La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Éducation alternative

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naëlle
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants
avatar

Féminin
Nombre de messages : 288
Age : 20
Groupe : Haïnouk
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Éducation alternative   Mer 9 Déc 2015 - 17:20

Bonjour-bonsoir tout le monde,
J'aimerais aujourd'hui parler avec vous de l'éducation alternative. Et je copie ici le message que j'ai posté sur Facebook, je vous invite donc fortement à aller voir la vidéo en fin de message :) Et bien sûr, j'aimerais avoir vos avis sur l'éducation en France, et l'essor possible de ces établissements particuliers.


Citation :
Salut à tous,
Je n'ai pas l'habitude de demander ça, mais j'aimerais sincèrement que vous visionniez et partagiez ce documentaire.
Il s'agit ici de parler d'éducation alternative. Le système éducatif d'aujourd'hui est insuffisant, et ne convient pas à de nombreuses personnes. Certains se sont vus dire depuis leur plus jeune âge qu'ils n'arriveraient à rien dans leur vie. D'autres ont été stigmatisés pour diverses raisons. D'autres, encore ont connu des problèmes d'autorité et de rapport aux adultes. Nombreuses sont les raisons pour décrocher du système. Est-ce pour autant que ces personnes rejetées par le système actuel doivent rester "sans avenir" ?
Non.
Et fort heureusement, il existe des structures pour répondre aux besoins de ces personnes. Il existe des lycées, voire collège, et pourquoi pas bientôt écoles primaires, qui sont capables de se remettre en question et d'évoluer pour offrir une éducation aux jeunes. Il existe des établissement qui offrent une chance à tout le monde. Non pas une seconde chance, mais une chance tout court.
Ces structures mettent en place des méthodes adaptées à chacun, qui sont innovantes et ne cessent de chercher à s'améliorer. Professeurs et élèves sont entièrement impliqués dans leurs projets, et avec de la volonté, ils atteignent toujours leurs buts.
L'éducation alternative est porteuse de messages forts, et de valeurs. Solidarité en est un maître mot. Ce qu'il se fait dans ces établissements est tout simplement magnifique, et impose non seulement une remise en question du système actuel, mais aussi des réponses.

Félicitations à Victor Laurent et ses acolytes pour ce superbe reportage mené avec brio. Félicitations à toutes les personnes impliquées dans ces projets et leur ouverture d'esprit. Et merci de faire connaître ces possibilités à tout le monde, car nombreuses sont les personnes qui auraient besoin de cette alternative, et n'en connaissent pas l'existence.
Merci d'avance de faire connaître ce dont il est question dans ce reportage, de le partager partout autour de vous. Il le mérite.

Et merci à Victor de m'avoir appris que rien n'est impossible à qui s'en donne les moyens.

Revenir en haut Aller en bas
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi
avatar

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 22
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Éducation alternative   Jeu 10 Déc 2015 - 9:49

Yoh !


Sujet intéressant, et depuis longtemps en réflexion sur bien des aspects.


Mais je dois dire que je ne suis pas du tout convaincu par ces projets d'éducation alternative : A mon sens, ils ne regardent pas suffisamment sur le long terme et pas suffisamment en profondeur, sur les causes qui amènent les élèves à se trouver en rupture scolaire ou "inadaptés" à l'école telle qu'elle est.


Je clarifie tout de suite : l'éducation telle qu'elle est pensée n'est pas sans taches pour moi, évidemment (elle spécialise beaucoup trop vite les élèves notamment, la distinction dès la première des filières est une connerie à mon sens) et ne propose pas une véritable éducation au sens noble du terme. Elle vise à rendre les individus compétents et accélère leur apprentissage pour les rendre le plus disponible au exigences du marché. Mais elle ne propose pas un background structurel et culturel suffisant (arrêter les sciences en L ou le français et l'histoire en S, c'est une stupidité, tout autant que de commencer la philo seulement en terminale).

Le problème étant, on ne peut guère faire autrement puisque l'éducation est un privilège d'élite, et que le marché du travail requiert des classes populaires et peu instruites (l'instruction est un luxe, pas un rendement) pour fonctionner. Sauf que la division des classes initiale n'étant plus d'actualité, on nivelle tout par le milieu pour éviter ET le soulèvement populaire ET l'élite intellectuelle. En gros, il n'y a plus de place véritable pour les privilèges dans l'école traditionnelle, ce qu'elle était avant.

C'est la conséquence d'un système démocratique et non aristocratique : en mettant tout le monde sur un pied d'égalité, on ne tire pas les gens vers le haut.

Donc il reste une place pour l'élite, heureusement, mais elle est dans le privé...

Bref on baisse le niveau du bac pour que tout le monde puisse le passer (Il faut, et ce sont les chiffres du ministère de l'éducation lui-même, 80% d'élèves qui aient le bac - peu importe comment ! - et non pas un bac à un niveau suffisant qui ne serait décroché par 60% des élèves par exemple. L'exigence de qualité baisse, et baisse, et baisse, parce que c'est le contentement populacier qu'on recherche, pas l'excellence).

Une des bases fondamentales du problème est là, selon moi : Augmentez la difficulté de l'école, bordel xD ! Plus on la baisse moins les élèves apprennent à travailler, moins il apprennent à travailler et plus ils trouvent ça difficile, donc plus on est obligé de baisser le niveau, etc.

Les élèves attendent de plus en plus que tout leur tombe tout cru dans la bouche. Que passer le bac soit à la hauteur des questions posées aux candidat de télé-réalité. Faut dire que vu la culture avec laquelle leurs parents les biberonnent, ou dans laquelle ils se vautrent eux-mêmes...


Pas le temps de continuer pour l'instant, mais je reviendrais.

Le ton est volontairement vindicatif.


EDIT : Bref, l'argumentation que je développe est en grande partie caricaturale, mais elle fait valoir un point selon moins important : la question de qui doit s'adapter à qui ?

Parce que nous serions pris dans deux dynamiques, aujourd'hui : l'école en général, et ces alternatives évoquées par la vidéo, visent à s'adapter aux capacités et spécificités d'apprentissage des élèves, pour que le plus de gens possibles puissent réussir leur scolarité.

ET le fait que l'école cherche à adapter les élèves à la société, à toujours les rendre plus aptes, plus capables à être efficaces, utiles, rentables.

Les deux volontés sous-tendues dans ces deux efforts ne me plaisent pas : d'une part j'interroge volontiers la pertinence de tous doivent réussir et de tous doivent réussir suivant les standards établis.

On ne fait pas d'omelettes sans casser des œufs, merde. Toute haute culture a un coût élevé.

Je m'explique : d'une part, l'échec "social" mène évidemment à bien des cas difficiles, voir invivables, pour certaines personnes - la majorité même, mettons. De l'autre c'est pourtant aussi le ferment qui pousse à la recherche et à la remise en question de la société elle-même et qui propose à d'autres individus des trajectoires extraordinaires qu'ils n'auraient jamais eu s'ils s'étaient parfaitement incorporés dans le système éducatif.

Vouloir l'infaillibilité d'un système (car le système "alternatif" n'est qu'un versant de la même pièce) dessert tout autant le système en question (qui se voit subitement pris de boulimie) et la vie de la société (qui tient en une pièce grâce à la pluralité, la multiplicité, l'inattendu) tout autant que celles des individus.
J'ai bon dos de le dire depuis ma vie de nanti (bon un peu moins ces derniers temps) mais ce n'est pas l'insertion réussie dans le corps social qui est le plus facteur de vie vivante et vivace. C'est l'échec, l'inadéquation au réel, ce qui pousse les gens dans leurs derniers retranchements qui est le vrai facteur du génie, de l'inventivité, de la réinvention de soi, la source de toute force.

Il n'y a pas de force, d'audace, de génie là où il n'y en a pas besoin.


Je troquerais donc un système volontiers plus difficile contre celui que nous avons en ce moment, et non pas plus accommodant.
Revenir en haut Aller en bas
Nerual
Lanceur de la gratouille enragée qui gratte
Lanceur de la gratouille enragée qui gratte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 644
Age : 23
Localisation : En moi
Groupe : Petite
Livre préféré : Pierre Bottero, Fred Vargas, Alain Damasio, Ray Bradbury, Jasper Fforde... (Pis aussi Anthony Horowitz, Robert Muchamore, Scott Westerfield, Louise Rennison...)
Date d'inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: Éducation alternative   Jeu 10 Déc 2015 - 13:51

Revan, merci ! Je suis quasiment entièrement d'accord avec toi :) Sauf pour la spécialisation trop tôt mais je vais m'expliquer. Je reviendrais prochainement pour développer ma pensée et regarder cette vidéo. Quand j'aurais un peu plus de temps x)
A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Naëlle
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants
avatar

Féminin
Nombre de messages : 288
Age : 20
Groupe : Haïnouk
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Éducation alternative   Jeu 10 Déc 2015 - 17:37

Je suis d'accord dans le fond sur ce qui est de l'éducation aujourd'hui. On formate les jeunes pour servir la société. Là où je suis moins d'accord c'est quand tu dis qu'on est dans un système démocratique et non aristocratique (à moins que je n'aie mal compris, mais dans tous les cas il n'est pas sujet ici de développer ce point politique).
Ce qui nous mettra tous d'accord, je pense, c'est que l'Éducation Nationale fait de la grosse m****, que le niveau est baissé sans cesse pour abrutir les gens, ce qui aboutit à des études de plus en plus longues quand tu veux un métier qui nécessite de nombreuses connaissances. Tout ça dans le but d'abrutir la population.

Oui, une remise en question de l'éducation en France est nécessaire.
Mais ça n'empêche pas que, en attendant une réforme totale de ce système, les établissements alternatifs permettent aux exclus de l'école "traditionnelle" de s'intégrer, d'obtenir leurs diplômes, et de s'assurer un avenir.
De plus, ces lycées expérimentent de nouvelles méthodes de travail, c'est-à-dire qu'ils ouvrent des portes pour la réforme dont on parlait. Ils testent, ils voient ce qui marche bien, ce qui marche mal, et ils rappellent que l'école ne doit pas être une usine (cf le nombre d'élèves par classe).
Et moi, je trouve que c'est honorable.

Là où par contre je ne suis pas d'accord Revan, c'est quand tu dis "A mon sens, ils ne regardent pas suffisamment sur le long terme". Et pour cela je rappellerais juste que, notamment, l'un des établissements présentés dans la vidéo existe et perdure depuis 30 ans.

Et pour revenir rapidement sur le système démocratique et non aristocratique, à mon sens mettre tout le monde à égalité n'est pas un but en soi, ni une bonne chose. Nous sommes tous différents, c'est un fait. Nous ne sommes pas égaux, et on ne peut rien y changer (et surtout, il ne faut pas le changer). Par contre, ce qui, pour moi, est un réel but à viser, c'est de donner sa chance à tout le monde. Et c'est ce que ces lycées font.
Revenir en haut Aller en bas
Acthir
Curieux
Curieux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 46
Age : 19
Localisation : Esprit difficilement situable à habitude changeante, corps généralement rencontrable en région rouennaise
Groupe : Thül
Livre préféré : Druss la Légende
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Éducation alternative   Jeu 10 Déc 2015 - 22:15

Bonsoir à tous,
Sujet intéressant selon moi, de par ma simple appartenance au système scolaire "de base" (Tle S actuellement) mais également par l’intérêt que je porte à la Société en général. Enfin, je ne connaissait que peu de chose sur les "écoles alternatives" avant la vue de ce poste, et si la vidéo amène principalement des témoignages, je me suis renseigné au mieux, mais ne prétend donc aucune "expertise". Je ne suis personnellement donc pas un grand convaincu par ce système puisque s'il a pour objectif de se recentrer sur l'élève, cela devrait être, et est partiellement, l'objectif de toute école de s'adapter à chacun.

Mais là je rebondi également sur le constat de Revan où, en effet l'école doit s'adapter, simplement car chacun est différent et si pour mon exemple propre, je suis apte à parler un anglais que je trouve honorable, je suis très mauvais à l'écrit, certaines de mes connaissances, le parlant difficilement, de par une timidité naturelle, peuvent me corriger aisément à l'écrit, l'élève doit également s'adapter. En effet, je vais là utiliser des comparaisons plus anciennes, dans les années 60 (il me semble, je n'ai plus l'article sous les yeux, n'hésitez pas à me corriger) moins de 10% de la population détenait le bac, mais la branche "pro" était la seconde plus "méritante". Les "L" étaient considérés comme meilleur (latinistes) mais furent "détrônés" par les "S" (les maths étant moins discriminatoires) mais ainsi, s'il y avait cette "guerre" pour l'élite, base d'une société mérito/technocratique (par exemple, s'il y a certes démocratie, la majorité des hommes/femmes politiques sortent d'écoles de prestige tel l'ENA, prouvant une base technocratique) les "rôles clefs" de la Société de l'époque, encore Primaire/Secondaire, était assuré par les "pro" qui étaient considérés comme étant dans la seconde voie, certes moins élitiste, mais toute aussi honorable et méritoire. Aujourd'hui, Société tertiaire, ayant donc besoin de plus de diplômés et par là même créant une "concurrence" face aux pays voisins, le BAC baisse en niveau, et il devient impossible de ne pas l'avoir, même dans les filières "générales" ce qui entraîne nécessairement une dévalorisation des "pro" et donc une surproduction de "bachelier" recherchant des études supérieurs. Donc, soit la France est passée d'une moyenne de 10% "d'élite" par ans à 80% soit nous cherchons, par souci d'égalité à former tous et toutes à "l'élite" sans penser au fait que, si c'est un constat triste, pour qu'il y ait Cadre sup', Chef d'Entreprise et Médecin urgentiste, il faut qu'il y ait (sans dénigrer aucun de ces métiers, mais je prend juste une comparaison hiérarchique face aux postes sus-cités) Ouvriers, Secrétaires et Ambulanciers. (J'aimerai également évoquer l'utilité douteuse de certains apprentissage, mais ne tiens pas à m'éloigner plus encore du sujet central)

Enfin (désolé de cette longue parenthèse, mais je trouve que le sujet de base et celui-ci étaient très jumeaux), je disais donc ne pas croire à ce système, partiellement à cause de son objectif de "recentrage" sur l'élève même s'il est très utile en attendant une vraie réforme sociétale tel que tu l'évoque Naëlle, mais également parce que le but est également d'aider à la "réinsertion" de l'individu dans la Société (rien de mal là dedans évidemment, c'est même très positif) mais par principe même la Société risque au contraire de rejeter l'individu justement parce qu’il sort d'une telle école (tel un drogué sortant de cure n'en parlera jamais, de peur de la réaction de son entourage  [exemple moyen, j'en conviens, mais j'admet que c'est le plus "clair" me passant par l'esprit]) je pense donc, qu'un peu d'uniformisation sur l'éducation (du système en général, pas des matières/filières/spécialisation choisies) est bénéfique, puisque l'on fonde une Société sur des points communs et non des différences, mais que cela nécessite une profonde réforme de l'éducation et sociétale afin d'être d'une part plus à l'écoute de l'individu ET des besoins de la Société.

Merci de m'avoir lus,
Bonne soirée ^^
Revenir en haut Aller en bas
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi
avatar

Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 22
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Éducation alternative   Lun 14 Déc 2015 - 15:53

Mhmm.


En fait de base, l'école, le système éducatif - tout système éducatif - est un formatage en vue de servir la société. L'éducation vise à produire les citoyens ou les sujets les plus favorables à la préservation du régime politique et social en place (ce qui mène parfois à produire sa propre destruction, grâce à ce concept saugrenu de retournement dialectique, qui veut qu'une chose soit appelée à donner à terme, son contraire. cf Hegel et toussa, mais on s'en fout).

Deux minutes d'examens sur n'importe quel système éducatif vous en convaincra : en France, on nous apprend les bonnes vertus de la démocratie et de la laïcité, ainsi que du capitalisme (et je n'ai pas dit libéralisme), là où dans certains endroits les plus conservateurs d'Amérique, on apprend le créationnisme et la vertu du libéralisme économique, etc.

Pour deux raisons en fait, une très simple et factuelle : c'est le pouvoir en place qui produit les programmes éducatifs. Et même dans le cas d'une autonomie complète ou relative de l'éducation vis à vis des gouvernements, elle vise toujours un point de vue et la sauvegarde d'un système de valeurs particulier - celui qui produit l'enseignement donné ; deuxième raison, donc. Il n'existe pas une telle chose qu'une éducation impartiale ou qui viserait l'intérêt propre de l'élève, c'est une sorte de contradiction dans les termes. L'éducation est une prise à parti.


Quand je disais "Ils ne regardent pas suffisamment sur le long terme" ce n'était pas tant sur la durée de leur principe que sur le principe lui-même : il est insuffisant. Viser à réadapter à un système tel que le notre des individus en perdition scolaire, encore une fois, je ne suis pas fan de l'idée. Même si elle est très logique et pleine de bon sens.

Je suis plus partisan de laisser les choses aller vers le pire (parce que le chaos, c'est fun) que de tenter de délayer encore et toujours son inexorable chute. Et je suis à vrai dire, pétillant de joie curieuse de voir ce monde sans cesse sur le bord de la rupture. Je me demande si il en a toujours été ainsi ou si une grosse lame désarçonnante va venir enfin faire craquer tout ce bordel. Sauver les meubles, pas trop mon truc.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Éducation alternative   

Revenir en haut Aller en bas
 
Éducation alternative
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une éxcellente alternative aux radios numérique par le câble
» Figurine alternative dragon du chaos
» Éducation féline
» "L'initiation" ou "l'éducation traditionnelle"
» [SOFT] TATHOME : Interface alternative [Projet]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Apprentissage :: Apprendre et Evoluer-
Sauter vers: