La Voie des Marchombres

Forum de réflexion consacré aux Marchombres et aux livres de Pierre Bottero...
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Deïliane Aliahîm
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Localisation : Everywhere
Groupe : Marchombre
Livre préféré : "The Lord of the Ring" de Tolkien. Les P.B
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Jeu 28 Avr 2011 - 19:17

Et bien voici la question que je me pose ces jours derniers :
L'Humanité aurait-elle atteint un stade de régression morale ?

J'entends pour "régression morale" : régression de la réflexion, régression intellectuelle et tout ce qui touche au domaine de la pensée. Non des avancées technologiques mais de la manière dont l'Homme pense de nos jours.
J'en suis venue à m'interroger, car je me demande si la pensée ne va pas en régressant ce dernier siècle. Je m'explique :
A l'Antiquité, les Grecs ont inventé, si l'on peut dire "inventer", la philosophie. Ou du moins aucun historien n'a retrouvé de traces avant cette période-ci. pas de preuve donc, de son existence auparavant. Bon, disons simplement, que la philosophie apparait en Occident, dans l'Antiquité grecque. Je ne vais pas ressortir un cours de philo, français ou histoire mais je récapitule les différentes phases de l'évolution de la pensée au cour des siècles :
Alors alors,

--> En gros (très gros même) de -500 à 500 les historiens parlent de Philosophie antique. Avec les philosophes grecs : Socrate (dit le père de la philosophie), Platon et Aristote. -Je ne détaille pas les différents courants de l'époque puisque ça ne servira à rien dans le sujet... du moins, je ne crois pas-.

--> Ensuite : la philosophie médiévale de 500 à 1500.

--> Et enfin la philosophie moderne et contemporaine de 1500 à 2000 avec notamment l'Humanisme.

Vraiment en très gros hein ? xD

On sait tous que l'Humanisme est la renaissance de la pensée. Un tout nouveau courant intellectuel qui base ses réflexions sur ce qu'on pourrait appeler la raison.
Ma question intervient alors que je me demande pourquoi avoir mis tans de temps à construire un art de vivre et de réfléchir si c'est pour de nos jours, tout abandonner. Je veux dire par là, que malgré un zeste de bon sens chez l'homme... l'Homme pardon... (okay no comment *sort*), ça ne l'empêche pas d'être cruel, meurtrier, hypocrite (et blabla). Enfin, pas très claire tout ça !
Je prends un exemple (que j'ai déjà donné sur la CB je crois...). L'Homme va fait quelque chose qu'il sait mauvais et destructeur, il sait qu'il va anéantir des centaines, peut-être même des milliers de vies innocentes en balançant sa bombe nucléaire mais ça ne l'empêchera pas de le faire. Il sait qu'il ne devrait pas, mais pour le profit, l'honneur, ou pour assouvir son autorité sur un peuple, il VA le faire. N'est-ce pas régresser que de renier les acquis qu'il a mis longtemps a avoir ? N'est-ce pas un comportement animal ? De vouloir a tous prix se sentir supérieur ? De montrer de quoi il est capable ?

Érasme disait qu'il fallait éduquer l'Homme pour qu'il cesse de se laisser emporter par ses pulsions, passions bestiales. Mais la preuve, que même éduquer, il ne changera pas.

Pensez-vous donc, que la morale ait atteint un seuil ?


Excusez-moi de ne pas plus développer mais c'est parce que je ne sais pas vraiment comment définir la "chose."
Sur ce ?
Bonne journée. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises
avatar

Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 27
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Lun 6 Juin 2011 - 22:30

Le principal problème selon moi de ton raisonnement c'est que tu prends la philosophie comme si chaque Homme la pratiquait et l'appliquait. Mais quelle que soit la période, l'antiquité, le moyen-âge, la renaissance, ... Il y a toujours eu des guerres, et des philosophes, les seconds n'arrêtant pas les premiers, et les premiers n'arrêtant pas les seconds.

On ne peut forcer personne à adopter un mode de vie et à agir comme il lui semble juste. Chacun choisit comment il agit, et pourquoi. Untel choisira d'être juste, de vivre en juste quitte à ne pas profiter parce que son intégrité personnelle est pour lui plus importante que le regard des autres, le pouvoir, la gloire ou l'argent. Un autre choisira d'anéantir des vies, de détruire la planète ou de ruiner son meilleur ami parce que c'est pour lui plus important que de se sentir en accord avec nos pensées et nos valeurs. D'autres iront même jusqu'à mettre l'argent, la gloire, le pouvoir et l'apparence au rang de vertus et personne, pas même les plus grands philosophes ne pourront leur faire changer d'avis.
En revanche, les philosophes continueront de porter leurs réflexions, de pousser leurs raisonnements et de chercher des façons meilleures de vivre, et que des gens fassent la guerre pour des raisons qui semblent aux dits philosophes complètement insanes et injustes ne les arrêtera pas non plus.

La philosophie n'a pas pour moi le but de donner une ligne de conduite à Tous mais plutôt de tracer des chemins dans la forêt, qui peuvent aider ceux qui le veulent à suivre des causes qui leur semblent justes. On peut sortir des chemins, on peut en prendre un, puis à un croisement, poursuivre sur un autre, on peut inventer son propre chemin, on peut même (à mon grand dam) raser la forêt, l'important étant d'arpenter la forêt (ou ce qu'il en reste).

On ne peut pas obliger quelqu'un à penser quelque chose, l'important pour chaque être humain est de penser. On peut suivre un courant philosophique, en changer, inventer le sien, en modifier un, prendre part à la construction d'un autre ou tout simplement penser que cela n'est que balivernes et que l'argent apporte plus que la pensée, mais on pense tout de même...

Quoi qu'il en soit, celui qui rase sa forêt, n'empêchera pas celui qui y construit un chemin de le faire... Et celui qui construit un chemin n'empêchera pas l'autre de raser une parcelle de forêt...


Pour moi il n'y a donc pas de régression, parce que les gens continuent de tracer des chemins... Sinon, on pourrait parler de régressions à tous les âges...
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Deïliane Aliahîm
Curieux
Curieux
avatar

Féminin
Nombre de messages : 38
Localisation : Everywhere
Groupe : Marchombre
Livre préféré : "The Lord of the Ring" de Tolkien. Les P.B
Date d'inscription : 30/03/2011

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Mer 8 Juin 2011 - 13:30



C'est incontestablement quelque chose auquel je n'avais pas pensé.



Je ne crois pas avoir dit que l'on devait forcer quelqu'un à vivre et penser de telle ou telle façon. Ou du moins ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Loin de moi l'idée d'astreindre un quelconque individu à penser ce que, ma petite personne pense. Ma formulation a dû être maladroite et je m'en excuse.

→ A vrai dire, quand j'ai posté ce sujet, je n'avais que la question en tête, pas un développement, ni même quelques exemples. Elle m'est venue un jour. Et depuis, je tente d'y répondre. Quand j'ai voulu en faire un sujet, je me suis retrouvée devant le fait de devoir clarifier la question. Chose difficile quand on ne trouve que d'exemples insignifiants pour s'expliquer.



En ce qui concerne la première phrase citée, j'ajoute :
Ce n'est pas pour rien qu'on appelle la Philosophie Marchombre, le guide spirituel de la Voie. Ensuite, libre à chacun d'interpréter ce que bon lui semble. En effet, nous serons bientôt 7 milliards d'êtres en ce monde, et bien que nombreux soient les communautés, et individus, strictement personne n'aura de la Terre, de la Vie, de la sagesse (et tout ce que vous voulez) la même vision. Je ne peux que dire ce qu'un Grand Ami (comme dirait Soli =P -J'te salue au passage M'sieur.) a un jour dit : "Un mot a beau [parfois] avoir un sens unique, il y a autant d'interprétations que des lecteurs."

J'en conviens ; mon interrogation n'a pas de sens si je ne l'explicite pas. Et le développement n'était pas fameux xD.
Je comprends parfaitement ton idée de chemins mais j'aimerais bien que tu expliques ce que tu entends par : « régressions à tous les âges... »

En y réfléchissant je me demande si, (ce qui rejoindrait peut-être l'idée que je me faisais de la question... (ou pas)) la société qui aujourd'hui constituait notre environnement et notre cadre de vie n'était finalement qu'un gouffre. Que les frontières seraient une entrave à l'expansion de cultures, et à l'acceptation de la différence. (Soli, ça te rappelle quelque chose ?^^)
→ oui, ça n'a presque plus rien à voir. Mais dans ma réflexion, ça suit son court. x)

Voilà.
Fini.
Même si ca ne fait pas avancer grand chose. --'
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Frost Michael
Grand Gourou
Grand Gourou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3102
Age : 26
Localisation : La Terre
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 14/12/2007

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Sam 11 Juin 2011 - 0:27

Puisque les questions du topic me semblent aussi brouillantes que partant dans les nombreux sens de vos réflexions intérieures, je ne ferai "que" donner mon avis sur la question qui fait le titre de ce sujet :

** Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ? **


Je vais déjà apposer mes certitudes...

La première va dans le sens de celle d'Aziliz : des penseurs (je préfère ce terme à celui de philosophe qui prend une signification péjorative entre mes doigts) ont de tous temps étaient là, en retrait ou sur le devant de la scène, pour faire bouger les choses.

Si je peux grossièrement imager les choses, je les vois comme le magma sur lequel repose la couche terrestre : là-haut ça ne bouge pas beaucoup mais ça bouge, c'est en continuel mouvement là-dessous (convection quand tu nous tiens), et quand ça bouge là-haut ça provoque un tremblement de terre.

Ces tremblements de terre ont leur a même donné des noms : Lumières, Humanisme, religion en tout genre, et j'en passe...



La deuxième provient du temps qui passe. "Les paroles s'envolent mais les écrits restent."
Deïliane, tu as résumé très grossièrement l'Histoire de l'humanité en tentant de la lier aux différents mouvement de pensées qui, selon toi, ont révolutionné le monde.
Moi j'y vois deux choses : tes dates se recollent en injuriant les siècles, mais le fait de les recoller est à la fois une erreur et une intuition...

1) Ces "mouvements" (le mot est bien choisi...) peuvent être vu comme des mouvements physiques. Ce qui nous intéresse là-dedans c'est qu'ils ne gagnent pas leur vitesse subitement ni ne la perde en un jour.

"Rome ne s'est pas construite en un jour." ==> alias l'empire romain et par extension la Pensée romaine.

Donc là où tu fais une erreur c'est que ces dates ne collent pas réellement à la réalité puisqu'il a fallu mille et un plus petits mouvements eux-même issus de peut-être milliers de petites pensées pour produire les mouvements que tu considères comme majeurs.

(En gros, la philosophie médiévale ne s'est pas subitement arrêté le 31 décembre 1499 et des gens ne se sont pas réveillés au 1ier janvier 1500 avec l'Humanisme dans les veines et les pensées.)

NB : L'idée (la conclusion) peut paraître innocente et naïve mais elle relève de dynamiques de groupe.

Si tu as lu Bernard Werber, il fait mention dans certains de ses livres à une "idéosphère" qui serait un espèce d'immense récipient avec toutes les idées du monde : celles que les gens ont, celles qui viendront, celles qui sont passés, bref toutes. Et il voit les idées comme des volutes de gaz qui se touchent, se frôlent, parfois se modifient au contact d'autres, bref des gaz dans un récipient.
C'est con mais c'est absolument géniale comme idée (comment ça j'me contredis? Mais non!).



==> J'ai l'impression de me perdre, mais bon, continuons >_<.


Je devais faire un p'tit 2)

Là où tu as raison de placer tes dates aussi franchement c'est que les mots "Humanismes", machin "médiévale" etc, tout ça ne sont que des mots.
Des mots qu'on a voulu placer sur un mouvement où comment essayer de désigner quelque chose de changeant en le fixant. Oo

Bref, l'Humanisme n'a certes pas commencé le 1ier janvier 1500, mais peut-on affirmer qu'il ait commencé plus tard? ou plus tôt? Ses causes, ses mises en mouvement, etc, remontaient jusqu'au commencement des temps. Ses conséquences iront jusqu'à la fin des temps...

Bref, les pensées, les mouvements qui leur correspondent, ne sont pas, selon moi des "périodes", des sortes de "sas" dans lesquels entre l'Homme qui en ressortira quelques sièces plus tard pour entrer dans un nouveau "sas"...





Et c'est là que je vais enfin pouvoir commencer à développer ma réponse à la question d'origine XD.

Tu parles d'un seuil de régression. Moi je parle alors de nouvel élan. Ou vice-versa...

Sommes-nous vraiment sur une période de transition? J'avoue ne pas être le mieux placé pour en parler puisque j'ai plutôt tendance à ne pas m'intéresser aux autres ^^ (choix de vie quand tu nous tiens :p ).

Mais ce que je tiens à dire dans ce petit message rapide et fortuit ^^ c'est que les dynamiques de pensées sont inusables puisqu'elles se nourrissent d'elles-même.

Alors bien sûr tu peux chercher à mettre un nom sur une période, mais le fait est que tout change, par devoir.



Fiou ^^ Bon j'arrête, il est tard et je vire dans les phrases sentencieuses ^^.

Big kiss à tout le monde. (XD je dis ça de manière à rabaisser un peu la niveau >_< ^^)

_________________
** L'amour comme épée, l'humour comme bouclier. **

** Je dirai que nous sommes marchombres à partir du moment où nous l'affirmons et où nous sommes capable de nous le justifier à nous même. ** by Beautiful Scars

Revenir en haut Aller en bas
Elurían Aeglir
Membre du Conseil - Admin
Membre du Conseil - Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2990
Age : 26
Localisation : A proximité d'une excentrique hyperbole équilatère.
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Je n'en ai lu aucun.
Date d'inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Sam 11 Juin 2011 - 2:14

Déilïane, tu parles d'un seuil ;d'après toi, depuis quand l'aurions-nous atteint ou en tout cas nous en rapprocherions-nous dangereusement ? Quelles en seraient les manifestations ?

L'avènement de l'informatique, a chute de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques, la fin des Trente Glorieuses, la Seconde Guerre Mondiale, la montée des extrêmes, la "Grande Guerre", la séparation de l’Église et de l’État, ou encore avant ?


Il y a de tout temps eu des exactions de commises.
Sans doute penses-tu, au moins en partie, à la Shoah et aux génocides qui ont malheureusement émaillé le siècle dernier, et qui malheureusement continueront à marquer celui-ci. Mais est-il nécessaire de rappeler, en pleine Renaissance, les atrocités commises en Amérique Latine, notamment par les Conquistadores ?


Et peut-être d'ailleurs que ce sont ces horreurs, ces actes in-humains (!), qui ont contribué à faire progresser la réflexion, la morale, peut-être que ce sont eux aussi eux qui sont à la base des tremblements de terre qu'évoque Frost.



Pour en revenir à la question initiale, je ne pense pas qu'on puisse atteindre un "seuil de réflexion" (même si je n'ai peut-être pas vraiment compris ce que tu entendais par là). Le contexte évoluant perpétuellement, l'Histoire avançant entrainent, à mon avis, de nouvelles réflexions et de nouveaux débouchés.
Il y a encore des philosophes aujourd'hui (j'avoue ne pas du tout les connaître néanmoins, à l'exception Alain Finkielkraut et d'André Comte-Sponville, les idoles de mon prof de français de prépa), et peut-être plus que jamais, dans le sens où, me semble-t-il, beaucoup plus de gens réfléchissent par eux-mêmes que par le passé, du fait de l'avènement des démocraties, du développement des libertés d'expression, de la chutes de certains tabous, de la fin de la proéminence de certains dogmes (religieux notamment), de la diversification des média, ou encore de la multiplication des échanges entre individus. Chacun peut aujourd'hui participer beaucoup plus facilement, s'exprimer et transmettre son avis.

Peut-être donc que le mode de réflexion est effectivement en pleine évolution, mais, du moins le crois-je, tout comme la pensée et la réflexion elles-mêmes.


Et pour moi, très légèrement biaisée par les maths et les sciences en général, réflexion et même philosophie, sont intimement liées avec innovation et création (qu'elle soit technique ou artistique), deux secteurs qui ne semblent pas réellement en perte de vitesse, même si orientées vers un champ d'horizon en continuelle évolution.




J'ignore complètement si j'ai répondu, ne serait-ce qu'en partie à ta question, ou si je me suis un tantinet égarée, néanmoins.


_________________
"Elen síla lúmenn' omentielvo"
JRR Tolkien
Aide de Camp de la grandissime Eleyra Leina
Coordinatrice et présidente honorifique de la SABIA

"N'ignorez pas l'enseignement de la voie pure d'un
fleuve de montagnes dévalant sur les roches."

Morihei Ueshiba


"At the end of a storm is a golden sky
And the sweet silver song of a lark."


Dare to click here ?
Or here ?
Revenir en haut Aller en bas
http://decachroniques.blogspot.fr/
Frost Michael
Grand Gourou
Grand Gourou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3102
Age : 26
Localisation : La Terre
Groupe : Marchombre
Livre préféré : Le Pacte des Marchombres
Date d'inscription : 14/12/2007

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Lun 13 Juin 2011 - 0:40

Pour venir en aide un peu à Deïliane, je veux réagir à ce paragraphe :

Elu a écrit:
L'avènement de l'informatique, a chute de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques, la fin des Trente Glorieuses, la Seconde Guerre Mondiale, la montée des extrêmes, la "Grande Guerre", la séparation de l’Église et de l’État, ou encore avant ?

C'est vrai, je n'ai pas vécu à ces époques, c'est vrai le temps à l'ère d'internet est plus relatif que jamais avec un mail qui traverse la terre en 10s et la parole qui peut atteindre l'oreille de son voisin en 6 mois après que tout le monde soit passé au tribunal de cassation parce que la cheminée de l'un balancée de la fumée chez l'autre... 'Fin bref...

Ce que je veux dire c'est que je ne connais pas pleinement les autres époques, MAIS je comprends pourtant le sentiment dont parle Deïliane...

Un sentiment qui veut que "quelque chose ralentit".

Certes le journalisme est maintenant omniprésent pourtant on a de plus en plus l'impression qu'il est au main de quelques-un ou pire qu'il est devenu subjectif vis-à-vis du point de vue de l'éditeur en chef...

(Prenez le journal de France 2 clairement à gauche contrairement au journal de TF1 encore plus clairement de droite, entre autres...).

Mon plus grand espoir, en réalité, réside dans l'écriture... L'Ecriture devrais-je dire.
Parce que la génération de nos parents est déjà finie, les mots des écrivains (de cette génération) est en train de nourrir nos pensées et notre façon de penser...

Je vois Pierre, je vois Damasio, je vois Erik (à plus faible importance), je vois Ayerdhal...

Ah bah c'est sûr ce n'est pas le Da Vinci Code qui va avoir nourrit l'humanité, pourtant c'est un des plus gros best-seller mondial.

A l'inverse, Harry Potter qui peut passer pour anodin est un phénomène qui a permis à des millions (milliards?) de jeunes de découvrir l'Imagination et le gout à la lecture...





Ou voulais-je en venir?

Ah oui...
Pour moi, depuis quelques années, quelque chose décélère. Certes c'est un phénomène qui provient des générations précédentes et je n'en connais ni la cause ni les conséquences mais je sais que, si nous survivons à la prochaine guerre mondiale ^^ et que le mouvement ré-accélère de nouveau, il y aura quelque chose de très beau à construire...

Mais bon... Il nous faudra encore quelques siècles.




En y réfléchissant petit à petit (désolé si mon fil de pensée est plutôt long ce soir ^^), je me dis qu'un mouvement est en train de naître, du fond du trou et qu'il est inaliénable...

Alors certainement que, comme je l'ai expliqué dans mon message précédent, les idées et les Pensées vont et viennent, plusieurs simultanément...



M'enfin bon, je vais dormir avant de m'endormir sur mon clavier.
Bien à vous.

_________________
** L'amour comme épée, l'humour comme bouclier. **

** Je dirai que nous sommes marchombres à partir du moment où nous l'affirmons et où nous sommes capable de nous le justifier à nous même. ** by Beautiful Scars

Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Champion de cueillette, mention framboises
Champion de cueillette, mention framboises
avatar

Féminin
Nombre de messages : 640
Age : 27
Localisation : Au détour d'une ligne
Groupe : Petite
Livre préféré : Ellana, le Voleur de chouchous, et d'autres
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Lun 13 Juin 2011 - 12:33

Ce que tu avances, Frost, me parle... Après avoir un peu réfléchi à la question, je pense que les "mouvements de pensée" vont et viennent sous une forme sinusoïdale, il y a parfois des pics d'actions et de pensée et parfois des creux où les actions et les pensées se ralentissent, sans pour autant s'arrêter. Les creux comme les pics peuvent avoir une plus ou moins grande importance, mais on les ressent tout de même.
En allant plus loin, je dirai qu'il y a un creux à chaque passage de génération et un pic au milieu de chacune d'entre elle... Alors oui, une génération ça ne s'arrête pas net et il y a toujours des gens entre deux générations, mais je pense que nous passons gentiment de la génération mai 68, seventies etc à notre génération. Ce passage ralentit du coup le mouvement de pensée générale : les premiers se sentent trop vieux pour avoir vraiment envie d'agir pour le futur et ceux qui ont envie d'agir sont encore un peu trop jeunes pour pouvoir se donner les moyens d'agir en grand.

Je pense du coup, que d'ici quelques années on assistera à un pic, et je devine sans peine la nature de ce pic : un pic écologique, et un pic humain. Pas parce que je pense qu'il est temps de réapprendre à vivre, et à vivre avec la nature, mais parce que si l'on regarde autour de nous, il y a beaucoup de gens qui pensent qu'il faut faire quelque chose pour l'écologie, et dans notre génération, beaucoup pensent aussi qu'il faut réapprendre à vivre, à mieux vivre.

On va donc pour moi vers un renouveau de pensée... Mais il ne faut pas pour autant se reposer tranquillement sur ses lauriers. Si chacun n'y mets pas un peu du sien, le pic ne se déclenchera tout bonnement pas... C'est bien connu, un pic n'arrive pas du jour au lendemain, il faut qu'un évènement fasse écho et que d'autres personnes se joignent au mouvement de pensée... Y'a qu'à voir la révolution française, il y avait à la base quelques personnes pensant différemment, qui ont fait quelques actions qui ont menés à une révolution. Du coup, j'aurai même tendance à dire que nous, qui partageons plus ou moins les mêmes idées et avons déjà la force d'être Ensemble, nous avons un rôle tout particulier à jouer dans ce pic.
Et honnêtement, si notre génération ne se préoccupe pas de son futur, et du futur des générations à venir, qui le fera ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lailleurs.uniterre.com
Elii'
Ami de la falaise
Ami de la falaise
avatar

Nombre de messages : 868
Age : 21
Localisation : La jungle des poneyciraptors
Groupe : Faëlle
Livre préféré : La Promesse de l'aube
Date d'inscription : 27/03/2009

MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   Lun 13 Juin 2011 - 14:50

Woaw, ça fait une éternité que je n'ai pas répondu à un sujet de réflexion, j'espère que ça ne sera pas trop brouillon. Allons-y !

Vous parlez tous de courants de pensées qui se déroulent, mais pas d'actions. Je pense cependant que les deux sont étroitement liés. Aziliz, je ne suis pas d'accord quand tu parles d'une forme sinusoïdale. La forme sinusoïdale induit une certaine régularité, qui n'existe pas, je crois. Pour reprendre la réflexion de Deïliane, le courant de pensée médiéval, comme elle le désigne, dure quelques mille ans ! Alors qu'entre Révolution, courants de pensées relatifs aux premières guerres mondiales et celui d'aujourd'hui, il n'y a pas eu 400 ans. Je crois surtout que tout est variable, que les actions déclenchent les pensées et vice versa. Le fait est que souvent, un courant naît parce que celui qui le précède ne marche plus, qu'il ne correspond plus aux personnes d'une époque. La Renaissance en arts et pensée arrive grâce à l'avancée scientifique, ou inversement. En fait, je crois que je me représente ça sous la forme de mini bombes qui explosent et enchaînent des réactions qui elles en entraînent d'autres etc.

Frost parle de décélération, je suis assez d'accord avec ça, même si je crois que j'ai quelques doutes. Est-ce qu'on ne ressent pas une décélération justement parce que nous sommes là, avec nos petites dizaines d'années qu'on peut compter sur les doigts d'une main, à contempler les évolutions de la pensée qu'il y a eu dans l'histoire comme si tout était à la même échelle ? Ensuite, si on regarde le XXe siècle, ça a quand même été mine de rien une période vraiment riche en avancées, même si par énormément de points on a régressé (je pense aux persécutions qu'ont entraîné pas mal de conflits, etc.), il y a eu pas mal d'avancées par exemple (même si y a encore un bout de chemin) vers une sorte de tolérance (ou une certaine hypocrisie généralisée, c'est selon) entre hommes, états, autres. Donc décélération... oui, sûrement.
Après, j'ai aussi l'impression qu'il y a une certaine forme de "déjà vu" qui dérange pas mal à tous les stades.

Je prends l'exemple de l'écriture parce que c'est plus ou moins ce que je connais, mais qu'est-ce qui a été fait de vraiment nouveau, qui n'ait jamais été fait, les dix, vingt dernières années ? Pareil pour la musique, quel artiste peut, en ce moment, se targuer de faire vraiment évoluer le milieu ? Les deux derniers millénaires qui viennent de passer ont mine de rien été vraiment riches en ce qui concerne l'art et la philosophie, et je crois aussi qu'on n'en a pas fini, qu'un prochain mouvement (comme en parle Aziliz) est peut-être en train de s'installer. Peut-être aussi que ces décélérations, ces "creux mouvements" sont productifs ? Si on regarde la Renaissance, par exemple, qui survient après mille ans d'avancée assez lents, c'est un vrai bouleversement ! Mais qui survient après une longue période de calme, dont elle s'est nourrie.
Donc ce creux qu'on est en train de vivre... Peut-être qu'il nous sert aussi, quelque part. En tout cas, j'espère ^^.

Sinon, je voulais aussi reprendre un point du post' de Deïliane, qui n'a pas encore été réabordé je crois :
Pourquoi un homme va-t-il faire une action s'il sait que c'est mal ?

Je crois qu'encore une fois, on arrive au problème de la subjectivité. Ce qui est mal pour un homme ne l'est pas forcément pour un autre. Je pense souvent à l'exemple de ces tyrans genre Staline et Hitler. S'ils imposaient tout ça à des populations, est-ce que ce n'était pas qu'ils étaient convaincus que c'était pour le bien ? On est d'accord, ils étaient totalement tarés, mais tout part quand même d'une certaine conviction de la légitimité d'une action, non ? (même si au final c'est loooiiiin d'être légitime...).
Après, il y a ceux qui connaissent les conséquences de ce qu'ils font, et qui les assument, au nom d'un effet qu'ils estiment bénéfique.
En fait, il y a ceux qui pensent, ceux qui pensent différemment, et ceux qui ne pensent pas.
De même, ceux qui agissent, ceux qui agissent différemment, ceux qui n'agissent pas.

Et tout est imbriqué pour donner l'espèce de fouillis dans lequel on se trouve aujourd'hui

Donc ce problème de "dépassement de la morale", je pense aussi qu'il est dû justement à cette foultitude de morales qui existent aujourd'hui. Elu' et Frost l'ont aussi évoqué, je pense à l'ère qu'on traverse, où l'informatisation gagne tout, où il y a un tel foisonnement de pensées qu'elles se noient les unes et les autres, et que peu, très peu, se dégagent au final de cette masse.


Et j'ai l'impression de ne pas trop trop avoir répondu à la question, et de ne pas arriver à tirer mon avis général de tout ça.

Allez, j'abandonne ^^"
Revenir en haut Aller en bas
http://lundinn.tumblr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» [Collection] Nous deux
» Faites nous rire !!!
» Chansons qui nous parlent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Voie des Marchombres :: La Voie des Marchombres :: Le Monde et les Energies :: Nous et la société-
Sauter vers: