La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vos passages préférés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 24
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Vos passages préférés.   Mer 15 Avr 2009 - 23:27

Le dernier extrait... Paradoxe du Marchombre.
Parfaitement.

Merci Eleyra! Une seule de ces phrases me happe et trouve une résonnance au plus profond de mon être.

Pierre...


_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Elenwë
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 318
Age : 29
Localisation : L'Ilmen, la région au dessus des airs où sont les étoiles.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : L'oeuvre de Tolkien, Hobb, Bottero, Pullman...
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: Vos passages préférés.   Jeu 11 Juin 2009 - 23:25


Like a Star @ heaven

Pages 142, 143, 144

Like a Star @ heaven



Ils traversèrent un bois de bouleaux dont l'écorce blanche accrochait les rayons de lune, longèrent un étang à la surface étale où des centaines de grenouilles se donnaient la réplique en coassant, puis débouchèrent sur une prairie qui descendait en pente douce vers un ruisseau et l'orée d'une nouvelle forêt.
Les vestiges d'une dizaine de chariots se dressaient là, affaissés sur leurs essieux brisés, leurs timons pointant vers le ciel comme autant de malédictions muettes. Des haillons de toile pendaient aux arceaux, se balançant doucement dans la brise nocturne, parant la scène d'une touche de désespoir lugubre.
Sayanel Lyyant arrêta sa monture.
-Va, dit-il, je t'attends ici.
Ellana se glissa à terre et, avec lenteur, s'approcha des débris de la caravane.
Sans qu'elle sût pourquoi, son coeur battait à grands coups douloureux. Sa respiration se fit sifflante et, soudain, elle se figea.
Ferma les yeux pour contenir les images qui, prisonnières jusqu'alors de sa mémoire, tentaient maintenant de jaillir vers sa conscience.
Ces images que pendant tant d'années elle avait recherchées et qui aujourd'hui l'effrayaient. Non. Qui la terrifiaient.
Elle regrettait d'être venue.
Elle ne désirait plus savoir.
Elle voulait repartir.
Elle se remit en marche.
Elle passa sa main sur le bois rongé par les intempéries du premier chariot. Son regard se perdit dans les hautes herbes, cherchant un improbable indice de présence humaine. Elle ne découvrit rien. Trop de temps s'était écoulé.
Elle avança encore, longeant les carcasses des chariots et les misérables restes qu'ils contenaient, débris de caisses, outils brisés, un pot de terre miraculeusement intact...
Elle s'immobilisa.
Sur un plancher ravagé, une trappe béante retenue par son ultime charnière hurlait vers elle un appel silencieux.
Ellana se hissa sur le chariot et , en bloquant son souffle, s'approcha de la trappe. Elle s'ouvrait sur un compartiment tout en longueur, juste assez grand pour contenir un enfant.
Une petite fille.
Avec de longs cheveux et des yeux noirs emplis de terreur.
-Je ne reviendrais peut-être jamais ma princesse.
-Elle est nulle cette réponse. Donne-moi celle du poète.
Isaya se pencha pour la lui murmurer à l'oreille.
-Je serai toujours avec toi. Où que tu te trouves, quoi que tu fasses, je serai là. Toujours.
-Dans mon coeur?
-Oui.

Ellana enfouit son visage entre ses mains, puis un cri rauque jaillit de sa poitrine. Un cri qui se transforma en hurlement.
-Maman!
Elle se laissa tomber à terre, se roula en boule, voulut disparaître.
Mourir.
Elle ne parvint qu'à pleurer.
-Maman...


Assis dans l'herbe, le menton posé sur ses genoux, Sayanel Lyyant attendait.





Like a Star @ heaven

Pages 191 et 201, 202, 203

Like a Star @ heaven





L'inconnu s'était rassis. Le sourire mystérieux qui flottait sur ses lèvres eut le don d'exaspérer Ellana. Elle traversa la salle, se planta devant lui et le défia du regard. Il ne parut pas le moins du monde intimidé et lui renvoya un clin d'oeil complice.
-Je suis désolée d'avoir agi aussi grossièrement. Je voulais vérifier une dernière chose avant de te parler.
Sa voix était chaude et agréable.
-Vérifier quoi?
Ellana restait sur le qui-vive, tentant de comprendre qui était cet homme et ce qu'il lui voulait. Il n'avait l'air ni fou ni dangereux... ce qui n'était pas forcément bon signe.
-Je vais t'expliquer tout ça, mais je préférerais que tu t'assoies. D'accord?
Elle secoua la tête.
-Non pas d'accord. Je ne vous connais pas. Pourquoi m'assiérais-je à votre table?
Le sourire de l'homme s'élargit.
-Il y a deux réponses à cette question, comme à toutes les questions. Celle du savant et celle du poète. Laquelle veux-tu en premier?
Le souffle coupé, Ellana s'assit.

[...]

-Je possède peu d'amis, mais j'ai en eux une confiance absolue. Sayanel Lyyant fait partie de ceux-là.
Jilano Alhuïn s'était exprimée d'une voix tranquille comme s'il poursuivait une conversation engagée depuis longtemps. Ellana interrompit son mouvement.
-Vous connaissez Sayanel?
-Depuis plus de vingts ans. Je l'ai croisé il y a quelques semaines et il m'a parlé de toi avec un tel enthousiasme que je n'ai eu de cesse de découvrir qui tu étais.
-Je...je...
-Il m'a aussi raconté que tu te posais beaucoup de questions et qu'il t'avait offert un indice pour t'aider à trouver des réponses.

Un indice. Ellana se rappelait parfaitement le dernier mot que lui avait confié Sayanel, comme elle se rappelait la sensation intense que ce simple mot avait déclenchée en elle.
Marchombre.
L'impression qu'une porte s'ouvrait sur une voie nouvelle. La voie qu'elle attendait depuis sa naissance.
Impression fugace. Sayanel parti, elle avait cru que la porte s'était refermée.
Il n'en était rien. La porte était restée entrebâillée. Jilano Alhuïn lui offrait-il la possibilité de la franchir? Comme s'il lisait dans ses pensées il hocha la tête.
-Sais-tu ce que sont les marchombres?
-Non.
-Regarde.

Il tira un stylet de sa manche et, de sa pointe acérée, traça quelques mots dans le bois de la table. Elle se pencha pour les déchiffrer.
Élan de vie
Murs oubliés
Libre.


Ellana demeura immobile un long moment, son coeur battant à grands coups dans sa poitrine. La porte était béante. Six mots. Six flèches s'étaient fichées en elle comme si...
Elle sursauta lorsque la main de Jilano Alhuïn se posa sur la sienne. Chaude, forte et pourtant aussi légère qu'un rêve.
-Celui qui comprend la poésie des marchombres a accès à leur âme. Et peut à son tour arpenter la voie.


Like a Star @ heaven


Dernière édition par Elenwë le Sam 13 Juin 2009 - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eleyra Leina
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4531
Age : 25
Localisation : Llewanda
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ellana, La Moïra, Les Royaumes du Nord
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Vos passages préférés.   Ven 12 Juin 2009 - 17:42

Le passage où Ellana revoit les vestiges de leur caravane

Vraiment magnifique ^^

_________________

Eleyra,
Fille du Vent et de la Nuit
Esprit des Tempêtes

Artiste des Possibles
Ayant la chance d'avoir l'unique et la génialissime Elurían Aeglir comme aide de camp
Première conseillère et juge suprême de la SABIA
Designer en chef du mobilier haut de gamme chez Soriamh & Cie
Co-présidente de la LPDFB...
Secrétaire Réciproque et Démone Emissaire de Miaou Til' Plume
Revenir en haut Aller en bas
Ipiutiminelle
Membre du Conseil - Modo
Membre du Conseil - Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3147
Age : 31
Localisation : Tol Eressëa, As-Coron, Imre...
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Tolkien, Pierre, Pauline, Timothée, Léa Silhol, Patrick Rothfuss, Alain Damasio...
Date d'inscription : 01/12/2008

MessageSujet: Re: Vos passages préférés.   Jeu 28 Juil 2011 - 22:01

En plus des passages déjà reproduits par Eley et Elenwë, j'ai envie de rajouter ceux-ci (il est possible que certains fassent doublon avec les références de pages qui sont au début de ce topic, mais je trouve que c'est plus explicite avec les passages en entier) :

Like a Star @ heaven

Ignorant qu'à dix ans les enfants, qu'ils soient Petits ou Humains, se lançaient rarement dans de tels périples, Ouk et Pil ne s'étonnaient pas de sa singulière résistance et, à aucun moment, n'envisagèrent de ralentir.
Pour la même raison, ils n'avaient jamais hésité à la laisser se balancer de branche en branche à vingt mètres de hauteur ou à l'envoyer seule apporter une information à un voisin habitant à... dix kilomètres. Cette éducation avait porté d'étranges fruits : Ipiu n'avait qu'une idée très relative du danger et le concept de prudence lui était parfaitement étranger.
Elle s'était ainsi approchée à plusieurs reprises de la mare d'un trodd pour le cribler de pierres, s'était foulée une cheville en s'essayant au saut périlleux depuis la cime d'un érable, avait failli éborgner Ouk en s'entraînant au lancer de fourchette, et avait manqué être à l'origine de la première guerre civile de toute l'histoire des Petits en découvrant l'usage de la sarbacane et en testant la précision de son tir contre un village voisin. Elle avait même tenté d'apprivoiser un ours élastique en lui offrant des framboises, ne réussissant que de justesse à échapper au plantigrade affamé. C'était la seule fois où Pil et Ouk s'étaient fâchés : on ne plaisantait pas avec les framboises !
Le reste du temps, ils accueillaient ses bêtises avec philosophie, persuadés que ce comportement était lié à ses origines humaines. Les Petits qui vivaient en famille à proximité avaient tenté de leur expliquer que, humaine ou pas, Ipiu était une enfant et avait davantage besoin de sécurité affective que d'aventures, ils s'étaient heurtés à un mur d'incompréhension totale.
Ipiu avait continué à risquer sa vie dix fois par jour.
Et à beaucoup s'amuser.

Like a Star @ heaven

- Eh la momie, le coupa Ouk, on ne t'a pas demandé la couleur de ton caleçon, d'accord ? Alors tu t'écrases ou je te jette dans une mare à trodd.
Qu'est-ce que tu disais, Boulou ?


Like a Star @ heaven

- Je ne peux m'attarder, lui annonça-t-il, mais avant de partir j'aimerais savoir si tu as trouvé la réponse à ta question. Celle qui te tracasse depuis notre rencontre avec les Raïs.
- Il y a deux réponses à cette question, comme à toutes les questions, lui répondit-elle. Celle du savant et celle du poète. J'ai une idée pour celle du savant.
- Je t'écoute.
- On s'attache aux gens parce qu'on a peur d'être seul et cette peur est plus forte que la crainte de les perdre.
- Tu crois vraiment cela ?
- Je ne sais pas. J'attends de découvrir la réponse du poète pour me faire une opinion. Elle est souvent difficile à trouver.
Sayanel acquiesça d'un hochement de tête.
- Je peux te donner un indice, fit-il.
Il s'était exprimé d'une voix placide pourtant, lorsqu'il se pencha, l'attention d'Ellana était absolue.
Il prononça un mot.
Un seul.
- Marchombre.

Like a Star @ heaven

Malgré ses efforts pour paraître fâché, Jilano Alhuïn était incapable de dissimuler sa fierté. Jamais il n'avait enseigné la voie à une telle élève. Si Ellundril Chariakin avait vraiment existé, c'était en Ellana qu'elle s'était réincarnée. En elle et en personne d'autre.
Ellana n'avait pas quinze ans et n'était son élève que depuis trois mois, mais elle promettait déjà de surpasser l'élite de la guilde. Dans la forme et dans l'esprit. Nul, pas même lui, Jilano, ne pouvait entrevoir ses limites. Cessant de feindre la colère, il la contempla avec émotion.
Fine, élancée, la peau mate, les cheveux d'un noir brillant, nattés et retenus par un lien de cuir rouge, elle était très belle, mais ce n'était pas sa beauté qui émerveillait Jilano Alhuïn.
Ce n'était pas non plus l'énergie fluide et animale que dégageait son corps, ou ses gestes empreints tout à la fois d'une grâce envoûtante et d'une redoutable efficacité.
C'était autre chose.
Une flamme. Une flamme qui brûlait si haut et si fort en elle qu'il était surpris de se montrer seul capable de la percevoir. Une flamme étincelante. Eblouissante. Une flamme qui, mieux qu'un phare, montrait la voie.
La voie des marchombres.

Like a Star @ heaven

- Devenir la meilleure au monde ne te semble pas un objectif suffisant ? s'étonna Nillem.
- Non, parce qu'il est accessible et marque donc une fin, alors que la voie des marchombres est infinie. Si, en revanche, je cherche à devenir meilleure que moi-même, je ne m'arrêterai jamais.
Jilano prit la parole, une flamme douce dans ses yeux bleu pâle.
- J'ai pourtant l'impression lorsque je t'entraîne que tu tentes de m'égaler. Peut-être même de me surpasser...
- Non, répondit Ellana avec ferveur. Ce n'est pas vrai. Pas vous ! Vous me guidez sur la voie et je vous suis. Vous croyez en moi et je progresse. Je... Je...
Sa voix se brisa.
Ce qu'elle ressentait se situait au-delà des mots, si fort, si vrai, et elle rageait de ne pas pouvoir l'exprimer.
Ce fut Sayanel qui lui tendit un stylet. Elle le saisit avec un regard reconnaissant et, sans réfléchir, traça trois lignes sur le bois de la table.
Force lumineuse et bienveillante
Gratitude infinie pour celui qui guide
Respect.

Jilano porta la main droit à son coeur. Aucun mot ne sortit de sa bouche.
Seuls ses yeux parlèrent.


_________________
Semons l'intention de l'avenir dans la réalité du présent !
[Pauline Alphen]



Pièce 9 donc : la pièce manquante. Celle que l'on cherche ardemment, vaillamment, désespérément parfois et qui, en se refusant à nous, nous pousse en avant. Celle qui nous interdit de croire qu'on est arrivé et nous souffle à l'oreille que le plus beau est à venir.
Que le plus beau est avenir. Toujours.

[Pierre]
Revenir en haut Aller en bas
Aylae
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 18
Localisation : À la frontière du monde merveilleux, là où les rêves rencontrent la réalité.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Beaucoup trop pour n'en choisir qu'un seul ! J'ai bien-sûr adoré le pacte des marchombres, ainsi que Autre-monde de Maxime chattam
Date d'inscription : 17/03/2015

MessageSujet: Re: Vos passages préférés.   Sam 16 Mai 2015 - 18:52

Jilano à Ellana : (page 183, je ne peux pas être plus précise car c'est une liseuse )

"-Je veux que tu imagine que cette rivière est l'univers, son courant la vie et ses remous la multitude de pièges et d'obligations qui attendent chaque homme. Tu y parviens ?
-Oui. Je crois que oui, répondit Ellana après un instant de réfléxion.
-Bien. Que se passe-t-il si tu plonges dans cette rivière ?
-L'eau doit être glacée."
 


Ce n'est pas mon passage préféré, mais je l'aime bien car on retrouve une fois de plus la répartie particulière d'Ellana !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vos passages préférés.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vos passages préférés.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Mon et vos passages préférés...
» Vos Passages Préférés
» Vos passages préférés
» Petits passages de danse orientale sur Tours
» Passages préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: Livres de Pierre Bottero :: Le Pacte des Marchombres :: ELLANA-
Sauter vers: