La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un chagrin pour la perte de quelqu'un

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Onigliya
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 18
Localisation : Dans un rêve qui deviendra réalité si j'y crois au plus profond de moi.
Groupe : Frontalière
Livre préféré : Aucune idée ^^`
Date d'inscription : 22/10/2013

MessageSujet: Un chagrin pour la perte de quelqu'un   Mar 29 Oct 2013 - 17:58

Bonjour/bonsoir.

Je sais, le titre est trompeur. Et je ne mentirais pas : c'est un peu fait exprès. J'ai ouvert ce sujet ici, et je m'excuse si un sujet similaire existe déjà, je ne l'aurais donc pas vu...

Un jour, j'ai rencontré un garçon. Ce garçon est devenu un camarade de classe se mêlant aux autres. Je ne le remarquais pas plus que les autres garçons, je m'attachais plus à ceux que je connaissais déjà... Je faisais une erreur. Je sais maintenant que s'attacher et s'isoler avec les gens qu'on connait depuis longtemps n'est pas plus avantageux que d'aller vers les inconnus, ce serait même l'inverse. Pourquoi vous dis-je cela ? Pour rien. Comme ça, parce que certaines personnes méritent qu'on parle d'elles même si leur nom n'est pas connu. C'est pour ça que j'ai posté ce sujet. Ce garçon est donc devenu un camarade comme n'importe qui. Et puis je l'ai revu lors de plusieurs activités, je n'y ai d'abord pas porté d'attention. Et puis j'ai découvert qu'il partageait plusieurs de mes passions. On s'est rapprochés, on s'amusait, on s'entendait tellement bien... L'année d'après, il était devenu plus qu'un ami pour moi. Plus qu'un meilleur ami même. Mon amour. Et pour ma plus grande joie, j'étais le sien. Oui, les moments passés ensemble étaient beaux. Mais un jour il a décidé d'en finir quand même, il avait, selon lui, trouvé mieux. Beaucoup d'amis m'ont dit que trouver mieux que moi était compliqué mais je n'y crois pas. Trouver mieux que quelqu'un est toujours aisé, il suffit de savoir ce que l'on veut. Evidemment, si on change de goût, les personnes autour de nous changent aussi à notre vue. C'est ce qui est arrivé. Bien sûr ça m'a fait mal. très mal même. Bien sûr j'ai pleuré. Beaucoup même. Bien sûr je le voyais différemment. Toujours d'ailleurs. J'ai longtemps rêvé de lui, même si j'étais éveillée. Je le voyais là, devant moi, et je me disais que tout ce qui s'était passé n'était pas réel, qu'il m'appartenait toujours, comme je lui appartenais aussi. Mais les rêves ne sont pas tout... J'avais beau en rêver tant et tant, jamais il ne m'a vraiment réadressé la parole. Il m'a déjà parlé, bien sûr. Mais rien n'est pareil depuis qu'il s'est éloigné. Est-ce qu'il me tient coupable de quelque chose ? Je n'en sais rien. Mais bon... Voilà, notre histoire à deux était terminée. Une année aussi. Un an s'est écoulé sans que je l'oublie. Et puis, alors que je découvrais ce forum, ma mère est arrivée chez mes grands parents où j'avais logé la nuit. Elle m'a regardé bizarrement. Je n'y ai pas fait attention, je dois bien l'avouer, je suis du genre à ne pas porter d’interprétation aux regards de ma mère. Elle me regarde tellement différemment à chaque fois... J'ai donc reporté mes yeux sur l'écran d'ordinateur, et c'est là que les mots de ma mère m'ont frappé :
"Tu savais que le père de Cédric est mort ?"
Ma main s'est envolée du clavier et mes yeux se sont figés. non, je ne savais pas encore avant ce jour. J'ai senti quelque chose de bizarre au fond de moi. D'abord parce qu'il s'agissait du garçon qui m'avait blessée tout en m'offrant des moments inoubliables, mais il y avait autre chose que je ne trouvais pas. Quelque chose qui me semblait anormal sans savoir ce que c'était. Fin de semaine, la classe dans laquelle est Cédric a décidé de faire un panneau de soutien pour lui. Notre professeur de religion a accepté de faire ce panneau durant ses heures de cours. Mais il lui fallait les mots de soutien de tous les professeurs que Cédric a eu depuis la première secondaire, ainsi que de tous ceux qui ont partagé une ou plusieurs années dans la même classe que lui. La dernière heure de religion de la journée était celle de notre classe. Quand notre professeur est arrivée avec le panneau et nous a expliqué l'idée, j'ai senti une boule se former dans ma gorge. Elle s'adressait en particulier à ceux qui connaissait ce garçon, et je me sentais étrangement visée par ces paroles. Sensation renforcée par le fait que nous n'étions que trois à avoir été dans sa classe en secondaire. D'autre le connaissait depuis la maternelle, et son père aussi. Moi, je ne connaissais pas vraiment son père. Je l'avais déjà vu, il m'avait semblé gentil et souriant. Mais je n'ai jamais réellement eu l'occasion de lui parler. Et pourtant, lorsque notre professeur m'a donné un cœur en papier sur lequel j'allais pouvoir écrire mes quelques mots, j'ai senti mes yeux piquer. J'ai écrit un mot après avoir réfléchit un moment. Ce mot n'était pas le premier qui m'était venu à l'esprit, mais j'avais dû m'adapter au peu de place que j'avais pour écrire. Lorsque j'ai dû me lever pour poser mon mot sur le panneau, j'ai senti mes jambes défaillir et je n'ai pas trouvé la force de me redresser. je suis restée assise, à contempler le panneau au milieu duquel était collée une photo - la classe de Cédric au complet, à la seule exception de lui, bien sûr, et les élèves tenaient une photo de lui au centre pour lui montrer qu'ils le soutenaient. Je ressentais quelque chose de particulier. Un ami a été porté mon mot à ma place, voyant que je ne voulais pas vraiment me lever. Notre professeur a regardé ce que j'avais écrit et a dit quelque chose qui m'a frappé :
"Le mot de Madame Cuisenaire m'a fait monter les larmes aux yeux, mais alors celui de sa fille..."
Tous les enseignants avaient signé ou écrit un "Bon courage" vite fait, mais ma mère est la seule des professeurs à avoir écrit un mot de soutien, un vrai, un plus long, un recherché. Mon mot à moi n'avait rien de spécialement triste, mais je me suis dit que j'avais bien fait de ne pas mettre ma première idée si celui-là attristait déjà l'enseignante. "J'aimerais te dire quelque chose de réconfortant, mais je ne sais pas ce qu'on peut dire dans ce genre de situations. je veux juste que tu sache que je suis là et que je pense fort à toi. (signé Emilie)" Quoi de triste là-dedans ? Rien. Ou du moins pas grand chose. Ma prof doit être une sentimentale... J'ai alors réussi à me lever et à m'approcher de ce panneau. J'ai aidé l'enseignante à coller les différents mots de soutien tandis que d'autres élèves de ma classe partaient à la récolte des mots des autres classes. J'ai soudainement croisé l'écriture de ma mère sur un papier. J'ai lu... J'ai pleuré. Pourquoi ? je ne le comprends toujours pas vraiment. Sans doute parce que la boule qui me nouait la gorge depuis une heure était un cri de détresse étouffé; sans doute parce que, depuis une heure, je ne pouvais m'empêcher de m'imaginer à sa place; sans doute parce que je ne savais pas tenter de visualiser le garçon que j'avais aimé en train de pleurer sans en avoir le cœur brisé; sans doute parce que je me sentais idiote de mettre un mot alors que je connaissais à peine son père. C'est tout juste si je savais son nom... La première idée qui m'était venue au moment d'écrire mon mot me revint.
"Les étoiles brillent tout au long de leur vie, nous laissant un souvenir immense, une image. Et, un jour, elles meurent, s'éteignent. Pourtant il faut des milliers et des milliers d'années pour ne plus voir leur lumière dans le ciel nocturne. Mais elles restent au-dessus de nous pour nous voir profiter de cette lumière qu'elles ont laissée derrière elles. Tout comme les étoiles, ton père s'est éteint. Tu vas le voir encore longtemps sans qu'il soit réellement là. Mais tu dois tenter de sourire. je sais que c'est difficile, certains n'y arrivent d'ailleurs pas. Mais tu dois essayer. parce que ton père, même s'il n'est plus là, te voit toujours, et je suis certaine qu'il n'aurait pas voulu te voir triste. Personne n'aimerait voir son fils pleurer. Souris dès que possible et reviens-nous fort pour qu'il soit fier de toi. Un jour, tu le reverras, promis. Mais d'autres personnes ont besoin de toi pour le moment. Je suis avec toi, comme tant de gens d'ailleurs... Je t'offrirais toute la force qu'il te faut tant que tu en auras besoin. Reviens-nous fort."
Voilà, c'était ce que je n'avais pas su mettre.

Revenons à l'idée de départ : pourquoi ce sujet ? Pour vous poser une question qui semblera certainement idiote pour plusieurs d'entre vous. Ma question : Qui, parmi vous, a déjà eu aussi mal pour une personne qu'il/elle ne connaissait presque pas ? Qui a déjà perdu quelqu'un avant de se rendre compte que cette personne a elle-même perdu quelqu'un de bien plus important ?
Si vous avez d'autres réactions par rapport à ça, dites-les moi sans hésiter. J'espère que vous répondrez relativement nombreux...
Revenir en haut Aller en bas
http://zwahalir.forumgratuit.be/
Naëlle
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants
avatar

Féminin
Nombre de messages : 288
Age : 20
Groupe : Haïnouk
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Un chagrin pour la perte de quelqu'un   Sam 2 Nov 2013 - 21:12

Cela fait plusieurs jours que je souhaite te répondre... Désolée de pas l'avoir fait avant

J'ai lu tout ton message… Je ne sais pas trop quoi te dire sur ton histoire, mais à la place de ce garçon j'aurais aimé te dire merci…
Je comprends ton besoin de partager ton expérience, c'est… troublant de pleurer pour un inconnu, alors je vais te raconter ce que moi j'ai vécu de similaire

C'est il y a deux ans je crois, une amie que je connais par internet et habitant loin m'a appris le décès de quelqu'un qu'elle a connu, Renaud, mort dans un accident de moto. Ça m'a touché, énormément, ça m'a affectée profondément, j'ai pleuré pour lui... Un jour que je travaillais chez moi, j'ai commencé à dessiner sans m'en rendre compte. Un garçon.
Spoiler:
 
J'ai montré ce dessin à mon amie, qui m'a dit que c'était lui, trait pour trait. Certes c'est un dessin de quelqu'un de "banal" mais ce menton pointu, les cheveux… ça l'a frappée. Ça m'a bouleversée… J'ai longtemps rêvé de lui, je n'ai jamais su pourquoi sa mort m'avait tant affectée, mais voilà…
Revenir en haut Aller en bas
Onigliya
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 18
Localisation : Dans un rêve qui deviendra réalité si j'y crois au plus profond de moi.
Groupe : Frontalière
Livre préféré : Aucune idée ^^`
Date d'inscription : 22/10/2013

MessageSujet: Re: Un chagrin pour la perte de quelqu'un   Lun 4 Nov 2013 - 18:53

C'est bizarre, j'ai déjà ressenti à peu près ce genre de rêve. Disons que la seule différence était que, moi, je ne savais pas de qui je rêvais. Je le voyais distinctement, je savais son nom et je lui parlais comme à un vrai ami et puis, au réveil, pouf ! plus un seul souvenir...

En tout cas, ça me fait plaisir que tu me réponde, même si tu ne l'a pas fait dès le premier jour. Je te dis surtout bravo pour avoir eu le courage de lire tout mon bloc de mots ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://zwahalir.forumgratuit.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chagrin pour la perte de quelqu'un   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chagrin pour la perte de quelqu'un
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chagrin pour la perte de quelqu'un
» Methode drastique pour la perte de poids: le Lapband
» Comment passer pour quelqu'un d'intelligent...
» [AIDE] Perte du tactile pour sortir de la veille
» [AIDE] Perte réseau et plus de SD suite flashage leedroid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Rapport aux autres-
Sauter vers: