La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Heureux d'être malheureux ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lilimace
Membre de l'équipage
Membre de l'équipage


Féminin
Nombre de messages : 115
Age : 18
Localisation : Dans une bulle de savon.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : La cité des livres qui rêvent ; Le dernier elfe ; Alice in the wonderland ; Tobbie Lolness.
Date d'inscription : 03/03/2012

MessageSujet: Heureux d'être malheureux ?   Ven 13 Juil 2012 - 18:00

Bonjour à tous !

Suite à une discussion sur le Chuchoteur, qui date d'il y a quelques semaines maintenant, je me suis posée et reposée une question. Enfin, plusieurs, mais sur la même idée :

Peut-on être heureux d'être malheureux ?

Je m'explique.
Sur le Chuchoteur, donc, je ne sais plus de quelle façon, mais le sujet du bonheur et du malheur est arrivé. Et je disais que personnellement, j'adorais pleurer. Pleurer vraiment, quand je suis triste, pas comme ça pour rien. Et je me suis rendue compte qu'en fait, dans le fait d'être malheureuse et de ne plus savoir où j'en suis, même si d'un côté ça me bouleverse et c'est déprimant comme état, et bien j'y trouvais une certaine forme de plaisir. Plaisir d'être triste...
(Je sais, c'est maso au possible, et carrément bizarre )

Quelqu'un a déjà ressenti ça ? ( )

C'est tellement étrange...
Le principe du bonheur c'est d'être heureux, non ? Et, par définition, le principe du malheur est d'être maleureux ? Bon, ben alors pourquoi le fait d'être malheureuse me procure une forme de bonheur ?
Après, tout n'est pas inversé, je suis heureuse quand je vais bien, et je suis quand même triste quand ça va pas, mais il y a juste cette petite émotion en plus, ce fragment de plénitude que me procure le fait de pleurer.

Cela soulève une autre question... Dans mon raisonnement, ça signifie que le bonheur est quelque chose de quelque peu défini, de même pour le malheur. Alors que ça devrait être propre à chacun, non ?
Donc...

Le bonheur/malheur est-il défini à la base, ou propre à chacun ?

Je crois que j'ai fini. Enfin non, mais j'arrive pas bien à développer, là ^^'
J'ai hâte de lire vos avis, alors... A vous !
Revenir en haut Aller en bas
Vayel
Frère d'Arme
Frère d'Arme


Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 21
Localisation : En permanence en train de me chercher.
Groupe : Armure
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres, La Quête et Les Mondes d'Ewilan, L'Autre... Tant d'oeuvres de Pierre Bottero.
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Ven 13 Juil 2012 - 18:40

Juste une petite question avant d'essayer de développer : c'est le fait d'être malheureuse qui te rend - en partie - heureuse ou bien le fait de pleurer quand tu es malheureuse ?
Parce que dans le deuxième cas, c'est normal. Pleurer c'est pour évacuer et il me semble même que la fonction des pleurs c'est de te soulager. À moins que ce ne soit pour se laver le visage ?

J'essaye de réfléchir à la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Afeyaf
Jeune Thül
Jeune Thül


Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 20
Localisation : Ici et ailleurs, nul part et partout à la fois. Je suis dans mon imagination, dans mes rêves.
Groupe : Thül
Livre préféré : La Quête d'Ewilan et le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Ven 13 Juil 2012 - 19:32

Je rejoint Vayel sur le deuxième point. Si pleurer adouci ta peine alors c'est normal, bien que pleurer n'a pas cette fonction principalement (les larmes servent d'abord à enlever la poussière des yeux =p).
Pour en revenir au sujet, je pense que pas mal de monde ont déjà ressenti ce que tu ressens Lili, que c'est un peu un "réflexe" humain.
Revenir en haut Aller en bas
scheakspire
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie


Masculin
Nombre de messages : 161
Age : 22
Localisation : ...
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Ellana
Date d'inscription : 23/05/2009

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Sam 14 Juil 2012 - 12:25

Je ne vais pas répéter ce que Vayel à dit mais je suis d'accord avec lui.

Après... ça paraît étrange quand même. Le bonheur et le malheur sont deux états opposés par définition... Je vois mal comment on pourrait être heureux et malheureux en même temps scratch
Peut être que si tu as tendance à la dépression et que tu te sens souvent malheureuse, cet état à quelque chose de... rassurant, car on y est habitué. Il me semble que les gens qui ont peur du changement ou peur de réussir se mettent en échec inconsciemment, ce qui les rend malheureux d'une part, mais les rassure d'autre part puisqu'ils ont l'assurance que leur vie ne sera pas bouleversée. Peut être que c'est ça ???

Après il faut faire attention à ne pas confondre la tristesse, le chagrin, la souffrance, la colère ( tous les sentiments négatifs quoi... ), avec le malheur en lui même... Les premiers sont des sentiments, alors que le second est un état. On peut être triste mais néanmoins rester heureux... Es tu alors sûre d'être vraiment malheureuse, ou es tu juste triste ??

Voilà pour l'instant, c'est concis mais je n’ai rien à ajouter





Revenir en haut Aller en bas
Naëlle
Voltigeur des courants
Voltigeur des courants


Féminin
Nombre de messages : 288
Age : 19
Groupe : Haïnouk
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Jeu 19 Juil 2012 - 18:51

Pas le temps de développer... Mais je comprends, et je connais. Le fait d'aller mal, et que ça nous plaise, c'est bien ça ? Cette pointe de... jouissance à se voir au fond du gouffre, se complaire là-dedans, pas vouloir en sortir...
T'es pas toute seule Camille ;)
Revenir en haut Aller en bas
Maati
Curieux
Curieux


Féminin
Nombre de messages : 74
Age : 18
Localisation : Dans ma bulle.
Groupe : Haïnouk
Livre préféré : "L'élégance du Hérisson", Muriel Barbéry. Que je vous invite à lire.
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Jeu 19 Juil 2012 - 23:05

HaHa ! Je me demandais si j'étais la seule dans ce cas là, mais apparemment non !

Oui, je suis comme toi Lilimace, lorsque je suis malheureuse je me roule dans mon chagrin avec délectation et je fais tout pour ça se prolonge. Pourtant, je suis comme tout le monde, j'aime être heureuse, mais voilà... Lorsque je ne suis pas bien, j'aime cette impression d'être "au bord du gouffre", comme la dit Naëlle. Et je pense que beaucoup de gens sont comme ça : tout le monde a déjà au moins une fois dans sa vie ressenti l'envie de mettre une musique triste pour pouvoir pleurer dessus à son aise.

Pour ta question sur le bonheur et le malheur, je pense que chacun a sa propre définition du bonheur. Mais je me demande s'il n'y a pas déjà un sujet là-dessus...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/touhou-pictures/
Eclipse
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie


Féminin
Nombre de messages : 163
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Le combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat. Et d'autres, beaucoup d'autres
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Ven 20 Juil 2012 - 14:24

Afeyaf a écrit:
Je rejoint Vayel sur le deuxième point. Si pleurer adouci ta peine alors c'est normal, bien que pleurer n'a pas cette fonction principalement (les larmes servent d'abord à enlever la poussière des yeux =p).
Pour en revenir au sujet, je pense que pas mal de monde ont déjà ressenti ce que tu ressens Lili, que c'est un peu un "réflexe" humain.

Tout faux! Les larmes de douleur sont très différentes dans leur composition des larmes pour nettoyer les yeux! ;) J'avais lu quelque chose là-dessus, je ne me souviens plus où, mais les larmes de douleur contiennent des éléments qui font que ces larmes aident à évacuer le stress, je sais plus trop comment (je sais, quelle mémoire ). Donc si, les larmes, quand tu as mal ou que tu as des émotions fortes, ont bel et bien ce rôle, et pas celui de nettoyer tes yeux à la base! xD

Pour le reste, j'avoue ne pas encore avoir lu le topic ni la première page, donc je vais lire tout ça et je repasserais peut-être après si j'ai quelque chose à dire ^^'
Revenir en haut Aller en bas
http://eclipse.eklablog.com/
Afeyaf
Jeune Thül
Jeune Thül


Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 20
Localisation : Ici et ailleurs, nul part et partout à la fois. Je suis dans mon imagination, dans mes rêves.
Groupe : Thül
Livre préféré : La Quête d'Ewilan et le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Ven 20 Juil 2012 - 14:55

Wikipedia a écrit:
Pleurer est souvent un acte réflexe qui soulage les tensions psychiques fortes, telles : anxiété, angoisse, peur, tristesse, ou tout autre trop-plein de tension même positive ("pleurer" de joie). Les larmes ont donc aussi un rôle protecteur psychique. Elles sont un des moyens de communication non verbale dont dispose l'Homme, notamment quand il est bébé, enfant ou vieillard ou qu'il n'est pas en état de parler.

Après une brève recherche internet, je dois dire que j'avais tort et je m'en excuse =p. Enfin bref, je pense que ce bout d'article peut aider à mieux comprendre le sentiment que ressent Lili. Je ne vais pas déblatérer des heures la dessus, tout ce que je voulais dire est dans la citation =p.
Revenir en haut Aller en bas
Eclipse
Arpenteur de la Voie
Arpenteur de la Voie


Féminin
Nombre de messages : 163
Age : 21
Localisation : Dans mon hamac
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Pierre Bottero, Le combat d'hiver de Jean-Claude Mourlevat. Et d'autres, beaucoup d'autres
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Ven 20 Juil 2012 - 17:02

Ayé, j'ai lu le premier message (mais pas vos réponses par contre, désolée ^^' Plus tard peut-être, sinon je vais être influencée par vos réponses << je met souvent ce smiley dis donc...)

Alors, personnellement, une mouche arrête pas de m'agacer depuis tout à l'heure quand je suis sur l'ordi >< Non, deux maintenant j'ai déjà ressenti quelque chose de semblable, mais c'est différent. D'abord, on peut pleurer de bonheur, vous savez (quand on rigole trop ). Mais pleurer fait du bien, et aussi, ça me permet de vérifié ma "sensibilité". Par exemple, si je pleure suite à un moment émouvant dans un film ou un livre. En général, je pleure parce que c'est triste, mais je suis contente de pleurer quelque part, parce que... C'est difficile à expliquer, je confirme que j'ai des sentiments (oui, c'est bizarre dit comme ça mais je sais pas comment l'expliquer autrement ^^'), et puis c'est un peu ce que je recherche en lisant des livres, ressentir des choses (pas que, certes, mais tout de même). Par contre, si je pleure parce qu'il m'est arrivé quelque chose de triste, douloureux & cie, en général, je suis pas contente (surtout si je me met à pleurer en public >< J'ai été traumatisée par ça à pleurer trop facilement depuis la primaire), mais dans je suis seule, ça me soulage de pleurer donc... Mais de là à parler de plaisir, je sais pas trop...

Et je pense que le plaisir et le malheur sont des choses très personnelles. Les maso, justement, par exemple , ils aiment avoir mal, il y a une notion de plaisir là où beaucoup de gens n'en verraient jamais, donc c'est quelque chose de personnel. Et cf ce que j'ai dis dans le topic de Nour, on pleure plus ou moins facilement, on est plus ou moins facilement ému, bon public...

Voilà voilà, je ne sais pas trop quoi ajouter d'autre ^^'

En tout cas Lilimace, je crois que je comprend assez ce que tu veux dire, et que tu n'es pas vraiment la seule, mais j'ai du mal à m'expliquer ^^'
Revenir en haut Aller en bas
http://eclipse.eklablog.com/
Revan
Chevalier Jedi
Chevalier Jedi


Masculin
Nombre de messages : 648
Age : 21
Localisation : Menegroth, Doriath's realm.
Groupe : Jedi
Livre préféré : The Lays of Beleriand
Date d'inscription : 10/11/2010

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Ven 27 Juil 2012 - 18:37

Je crois qu'être adolescent veut dire avoir une propension à se croire au centre du monde, et au narcissisme, plus importante que durant le reste de notre vie. Quand on est ado, on a souvent l'impression que le monde tourne autour de nous. Sans en avoir forcément conscience. Donc on a du mal à prendre du recul par rapport à ce qui nous arrive, à relativiser... Et à ne pas se laisser emporter dans la facilité, dans le mal-être, baisser les bras et se complaire dans le malheur, dans la souffrance. Mais comme on est pas non plus confiant en nous, on ne peut pas vraiment être narcissique. Bien souvent on passe par des passages où on ne s'aime pas, mais où on se déteste. On se hait. C'est ce que le psychanalyste que je connais appelle du narcissisme inversé.

C'est... Commun, c'est des passages comme ça par lesquels pas mal de monde passe, apparemment. On ne peut pas s'aimer, alors on se déteste. On n'est pas versé encore dans l'équilibrage, dans l'humilité. Je pense que beaucoup d'ados sont très orgueilleux et oscillent entre excès et absence de confiance en soi. C'est un passage normal de la vie. On traverse en même temps la révolte contre l'autorité parentale, bien souvent. On prend les adultes pour des imbéciles incapables de nous comprendre, même si dans la crise et la difficulté on s'en remet toujours à eux.

Certaines personnes peuvent grandir sans ça, aussi. Moi je sais que je suis passé par ce passage, cette complaisance dans la douleur et dans ce "narcissisme inversé" entrecoupé de phases d'orgueil. Et... C'est vraiment pas facile. L'impression d'être seul au monde, abandonné... Et quand on a la chance de trouver des personnes comme nous... On est bien souvent trop centré sur nous même pour accepter d'avoir une véritable Ouverture. J'ai une amie de mon âge qui a vécu exactement la même chose, donc bon... C'est ni bien ni mal, c'est juste comme ça. Un passage, une expérience. En attente de passer à autre chose, de traverser cette passe là, et finalement de découvrir qu'on ne cesse pas d'avancer. Jamais. Ce n'est même pas malsain tant que ça ne va pas trop loin, c'est juste... Une expérience. Qui te permet de dire si c'est ce genre de relation avec toi, cette manière de vivre, qui te convient et que tu désires.

Ensuite, on se relève, on s'estime plus, on apprend à se connaître, on apprend l'Humilité, le Respect de soi... Et si on arrive à le garder, alors on comprend que le vrai bonheur, durable, est bien plus merveilleux que cette joie sordide à se voir sombrer. Seulement, il demande plus d'effort. C'est toujours ce qui est le mieux pour nous qui en demande le plus en général. Il faut trouver la force de se hisser à ce niveau. On apprend pas grand chose à rester en bas. Le monde est vraiment bien mieux vu du haut ^^ Seulement il faut s'y maintenir. Il faut se battre pour. Se battre contre cette partie de soi mensongère qui rend la facilité si tentante... Il faut lui dire non. Stop, pas de compromis. Si on trouve le courage de faire cela, si on trouve la force, alors on atteint enfin le simple Bonheur. De Vivre, d'Être. En paix avec Soi-même.

Mais pour cela il faut s'accepter, se chercher, se Comprendre. Ne pas se nier. Même les faces de nous que l'on aime pas. Et si l'on désire vraiment changer, se rappeler que la haine n'est qu'un vecteur de destruction, pas de construction. Pour changer, il faut d'abord s'accepter. Pour pouvoir se Construire. Faire ses propres choix. Et c'est bien plus difficile que de se détester ! On vit dans un monde qui prône souvent la rapidité, la facilité, au détriment du reste. Mais cette logique de profit commercial et de plaisir immédiat ne peut s'appliquer qu'à l'Avoir, pas à l'Être... Le chemin qui mène à soi n'est ni facile, ni toujours plaisant, ni immédiat... Il demande du temps, des efforts, il demande de la volonté... pour nous conduire à ce que nous sommes, au fond. Pour nous conduire au Vrai.

Je sais que ça ne réponds pas vraiment au sujet, mais je suis parti là dedans et ça me semblait important à dire, alors voilà

Ah si, je voudrais simplement ajouter une dernière chose. De mon avis... Non, on ne peut pas être heureux d'être malheureux. Être heureux, ça veut dire être dans le bonheur. Le vrai bonheur, profond, intense, durable. Qui nous élève. On peut ressentir du plaisir, un plaisir masochiste, à se voir dans le malheur, on peut en éprouver de la jouissance, mais on ne peut pas en être heureux, je crois.
Ensuite c'est parfois rassurant de tester ses limites de temps en temps... On peut être rassuré de toucher le fond parce d'une certaine manière ça prouve que les choses peuvent changer, que tout pourrait être pire, c'est... une manière de se fortifier, de se consoler de notre peur de l'inconnu. De se rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Acthir
Curieux
Curieux


Féminin
Nombre de messages : 26
Age : 18
Localisation : Esprit difficilement situable à habitude changeante, corps généralement rencontrable en région rouennaise
Groupe : Thül
Livre préféré : David Gemmel, Druss
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Mar 19 Juil 2016 - 2:59

EDIT: Pour ceux revenant plus tard souhaitant suivre ma série de message dans l'ordre, je met ici l'ordre ;) n°1

Hum, un petit déterrage avec un pavé pour le plaisir ^^ Ce sujet m'a interpellé quand je l'ai lus et je n'ai pus m'empêcher de répondre, ne pouvant par contre garantir l'utilité de ce message ;)

Donc, je pense que la forme de "bonheur" qui peut être ressenti dans ces moments viens comme Revan l'explique d'un plaisir de facilité (qui n'est absolument pas à blâmer). En effet, lors de phases difficiles (sans jugement sur l'âge de la personne, je ne pense pas que l'on puisse affirmer que cela soit lié à l'adolescence, mais j'y reviendrais) chacun se doit en général de chercher à faire bonne figure devant la Société et sa "Dictature du Bonheur" (j'y reviens*) qui ferais culpabiliser d'être malheureux, je pense donc que le fais de craquer parfois, ce qui peux passer par de petits "rituels" que chacun peux avoir (personnellement, je voue un amour assez immodéré au Métal** qui me permet de me "purger" de mes émotions plus négatives lors de phases difficiles, mais cela peut-être l'envie de pleurer, de taper sur son oreiller, de manger ou encore de faire du sport...), peux être un moyen de "lâcher la pression" et de justement se laisser aller à la facilité mais ainsi d'être artificiellement heureux, non par la résolution du problème originel mais uniquement par le fait de ressentir du bonheur en n'étant plus forcé d'afficher un masque de bonheur et en étant soit même.

Ainsi, je ne pense pas que cela soit lié au fait de se connaître ou non, ni au fait d'être en paix avec soit-même (même si je reconnais que ton avis sur la question est particulièrement intéressant Revan, contestable mais intéressant***), mais plus à la possibilité de ressentir parfois le plaisir "solitaire" et facile de se dire qu'au moins on est toujours libre de craquer face à une difficulté. Mais cela n'a donc selon moi aucun rapport avec l'âge, puisque si, comme tu l'explique très bien, l'adolescent peut avoir du mal à relativiser et réagir en prenant les choses trop à cœur, cela ne provoque pas nécessairement une complaisance dans la "facilité" du malheur, cela fera que l'ado aura plus tendance à sur-réagir et à surestimer l'importance d'un problème, mais le fait de ressentir un léger "bonheur" dans son malheur n'a pour moi qu'un lien au psychologique de chacun, à son vécu propre, son "besoin" de relâcher la pression sur le moment et à sa gestion propre de ses émotions.

*Désolé pour cette promesse non tenue ^^ Je pense que l'ouverture d'un sujet à part pourrait être intéressant et serait même préférable, c'est pourquoi je ne souhaite trop en dire ici, mais je résumerai brièvement en expliquant que selon moi la Société a tendance aujourd'hui à sur-vendre le bonheur et à le rendre "obligatoire", allant jusqu'à faire culpabiliser les gens d'être malheureux car, après tout, leurs situations pourraient être pire et qu'ils devraient être heureux en se contentant de ce qu'ils ont ("Il en faut peu pour être heureux" :p Un câlin si vous retrouvez l'origine de la citation  ) D'où mon expression de Dictature du Bonheur.

** Skillet est le meilleur groupe de tout les temps et je vous invite à écouter So What de Three Days Grace pour le plaisir ^^

***J'aimerais d'ailleurs également ouvrir un sujet à se propos, mais beaucoup trop de chose à faire, trop de possibilité de débat et ce message est déjà bien trop long, c'est affolant.

Merci de m'avoir lus, bonne journée (nuit ? ) à vous et à plus tard dans les limbes d'Internet ^^

Ps: On excusera l'absence de relecture de correction, il est 3h du mat', pas la foi :') Votre serviteur s'excuse par avance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heureux d'être malheureux ?   Aujourd'hui à 9:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Heureux d'être malheureux ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heureux d'être malheureux ?
» Heureux possesseur d'un HTC Magic...
» [Bastelica, Elizabeth] Vouloir être heureux - 25 poisons, 25 antidotes
» A-t-on besoin des autres pour être heureux ?
» Clocher neuf et coq heureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Nous, et les Autres :: Nos sentiments et nos émotions-
Sauter vers: