillets d'Hypnos.
Revenir en haut Aller en bas
http://jack-the-jack.tumblr.com/ En ligne
Tarja
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants


Féminin
Nombre de messages : 359
Age : 19
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : L'envol, Zouck, Le seigneur des anneaux, Alain Damasio, Les Eveilleurs, Vango, tous les livres de Pierre Bottero
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Rêves d'ailleurs.   Jeu 27 Juin 2013 - 19:42

J'avais oublié que vous aviez maintenant le choix entre deux sujets au brevet de français! (Ahlala, de mon temps on avait un sujet et on si soumettait sans discuter aujourd'hui nos jeunes faut toujours qu'on leur laisse le choix. Ma bonne dame notre monde ,c'est plus ce qu'il était...)

Pour le sujet en lui même je dirais qu'il ne pose pas la bonne question. De mon avis notre monde, parce qu'il est ce qu'il est, laisse d'autant plus de place à un ailleurs qui fait rêver. Je trouve que la question de savoir si cet ailleurs est atteignable est plus pertinente.

Mais ce n'est pas la question posée donc je vais répondre à celle de base. Je dirais que tout ceux dont la vie a été en quelque sorte "imposée" par notre société rêve forcément d'un ailleurs, d'autre chose. Partir, voyager, devenir explorateur, descendre des rapides en canoë, traverser la foret amazonienne à pied, vivre dans une tribu africaine, etc... Bien sûr tout le monde n'a pas les mêmes rêves et certains préfèrent sûrement leur petit confort, le canapé, la télé et le supermarché dans le coin de la rue. Mais toute personne qui n'est pas satisfaite de sa vie a forcément un rêve d'ailleurs, ou si ce n'est d'ailleurs au moins d'autre chose.

Je dirais même plus: ce rêve est entretenu par la société: agences de voyages, films, livres, parcs d'attractions proposant des substituts d'aventure, etc...
Le truc c'est que la société fait également tout pour que ça ne reste qu'un rêve et qu'on aille dépenser notre fric dans un parc d'aventure plutôt que dans une pirogue destination l'amazone. Et rare sont ceux qui se décideront à franchir tous les obstacles que l'on met entre nous et nos rêves (dangers, interdits, papiers administratifs, lois...).

Alors forcément les gens finissent par arrêter de rêver d'ailleurs et vive seulement pour leur quotidien et ça devient triste. Et c'est là que j'en viens à me contredire en disant que du coup notre monde nous empêche d'avoir des rêves d'ailleurs. Donc il y a une coquille quelque part flute de zut de crotte.


D'ailleurs je me demande si c'est bien la société qui entretient nos rêves ou alors d'autres rêveurs (également nommés Artis Artistes)? Mais comme les rêveurs sont une part de la société alors ce serait quand même la société qui entretiendrait nos rêves...
(Les pérégrinations de l'intérieur de ma tête ne doivent pas être faciles à suivre, désolée j'écris ma réflexion de manière assez brut )
Bref, pendons les Artistes qui entretiennent le vilain capitalisme! (Je déconne, je déconne, pas taper....)

Je vais laisser à mes successeurs l'honneur de compléter/contredire/revendiquer/discuter/taper parce que j'ai dû laisser mon cerveau quelque part sur le chemin (du côté de chez Swann Artis)
Revenir en haut Aller en bas
Naëlle
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants


Féminin
Nombre de messages : 288
Age : 19
Groupe : Haïnouk
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Rêves d'ailleurs.   Ven 28 Juin 2013 - 10:00

C'était obligé… après un gros post bien réfléchi, fallait que ça s'efface… … bon… courage…


Sujet très intéressant en effet, mais qui ressemble plus à une dissert de philo qu'à une rédac xD

Alors, définitions : le monde d'aujourd'hui, c'est notre société actuelle, mais depuis quand ? Qui cela concerne ? Seulement nous ou chaque personne de la Terre entière ? Et rêver, c'est une représentation, idéale ou chimérique, de ce qu'on désire ou voudrait réaliser (cf dictionnaire Larousse).

Bon alors organisation brut de décoffrage, désolée c'était mieux dans le post précédent ='(
Tout d'abord, comparaison avec l' "avant" sous-entendu dans "aujourd'hui" : quel événement a permis cette comparaison ? Et la suite sera menée par la continuité de ma réflexion ^^

Le monde d'aujourd'hui ! Le XXIe siècle ! Le siècle de… la technologie !! En effet, à mon sens, c'est ceci qui fait la différence. Dans la technologie, je comprends principalement internet, et les moyens de transport.
En effet, grâce à internet, nous avons déjà chez nous des bouts d'ailleurs, de destinations touristiques qui font rêver. Tahitiiiiiii (non, je ne pense pas du tout à la pub…), la forêt amazonienne, le far west, le Japon, et tout autant de destinations de rêve ! On voit partout et tout le temps des pubs d'agences de voyage montrant ces destinations. Qui n'a jamais dit "je rêve d'aller à… (au Canada pour moi)", et bien voilà, le rêve, d'un ailleurs. Si on connaît le nom de ces ailleurs, c'est grâce au monde d'aujourd'hui, où chaque parcelle de Terre est reliée au reste du monde. Internet nous en montre un bout, le rêve se crée. Donc oui, le monde d'aujourd'hui permet de rêver d'un ailleurs…

Cependant, est-ce que la facilité d'accès de ces ailleurs permet toujours de parler de rêve ? Ce même monde d'aujourd'hui, avec ses avions et autres, permet d'aller partout. Or un rêve est un idéal, une chimère, que l'envie d'atteindre entretient et renforce au fil du temps. Si un jour on "rêve" d'aller quelque part, et que le mois d'après on y est, et que c'est ainsi chaque fois (oui on suppose que vous êtes riche :P), est-ce encore du rêve ? Je pense que de savoir que cet endroit est facilement atteignable "gâche" un peu ces rêves.


Mais de manière plus générale, pourquoi ne pourrait-on pas rêver d'ailleurs ? C'est vrai, comme l'a dit Tarja, nous sommes tous les jours avec des films, des livres qui parlent d'endroits imaginaires, et qui nous font littéralement rêver. Qui ici n'a jamais rêvé d'aller en Gwendalavir ? Le rêve est, à mon sens, quelque chose d'essentiel pour l'être humain. Ailleurs n'est pas forcément ici sur terre après tout, Ailleurs peut-être dans notre tête, quelque chose de réellement inatteignable, mais dont on rêve tout de même.


bon et beh… cette heure très matinale (n'est-ce pas) et ma petite tête me permettent pas d'aller plus loin pour le moment, d'autant plus que j'avais été plus loin quand je l'ai écrit pour la première fois mais j'arrive pas à me souvenir =( En plus j'ai le ventre vide :P Donc beh… voilà…
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises


Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 26
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Rêves d'ailleurs.   Lun 16 Déc 2013 - 11:52

L'Ailleurs, un mot qui par lui meme déjà, fait rever.

Pourquoi ? Parce que nous sommes des etres de changement. De notre naissance jusqu'à notre mort nous changeons : nous changeons dans nos corps, nous changeons dans nos tetes et notre environnement change autour de nous, au fil des saisons, au fil des années.
Si aujourd'hui, nous (et là, je parle principalement des gens biens rangés que nous sommes, qui travaillons dans la meme entreprise depuis X temps, qui allons toute l'année dans la meme école et voyons les memes gens) avons particulièrement besoin d'Ailleurs, c'est parce que, comme des animaux en cage, nous ne nous sentons pas libres de changer, en accord avec notre environnement. Prenons par exemple ma chambre. En ce moment précis, je ne voudrais etre nulle part ailleurs : elle est douillette, son environnement change avec mes envies et les fluctuations du ciel (j'ai un vélux sans aucun rideau ou volet, donc la lumière change en permanance). Prenons la foret dans laquelle j'ai couru ce matin, là non plus, je ne revais pas d'Ailleurs, parce que je m'y sentais bien.
Si nous revons d'ailleurs c'est parce que cet ailleurs nous semble plus en accord avec ce que nous sommes, sur le moment, que ce que nous avons autour de nous. Si demain, vous partiez où vous en avez envie, au Canada ou en Gwendalavir, vous ne reveriez pas d'aller encore ailleurs : vous vous satisferiez de ce que vous avez sous les yeux, et profiterez du moment (ou alors, vous etes des éternels insatisfait, et c'est bien plus grave, parce que vous ne vivez plus dans le présent, mais dans l'après).

Je dirais que la société nous pousse meme à chercher ces reves d'ailleurs en nous permettant d'en visualiser toujours plus et en entretenant notre insatisfaction. Ce n'est pas forcément souhaitable.
Bien sur, on a tous nos moments où nous aimerions etre ailleurs, ou nous voudrions voir ceci ou cela. Tout comme on se remémorre le passé d'ailleurs. Mais vivre sans cesse dans l'Ailleurs, le Passé ou l'Avenir n'est de loin pas une bonne chose je pense. Parce qu'il faut savoir apprécier ce que nous offre la vie et ce que nous, nous mettons sous nos pas.
Et oui ! Si vous revez de vivre dans un très beau jardin mais que vous ne prenez pas la peine de planter, de semer, de le regarder pousser, fleurir, de vous en occuper, fatalement, votre jardin sera toujours aussi "moche" qu'avant. C'est un peu comme regarder l'horizon, se dire "oh, ça doit etre magnifique là bas" et rester fidèlement campé sur ses deux pieds.

Cet ailleurs est-il atteignable ? Oui, cela dépend de ce qu'on attends de lui et de ce qu'on est près à faire pour l'atteindre. Comme je le disais pour le jardin, il convient de s'en occuper, de semer les graines qui plus tard, donneront des fleurs. Si votre reve est d'aller au Canada, alors économiser pour vous payer le voyage, cherchez un travail ou une école là bas, ou revez de votre Canada, si c'est ce qui vous plait le plus. Parce que des fois, c'est cela qui nous plait, plus que de découvrir le monde tel qu'il est, imaginer le notre. Cela dépend de ce que vous attendez de votre Ailleurs. Par exemple, j'ai toujours revé d'aller en Gwendalavir, comme ça, pour dire bonjour, et j'y vais souvent : il me suffit d'ouvrir un livre pour y etre. Alors oui, ce n'est pas aussi réel (quoique ?) que d'arpenter les couloirs de ma maison, pourtant, je n'en attends pas plus. Si une porte béante s'ouvrait sur Gwendalavir ou que j'apprenne miraculeusement le pas sur le coté, je n'hésiterais pas, mais en attendant, ce que je vois en ouvrant un livre me suffit.
Je reve aussi de faire le tour du monde, alors je prépare ce reve, meme s'il ne se réalisera peut-etre pas tout de suite : je sème ce que je peux, j'apprends à mon corps à supporter certaines choses (si je veux le faire à pieds et sans réserver d'hotel, j'ai intéret à m'entrainer à marcher et à prendre des douches froides avant de partir, sinon, le premier bain dans la rivière, après 20km de marche risque d'etre des plus difficiles), je me cultive sur les sujets qui me seront nécessaire, à commencer par les pays que je veux visiter - et en soi, c'est déjà une satisfaction, un changement, un ailleurs - etc.

Ce que je veux dire par là, c'est qu'on reve souvent d'un Ailleurs, mais que cet Ailleurs, il est déjà à notre portée. On peut le trouver partout et sous des formes multiples, il suffit d'ouvrir grands ses yeux : la première rue à droite, c'est déjà ailleurs, le livre en haut de l'étagère aussi, et quelque part, tout en restant nous meme ici, nous sommes déjà quelqu'un d'autre, ailleurs.

Je n'ai pas bougé, pourtant, je ne suis plus la meme qu'en commençant ce message, et mon environnement, meme si c'est à la limite du perceptible, à changé : il fait plus sombre, plus froid peut-etre, c'est moins silencieux, ...
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Laurelaï
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre


Féminin
Nombre de messages : 306
Age : 17
Localisation : Ici ou là-bas...
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres ; Le Chant du Troll ; La Horde du Contrevent ; Les Eveilleurs ; Le Regard des Princes à Minuit ; L'Odalisque et l'éléphant
Date d'inscription : 10/06/2012

MessageSujet: Re: Rêves d'ailleurs.   Lun 10 Mar 2014 - 16:15

C'est fou que j'ai pu oublier à quel point vous pouviez écrire des choses justes...

Yza, j'attends ton avis sur ce sujet !  

Bon alors moi, je vais répondre à ce sujet en postant ma rédaction. Parce que ce sujet est aussi tombé à mon brevet blanc et que je l'ai choisis. Alors voilà, c'est peut-être pas tout à fait juste, peut-être pas du tout, surement pas assez développé mais ça se retrouve quand même ici !


"L’ailleurs n’a jamais été le même. Il évolue avec le temps, les cultures, les modes de vie.
L’ailleurs est un rêve, un espoir.

L’ailleurs est ce nouveau monde, cette Amérique ou cette Europe où l’on trouvera richesse, toit et nourriture pour ses enfants. Où l’on pourra vivre une vie plus douce, plus belle, plus paisible. La découverte d’un monde meilleur. On n’y parviendra peut-être jamais mais on y croit, comme on croit en Dieu, parce que ça aide à tenir de bout, à avancer. Toutes les personnes qui viennent trouver un refuge en Europe en sont l’exemple.

L’ailleurs dans notre monde. L’ailleurs qui ne doit pas exister mais vers lequel on tend secrètement. L’ailleurs de notre enfance qui n’aurait pas du rester. La société ne l’accepte pas. Tout beaux tout gentils, sans rêve d’évasion. Le rêve est exclu puisqu’il pousse les Hommes “ailleurs”. Laissez-le paraître et vous serez exclu. Tout cela ne sont que des histoires d’enfants, qui n’ont pas leur place dans une vie d’adulte responsable. Tout cela est ridicule. Et pourtant…

...Pourtant cet ailleurs vit en nous. A travers les livres, la musique, le cinéma. Il vit en nous, rêve d’Harmonie et de Liberté, offert par d’autres, il devient nôtre et grandit, il tisse sa toile d’espérance autour de nous. Ces Hommes nous ouvrent une porte, porte qui reste cachée, tapie dans l’ombre et qui pourtant nous appelle. Alors on s’y engouffre avec avidité. On sait sur l’on n’y trouvera pas ce pays magnifique décrit dans les contes, pas plus qu’on ne trouvera ce petit paradis de sable blanc où l’on pourrait se prélasser. Nous n’y trouverons rien de matériellement existant. Seulement l’opportunité de découvrir le monde avec un oeil nouveau. Ce sera ça, notre ailleurs. Un rêve partagé qui se mue en espoir et qui nous pousse en avant, toujours plus loin. Un ailleurs qu’on construit et qui vibre en nous."


Il y avait une conclusion mais je la trouve totalement foireuse donc on l'oublie ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rêves d'ailleurs.   Aujourd'hui à 14:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Rêves d'ailleurs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport Gwendalavir et l'Ailleurs
» Sarah dans Nulle Part ailleurs
» L'extrait de Sly à Nul Part ailleurs. (merci The Van)
» CE SOIR ON DINE AILLEURS
» Prière de fouiller ailleurs - Télérama du 10/12/2008- p 11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Le Monde et les Energies :: Nous et la société-
Sauter vers: