La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 702
Age : 22
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Colère   Dim 3 Juil 2011 - 14:37

Alors voilà, ça fait un bout de temps que je réfléchis là-dessus, sur ce truc qui me ronge de l'intérieur, que j'arrive à faire taire mais qui revient au galop dés qu'il se passe le moindre petit souci...

J'ai nommé : la Colère ( rien que le fait de l'évoquer me fait une impression bizarre, comme un feu qui brûle au fond de vos entrailles et qui veut remonter, voyez ce que je veux dire... )

Alors, je n'ai pas créé ce sujet pour qu'on m'exorcise, juste pour poser des questions à propos de cette chose. " Sois proche de tes amis, mais sois-le encore plus de tes ennemis".

Tout d'abord, peut-on dire qu'une colère est "juste" ? Des fois, quand on entend des récits de proches qui se font maltraiter, ou qu'on voit des copains se faire aborder de façon trop physique dans la rue, est-il bon d'éprouver de la colère alors qu'on pourrait certainement régler les choses pacifiquement ? Parce que c'est une émotion forte qui ne fais pas souvent le bien... Enfin, j'arrive pas trop bien à exprimer ma question, mais ça serait plutôt ça, est-ce qu'une colère est juste.

Voilà, c'est flou, mais peut-être qu'avec votre concours, mon esprit s'éclaircira enfin ;)

Revenir en haut Aller en bas
Nour
Aspirant à la Greffe
Aspirant à la Greffe


Féminin
Nombre de messages : 733
Localisation : Sur le chemin de la Vie
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Bottero, Damasio, Tolkien...
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: Colère   Dim 3 Juil 2011 - 21:04

La Colère..


Citation :
Des fois, quand on entend des récits de proches qui se font maltraiter, ou qu'on voit des copains se faire aborder de façon trop physique dans la rue, est-il bon d'éprouver de la colère alors qu'on pourrait certainement régler les choses pacifiquement ?

Dans ce cas, on éprouve de la colère parce qu'il nous apparaît que la situation est injuste. Ce qui semble normal puisque la colère représente le mécontentement, or ce genre de choses ne nous fait pas plaisir, loin de la.
On peut éprouver de la colère mais régler les choses de façon pacifique en discutant en maîtrisant ce que l'on ressent. Ce sentiment naît sans que l'on puisse l’empêcher, enfin, je le pense. Il est instinctif en quelque sorte, de mon avis.


Citation :
Tout d'abord, peut-on dire qu'une colère est "juste" ?

Je pense que ça dépend des situations. On peut se mettre en colère pour un truc qui n'en vaut pas la peine, la, dans ce cas présent, je pense que la colère est une réaction disproportionnée. Mais pour d'autres cas comme ceux que tu as cité Remiel, la colère parait juste.

Selon moi, la justesse de la colère dépend de la situation dans laquelle on est.


Voila pour l'instant.
En espérant être compréhensible...
Remiel, si tu pouvais être plus clair, ça serait pratique

Revenir en haut Aller en bas
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Colère   Lun 4 Juil 2011 - 11:07

J'aime ce sujet ; j'espère qu'il s'approfondira.

Je dirais que la Colère est une force comme le Doute, la Tristesse... Or, Doudou a dit : « Le doute est une force. Une vraie et belle force. Veille simplement qu'elle te pousse toujours en avant. »
Oui, la Colère est juste et je ne pense pas qu'elle soit à renier - même si cet opinion diffère beaucoup selon les personnes. Même si l'Ouverture est un des Maître-Mots de beaucoup ici, il y a certaines choses que l'on ne peut pas tolérer ; et souvent, c'est la Colère qui nous fait réagir.
Toutefois, je pense aussi qu'elle devient inutile si elle n'est pas maitrisée., qu'il ne faut pas se laisser emporter. Alors une autre question s'impose : Quand et comment faut-il la juguler ?

Bon, désolé de m'arrêter en plein milieu d'idée, mais je peine carrément pour écrire ce message.
Une prochaine fois peut-être.

Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Alev
Fils de la Citadelle
Fils de la Citadelle


Féminin
Nombre de messages : 181
Age : 22
Localisation : Les pieds sur Terre et les yeux levés vers les étoiles
Groupe : Frontaliers
Livre préféré : Tous les livres de Pierre Bottero, La Horde du Contrevent, Phaenomen, Les secrets de l'immortel Nicolas Flamel, Artemis Fowl
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Colère   Lun 4 Juil 2011 - 21:49

La colère est un sentiment et, comme tous les autres sentiments, peut nous faire faire des choses, bonnes ou mauvaises.
Ce que j'appelle la colère "bonne", c'est celle qui nous pousse, devant une injustice par exemple, à agir et à s'indigner.
Cette colère là est maitrisée, c'est un moteur et on est conscient de se qu'on fait.

La colère "mauvaise", c'est lorsqu'on perd le contrôle de nos émotions. Je vais prendre un exemple un peu personnel : mon père est un colérique. Lorsqu'il s'énerve, il entre dans une rage folle qu'il ne contrôle pas. Il nous crie des horreurs -qu'en temps normal il ne pense pas- et je peux vous assurer qu'il fait peur. Il ne frappe pas, mais toute sa colère passe par la parole et ça fait très mal.
Lorsqu'il a finit, il se calme assez rapidement et pour lui tout va de nouveau bien. Il en oublie même toutes les méchanceté qu'il a pu dire, sans se rendre compte du fait qu'il nous blesse.
Il pense même que la colère doit être extérioré et qu'il faut donc la laisser partir quand elle vient. Qu'il ne faut pas la garder enfermée sinon elle nous rendrait fou.
Je crois qu'il ne s'est jamais rencontré face à face avec quelqu'un comme lui.
Si des gens armés laissaient sortir leur colère sans la contrôler, je ne veux même pas imaginer.

Bref, désolé pour le racontage de vie mais je voulais montrer les effets néfastes de la colère.
Revenir en haut Aller en bas
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi


Masculin
Nombre de messages : 648
Age : 21
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mar 5 Juil 2011 - 19:36

J'ai lu un jour, dans un livre qui traitait des préceptes du Zen, que la colère est un sentiment qui sert à nous faire sortir d'une situation malsaine pour nous, ou notre entourage. C'est un sentiment humain, il appartient à ce que la nature nous a donné, il est donc "naturel".
Je vous pose la question suivante moi : le bien et le mal, la justice et l'injustice, sont des créations humaines. La colère est ancestrale, aussi vieille que nos plus lointains ancêtres. Peut on, avec ces connaissances, qualifier la colère de juste ou de mauvaise ? Ne devons nous pas nous demander plus tôt : Est ce que ce que nous apporte cette colère est bon ou mauvais, dans le relatif nous concernant ? La colère n'est rien de plus qu'un sentiment, que je crois ni bonne ni mauvaise, simplement humaine. Qu'en faisons nous ? Je crois que là est la véritable question. L'utiliserons nous à bon escient, comprendrons nous le message qu'elle nous fait passer, et en tirerons nous leçon, ou nous laisserons nous dominer et envahir par ce sentiment, au point qu'il altère notre jugement ? La colère, non contrôlée ( et franchement j'en sais quelque chose ! ^^ ) Est dangereuse. Elle nous rend plus fort, mais diminue d'autant notre raisonnement. Elle est, comme la Force, présente en nous, neutre, mais, suivant nos action, pouvant devenir une énergie obscure ou lumineuse, altruiste et prévoyante, ou égoïste et aveuglante. Le choix appartient à chacun de nous.
Voila mon avis, en espérant qu'il t'aide,
Et en espérant aussi que chacun se souvienne que c'est le chemin que l'on choisit de parcourir qui fait un bon ou un mauvais voyage, pas sa destination.
Revenir en haut Aller en bas
Soyael
Fils du Vent
Fils du Vent


Masculin
Nombre de messages : 610
Age : 20
Localisation : Là où on ne m'attends pas, là où je serais accepté et où je continuerais mon apprentissage.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : J'ai encore tant à découvrir que je ne sais pas. Mais là comme ça le pacte des marchombres. Et d'autres.
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mer 6 Juil 2011 - 22:57

Sans avoir vu ce sujet, ça fait aussi un petit bout de temps que j'y pense...

Je pense qu'il faut savoir canaliser la colère. Attention, je n'ai pas dis les sentiments et les émotions. Ca c'est encore autre chose.
Mais elle est difficile à contrôler...
Par exemple, l'été dernier, un jour mon père a commencé à s'énerver. Parce que je lui avais dis non (cherchez pas --'). Ca m'a beaucoup énervé. De nature à peu près pacifique, je me suis retenu. Comme toujours. Mais c'est volontaire.
Puis, il est venu dans ma chambre. Mon frère m'ayant bien "chauffé" avant, j'étais dans le bon état d'esprit... Mon père a voulu me forcer à sortir. Là, tout d'un coup, j'ai eu un voile sur les yeux. Mais un beau.
J'ai essayé de frapper mon père.
Non pas que je ne le voulais pas, juste que je me contenais. Et c'est sorti. Je n'ai pas contrôlé mon bras. J'ai presque frapper mon père.
Dommage, il a esquivé.
Ensuite il m'a collé un coup de tête. Pas assez pour me calmer, mais bon, j'ai réussi à reprendre un peu le contrôle.
Et là, la colère, c'est une colère impuissante.
La pire, je pense.
Celle qui ronge. Puissament. Celle-là, je la ressens à chaque fois que je m'énerve. Je ne peux rien faire car trop jeune, pas assez fort, injustice, etc.
Tout ça pour dire, au final, pas grand chose. Si ce n'est que je pense vraiment qu'il faur arriver à contrôler cette émotion.
Après, comme dit Drommeren, La colère peut-être juste ou injuste, tout cela dépend de la perception. Mais je crois que si tu veux que ta colère soit juste, il faut réussir à s'en détacher et analyser froidement. Pas simple. Enfin forcément, si tu vois quelqu'un se faire agresser, tu vas l'aider. J'imagine. Parce que chez moi, à Béziers, les gens marchent au dessus des jeunes qui sont à terre sans les aider.
Bref... J'aimerais dire que, pour qu'une colère soit juste, il faudrait qu'elle soit contrôlée dans la mesure du possible et bien jugée. Mais je pense qu'ici, nous n'allons pas attaquer une grand-mère (sauf Ipiu, mais là c'est exception ) dans la rue sans raison.

Voilà, gros racontage de vie mais c'est bon^^ Au moins mes exemples pourront peut-être servir.
Revenir en haut Aller en bas
Lenil Tequelec
Curieux
Curieux


Nombre de messages : 25
Localisation : La planète Ouch... celle où l'on fabrique le gel d'Ouch !
Groupe : Dessinatrice
Livre préféré : La quête et les mondes d'Ewilan, mais aussi la trilogie "A la croisée des mondes" de Philip Pullman, "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley, "Le Petit Prince" de Saint-Exupéry et "Momo" de Michael Ende.
Date d'inscription : 02/06/2011

MessageSujet: Re: Colère   Dim 10 Juil 2011 - 16:00

Bah, racontage de vie... c'est pas forcément négatif... Surtout que ces situations sont tant humaine qu'on s'y reconnaît énormément...

Tiens, d'ailleurs je vais aussi raconter ma petite vie, moi... tant qu'on y es.^^

J'en ai presque honte après ce qui a été dit, mais personnellement, au niveau colère, je serais un peu comme le père d'Alev, qui s'énerve violemment sous l'effet de celle-ci, sans plus se maîtriser, et qui juste après, une fois le tout extériorisé, redeviens calme. (Je tiens ça de mon père, d'ailleurs.) Si quelque chose me met en colère, contre les autres ou contre moi-même, je deviens très violente, dans mes paroles ou dans mes actes. Cependant, une fois l'orage passé, je ne ressens plus aucune haine. Extérioriser, gueuler un bon coup, claquer une porte, ça me permet d'évacuer une violence qui si elle ne sort pas, me bouffe de l'intérieur pendant de jours, des mois...

Extérioriser sa colère, c'est dur pour les autres parce qu'ils sont souvent victime (il est rare que la colère nous pousse à faire des actes de bravoure tels qu'aider quelqu'un en train de se faire agresser), et c'est dur pour soi aussi, car même si on n'y revient pas toujours, on regrette généralement de s'être laissé emporté. En tout cas, c'est mon cas. Surtout que la colère vient souvent d'un malentendu, d'une broutille...
Pourtant, il y a pour moi une point positif à ce gros défaut de se laisser faiblement emporter : celui de ne pas garder de rancune. Comme ça a dû vous arriver aussi, j'ai connu quelqu'un qui me mettait en colère par son attitude, ses idées. Ça n'est pas sorti tout de suite. On s'est méprisés pendant plusieurs mois avant d'oser s'engueuler (car c'était un prof). Un jour, c'est sorti et on s'est très bien entendu par la suite. Lorsqu'on s'énervait, on ne gardait pas la colère, on se criait dessus un bon coup (oui, en classe ça faisait bizarre x)), et ensuite on s'entendait à nouveau à merveille.
Toutefois, il faut savoir comprendre que cette façon de se décharger peut faire du mal aux autres, s'ils n'ont pas le même tempérament. Il faut donc être clair là-dessus. Une fois l'orage enfui, il faut pouvoir montrer aux autres que ce n'était qu'une fureur passagère et que c'est fini. Savoir faire la paix, savoir pardonner, demander le pardon à l'autre et se pardonner à soi...

(Oulà, heureusement que j'ai dis que c'était bien de raconter sa vie, moi... )

Personnellement, je pense qu'on ne peut pas contrôler sa colère, toutefois, on peut contrôler ce à quoi elle laisse place. La refouler est mauvais car elle peut se transformer en haine viscérale, haine viscérale qui sortira, tôt ou tard sous forme de colère, de mépris ou de mal-être. La vivre et immédiatement vouloir l'oublier, faire semblant de qu'elle n'a pas eu lieu, c'est mauvais aussi puisqu'elle a engendré une violence qui a marqué les esprits, fait du mal autour de nous.
Faute de pouvoir contrôler sa colère ou de pouvoir l'utiliser, tel un Jedi apprivoisant la Force, à bon escient, je pense qu'il faut surtout savoir l'accepter, tant comme une émotion humaine que comme une tempête douloureuse et destructrice.

En plus, lorsqu'on est en plein dans le présent de la situation, ce n'est pas facile de voir quel est le "bon escient" tout comme il est difficile de voir quelle sera le "juste" usage de notre colère...

Pour terminer, j'aimerais revenir sur la réponse de Drømmeren. Elle m'a interpellée car elle remet en question notre façon de voir les choses. Lorsqu'on dit que la colère est une émotion humaine, est-ce qu'on entend "humaine" dans un monde où les hommes ont inventé les valeurs du Bien, du Mal, du Juste et de l'Injuste ou est-ce qu'on entend "humaine" dans le sens de naturellement propre à l'homme ? Tu dis au début que tu as lu que ce serait plutôt la deuxième solution. Pourtant, au début de ce topique, la colère semblait se définir comme pouvant partir d'un sentiment d'injustice... elle naîtrait donc avec les valeurs de justice ou d'injustice... Mais elle peut aussi être la transcription dans un monde avec ces valeurs, d'un autre sentiment plus primitif... (Gasp, voilà que je me rousseau'ifie !) Évidemment, c'est une réflexion que l'on ne peut pas mener dans un monde ou les valeurs citées précédemment sont omniprésentes... Vu que ces valeurs sont omniprésente, la question de Remiel garde d'ailleurs toute son importance. Car si on pourrait alors se dire que si la colère est naturelle à l'homme, il faut la laisser s'exprimer... cette colère s'exprimera forcément dans une situation bonne, mauvaise, juste ou injuste... (Vous me suivez ?)

Pas forcément d'accord pour tout (mais un peu quand même puisque ça m'a titillé), cependant... bien vu la réflexion ! Philosophiquement, c'est tout à fait le genre de remise en question que j'affectionne.
Revenir en haut Aller en bas
http://leniltequelec.blogspot.com
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 702
Age : 22
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Colère   Mar 19 Juil 2011 - 16:05

Désolé pour le temps de réponse, j'avais la tête ailleurs ^^

A tout ce que vous dites, on distingue deux colère. L'une est plus difficile que la première, qui semble venir sous le coup d'un évènement instantané. Je pense que cette dernière vient d'un instinct primaire plus profond, une sorte d'instinct de survie...Quand on se sent agressé parfois, on a le réflexe de se replier sur soi, et de gronder au lieu d'essayer de comprendre. C'est un genre de colère primaire qui, je pense doit être contrôlé ( ne serais-ce que parce que nous sommes des hommes, et que comme je le pense, l'homme doit avant tout apprendre à contrôler ses instincts et pulsions ).

Ensuite, il y'a la colère retenue, la colère qui finit par se personnifier avec le temps, qui nous fait avancer dans un univers de rage. Pendant longtemps, ne trouvant pas de personnes me correspondant ( tant en amitié qu'en amour ) et étant souvent rejeté pour ma différence, j'ai contenu une colère au fond de moi. Elle m'a sans doutes aidé à survivre. Mais vivre pour la colère finit par faire basculer un homme dans une sorte de démence, une vision du monde plus noire qu'elle ne l'est encore obscurcit le regard. Il faut un évènement important pour arriver à revoir la lumière.

C'est de cette colère dont maintenant je veux vous parler.

Si elle peut aider à survivre, ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Mais à quel prix ? Peut-on vraiment se sacrifier entièrement à une émotion ?

En attente de vos réponses, et merci pour celles déjà fournies ;)

Revenir en haut Aller en bas
Alev
Fils de la Citadelle
Fils de la Citadelle


Féminin
Nombre de messages : 181
Age : 22
Localisation : Les pieds sur Terre et les yeux levés vers les étoiles
Groupe : Frontaliers
Livre préféré : Tous les livres de Pierre Bottero, La Horde du Contrevent, Phaenomen, Les secrets de l'immortel Nicolas Flamel, Artemis Fowl
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mar 19 Juil 2011 - 17:08

Citation :
Si elle peut aider à survivre, ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Mais à quel prix ? Peut-on vraiment se sacrifier entièrement à une émotion ?
Une émotion nous guide ou nous aveugle, mais je pense pas qu'elle demande un "sacrifice". Disons que ce mot m'a dérangé.
Je pense qu'une émotion peut diriger notre vie, lui donner un sens. Par exemple un homme amoureux pourra se sentir généreux avec tout le monde, et inversement un homme haineux voudra détruire la terre entière.
Mais là aussi tout est question d'équilibre (ce fameux équilibre, il est vraiment partout !). Un peu de colère peut nous aider à oser dire qu'on en a assez, à dire non. Mais trop de colère peut avoir un effet néfaste, pour soi-même et pour les autres.

Lenil, tu disais que la colère devait être extériorisé, qu'on ne devait pas l'enfermer. Je suis d'accord, il vaut mieux ça que la garder enfermer, mais pas sur la manière. Gueuler un bon coup, si c'est pour dire des choses qu'on ne pense pas, c'est vraiment inutile.
Quand j'étais petite, ma mère me faisais dessiner mes cauchemars. C'est une manière plus calme de s'en débarrasser, plutôt que de se cacher sous le lit. Je pense qu'on peut faire la même chose avec la colère. Pas forcément en la dessinant, mais en respirant un bon coup, en essayant de prendre du recul sur la situation.
Parce que, comme disait Remiel, nous sommes des hommes capables de maitriser nos émotions, au moins un peu (on n'est pas insensible non plus, hein).
Revenir en haut Aller en bas
jilano_alhuïn
Apprenti marchombre
Apprenti marchombre


Masculin
Nombre de messages : 337
Age : 27
Localisation : Un marchombre peut-il sincerement se localiser...?
Groupe : Marchombre
Livre préféré : L'Oeil d'Otolep
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: Colère   Mar 19 Juil 2011 - 17:47

Et bien moi je suis d'accord avec un peu tout le monde je crois.

Exterioriser sa colère est une bonne chose selon moi, a la maniere dont l'a decrit Lenil. Mais pas a tout bout de champ, je pense qu'on peut se maitriser un minimum sans s'enerver tout de suite. Prendre du recul et réfléchir a la situation, tout en gardant la force de gueler contre celui, celle ou ce qui nous a énervé si après reflexion le besoin s'en fait sentir.

Ensuite Remiel pour ta "nouvelle" question, j'aimerai differencier le fait d'etre en colère contre d'autres personnes ou quelque chose en general et le fit d'etre en colere contre soi-meme.
(Pour ce qui est de se sacrifier j'ai du mal a voir ce que tu veux dire. Si tu veux bien eclairer ma lanterne ^^)

Je vais essayer d'expliquer, selon moi, ce qui differencie ces deux colère.
Lorsqu'on est en colère contre quelque chose extèrieur a nous, une colère omnipresente bien entendu, qui nous aide a survivre comme tu l'as dit, je pense qu'il est très difficile d'en sortir... Notre opinion sur les gens est souvent mauvaise et l'on s'enferme a ceux qui pourrait nous aider. Je pense que c'est ca le prix a payer, se sentir seul et avoir du mal a s'en sortir. Mais certaines personnes ou certains evenements peuvent aider, peuvent nous aider a sortir de ce cercle vicieux. Il suffit juste de les trouver.

Lorsque l'on est en colère contre nous meme je pense que c'est plus difficile. On se déprécit, on s'en veux a nous meme et c'es un joyeux bordel dans notre esprit. On s'enferme peut etre moins, mais il est difficile du prendre du recul par rapport a nous meme si vous voyez ce que je veux dire ^^ pour changer notre point de vue.
Cette colère peut nous pousser vers l'avant, nous aider a survivre, a changer ce qui nous met en colère. Mais je pense que le sacrifice qu'elle nous oblige a faire est trop grand (finalement je crois que je vois ce que tu voulais dire par "sacrifice").

Après des solutions? Je pense pas en avoir.

Juste avoir les personnes qu'il faut a nos cotés, et ca ira. De mieux en mieux, toujours.
Il suffit de les trouver.

Jilano
Revenir en haut Aller en bas
Petit-mathieu
Curieux
Curieux


Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 21
Localisation : Derrière le vent qui soufle...
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Silmarillion, le Parfum, et H.P Lovecraft
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Colère   Mar 19 Juil 2011 - 18:01

Je n'ai pas grand chose à ajouter à ces analyses pertinentes, si ce n'est que je pense que la colère, comme toutes les émotions, ne peut etre apréhender seule. Toutes les émotions, les sentations, sont liées entre elles ! Par exemple l'amitié mène à la colère, tous comme le tristesse ou l'amour, et la colère elle même mène à tellement de choses. En fait je crois qu'il n'y a pas une colère, il y en a plein. Si on veut essayer de comprendre une émotions, je pense pas qu'il faille l'isoler.
Cela dit ce n'est qu'un avis parmis tant d'autre
Revenir en haut Aller en bas
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi


Masculin
Nombre de messages : 648
Age : 21
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mar 19 Juil 2011 - 18:01

Comme beaucoup de choses bien et avec lesquelles je suis en accord ont été dites, j'attire simplement votre attention sur un passage du Code des Jedi.

"Il n'y a pas d'émotions, il n'y a que la paix"

Les émotions ne sont pas interdites aux Jedi, mais cette phrase leur rappelle que quelque soit la situation dans laquelle ils sont, il ne doivent jamais laisser leurs émotions dicter leurs choix. Quelle que soit l'émotion.
Un Jedi se doit de toujours tendre vers l'Harmonie à travers ses actes, lesquels doivent toujours être le produit de leur réflexion. Je suis parfaitement d'accord avec cette philosophie.
La colère, pour moi, devrait simplement être écoutée en nous, sans sortir, de manière à ce que nous comprenions le message qu'elle veux nous faire passer, que nous remontions à la base du problème pour le résoudre, la tête froide et sur les épaules. Alors, elle part et nous laisse tranquille, satisfaite d'avoir été écoutée (enfin c'est ce qui ce passe lorsque je le fais ^^).C'est nous, et non nos émotions (ce que je considère comme deux entités distinctes) qui devrions faire nos choix.

Parenthèse un peu H.S. :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 702
Age : 22
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Colère   Mer 20 Juil 2011 - 14:53

Merci Jilano pour cette distinction de la colère envers les autres, et la colère envers soi-même. Je développerais plus tard dans mon message.

La colère ne vient certainement pas toute seule. Je dis cela car j'ai repensé à une de "mes" maximes que je tâche d'appliquer le plus souvent possible : "Connait mieux ton ennemi que toi même". Et aussi qu'il faut détruire le mal à la racine. Donc, d'où vient la colère ?

La pulsion de colère est induite en général par une contrariété, quelqu'un qui vous bouscule, bref, une interaction négative entre votre sphère personnelle et celle de quelqu'un d'autre. C'est pour cela que je suis assez d'accord avec toi, Jilou, quand tu dis qu'il faut s'entourer des bonnes personnes. Néanmoins, si on choisissait de vivre dans une sphère fermée juste avec les gens qui nous conviennent, ça serait trop facile Et c'est, dans l'absolu, totalement impossible. A moins de vivre en ermite bien sur. Je me demande donc si il est possible d'anticiper les réactions, les chocs entre les sphères, et plutôt tenter de les éviter que s'engouffrer dedans. Néanmoins, toujours fuir est-il vraiment la solution ?

Ensuite, la colère envers soi.

Je trouve que c'est le point le plus ardu à aborder. Comment cette colère vient-elle ? D'où est-elle issue ?

J'ai déjà quelques réponses, mais j'aimerai avoir votre avis.

-Revan : Ton point de vue est intéressant, je trouve. Cette idée d'écouter sa colère n'est-elle pas simplement être à l'écoute de soi ? En ce cas je suis d'accord quand au fait de ne pas censurer ses ressentis. Seulement, la colère dans mon cas ne se satisfait jamais pleinement d'être écoutée. Quelque part, elle se tapit et se rassemble, et je sais qu'un jour elle devra sortir. N'est-ce pas la même chose pour toi ?

-Petit-mathieu, ce que tu dis est intéressant. La déception, par exemple, meut mener à la colère ; la colère au rejet, le rejet au dégoût, et le dégoût mène à la haine. C'est à ça que tu penses non ?

Enfin, la plupart d'entre vous se demandent ce que je voulais dire par sacrifice. C'est le fait de s'abandonner à une facette de nous même, en forçant les autres à se taire, pour survivre. Cultiver seulement la colère, pour qu'elle nous porte toujours plus loin, est dangereux : Non seulement on finit par haïr tout ce qui nous entoure, mais on s'en veut aussi de porter un tel jugement que l'on sait quelque part erroné. On finit donc par se haïr, par tout haïr. Et c'est dur d'en sortir croyez-moi ^^ Est-ce plus clair ainsi ?

Revenir en haut Aller en bas
Petit-mathieu
Curieux
Curieux


Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 21
Localisation : Derrière le vent qui soufle...
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Silmarillion, le Parfum, et H.P Lovecraft
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Colère   Mer 20 Juil 2011 - 15:13

Effectivement c'est bien à ça que je pensais. L'idée du sacrifice est égalrment possible, mais à mon sens irréalisable. Je pense que la solution est dans l'équimibre entre la "fuite" et la confrlntation. Exemple laisser sortir au maximum les petites colère passagères, afin de mieux gérer les gros conflits et les accès de rage et de haine. Il ne faut en tout cas rejeter aucune facette de nous meme...
Revenir en haut Aller en bas
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi


Masculin
Nombre de messages : 648
Age : 21
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mer 20 Juil 2011 - 16:40

Et bien Remiel, je ne sais pas quoi te dire. Non, lorsque je sens et reconnais une bouffée de colère, je ne la laisse jamais me dominer, et je la laisse partir. Ta réponse m'a poussé à m'interroger sur le chemin que prenais cette colère. C'est vrai qu'elle ne me quitte pas, mais elle ne me domine jamais, alors où passe t'elle ? Je crois que j'ai la réponse en ce me concerne. Les Katas d'Aïkido. Je révère la voie du sabre, et je m’entraîne avec chaque jour, parfois plus d'une heure. Dans un défoulement de violence contrôlée. Je crois que le fait d'utiliser ma colère et ma puissance dans le perfectionnement constant du maniement du sabre me permet de la contrôler dans toutes les autres occasions.
Et, en période scolaire, je pratique l'Aïkido une fois par semaine. Je suis certain que ce fait n'est pas du tout étrangé à l'affaire.
Et, me rendant compte de ça, je me rend aussi compte que plus je passe de temps sans pratiquer, plus il est difficile de me contrôler.
Et, que les effets que je te décrit commencent à peine d’apparaître avec deux ans de pratique.
Et,...
Et, que lorqu'on fait quelque chose en harmonie avec soi et avec son coeur, qu'on emporte cette harmonie au quotidien, la colère, ça lui complique franchement la tâche.
Mais bon, regarde le post que j'ai opposé à Frost, c'était bien de la colère, seulement je ne m'en était pas aperçut.

Le fait de s'entourer de bonnes personnes, je ne suis pas d'accord. Je suis même franchement en désaccord. Quelques personnes qui ne l'éveillerons pas chez nous, oui, mais aussi des personnes qui à coup sur le feront.
Ce n'est pas la passivité qui renforce un homme, c'est l'affrontement, la confrontation. Pour vaincre quelque chose, il faut faire face. S'entourer de bonnes personnes, c'est comme signer des traités de paix avec l'empire Sith ^^. Non, tôt ou tard, il nous faut y faire face, bon gré mal gré. Autant avoir eu un entrainement préalable. Je dirais même : Cherchez la colère, cherchez des personnes qui vous mettrons en colère. Petit à petit. Au départ, juste des broutilles. Puis, quand vous contrôlez, passez au stade supérieur. Lisez des livres avec lesquels vous êtes en désaccord, apprenez, écoutez des émissions de radio que vous détestez,... Pas besoin d'y passer beaucoup de temps, estimez en fonction de vos besoin. Tout passe dans la mesure et l'augmentation progressive. Et vous y arriverez, doucement. Non pas à bannir la colère, c'est impossible, mais à la maîtriser et à la canaliser vers un exutoire qui ne fera de mal à personne, et surtout pas vous.

Je suis contre le fait de fuir, totalement. Combattre, faire face, oui. Mais pas forcément non plus comme un gros guerrier bardé de fer, pas foncer dans le tas quoi. Non, plutôt comme un marchombre, ou un Aïkidoka, faire face avec souplesse et fluidité.
Pratiquer les Arts martiaux qui développent ces points est, je pense, un atout non négligeable. En tout cas je sais que ça m'aide beaucoup.

Voilà, moi ça me semble une bonne idée.
Les grands maîtres de Shaolin, ceux qui ont toujours la maîtrise parfaite de leurs émotion, je suis sûr que dans leurs Arts-martiaux ils se défoulent

EDIT : ça m'a fait marrer, mais la vérité est aisément décernable : La peur même à la colère, la colère mène à la haine, et la haine même à la souffrance...

Ce ne sont pas que des paroles de film
Revenir en haut Aller en bas
Tralala
Curieux
Curieux


Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 22
Localisation : sur un nuage trampoline
Groupe : Haïnouks
Livre préféré : Les livres de Pierre Bottero, Anne-Laure Bondoux
Date d'inscription : 25/06/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mer 20 Juil 2011 - 23:44

Je pense que la colère nous rend humains, qu'elle nous fait vivre, comme le reste de nos émotions d'ailleurs. dans ce sens elle est légitime.
L'équilibre tend entre le calme absolu et la fureur
A mon sens, entre les deux, il y a une colère permanente, de celle qui nous pousse à avancer.

La colère vient lorsqu'on est indignés, déçus, quand quelque chose ne va pas. Pour moi, la liberté n'existerait pas sans l'oppression. De même sans la colère, le bonheur et le bien-etre seraient moindre.
Sans colère, nous serions des individus attendant que "ça s'passe", sans jamais rien faire pour améliorer notre situation (colère contre la société, contre quelqu'un qui nous brime, etc) . Et si on cherche à améliorer nos conditions et à résoudre nos problèmes, c'est parce que ce sentiment de colère est plutôt désagréable, qu'elle nous fait réagir. C'est pourquoi je suis d'accord avec Vayel lorsqu'il dit que la colère est une force, car elle nous pousse à agir.

Quand tu demande s'il est bon d'éprouver de la colère alors qu'on pourrait régler les choses pacifiquement, je répond qu'il y a plusieurs moyens de gérer sa colère, et qu'on peu parfaitement allier les deux.
La colère est légitime si on la contrôle. Déjà voir si la colère n'est pas une réaction trop disproportionnée à la situation (on peut etre en désaccord sans se taper dessus)
Ensuite, on a passé le stade ou l'on se roulait par terre quand nos parents nous refusaient quelque chose. Je crois qu'il faut controler la manière dont on laisse sortir sa colère. Je ne suis pas d'accord avec le père d'Alev ou Lenil, sur le fait de gueuler un bon coup tout ce qui ne va pas à la face de quelqu'un. Parce que les mots peuvent être aussi violent que les coups. Je ne suis cependant pas non plus pour la refouler. Je pense Lenil que tu aurais aussi pu parler calmement avec ton prof de vos problèmes. Bon, après, si il refuse d'entendre, s'énerver peut-être une solution pour le faire réagir..

Après, il est vrai que sur le moment il peut être difficile de faire la part des choses. Il est vrai que la colère a tendance à nous faire nous replier sur nous même et gronder comme le dit Tristan.
Pour ce qui est de ma manière de gérer la colère, j'ai tendance à trop réfléchir tout le temps déjà. Ensuite, quand je suis en colère contre quelque chose ou quelqu'un, je me dis toujours qu'en fait, ce doit être ma faute, j'ai tendance à intérioriser, et ça finissait par sortir version berserk. Donc maintenant, quand j'ai un problème avec quelqu'un j'essaie d'en parler à la personne concerner. Quand quelque chose ne me va pas, je tente de faire de même. Je ne dis pas que ça fonctionne à tous les coups, mais je ne blesse personne, du moins je crois.

Ensuite, pour ce qui est de la colère "retenue" dont tu parle, que t'apporte-t-elle concrètement qui aide à ta survie? Je ne comprend pas.
Parce que le fait de me sentir incomprise et rejetée, de ne pas trouver ma place me met en colère. J'ai la rage. Mais plutôt une rage positive : une rage de vaincre et de leur montrer à tous que je vaux aussi bien qu'eux. Une rage qui me pousse à me dépasser malgré des moments d'abattements. Et de ce fait, elle ne me consume pas trop.
Et je pense que tout sacrifier à cette émotion nous fait sombrer. Or le but de cette colère n'est il pas dee nous empecher de se faire détruire?

Mais je dis tout ça pour ce qui est de la colère contre autre chose que soi-même.
Puisqu'il faut qu'elle ait une origine, elle vient peut-être de notre conditionnement. Etre en colère qu'and on agit mal et qu'on blesse une personne chère par exemple. Elle vient aussi peut-être du fait qu'on soit trop exigeant avec nous-mêmes.
Quand on est en plein colplexe d'infériorité, on s'en veut presque pour la moindre des choses qu'on dit ou fait. Et du ocup on se déprécie, et ça finis en cercle vicieux. Parce qu'il est en effet difficile de prendre du recul par rapport à soi-même, et de se pardonner. Mais pour revenir à ce que je disais au début, ce sentiment de colère est tellement désagréable que je cherche tout de même à me surpasser, à améliorer les points qui font que je me hais, pour tenter d'apaiser cette colère. Ca fonctionne assez mal du reste, je cherche encore la solution à cette colère.

Pour ce qui est de s'entourer des bonnes personnes, je suis d'accord avec Tristan et Revan. Déjà, c'est impossible de ne cotoyer que les gens qui nous plaisent, et ensuite c'est trop facile, parce qu'en effet on ne se construit pas en restant passif. Et fuit n'est pas une solution. Pour moi affronter nos problèmes nous rend plus forts.


Je crois que ce message est totalement embrouillé, peut-être répétitif, du côté des bisounours un peu, j'ai certainement omis une partie du probleme puisque je doute qu'on puisse tout régler avec des mots, mais c'est tout ce que je peux offir pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Aethera
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin


Féminin
Nombre de messages : 4257
Age : 24
Localisation : Sur ma route (ouais, il y a eu du mouv', ouais)
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Vrac d'auteurs : Bottero, Damasio, Ayerdhal, Squarzoni, Chedid, Bobin, Giono, Le Guillou, Sous-commandant Marcos...
Date d'inscription : 13/04/2008

MessageSujet: Re: Colère   Mer 20 Juil 2011 - 23:54

Bon alors moi je voudrais juste dire que j'ai passablement les boules parce que ça fait deux fois que le message que je tente d'écrire se fait mystérieusement avaler par mon PC >< . Et là j'ai plus la foi pour le recommencer une troisième fois, donc même si j'ai pleiiiiin de trucs à dire, ça attendra demain --" .

Ce post ne sert strictement à rien, si ce n'est à prouver par l'exemple que la colère a besoin d'être extériorisée xD .

Bonne nuit !

_________________
La seule trace qui vaille est celle qu'on se crée, à la pointe extrême de ce qu'on peut.


Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !
Revenir en haut Aller en bas
http://maisonsurlile.blogspot.fr/
Remiel Til'Sando
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 702
Age : 22
Localisation : Somewhere I belong
Groupe : Armure
Livre préféré : La Tour des Anges, Philip Pullman. Avec beaucoup d'autres.
Date d'inscription : 18/10/2009

MessageSujet: Re: Colère   Jeu 21 Juil 2011 - 12:16

Citation :
Mais bon, regarde le post que j'ai opposé à Frost, c'était bien de la colère, seulement je ne m'en était pas aperçut.


Tu n'avais donc pas fait ta séance d'aïkido de la semaine ? Ou est-ce simplement qu'on ne sait jamais ou passe toute l'émotion ?

Citation :
Je suis contre le fait de fuir, totalement. Combattre, faire face, oui. Mais pas forcément non plus comme un gros guerrier bardé de fer, pas foncer dans le tas quoi. Non, plutôt comme un marchombre, ou un Aïkidoka, faire face avec souplesse et fluidité.
Pratiquer les Arts martiaux qui développent ces points est, je pense, un atout non négligeable. En tout cas je sais que ça m'aide beaucoup.


Je pense en effet qu'on peut apprendre par la confrontation. Mais pas tout le temps. Que dire d'un monde ou on serait seul dans sa bulle, jamais en harmonie avec ce qui nous entoure ? En effet, on ne vit pas dans le pays des bisounours ( et comme j'ai pu le dire, la vie serait trop facile si c'était le cas ) . Mais on peut avancer aussi par la compréhension, différente de l'affrontement ; ne t'es-t-il jamais arrivé de rencontrer quelqu'un qui, partageant les mêmes idées que toi, t'a tout de même aidé à t'élever ? C'est bien aussi de rencontrer des personnes semblables à soi =)

Citation :
Il ne faut en tout cas rejeter aucune facette de nous meme...


A moitié d'accord avec toi, P'tit-Mat'. Je suis d'accord avec le fait de ne se détruire soi-même, mais il y a bien des parts que nous devons museler ou rejeter. On est pas tout bon ou tout mauvais ; que dire des gens qui ne privilégient qu'une seule face d'eux-même ?

Citation :
Pour moi, la liberté n'existerait pas sans l'oppression. De même sans la colère, le bonheur et le bien-etre seraient moindre.


Je dois reconnaître que je suis d'accord. Seulement, se poserait-on la question d'être libre si on l'était fondamentalement ? Si il n'y avait pas de guerre et que tout le monde était heureux ( utopie quand tu nous tiens ) ne serait-ce pas mieux que sans la colère ?

Citation :
Ensuite, pour ce qui est de la colère "retenue" dont tu parle, que t'apporte-t-elle concrètement qui aide à ta survie? Je ne comprend pas.


Cette colère fait naître un sentiment dans ses entrailles, quelque chose qui nous fait nous dire "Attend ton heure, tu leur montrera, tu te vengera le moment venu". Et ça dure, ça dure. Parfois, une part de cette noirceur jaillit et il y a des accrochages. Mais cette colère ne vient que lorsqu'on est seul, que personne ne peut nous soutenir ( dans mon cas j'avais plus d'ennemis que d'amis à l'école, et mes parents étaient trop accaparés par leurs problèmes de couples pour vraiment pouvoir me soutenir. Voilà le pourquoi du comment de ma sourde colère.


Merci à tous et à toutes pour vos réponses éclairées !


cowboy


EDIT : Laure, try again ! 8D
Revenir en haut Aller en bas
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi


Masculin
Nombre de messages : 648
Age : 21
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Colère   Jeu 21 Juil 2011 - 12:44

NAN j'ai pas d'Aïkido de la semaine ! je suis en vacaaaaaance
Revenir en haut Aller en bas
Petit-mathieu
Curieux
Curieux


Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 21
Localisation : Derrière le vent qui soufle...
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Silmarillion, le Parfum, et H.P Lovecraft
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Colère   Jeu 21 Juil 2011 - 15:04

Je ne prétens pas qu'il faut laisser libre cours à tous ce que l'on ressent, extérioriser tous notre être, juste qu'il ne faut pas se leurer et regarder en face ce que l'on est, et l'accepter
Ceci comprend la colère la rancoeur ect... Faut savoir ce que l'on ressent pour pouvoir le controler
Revenir en haut Aller en bas
Tralala
Curieux
Curieux


Féminin
Nombre de messages : 75
Age : 22
Localisation : sur un nuage trampoline
Groupe : Haïnouks
Livre préféré : Les livres de Pierre Bottero, Anne-Laure Bondoux
Date d'inscription : 25/06/2010

MessageSujet: Re: Colère   Jeu 21 Juil 2011 - 20:11

Mais c'est ce que je pense! Si on était fondamentalement libre, les concepts de liberté et d'emprisonnement n'existeraient pas, parce qu'il n'y aurait aucun besoin de leur donner un nom. De même que si tout allait bien dans un monde parfait, je crois que la colère n'aurait pas lieu d'exister.
(Après cela passe à un autre débat, à savoir ce qu'on ne nomme pas existe-t-il mais ce n'est pas le sujet)
Mais tu le dis toi-même, c'est une utopie, alors on a bien besoin de cette colère qui nous fait bouillir parce qu'elle nous pousse à réagir.

Pour ce qui est de cette colère retenue... Je pense que la colère est légitime, mais pas le désir de vengeance, en tout cas pas celui qui passe par la violence. Mais cette colère qui détruit, tu ne peux pas la transformer en une force pour te surpasser afin de montrer à tous ce que tu vaux réellement?
Ca me fait penser à une précepte Haïnouk : "si tu veux absolument te battre, commence par te battre contre toi même"


Après je ne comprend pas ce que disais petit-mathieu comme toi.
Pour moi, il n'est pas question de montrer à tous l'ensemble de nos facettes, mais seulement d'être conscient de ces/ses différentes facettes. Je ne suis pas d'accord avec toi sur le fait de les museler ou de les rejeter. Je pense qu'elles sont là pour une bonne raison, et qu'il faut savoir les écouter, les comprendre, pour avancer, et pouvoir ensuite les affaiblir (par exemple pour cette facette faite de colère pure). N'est ce pas toi qui disait "sois proche de tes amis, mais encore plus de tes ennemis". Cette proximité passe par l'écoute et la compréhension à mon avis.

Evite tout de même de trop considérer les facettes dont tu ne veux pas comme des ennemis, parce que livrer une lutte acharnée contre soi-même n'est pas un bon plan ;)

Quand aux personnes qui ne privilégient qu'une seule facette d'eux mêmes, je pense que cela ne les rend pas vraiment heureux, ni entiers. Parce que refouler en permanence est certainement fatiguant et que le manichéisme est terriblement ennuyant en plus d'annihiler une partie de la réflexion (à moins que je sois la seule à me lancer dans de grands débats avec moi-même)

Mwvoilà
Revenir en haut Aller en bas
Soyael
Fils du Vent
Fils du Vent


Masculin
Nombre de messages : 610
Age : 20
Localisation : Là où on ne m'attends pas, là où je serais accepté et où je continuerais mon apprentissage.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : J'ai encore tant à découvrir que je ne sais pas. Mais là comme ça le pacte des marchombres. Et d'autres.
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Colère   Mar 22 Mai 2012 - 20:55

Même que moi, j'up le sujet parce que je veux le faire depuis longtemps et que je suis en état là ^^

La Colère. La rage. La haine. Différents degrés qui regroupent une notion qui, au final, les regroupe.

Allons-y pour la petite histoire. En ce moment, disons que la situation familiale est... Tendue. Oh mais trèèès légèrement, hein, c'est pas comme si mon père était un gros connard. Naaaan.
Hum. Je disais. C'est tendu, et de ce fait, il m'arrive d'avoir aussi des tensions en dehors (Qui, d'ailleurs, sont pas forcément reliées). Ma façon de gérer tout ça, c'est la rage, la plupart du temps. C'est comme un gros moteur qui me permet de carburer et de ne pas avoir mal, et qui m'a sûrement aidé à me sortir de pas mal de périodes pas très drôles.
Ce soir, ma mère était pas bien du tout, suite à un message du père que j'ai lu et traduit, parce qu'elle ne peut pas tout voir, parce que c'est son mari, quand même. J'ai décodé, donc. Et là, je vois ma mère qui est juste... Sur le cul, mais totalement, comme elle l'était déjà en rentrant du Sud, où elle a dû le voir, où apparemment il l'a collé. A un point qu'elle se disait qu'elle pourrait revenir. C'est dire. Enfin bref.

Et je me vois moi, qui suis pas atteint. Juste... En rage. J'en tremble, même. On dirait un savant psychopathe, quand je parle xD. Et puis, je regarde ma mère, qui a du mal, mais qui s'accroche à moi parce que je tiens. Je tiens bien, même.

Et alors, ça me conforte dans ma position, quant à cette rage. Parce ça m'a aidé à me sortir de pas mal de situations, que j'arrive à la gérer et que ça aide même mes proches. D'un point de vue psychologique, c'est une émotion comme les autres, qui a également son utilité. Et donc...

Donc je sais pas trop, en fait. Des avis, sur l'utilité de la rage?

(PS: Je suis quand même d'accord quant au fait qu'il faut l'évacuer, de temps en temps, hein.)
Revenir en haut Aller en bas
lilas
Curieux
Curieux


Nombre de messages : 34
Age : 43
Localisation : Poitou
Groupe : Dessinatrice
Livre préféré : Ca change souvent
Date d'inscription : 01/05/2012

MessageSujet: Re: Colère   Mer 23 Mai 2012 - 0:36

Bon comme Soyael a "upé" (ça se dit çà ?) j'ai tout relu.
Quelques idées en vrac.
La colère je ne la vois plus comme vous, la colère de ceux que j'ai rencontré je n'arrive plus à le voir comme un truc salvateur.
Dans la version racontage de vie, j'avais un metier où je devais gerer la colère/agressivité des gens. Avec le temps ça a changé ma vision sur la colère et ça m'a aussi eloigné de ma propre colère même s'il y a toujours des moments où je vois rouge.
La colère, je l'a rencontrais rarement quand les gens se revoltaient pour défendre quelqu'un d'autre ou une noble cause...
La plupart des gens ça vient quand il demande quelquechose et que l'autre ne comprend pas, c'est tout, et aussi après une accumulation de petits désagrements . La fameuse goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Ca m'a donné d'autres reflexes, quand quelqu'un se met en colère j'ecoute, je fais abstraction de sa colère, et je cherche ce qu'il me demande pour lui répondre.
Il y a aussi une autre catégorie, ceux qui ont appris que l'aggressivité est un moyen rapide et efficace pour arriver à ses fins, et qui fonctionne dans ce shéma, parce qu'ils ont remarqués que les autres "s'applatissent" souvent devant eux. Je pense que sur le long terme c'est contre productif (en plus du risque de tomber sur un plus méchant que soi). Souvent j'ai eut envie de leur dire, très gentiment et calmement, que presenter sous cette forme, oui , oui je vais faire mon boulot mais pas plus, que je fais bien plus pour ceux qui me demandent avec un sourire...
Même chose pour ma propre colère, si on ne m'a pas entendu, c'est souvent parce que je n'ai pas demandé clairement. Et si je me fous en boule, est ce qu'on va me comprendre mieux? ou les autres vont me répondre sur le même ton ?

Pour en revenir à la question de Soyael. Une autre question.
Oui la rage est un gros moteur qui permet de tenir le choc, mais un gros moteur ça consomme pas mal d'énergie, ça te bouffe pas de l'interieur ? c'est efficace mais dans quel état ça te laisse ? Ton bouclier il te permet de ne pas sentir les coups sur le moment, mais après ?
Revenir en haut Aller en bas
Eleyra Leina
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin


Féminin
Nombre de messages : 4531
Age : 24
Localisation : Llewanda
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ellana, La Moïra, Les Royaumes du Nord
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Colère   Ven 25 Mai 2012 - 14:33

Je vais te répondre par des citations du Guerrier Pacifique, à toi de réfléchir ensuite si tu la trouve juste ou non, mais c'est un point de vue sur lequel tu peux t'interroger...

"La peur et la tristesse freine l'action, vois-tu ; la colère l'engendre. Lorsque tu auras appris à utiliser correctement la colère, tu pourras transmuter la peur et la tristesse en colère, et la colère en action."

"Parfois il est approprié d'exprimer la peur, la tristesse ou la colère - mais l'énergie devrait être dirigée totalement vers l'extérieur et non pas retenue. L'expression d'émotions devrait être totale et puissante, puis disparaître ensuite sans laisser de traces. Contrôler tes émotions consiste donc à les laisser s'exprimer et à les laisser se dissiper."

Lorsque Joseph perd son café dans un incendie, il est bouleversé, puis il hurle de rage, et il devient serein.



Moi, ce que j'en ai compris et retenu, c'est que la colère t'aide à te libérer de tes peines et de ta douleur, et qu'elle devient un moteur pour continuer à aller de l'avant.

J'ai vécu des expériences similaires toutes bêtes... en première S, j'avais des difficultés en maths et en physique que je n'avais jamais eu avant (parce qu'avant j'avais jamais eu besoin de bosser ^^'), les professeurs me proposaient d'aller en L vu que c'était en français que j'avais d'excellentes notes. Au début, c'était comme un échec, je me voyais comme une incapable, j'étais triste et les paroles de mes professeurs me faisaient douter, mes notes ont chuté de plus en plus. Au bout d'un moment, j'ai réfléchi et mon doute et ma peine se sont mués en colère. J'avais choisi cette voie, ils n'avaient pas le droit de me dire que je n'y avais pas ma place, je savais très bien que j'étais capable de réussir si je me mettais à bosser plus sérieusement, ce qui demandait un effort de volonté... J'étais en colère contre leurs paroles, et j'ai voulu leur prouver et me prouver à moi-même surtout, qu'ils avaient tort, que je pouvais très bien y arriver. Mes notes sont remontées et on a cessé de me dire que je n'allais pas parvenir à avoir mon année.

Pour moi, la colère est comme un bouclier, une protection contre ce qui t'agresse. C'est normal que tu éprouves de la colère contre lui, il vous fait du mal, c'est ton moyen de garder la tête droite.
Après, tu ne dois pas la laisser t'envahir. Il faut savoir évacuer cette colère, la laisser couler. Mais oui, pour moi la colère est utile pour se protéger et continuer à avancer, en tous cas, ce fut régulièrement le cas pour moi.

_________________

Eleyra,
Fille du Vent et de la Nuit
Esprit des Tempêtes

Artiste des Possibles
Ayant la chance d'avoir l'unique et la génialissime Elurían Aeglir comme aide de camp
Première conseillère et juge suprême de la SABIA
Designer en chef du mobilier haut de gamme chez Soriamh & Cie
Co-présidente de la LPDFB...
Secrétaire Réciproque et Démone Emissaire de Miaou Til' Plume
Revenir en haut Aller en bas
Soyael
Fils du Vent
Fils du Vent


Masculin
Nombre de messages : 610
Age : 20
Localisation : Là où on ne m'attends pas, là où je serais accepté et où je continuerais mon apprentissage.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : J'ai encore tant à découvrir que je ne sais pas. Mais là comme ça le pacte des marchombres. Et d'autres.
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Colère   Ven 25 Mai 2012 - 19:15

C'est là la difficulté. Je trouve pas de bonnes occasions pour me défouler ^^. Et puis, c'est continu, encore et encore, c'est tout le temps. Moi limite je m'en fous ça me fait plus grand chose, mais c'est pour ma mère que je suis en colère... Parce qu'elle a mal, sacrément même. Que mon frère et ma soeur se font en grande partie manipuler aussi, et, il faut l'avouer, ça reste mon père, alors en plus du fait que l'autorité, euh... Voilà quoi, c'est mon père, et il m'énerve par nature.


En gros, c'est sûrement un des noeuds de la colère. Comment l'évacuer? J'ai pas vraiment d'occasion de faire les choses qui me feraient me sentir vraiment bien, comme jouer avec les vagues, courir à loisir (pas résistant u_u) ou les arts martiaux. Bon, je suis pas non plus au bord de l'explosion, je suis pas une bombe, mais il en reste. Bah, au pire ça décante, et pis voilà. Du moment qu'on se fait pas bouffer, et qu'on continue à vivre comme d'habitude, c'est qu'une composante à prendre en plus, non? En tout cas je le vois comme ça.

Donc, problème suivant: Comment bien l'évacuer?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colère   Aujourd'hui à 5:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Colère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Discussion] J'arrive pas à me mettre en colère...
» accri de la colère .Aidez moi!!!
» Tatsuhiko Yamagami - Les vents de la colère T2
» [Steinbeck, John] Les raisins de la colère
» La colère de la terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Nos sentiments et nos émotions-
Sauter vers: